Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DESTINS DE STARS : Michael Jackson derrière le masque - Célébrités - Lieux célèbres - Personnages historiques. Actualité.

Michael Jackson HISTORY

Statue à l'effigie de Michael Jackson.

Statue à l'effigie de Michael Jackson.

Au mois de février 1994, alors que les policiers du comté de Santa Barbara cessent leurs  investigations, puisque  Jordan Chandler ne témoignera pas contre Jackson,  en raison d'un règlement  de 22 millions de dollars.  Peu de temps après cet accord financier. MJ se montrait  avec une  femme bien connue : Lisa Marie Presley. Le 19 Février 1994, lors de la cérémonie des Jackson Family Honors, la presse et le public ont pu découvrir le «nouveau couple» qui venait de se former. Cette alliance  insolente avait choqué énormément de personnes.

MJ quitte la Californie avec Lisa, ils se rendent à New-York et s'installent dans un vaste duplex au 68ème étage de la Trump Tower, un gratte ciel appartenant à son ami milliardaire Donald Trump....Aujourd'hui Président des USA, qui singe, rit, menace et insulte et mène la politique du grand guignol.   

Quelques mois plus tard un clip promotionnel (tourné à Budapest), d'une portée complètement mégalomaniaque, annonce en fanfare la venue du prochain album de Jackson. Ce dernier y apparaît défilant devant des  militaires au garde-à-vous rappelant une tyrannie du passé. Tout au long du clip ahurissant, MJ est adulé par la foule, érigé en demi-Dieu. Une immense statue à son effigie apparaît en fermeture du clip, avant que le mot "HIStory" ne scintille à l'écran. Durant près de 4 minutes, c'est un déluge d'idolâtrie.  Et pour dernière provocation, la vidéo inclut un petit garçon blanc criant «JE T'AIME MICHAEL»

La ressemblance entre les défilés d'Hitler et l'annonce du retour de Michael Jackson fait bientôt jaser les rédactions du monde entier. Le clip promotionnel d'HIStory fait très rapidement scandale. Pour beaucoup, le Roi de la Pop est vraiment allé trop loin.

Pendant le tournage, qui a duré deux semaines, Jimmy Safechuck,  ex «ami spécial» de Jackson,  était devenu son  porte parapluie !   Jimmy Safechuck, dont la relation intime avec Jackson avait duré 5 ans, n'était plus assez jeune, et  c'est en tant  qu'assistant de production, sous le nom de "Jimmy Andrews"  qu'il travaillait et voyageait pour Jackson.

Jimmy Safechuck a révélé récemment que cette complicité n'était que la vénéneuse emprise d'un pédophile et que le chanteur l'aurait contraint à plus d'une centaines de relations sexuelles. Manipulateur hors pair, Jackson avait su convaincre son jeune esprit qu'il s'agissait d'amour. Un amour spécial, avec des lois et même un code secret. Ainsi, lorsque le duo était dans un lieu public et que la star désirait une relation intime, il grattait discrètement la main de James, signe qu'ils devaient s'éclipser. Maladivement exclusif, il aurait organisé un simulacre de mariage avec le garçon, qu'il persuadait de rater l'école. Parfois il lui faisait boire du vin sucré avant de lui projeter des vidéos pédophiles, et inventait des surnoms sordides : «gratte-ciel» pour érection, «beurre de canard» pour son sperme. A 14 ans, à l'arrivée de la puberté, James n'aurait plus intéressé la star, partie vers d'autres proies.

La plainte de Jimmy Safechuck est d'autant plus crédible qu'en 2005, durant le procès de Gavin Arvizo, le personnel de Neverland avait déjà pointé leur «étrange amitié». Ainsi le maître d'hôtel racontait avoir vu le Roi de la Pop, dans son Jacuzzi en train de malaxer les parties intimes du garçon. Mais à l'époque, James avec récusé ces témoignages. Il prétend aujourd'hui qu'une thérapie intensive l'a aidé à sortir du déni, comme c'est le cas pour nombre de jeunes victimes de pédophiles.

♦ Les critiques ont littéralement descendu l' album History. En conséquence, il ne demeure pas à la première place du classement américain plus d'une semaine…

De plus, les paroles véhémentes du nouvel opus créent la controverse.   They Don't Care About Us est montrée du doigt pour des paroles jugées antisémites et racistes avec la phrase « Jew me, sue me, everybody do me/ Kick me, kike me, don't you black or white me ». Michael Jackson est obligé de changer les paroles « Jew me, sue me » et « kick me, kike me » en « do me, sue me » et « kick me, strike me » «Kill me, Jew me». Jackson déclare tout d'abord que la chanson a pour but d'attirer l'attention du public sur la souffrance engendrée par les préjugés et la haine raciale, (argument de façade)  mais rien n'y fait, et il doit rapidement s'excuser publiquement, promettre d'inclure dans les futurs pressages de l'album un mot d'excuse, et de réenregistrer la chanson en supprimant les mots litigieux.

En manque de mauvaise publicité, certainement, Jackson fera une nouvelle fois parler de lui dans la presse entière le 6 décembre. Alors qu'il répète un concert pour la chaîne câblée HBO, il a un malaise dû à une déshydratation nous disait-on, en fait le malaise était dû à sa consommation de drogue,  et  il a été emmené d'urgence au Beth Israel Medical Center de New York.  Depuis l'affaire «Chandler»  Jackson faisait plus parler de lui pour ses problèmes personnels que pour sa musique…
Le 18 décembre, c'est néanmoins un Jackson  décontracté qui arrive à Disneyland Paris, accompagné bien sur de petits garçons. Finalement, La promotion de  l'album pouvait bien  attendre.... !

Le 18 janvier 1996, le porte parole de Lisa Marie Presley lui annonce qu'elle demande le divorce. ( Elle en avait assez d'un Jackson lui préférant la compagnie des enfants) Elle le laisse à ses démons  déclare-t-elle.



Le 19 février, Jackson se rend à la cérémonie des Brit Awards à Londres. Il s'agit de sa première apparition sur un plateau de télévision britannique depuis 1979. Durant le show, il recevra  « l'Artist Of A Generation Award », et interprètera «Earth Song», le troisième single de l'album HIStory. Pendant son numéro, Jarvis Cocker du groupe Pulp, monte sur scène et perturbe les figurants.  Le fait qu'il y avait tous ces enfants qui couraient autour de Jackson, quelques années après avoir réglé un cas de violence sexuelle, n'a pas été bien pris par certains membres de l'auditoire, y compris Jarvis Cocker de Pulp.

Alors que Jackson était élevé au dessus de la foule par une grue, Cocker se précipita sur le côté de la scène. Dans un acte de protestation, il a  commencé à se tortiller les fesses dans la direction de Jackson, et ensuite vers la foule. les gardes du corps de Jackson ont essayé de le faire quitter la scène, mais Il courait, sautait sur la plate forme en faisant des zig-zag entre les scélérats costumés.

Jonathan King, un ancien producteur des BRIT Awards, était d'avis lui aussi que la performance de Jackson était épouvantable et que le monde qui y assistait  avait pensé de même. Ce fut la chose la plus atroce, malavisée et incroyablement horrible que j'ai vue dans ma vie a-t-il dit. 99% de l'industrie de la musique ne pouvait pas le croire ! D'autres, comme le guitariste Bernard Butler, le producteur Brian Eno, ainsi que quelques femmes ont également exprimé des opinions favorables à Jarvis Cocker.   Le lendemain, Epic et Sony Music publient un communiqué de presse à travers lequel Michael Jackson avoue être choqué par le comportement de Cocker. Contrarié par ce crime de lèse majesté, Jackson retourne  de nouveau  à Disneyland Paris...En compagnie d'un petit garçon !

  

 

 

 

 

 

Si Cocker a été mis en garde à vue, il est ensuite devenu une sorte de héros national, pour avoir osé perturber la performance  pompeuse de Jackson.

« Il se prenait pour Jésus ! Je ne suis pas religieux, mais je pense, en tant qu'interprète moi-même, que l'idée de voir quelqu'un  prétendant détenir un pouvoir de guérison n'est tout simplement pas correct»   «Les étoiles du rock ont des égos suffisamment gros sans se faire passer pour Jésus» a déclaré Cocker. Il réitérera les mêmes propos après la mort de Jackson.

 

Jarvis Cocker a été unique ! et Il n'a blessé personne contrairement à ce qui a été dit.  Ce sont les gardes du corps de Jackson, qui ont accidentellement, bousculé les enfants et  blessé l'un d'entre eux, lorsqu'ils ont essayé de chasser Jarvis hors de la scène, mais les gens de Jackson ont dit l'inverse.

 

 

Profitant de sa tournée européenne, MJ décide de présenter son court métrage musical «Ghost» en avant-première au 50ème Festival de Cannes. Arrivé à Cannes accompagné d'un petit garçon, MJ montera les marches devant des centaines de fans et un parterre imposant de journalistes. «Ghost» est le parfait reflet de ce qu'est l'univers Jacksonien : sombre et dérangeant. ...

L'histoire est la suivante :  Jackson  interprète cinq rôles dont le maestro (lui-même), et le maire (Tom Sneddon). Michael Jackson y présente une interprétation «personnelle» de sa propre vie : un homme excentrique, que beaucoup jugent étrange, vit seul dans une grande demeure isolée.  (Neverland)

Une foule de parents en colère et le maire de la ville de «Normal Valley» (Normal Tom Sneddon)  arrivent dans l'inquiétant manoir (Neverland)  en haut de la colline pour se confronter à son mystérieux occupant, le Maestro (Jackson) :   Celui-ci aime divertir les enfants d'une façon «inquiétante», qui n'est pas du goût des parents.
À l'approche du manoir, l'un des enfants révèle que celui-ci est hanté. Terrorisée, la foule y pénètre tout de même. Au milieu d'éclairs et de toiles d'araignées, ils vont bientôt faire connaissance avec un personnage étrange...(Jackson).   Le Maire (Tom Sneddon)  le menace et lui demande de quitter la ville, le Maestro (Jackson)  décide de lui rendre la pareille et lance un pari : celui qui aura le plus peur devra quitter la ville ! Maestro (Jackson) leur présente alors les membres de sa famille, une bande de fantômes déjantés qui se mettent à danser avec lui. Le maire, (Tom Sneddon)  prit de folie, finira par s'enfuir.  Jackson, lui,  se voit finalement accepté par les villageois.

Jackson n'était pas un enfant, il savait ce qu'il faisait.  Avec Ghost on assiste  à une surenchère dans le désir de se venger de Tom Sneddon et d'être reconnu «innocent» par tout le monde évidemment....

MICHAEL JACKSON A CANNES EN 1997 ...Un petit garçon...perdu ...l'acompagne !

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :