Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DESTINS DE STARS - Michael Jackson derrière le masque.

La célébrité est un ersatz magnifique créé pour le plaisir du public. La star incarne donc un mythe, une image attrayante, mais simplifiée et illusoire. Ne jamais sous-estimer combien la puissance de la célébrité peut déformer toute situation.

Derrière la façade de MICHAEL JACKSON.

Michael Jackson/ Emmanuel Lewis

Michael Jackson/ Emmanuel Lewis

Par BOB HERBERT  le 3 juillet 2009

 

Michael Jackson au milieu des années 1980 a été l'une des expériences  de ma vie. J'étais un éditeur à The Daily Nouvelles et j’ai dû lui remettre un prix dans la grande salle du Madison Square Garden,  avec juste une poignée de spectateurs et un photographe.

Je n’ai pas été rebuté par le fait que Jackson, autour de ses 20 ans, ne pouvait pas faire la conversation. Beaucoup de gens avaient du mal avec cela. Mais il  y avait quelque chose au sujet de son comportement global qui me troublait. Il me semblait, même alors, qu’il était une personne qui essayait de tout son être à rester en dehors de la réalité.

Emmanuel Lewis, la star de la série à succès de la télévision pour enfants "Webster," était avec Jackson ce soir-là. Le petit Lewis avait probablement 13 ans à l'époque, mais il paraissait  beaucoup plus jeune,  on lui donnait 7 ou 8 ans.

Jackson semblait beaucoup apprécier Lewis. Il regardait le petit garçon et rigolait quand Lewis sautillait et grimpait sur les meubles, au grand plaisir de Jackson. Je me souviens avoir pensé,   alors que je les quittais,   que Jackson avait traité Lewis presque comme un animal de compagnie.

Je n’ai jamais entendu toute suggestion concernant une mauvaise   relation entre Jackson et Lewis. Mais ce que j’ai pensé  de ces jours passés,   était que la Michael-mania avait été l'ère de l'extrême immaturité et de l'irresponsabilité grotesque qui était déjà bien  installée en Amérique. La folie était scandaleuse dans  la vie de Jackson,  qui parmi beaucoup d'autres, s’est révélé être un brillant  et finalement tragique exemple.

Ronald Reagan était président, il  faisait des promesses qu'il ne pouvait pas tenir concernant les impôts et les déficits et  permettait aux lecteurs d’astrologie  de la côte Ouest de façonner son horaire public. Le film "Wall Street" allait bientôt apparaître, ce qui reflétait précisément l'acceptation  par la nation,  de la cupidité effrénée et d'autres excès des riches et des puissants.

Dans les quartiers à travers une grande partie de l'Amérique noire, le crack prenait un tournant terrible. Les jeunes criminels étaient eux-mêmes armés avec des armes toujours plus puissantes, et les tenues des prisonniers  ont  été utilisées  pour définir les tendances de la mode.

Motown  nous avait apporté les Jackson 5. Mais quand Michael et ses frères ont sorti leur premier album en 1969, le label avait déjà atteint son apogée créative et avait donné la plupart de son meilleur travail - l'originalité étonnante des Miracles, des Marvelettes, Mary Wells, Martha et les Vandellas, les Supremes, les Temptations, et d'autres - avaient été faits.  Le Hip-hop allait bientôt apparaître, puis la violence et la misogynie du gangsta rap.

Toutes sortes de restrictions sont arrivées.  C’était presque comme si les adultes étaient entrés dans la clandestinité. La déréglementation que l’on nous avait annoncée importante pour l'économie a été appliquée à la culture dans son ensemble. Les femmes pouvaient être traitées comme des objets sexuels à nouveau,  et la misogynie, à peine limitée au hip-hop, est allé de l’avant. Des hommes ont abandonné leurs enfants en toute impunité. La plupart de la nation semblait très bien avec l'idée d'aller à la guerre sans raison  et sans augmenter les impôts.

À bien des égards, nous descendîmes en tant que société dans un Fantasyland, essayant de quitter les limites,  les conséquences et les obligations du monde réel. Les politiciens ont cessé de parler des pauvres. Nous avons construit des quantités énormes de  dettes et nous avons appelé cela le boom économique. Nous avons créé des emplois à l'étranger par  millions sans jamais penser sérieusement à la façon de les remplacer. Nous avons laissé  se noyer la Nouvelle-Orléans.

Jackson a été la star parfaite pour l'époque, dans sa forme de réalisation  et sa fantaisie devenue folle. Il essaya de se morceler en une autre personne, mais, bien sûr, il y avait le même Michael Jackson  talentueux mais psychologiquement handicapé au point qu’il était un danger pour lui-même et d'autres.

La réalité est impitoyable. Il n'y a pas d'issue. Derrière la façade de Jackson il y avait l'horreur de la maltraitance des enfants. Les dossiers de la Cour et des tas de comptes rendus bien documentés que possèdent les médias  contiennent un flux de graves allégations d'abus sexuels d'enfants et d'autres comportements inappropriés avec de très jeunes garçons. Jackson, une superstar multimillionnaire, a été excusé parce qu'il était un excentrique. Les petits enfants lui ont été livrés souvent par leurs parents, pour passer la nuit dans son lit, en sa compagnie.

Un cas de prétendue pédophilie contre Jackson, dont les détails font dresser les cheveux sur la tête, a été réglé pour une somme annoncée de 25 millions de $.  Puis il y a eu une autre affaire devant le tribunal.

La Michael-mania qui a éclaté depuis la mort de Jackson – n’est pas seulement une appréciation de sa musique, mais une célébration vertigineuse de sa vie - est encore un autre spasme de la culture qui opte pour la fantaisie sur la réalité. Nous ne voulons pas regarder de trop près ce qu’était la vraie vie de Jackson.  Comme tant d'autres choses, que nous ne voulons pas savoir.

source : http://www.nytimes.com/2009/07/04/opinion/04herbert.html

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Clara

Derrière le masque de MICHAEL JACKSON et le culte de ses fans.
Voir le profil de Clara sur le portail Overblog

Commenter cet article