Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DESTINS DE STARS - Michael Jackson derrière le masque.

La célébrité est un ersatz magnifique créé pour le plaisir du public. La star incarne donc un mythe, une image attrayante, mais simplifiée et illusoire. Ne jamais sous-estimer combien la puissance de la célébrité peut déformer toute situation.

Michael Jackson était selon lui-même un messager de Dieu !

Michael Jackson était selon lui-même un messager de Dieu !

Si je dors avec des enfants, Dieu est témoin que c'est tout à fait innocemment

Michael Jackson

Cette citation de Michael Jackson est pour le moins singulière, prendre quelqu'un pour témoin,  peut signifier « se faire assister de cette personne pour certains actes », mais aussi « lui demander d’accepter de rendre compte de ce qu’il sait ». Mais Dieu est invisible ...n'est-ce pas ?

Le roi de la pop a défendu sa grande amitié avec les jeunes garçons en insistant sur le fait qu'il était un messager de Dieu. Il a déclaré «Jésus a dit d'aimer les enfants et d'être comme des enfants, de rester jeune,  innocent, pur et honorable». C'est risible,  car comme on le sait, Michael Jackson se référait au vin blanc comme «Jus de Jésus» et au vin rouge comme «sang de Jésus». Il préférait le jus de Jésus et le buvait habituellement dans des cannettes de soda afin que personne ne sache qu'il consommait de l'alcool, en particulier lorsqu'il était dans des avions. Sur un vol à Francfort en 1999, par exemple, son ancien conseiller commercial, Myung-Ho Lee, qui l'accompagnait, a dû l'aider à descendre de l'avion. «Il était couché sur le sol au moment où nous avons atterri» a dit Lee. Je l'ai signalé à la sécurité de Jackson et il m'ont répondu, ce n'est pas seulement du vin, il prend aussi des pilules en même temps.

Janvier 2004
Michael Jackson janvier 2004

L'incident est révélateur, car en janvier 2004, Michael Jackson a été accusé de sept chefs d'inculpation pour l'agression  d'un enfant et deux chefs d'accusation pour incitation à la consommation d'alcool avec l'intention de commettre un crime. Le garçon en question était Gavin Arvizo, une victime d'un cancer âgé de 13 ans - qui alléguait que Jackson lui donnait du vin dans des boites de Coca sur un vol de Floride en février 2003, juste sous le nez de sa mère qui était sans méfiance. Le garçon connaissait le nom que Jackson donnait au vin blanc et rouge, Lee a signalé que seuls les gens de l'entourage proche de Jackson savaient cela.

Le voyage que le garçon et sa famille ont fait en Floride avait coïncidé avec l'émission du documentaire diffusé sur ABC l'année précédente dans laquelle Jackson, 45 ans, avait déclaré à l'interviewer Martin Bashir qu'il n'y avait rien de mal à partager son lit avec des petits garçons. C'était assez compliqué pour Jackson d'admettre qu'il partageait son lit avec des petits garçons, étant donné qu'à Los Angeles en 1994, il avait du payer 22 millions de dollars à Jordie Chandler et à sa famille pour régler une poursuite civile dans laquelle Jordie, 13 ans, avait accusé Jackson de l'avoir masturbé et abusé pendant leur relation, qui ironiquement comprenait également un voyage en Floride.

Des similitudes dans le mode opératoire de Jackson entre le dernier scandale  et celui qui l'avait précédé abondent, jusqu'à la tactique de l'intimidation et l'utilisation controversée de La Nation d'Islam pour la sécurité. En 1993, des membres armés et solides, y compris des cruels notoires, sont arrivés à  Neverland. L'emploi de ces personnes intimidantes servait à  envoyer un message fort aux employés de Neverland qui auraient pu vouloir coopérer dans l'enquête Jordie Chandler, sans parler du message subliminal qu'ils ont donné aux autres garçons et à leurs familles qui auraient pu envisager de venir témoigner.

Lorsque 70 membres du département du Sheriff du département du comté de Santa Barbara et le bureau du DA, y compris une équipe d'experts légistes, ont envahi Neverland le 18 novembre 2003, alors que Jackson était à Las Vegas, ils avaient déjà passé cinq mois à enquêter sur les allégations de l'enfant. Bien qu'il ait été dit que Jackson avait été pris par surprise - des policiers avec des mandats de recherche étaient également entrés dans les foyers et les lieux de travail des employés de Jackson. Ainsi qu'un enquêteur privé nommé Bradley Miller. Son avocat criminel, puissant et très couteux, Mark Geragos, était déjà au travail depuis février, une curiosité en soi, car aucune accusation criminelle n'avait encore été déposée.

Au cours des années, Jackson a dépensé des millions et des millions de dollars pour des familles de jeunes garçons, dont il avait fait leurs enfants «ses amis spéciaux» PARTOUT DANS LE MONDE. Il n'y avait pratiquement jamais un moment ou il était libéré d'une crise et, en conséquence, disent beaucoup de ceux qui le connaissaient, il lui était devenu de plus en plus difficile de faire confiance à ses conseillers ou de ne pas se sentir paranoïaque à propos de quelque chose. «Il a beaucoup de squelettes dans son placard», a confié Myung-Ho Lee. «Certains sont réels et certains sont dans son esprit, ce qui le rend prisonnier de tous ceux qui l'entourent». Le résultat est souvent le chaos.

Chaque fois que Jackson était en danger, son équipe de défenseurs se lançait en action, leur mission était de détruire la crédibilité des familles par le biais de la télévision par câble, des tabloïds et des grands médias. En décembre 2003 dans une histoire largement citée par,  The New York Times, se référant au retard dans le dépôt des accusations contre Jackson,  il a été déclaré qu'il avait poussé certains de son camp pour dire que Mr Sneddon jouait  faiblement en se basant  sur le seul témoignage fragile de l'enfant.   Le fait est qu'une armée d'experts judiciaires a participé au raid à Neverland, dépeignant que la chambre de Jackson comportait des poils pubiens, des taches de sperme et d'autres articles incriminants, 

L'affidavit comporte plus de 80 pages.

Par contraste, le camp Jackson proposait des photos, en commençant par la participation très médiatisée de 600 supporters à Neverland le 20 décembre et incluant le spécial Michael Jackson Number Ones CBS, intitulé The New York Timesa,  une heure d'éloges, de culte et un rendez-vous au Beverly Hills Hôtel avec plus d'une douzaine des conseillers les plus proches de Jackson, toute une équipe dont certains avaient été licenciés et réembauchés plus d'une fois. Jackson était gardé par la Nation de l'Islam - apportée par sa nounou et son frère Jermaine - Un ancien employé de Jackson avait dit en 2003: «Michael a si peu d'attention pour les noirs qu'il les appelle «Spabooks». On peut se souvenir aussi de la façon dont Jermaine, a dit dans une interview télévisée en 2003, que son fils de deux ans à l'époque, Jermajesty, n'avait jamais rencontré son oncle Michael.

La famille de l'accusateur est pauvre et les parents ont vécu une histoire violente qui inclut des accusations mutuelles d'abus. Outre l'incident de vol à l'étalage, leur dossier juridique contient des cas de petites créances déposées par des détaillants et une société automobile. La mère admet avoir vu un psychiatre avant même qu'elle ne subisse l'agonie de presque perdre son fils malade d'un cancer. De telles familles défavorisées et déshéritées conviennent à une superstar propice aux relations avec les jeunes garçons. Ils sont tellement flattés d'être proches de la flamme de la célébrité qu'ils ne se rendent pas compte de la facilité avec laquelle ils peuvent être brulés.

Alors que Jermaine et d'autres partisans de Jackson visaient les autorités et les blancs en général avec des garanties émouvantes de la pureté et de l'innocence de Michael Jackson, Ils ne manquaient jamais de mentionner que le motif de la mère était incontestablement l'avidité et la manipulation. Les enquêteurs de la défense criminelle de Jackson, y compris un ancien membre du LAPD qui avaient clamé une déficience mentale de la mère, avaient également l'intention de déterrer tous ce qu'ils pouvaient trouver sur cette famille. Certains sont toujours convaincus à 100% qu'ils voulaient gagner de l'argent. Le motif est le suivant: ils faisaient du shopping - d'autres raisons plus spécifiques ? Non, aucune. Personne n'a remarqué qu'il est écrit dans les dossiers juridiques, que la famille était enregistrée, surveillée, retenue à Neverland avant un départ au Brésil.

Je revisite des personnages du passé. Par exemple, Debbie Rowe, ex épouse de Jackson.

qui a porté ses deux premiers enfants, et attiré beaucoup l'attention des médias, à la suite de l'incident ou Jackson avait suspendu son fils dans le vide par une fenêtre d'hôtel en Allemagne.  À ce moment,   elle avait loué son mari avec qui elle n'avait jamais vécu: «C'est vraiment un homme merveilleux, aimant et attentionné, il ne s'est pas représenté comme il est vraiment, et cela me dérange beaucoup».  Quand on lui a demandé, si elle aurait d'autres enfants avec Michael, elle a répondu : «en un clin d'oeil» - Cela avait  beaucoup fait rire Myung-Ho et So-Yung Lee. «Elle a vraiment mis la peur au ventre à Michel» -  Jackson lui aurait  confié. «Elle est la femme qui a crié et menacé de raconter au monde mes secrets  les plus sombres  si elle n'obtenait pas  8 à 10 millions de dollars. En 1999, quand ROWE a demandé le divorce et une somme importante d'argent ou bien elle racontait tout - Michael a dit : «Donnez-lui tout ce qu'elle veut, faites-le». Lee a confié : Rowe était une mère de substitution et non la mère biologique. Son contrat de visite pour Prince I et Paris était limité à huit fois par an, en fait elle est venue  encore moins que prévu. Dans le mémo de mai 2000 d'un avocat chargé de l'affaire du divorce, après que Rowe ait demandé plus de visites, y compris la fête des mères et les fêtes de Noël alternatives, l'avocat est invité à lui déclarer: «La demande pour la fête des mères est une préoccupation parce que Debbie semble maintenant se considérer comme une mère. Ceci est différent de l'image et de la position qu'elle avait acceptées dans le passé». Myung-Ho raconte «C'était tellement drôle de l'observer dans des interviews à la télévision, en disant : «J'aurai un autre bébé». «Je pense, oui que c'était quelques 10 millions de dollars qu'elle demandait en un clin d'oeil».

On peut se souvenir également de Norma Staikos, «La duenna de Neverland», une gardienne sévère qui suivait toutes les visites des petits garçons. Elle a disparu la nuit avant d'être interrogée par la police, en 1993. Voir l'article ici.

Bill Bray le responsable de la sécurité à Neverland en 1993, avait un salaire de 165 000 dollars par an, et Jackson payait ses impôts.

La personne qui connaissait le mieux Jackson était probablement son ancien chef de sécurité et conseillé commercial Wayne Nagin, il avait été à ses cotés pendant 22 ans, puis ils se sont séparés en 2003. «Wayne n'avait pas peur d'être appelé à témoigner» à confié Lee. «Il l'attend, c'est le gars qui sait tout. Il est l'un des rares qui ont dit NON à Michael.»

Les rapports sur les garçons qui ont passé week-end après week-end avec Michael Jackson dans sa chambre, dont les parents restaient dans des maisons d'hôtes séparées, bien approvisionnées en vin,  ont continué à s'accumuler. Jimmy Safechuck, par exemple, de Simi Valley, a été décrit par un ancien manager de Neverland comme compagnon constant de Jackson pendant deux ans. Selon un rapport préparé pour l'affaire Chandler, depuis plusieurs années, les parents de Safechuck ont reçu chaque année une nouvelle Mercedes du King Of Pop. (Mme Safechuck a toujours refusé de commenter cela.)  Wade Robson, danseur-chorégraphe que le New-York Post avait  cité comme la cause de la dissolution de l'union entre  Britney Spears et Justin Timberlake, avait admis avoir dormi dans le même lit que Jackson, mais a nié que quelque chose de sexuel avait eu lieu. Selon un ancien employé, en 1991, lorsque Robson avait neuf ans, Jackson l'a gardé avec lui dès le lendemain de sa première visite aux États-Unis. Les parents australiens du garçon étaient séparés. Un ancien employé de Jackson a déclaré que la mère avait reçu un visa de résident permanent pour rester aux États-Unis.

Bob Jones dans son livre écrit : Jackson avait une façon sinistre pour identifier ces garçons, c'était comme s'il avait une sorte de radar. J'étais continuellement émerveillé par la façon dont il réussissait à déterminer quel enfant parmi ceux qui étaient en contact avec lui pourrait être «manipulable», et dont les parents pouvaient être achetés afin qu'ils restent silencieux sur ce qui se passait. Il manipulait les gens avec une grande finesse.  Jones découvre les voyages de Jackson à l'étranger à la fin des années 1980 et au début des années 90, avant le fameux cas Chandler, avec des garçons qui assistaient à ses concerts. Un enfant, avec lequel Michael avait réussi à avoir une relation clandestine depuis des années...avait passé presque tout son temps avec lui.  Jones se souvient que, pendant les voyages, le garçon restait dans la chambre de Jackson alors que ses parents se promenaient à bord de voitures avec chauffeur qui les conduisaient  dans des magasins et leur faisaient faire des visites touristiques tout au long de la journée. Un autre garçon est Brett Barnes, qui a témoigné en faveur de Jackson lors de son procès en 2005. Sa soeur Karlee, a déclaré lors du contre interrogatoire que son frère avait  dormi dans le lit de Jackson 365 nuits sur une période de deux ans. Jones écrit que lors d'une tournée mondiale en 1992, il l'avait caché sous les bagages, de sorte que le presse ne puisse pas le voir. «Nous tous, y compris le responsable du département d'État et l'éditeur du magazine JET, avons vu le garçon entrer dans la chambre privée de MJ plusieurs fois et rester longtemps. Caractéristiquement, Michael faisait tout ce qu'il voulait - sans aucun risque.»

Jones a écrit le livre avec le journaliste Stacy Brown, un autre ami de longue date de Jackson qui a témoigné pendant le procès de 2005. Et alors que le livre de Jones peut-être considéré par les fans  de Jackson comme le délire d'un employé mécontent, un initié qui a jeté un coup d'oeil au travail de Jones,  a conclu «C'est la vérité» en opinant de la tête. Il y a plus - beaucoup plus - d'histoires de Jackson avec des garçons.

Mais il y a un autre aspect du livre que je ne peux pas ignorer, c'est l'attitude de MJ envers ses frères et soeurs. Michael faisait campagne à dessein dans le but de tuer les carrières de ses frères et soeurs. Jones écrit que MJ payait les personnes de la radio pour qu'ils ne passent pas leurs disques. Il s'est  souvent renseigné sur ce que Rebbie (sa soeur aînée) et Jermaine essayaient de faire musicalement...Janet était l'exception. 

Brett Barnes, a été l'ami spécial de Michael depuis l'âge de 5 ans. Barnes et sa mère avaient écrit une lettre à Michael Jackson en 1987 pendant le passage du Bad Tour à Melbourne. Ils la remirent en mains propres à l'un des danseurs de MJ dans l'aéroport de la même ville. Peu de temps après, la famille de Barnes a  reçu un appel de Michael, et bien sûr une invitation à Neverland. Brett Barnes comme Wade Robson, ont pris la défense de Jackson au procès Arvizo. Il déclara lui aussi que les accusations contre MJ étaient de purs mensonges, et que jamais rien de sexuel ne s'était passé entre eux.

Michael Jackson était selon lui-même un messager de Dieu !

Le procès de Jackson en 2005 a permis de voir comment la célébrité et la richesse permettaient à MJ de vivre en fonction de tous ses caprices fous. Le témoignage de l'accusateur est plus choquant que n'importe qui peut l'imaginer.

J'ai été frappée par la quantité d'alcool dont le garçon témoigne  qu'ils avaient consommé ensemble, non seulement le «jus de Jésus» (vin blanc) mais de la vodka, du rhum etc. dans la chambre de Jackson. Il faisait participer les enfants à des jeux troubles, sanctionnés par des gages qui voulaient que le perdant absorbe de l'alcool.  Le frère de Gavin Arvizo, avait également témoigné que Michael avait une érection quand sa main était posée sur l'entrejambe de son frère.

L'accusateur a témoigné que Michael lui avait donné une veste et une montre qui valait 75 000 dollars. Il a également déclaré que Jackson lui avait appris comment il fallait faire pour écouter les conversations téléphoniques à Neverland. Il a aussi raconté comment MJ avait une fois simulé un acte sexuel avec le mannequin d'une jeune fille, et comment ils regardaient la pornographie dans les magazines et sur internet. Le magazine «Barely Legal» présenté comme élément de preuve portait les deux empreintes digitales de Jackson et Gavin Arvizo. La Police pendant les fouilles de Neverland avait trouvé des dizaines de magazines et de livres érotiques dans la chambre et la salle de bains de Jackson.

À propos de la violence elle-même, Gavin Arvizo a témoigné: «Nous venions de boire dans l'arcade de jeux...et Michael a commencé à me parler de masturbation. Il m'a dit, si les hommes ne se masturbent pas, il peuvent violer une fille ou être des types instables...Il m'a raconté  l'histoire d'un garçon qui ne se masturbait pas et qui avait eu du sexe avec un chien. Michael m'a dit qu'il ne savait pas comment cela aller se passer pour moi, si je ne le faisais pas - J'étais sous ses couvertures et c'est alors qu'il a glissé ses mains dans mon pantalon et a commencé à me masturber. Après environ cinq minutes, dit le garçon, Jackon éjaculait. 

Mesereau dans son contre-interrogatoire a traité l'adolescent comme un criminel endurci. «Ainsi, après avoir rencontré un avocat, vous vous souvenez subitement que vous avez été masturbé par Michael Jackson ?» Au fur et à mesure que Mesereau enfonçait le garçon, ce dernier devenait plus affligé. Un témoin expert a expliqué plus tard que seulement 2 à 6 % des enfants font des allégations d'abus sexuel. Les garçons qui entrent dans la puberté ne le font presque jamais, en raison de la stigmatisation qui y est attachée. L'expert ne connaissait aucun exemple dans la littérature d'un enfant inventant une telle histoire pour de l'argent.

Sneddon n'avait aucune réserve quant à la culpabilité de Jackson. Il était présent en 1993 lorsque la police avait photographié les organes génitaux du roi de la pop pour comparer les dires de Jordan Chandler avec les  photos. Les photos correspondaient exactement aux dessins et auraient été les preuves les plus puissantes de Sneddon si l'affaire avait été jugée. Au lieu de cela Jackson a versé 22 millions de dollars aux Chandler pour qu'ils cessent de l'importuner.

La plus grande déception de Sneddon était que Jordan Chandler ait refusé de témoigner au procès de Jackson en 2005. Pendant un an et demi, Sneddon l'a supplié, mais il lui a également donné sa parole qu'il ne l'assignerait pas. Chandler était en fait pressé de deux côtés. J'ai appris qu'un témoin de l'accusation avait déclaré aux autorités que Brian Oxman, un membre de défense de l'équipe d'origine et un avocat de la Famille Jackson, avait obtenu le numéro de téléphone cellulaire de Chandler et lui faisait des appels répétés.  Cette information est restée entre les mains de la police, qui aurait pu enquêter sur l'obstruction de la justice.

Le camp de Jackson a répété à plusieurs reprises que Sneddon avait une vendetta contre MJ. Au mois de février 2004, la mère de Jackson, Katherine, a déclaré à Rita Cosby sur Fox News qu'elle avait entendu dire que la petite ville de Santa Maria était remplie de Skinheads et que le fils de Sneddon en était un. ( Bien entendu, ce n'était pas vrai )

Dès le début, Mesereau s'est mis à contrôler la salle d'audience, et il tentait d'éloigner le jury des témoignages inquiétants. Il y avait une telle animosité entre les deux équipes,  qu'un jour Sneddon et l'avocat de la défense Robert Sanger ont dû être séparés par les huissiers de justice. Sneddon avait trois députés, Gordon Auchincloss, Mag Nicola et Ron Zonen. Ce dernier était un expert des cas de violences envers les enfants, ce fut l'un des grands moment du procès lorsqu'il a contre-interrogé le premier témoin de la défense, le chorégraphe de 22 ans, Wade Robson, un ancien «ami spécial» de Jackson qui avait commencé à dormir avec le roi de la pop à l'âge de 7 ans et qui a témoigné que Jackson ne l'avait jamais touché de manière inappropriée ou ne l'avait pas dérangé. Blanca Francia, la mère du deuxième accusateur, avait déjà témoigné qu'elle avait vu Jackson avec un petit garçon dans la douche et qu'elle avait également vu ses sous-vêtements à l'extérieur.

Mesereau ouvrit par inadvertance une porte à Zonen en demandant à Robson: «Si vous aviez su que Michael Jackson, en tant qu'homme adulte, lisait Playboy, Hustler, Penthouse, des magazines comme ça, montrant des femmes nues, cela vous concernerait ?»  Robson a répondu non, mais cela dépendrait du genre de matériel pornographique. Zonen saisissant l'opportunité, s'est approché de la table où les preuves étaient posées et a  montré un grand livre de photo appelé «Boys Will Be Boys». Il a demandé à Robson de choisir une page et de décrire ce qu'il voyait. «Des garçons nus de 10, 11 ou 12 ans montrant leurs organes génitaux». Zonen lui montre alors un deuxième livre, «des photographies d'hommes engagés dans des actes sexuels les uns avec les autres». Il a demandé à Wade : «En fait, les actes sexuels sont tous des actes de masturbation, de sexe oral ou de sodomie, n'est-ce pas?» Robson répond : OUI.  «Vous inquiéteriez-vous d'une personne qui possède ces livres qui traînent dans un lit avec un garçon de 10 ans ?» - Robson répond à nouveau OUI, je suppose que OUI. Etc. Chaque fois que Mesereau essaya de contourner le témoignage précédent, Zonen se leva pour prendre un autre livre, sept au total.

Chaque côté a accusé l'autre d'être des menteurs, et ils ont présenté des versions complètement différentes de la réalité.

Quiconque était assis dans la petite salle d'audience aurait du être frappé par la façon dont les garçons nommés comme «amis intimes» de Michael Jackson se ressemblaient. Ils auraient pu être des cousins ou même des frères. En fait, l'accusateur de 1993, l'accusateur de 2005, le fils de la femme de ménage et les autres garçons étaient d'apparences si semblables qu'un témoin les avait mal identifiés. Beaux garçons, pré-ados aux cheveux et yeux noirs, ils venaient tous de familles dysfonctionnelles. L'ancienne star enfantine blonde, Macaulay Culkin, qui a pris la parole pour la défense, était la seule exception.

Pour Mesereau, qui essayait de déterminer comment positionner son client exotique qui avait payé 22 millions de dollars pour calmer Jordie Chandler, le motif était  qu'il voulait placer cette affaire derrière lui afin de poursuivre sa carrière musicale.

Si la mère de Gavin Arvizo  était un cauchemar pour la poursuite, elle était un rêve pour la défense, elle se comportait si étrangement qu'elle semblait presque volontairement  autodestructrice. «Pendant deux ans, j'ai attendu» a-t-elle déclaré au jury. Lors du premier jour du procès, elle avait éclaté en larmes et supplié les jurés: «Ne me jugez pas», quand elle a dit qu'elle avait vu Jackson lécher la tête de son fils alors qu'ils étaient à bord d'un avion.

Au moment où le jury l'a vue en personne, la défense avait sa pièce la plus précieuse: «Le  documentaire de réfutation» ; une interview de 80 minutes où elle et ses trois enfants, mis en scène par la bande à Jackson dans une tentative d'annuler les dégâts causés par le documentaire de Bashir - a été passée trois fois.

Dans le film elle est girly et hyper vivace, avec des lèvres maquillées, des cheveux bien coiffés, faisant des éloges sur Jackson. Cette mise au point a démontré que beaucoup de gens dans la salle d'audience, ont fini par la rejeter comme on le fait avec une personne narcissiquement perturbée. 

La femme ordinaire en fin de trentaine qui a pris la parole dans la salle d'audience  ressemblait à peine à la personne du film. Elle était ronde et pâle, sans maquillage, ses cheveux raides étaient négligés, elle traversa les détecteurs de métaux, couverte d'une veste à capuchon, comme si elle avait été «Une criminelle».

Pourtant, elle avait une histoire insupportablement douloureuse à raconter, en commençant par son mariage à l'âge de 16 ans avec un consommateur abusif d'alcool, qui l'avait battue, avait été violent avec ses enfants et avait torturé leurs animaux de compagnie. Au cours des 17 années de ce mariage, elle a élevé trois enfants, dont Gavin qui avait développé un cancer et qui a eu la rate et un rein retirés, puis une tumeur à l'estomac. Il avait subi une année de chimiothérapie qui le faisait vomir et uriner du sang. Après cela, elle a constaté que son petit garçon avait été molesté par l'homme qui était devenu son idole.

Elle a témoigné que Jackson, qui avait généreusement été ami avec son fils dans les semaines ou il était au plus mal, a envoyé plus tard son assistant pour l'inviter ainsi que sa famille à Neverland. Elle a dit qu'elle ne savait pas que ses enfants avaient été filmés là-bas, et que lorsque le documentaire de Bashir avait été diffusé en Europe, la famille avait été soudainement contactée par des journalistes de tabloïds. Ensuite, ils ont été invités à Miami par Jackson, apparemment pour participer à une conférence de presse, qui n'a jamais eu lieu. Jackson lui aurait fait savoir qu'il y avait des tueurs qui les poursuivaient.  En même temps les disciples de Jackson faisaient part à la presse que Gavin Arvizo, l'appelait papa Michael.

Michael Jackson était selon lui-même un messager de Dieu !

Là aussi, la mère a rencontré trois des co-conspirateurs indésirables dans l'affaire : Frank Cascio ou Tyson, qui, en tant que petit garçon, avait parcouru le monde avec Michael Jackson et qui, à 24 ans, faisait toujours partie de son entourage, et deux Allemands, Dieter Wiesner et Ronald Konitzer, qui avaient repris les affaires de Jackson. Avant que le sujet de l'agression ne se produise, il ont fait appel à Mark Geragos, Bradley Miller, pour évaluer les dégâts, principalement sous la forme d'une vidéo de réfutation, suivie par d'autres promotions de télévisions sur fox, pour au moins 13 millions de dollars. La vidéo de réfutation a été produite par l'ancien réalisateur de porno-gay, Marc Schaffel. La mère a dit que chaque mot qu'elle prononçait était scénarisé. Le lendemain matin, elle a témoigné, que Bradley Miller l'avait mise en contact avec Vicki Podberesky (un avocat recommandé par Geragos), ce dernier l'avait conseillée sur ce qu'elle devait dire au Département des services de l'enfance  du comté de Los Angeles, qui avait demandé une entrevue après avoir reçu une plainte concernant l'apparence de l'enfant à la télévision. Un gardien de la sécurité de Jackson avait demandé à être présent à la réunion et de pouvoir l'enregistrer, mais sa demande a été refusée. Il a ensuite demandé à la mère de faire une bande annonce, mais elle a refusé.

Les enfants ont été ramenés à Neverland, où la brutalité commise a perpétué, pendant que la mère  était restée à l'extérieur pour une comparution au tribunal devant son ex-mari. Pendant ce temps, encore une fois, à son insu, elle prétend, que les biens de la famille ont été déménagés de leur modeste appartement et mis en réserve par l'équipe de Jackson. Ils lui avaient dit qu'en raison des «tueurs», ils devaient se rendre au Brésil pour être en sécurité.

Les témoins de la défense ont répondu que la mère n'avait jamais exprimé de peur et semblait totalement heureuse d'être à Neverland.

La mère a déclaré qu'elle était menacée par Cascio et son copain, Vincent Vinnie Amen, qui selon l'accusation avait falsifié des demandes de passeport pour la famille et avait emmené les enfants loin de l'école sous prétexte qu'ils se rendaient à Phoenix. La mère a quitté Neverland et est revenue trois fois, mais elle a soutenu qu'elle était détenue - Une revendication que la défense a ouvertement ridiculisée. Le jury, cependant, a entendu une cassette audio enregistrée secrètement par Cascio lui demandant de revenir. Finalement, avec l'aide de son petit ami, le major de la réserve de l'armée américaine, Jay D.Jackson, avec qui elle s'est mariée et a eu un enfant, elle est partie pour de bon. La dernière désillusion, a-t-elle dit, c'était quand elle a appris que son fils ne voulait pas faire d'analyse d'urine à son rendez-vous médical régulier parce qu'il craignait que l'alcool  consommé avec Jackson soit détecté.

Elle n'a cependant jamais avisé les autorités. Au lieu de cela, elle a témoigné, en essayant de donner des indices et de croire aux miracles de Dieu. À la fin, elle a fait sortir ses enfants de Neverland, en prétendant que leurs grands-parents étaient malades. Cependant, Gavin était furieux d'être ramené à la maison, et il a exigé de retourner vers Michael. La famille a été surveillée par l'équipe de Michael Jackson. La grand-mère maternelle mexicaine des enfants a témoigné que des cailloux avaient été jetés chez elle par un homme.  La soeur de Gavin a été vue alors qu'elle entrait dans leur maison sur l'une des nombreuses cassettes vidéo trouvées dans le bureau de Bradley Miller et montrée au jury.

Mesereau a réprimandé la mère pour son ingratitude malgré tout ce que Jackson avait fait pour sa famille !  Elle a répondu en disant au jury que Jackson «ne se souciait pas vraiment des enfants, il se souciait simplement de ce qu'il faisait avec les enfants. En regardant Jackson elle a déclaré «Il a réussi à tromper le monde». En posant les yeux sur les jurés, qui la regardaient à peine, elle a ajouté : «Maintenant, avec cette procédure pénale, les gens savent qui il est vraiment».

Le dernier témoin de la poursuite, Rudy Provencio, associé de Marc Schaffel, a témoigné que les membres de la famille étaient utilisés comme des pions, par les co-conspirateurs, (Cascio,  Vincent Amen, Konitzer, Wiesner) qui les désignaient comme des «Mexicains stupides».

La crédibilité de la mère, cependant, a été assez détruite par l'un des derniers témoins de la défense, Mary Holtzer, une para-juriste qui l'avait entendue sur l'affaire JC Penney. Holzer a témoigné que la mère avait menti, avait entraîné ses enfants à mentir et avait admis que ses ecchymoses avaient été infligées par son mari. Holzer a également déclaré que la mère lui avait dit que son beau-frère était dans la mafia mexicaine et pouvait tuer Holzer et sa fille, si ce dernier révélait les mensonges.

Un chose parait claire : Michael Jackson n'aurait jamais passé plus d'un instant avec cette famille pauvre et dysfonctionnelle s'il n'avait pas eu de mauvaises intentions. Bien qu'il soit très difficile de dépasser les Jackson :

Katherine Jackson, la matriarche, avait déposé une demande de divorce et l'avait retirée.  Des documents trouvés il y a quelques années dans un entrepôt où les souvenirs de la famille Jackson avaient été stockés, ont révélé qu'elle et trois de ses enfants avaient du régler un montant à six chiffres pour avoir battu une des copines de Joseph Jackson. En plus de ses enfants avec Katherine, Joseph a une fille illégitime.

Rebbie, la plus âgée des neuf enfants, a accusé son père de l'avoir agressée sexuellement quand elle avait douze ans.

Jackie, le fils aîné, a eu une jambe cassée quand sa première femme l'a poursuivi en voiture après l'avoir surpris au lit avec la chanteuse Paula Abdul.

Jermaine, un converti à l'Islam, avait une petite amie et deux épouses, l'une d'entre elle, Alejandra, était en train de demander le divorce. Elle a eu un enfant, Jermajesty avec Jermaine,  et deux avec Randy,  le frère de Jermaine avec qui elle était engagée avant que Jermaine ne la détourne de Randy.

En 1994, l'ex-femme de Tito s'est noyée dans une piscine, et son amant a été reconnu coupable de l'avoir assassinée.

En 1989, La Toya a quitté la maison familiale pour épouser son directeur, elle a écrit un livre révélateur sur la famille, puis est retournée dans le clan, a été reconditionnée et a accusé son mari de la battre.

La police a interrogé au moins un des neveux de Michael Jackson au sujet de sa relation bizarre avec son oncle.

Katherine Jackson était la seule du clan à être venue au procès tous les jours. Selon un procès intenté contre Jackson par Marc Schaffel, Katherine après avoir comparu dans une vidéo de réfutation, a demandé 250 000 $ à Michael.

La haine de Michael contre Joseph Jackson a été largement documentée, et une mesure de la gravité de sa dernière situation au procès de 2005 : C'est qu'Il a permis à son père d'être avec lui devant les tribunaux.

Certains frères et soeurs ne sont jamais venus au procès. Les carrures solides et la peau sombre des frères de Michael, contrastaient vigoureusement avec sa pâleur grisâtre et son corps anorexique. Lorsque le roi en avait besoin, les paysans devaient être là, a dit l'ami de la famille, Stacy Brown, un témoin au procès et co-auteur de deux livres avec des membres de la famille dont un avec le publiciste de Jackson de longue date, intitulé «Michael Jackson : The Behin the Mask».  Jusqu'en novembre 2003, MJ ne parlait pratiquement pas à sa famille, mais là il en avait besoin.

Debie Rowe, a déclaré pendant le procès que Jackson était un père merveilleux, généreux, un homme d'affaires brillant ...Il y a différents Michael. Il y a mon Michael et le Michael que les autres voient. Elle a ajouté que son Michael était facilement manipulable quand il avait peur, et que c'était elle qui l'avait complètement éloigné des co-conspirateurs indésirables, qu'elle appelait des «vautours opportunistes». Elle a nié que ses éloges sur la vidéo de réfutation avait été scénarisés. Pour assurer sa présence, Jackson lui avait parlé pour la première fois depuis des années et lui avait donné l'autorisation de violer l'accord de confidentialité qu'elle avait signé afin de collecter ses millions. Les procureurs s'attendaient à ce qu'elle dise ce qu'elle avait dit aux députés du shérif, quand elle décrivait Michael comme un saligaud. Au lieu de cela, elle a demandé vivement qu'on l'aide à se rappeler sur quelle tournée elle avait rencontré un des conspirateurs.  Certains ont spéculé que son témoignage était simplement un stratagème pour retrouver ses enfants, car elle était dans une bataille légale avec Jackson pour la garde et depuis 2001 elle n'avait pas été autorisée à être avec eux. Quand  Zonen lui a demandé qui était  le responsable, elle a répondu : «C'est leur père, finalement, c'est sa décision. Je ne veux pas croire cela. Je veux croire que ce sont les autres.» Après cela, la défense, qui avait beaucoup ri, a retiré sa requête pour son témoignage.

Quelques jours plus tard, l'accusation a appelé  le sergent-détective Steve Robel à la barre pour répéter le témoignage original de Rowe, mais le dommage avait été fait. Le témoin à charge Rudy Provencio, qui était présent lors de la vidéo, a déclaré qu'il avait fallu beaucoup d'heures pour obtenir l'entrevue de Rowe, et qu'il avait fallu la persuader de «mieux pleurer».

Debbie Rowe, n'était pas le seul témoin à être touché par le syndrome du culte de la célébrité. Bob Jones, renvoyé en 2004, après avoir été l'homme de confiance de Jackson pendant 16 ans, devait répéter un épisode écrit dans ses mémoires, «il avait vu Jackson lécher la tête de Jordie Chandler». Un fois à la barre, cependant, Jones a commencer à se liquéfier. «Je pourrais certainement dire qu'ils s'étaient embrassés...Je ne me rappelle pas ce léchage de tête, a-t-il déclaré. Qu'est-ce qui a provoqué ce changement ? Selon Stacy Brown, «Bob a vu Michael là, et il a fondu» Selon le livre, Brown dit que Jones a averti Jackson deux fois au sujet de sa relation avec Jordie Chandler: «Cela vous coûtera beaucoup de malheurs et beaucoup d'argent». Michael lui a répondu : «Occupez-vous de vous, je sais ce que je fais».

Cynthia Belle, une hôtesse de l'air de jets privés, était un autre témoin à charge qui est devenue le contraire. Elle était sur le vol de Miami où Jackson donnait du «jus de Jésus» à l'accusateur et devait témoigner que le garçon buvait dans la boite de Jackson. Au lieu de cela, elle a nié, prétendant même que cela avait été son idée de servir de l'alcool dans des boites de soda.

Jésus Salas, ancien directeur de Neverland, a témoigné avoir souvent vu Jackson trébucher dans les locaux. Une nuit a-t-il dit, quand l'accusateur et son frère étaient là en même temps que le petit frère de Frank Cascio, Eddie, Michael lui a donné l'ordre d'apporter une bouteille de vin et quatre verres dans sa chambre, et le lendemain matin, la bouteille était vide. Ensuite Salas ajouta soudainement : «Il a également commandé des sodas avec ça». Lorsque Gordon Auchincloss lui a rappelé qu'il n'avait jamais inclus ce détail dans les entretiens avec les shérifs, il a répondu . «Cela vient de me revenir soudainement».

Quand Salas a témoigné qu'il avait vu Jackson boire de façon régulière, Mesereau lui a demandé : «Saviez-vous qu'il avait un problème de médicaments sur ordonnance...qu'il avait beaucoup d'injections de divers médecins ?» - Mesereau essayait de suggérer que si Jackson paraissait ivre,  c'était le résultat des médicaments qu'il prenait pour sa santé.

Cependant, un médecin qui traitait Jackson a dit qu'il voyageait avec une énorme valise contenant des médicaments d'ordonnance puissants, des seringues préchargées,  des IV et un pôle IV repliable et qu'il passait des jours entiers à regarder la vidéo Fantasia de Disney encore et encore. Il a fait remarquer aussi que les enfants de Jackson s'ennuyaient à regarder le même film tant de fois, et il a ajouté que Prince Michael avait plusieurs dents cariées à force de manger des bonbons. La  drogue dont Jackson s'imbibait, l'empêchait de s'endormir et, à un moment donné, il fallait qu'il se rende dans un hôpital pour recevoir une anesthésie puissante pour se reposer. Une fois de plus, a déclaré le médecin, la célébrité de Jackson le protégeait.

Les témoins les plus touchés pendant la poursuite étaient ceux qui étaient obligés de témoigner en vertu de l'article 1108. June Chandler, la mère de Jordie, a admis qu'elle avait autorisé Jackson à dormir à son domicile dans le même lit que son fils plus de 30 fois. Jackson partait dans sa limousine le matin quant il était temps pour Jordie d'aller à l'école, et il revenait après l'école. Elle raconta aussi comment l'étoile, alors âgée de 34 ans, avait séduit son fils avec des visites chez Toys "R" Us et Disneyland, et elle avec des cadeaux Fred Segal de 7 000 $ des bijoux et plusieurs sacs à main. Elle a rappelé qu'une nuit à Las vegas quand Jackson est venu frapper à sa porte vers 21h30, elle avait vu un Michel qui pleurait, tremblait, et lui disait «Pourquoi tu ne me fais pas confiance ?, nous sommes une famille. Pourquoi tu fais ça?  Pourquoi ne permets-tu pas à Jordie d'être avec moi ? » et j'ai dit : «Il est avec toi» ! Mais il a continué «Mais pourquoi pas dans ma chambre ?». Cela a duré une demi-heure, ensuite j'ai cédé. Et en cédant à Jackson j'ai perdu mon fils. Jordie Chandler n'a pas revu sa mère depuis qu'il était parti vivre chez son père, Evan, que les avocats de Jackson ont accusé d'extorsion. La voix de June Chandler s'est brouillée quand on lui a demandé depuis combien de temps elle n'avait pas parlé à son fils. «Dix ans», a-t-elle répondu, les personnes qui ont assisté au procès ont dit que la peine sur son visage était inoubliable.

La mère de Gavin Arvizo a déclaré : «Je ne veux pas de l'argent du diable».

Jason Francia, était le seul jeune homme à se présenter pour dire au jury que Michael Jackson l'avait importuné à partir de ses 7 ans. Après cinq ans de thérapie, le chrétien évangélique qui s'était occupé de lui, a dit qu'il travaillait comme mentor pour les jeunes gens troublés dans leurs enfance, et qu'il était aussi vendeur de pièces automobiles. Il avait 17 ans, lorsqu'il a appris que sa mère, Blanca Francia, avait convenu un accord de 2.4 millions de dollars avec Jackson, après trois allégations de molestation, et qu'il avait découvert aussi deux jours avant de témoigner, qu'elle avait vendu son histoire à un tabloïd TV pour 20 000 $.

Francia a témoigné que deux fois dans l'appartement  «cachette» de Jackson à Los Angeles, la pop star l'avait entrainé  dans des jeux de caresses au cours desquels il déplaçait ses mains,  sur les organes génitaux du garçon à l'extérieur de son short. Approximativement à chaque chatouille, il recevait de l'argent, ajoutant que deux fois, Jackson lui avait donné 100 dollars. Comme il l'a décrit une troisième fois, à Neverland lorsqu'il avait environ 10 ans et que les mains de Jackson étaient dans son pantalon, il pleurait et lui demandait d'arrêter. Quand les détectives l'ont interrogé en 1993, lors de l'enquête sur l'affaire Chandler, il avait 13 ans et a d'abord nié ce qui lui était arrivé. Peu de temps après, cependant, il a révélé les détails à la police.

Ce jeune homme par son témoignage venait de subir l'une de épreuves les plus humiliantes de sa vie, mais les jurés n'ont pas eu pour lui le moindre signe d'empathie. Ils l'ont ignoré alors qu'ils riaient et parlaient ensemble.

Au début du procès, la défense avait annoncé qu'elle appellerait des dizaines de célébrités comme témoins, dont Elizabeth Taylor, Stevie Wonder et Diana Ross. Le 6 mai 2005  Sneddon a déclaré qu'il envisageait de mettre en accusation les témoins du personnage. Une requête de l'accusation a énuméré des sujets d'accusation pertinents, y compris «La déclaration de Latoya Jackson, soeur de l'accusé, qui avait déclaré à la télévision nationale qu'elle avait vu un paiement de 1 million de dollars adressé à la famille de Jimmy Safechuck pour acheter son silence ; La preuve que Jackson avait emmené de nombreux enfants dans sa chambre et son lit alors qu'il était fortement dépendant du Demerol et d'autres substances réglementées ; la preuve que Jackson avait bien donné de l'alcool à des enfants».

C'était probablement ce qu'il aurait du faire.  Dans un dépôt scellé, pour une affaire civile en 1996, Jackson avait prétendu sous serment ne pas savoir qui était Jason Francia ; qu'il n'avait jamais parlé au biographe Randy Taraborrelli ou qu'il ne connaissait pas le livre qu'il avait écrit. (Taraborrelli et Jackson se connaissaient depuis 1976) ; et ne pouvait pas nommer les  six garçons sur lesquels il avait été interrogé, y compris les deux premiers témoins de la défense dans ce procès. Wade Robson et Brett Barnes, tous deux Australiens, avaient souligné dans leurs témoignages la proximité de Jackson avec leurs familles. Ces deux jeunes hommes et leurs mères et soeurs - Tous ceux qui séjournaient alors à Neverland - ont «bizarrement» atterri à la défense de Jackson.

Joy Robson, la mère de Wade, a témoigné qu'elle avait obtenu un visa de résidence permanente et touchait des salaires par l'entremise de la compagnie de Jackson,  qu'elle avait reçu une voiture et 10 000 dollars de Jackson, et un prêt de 10 000 $ que lui avait accordé un enquêteur de MJ.

Karlee Barnes, la soeur de Brett, a témoigné que pendant la moitié de deux années successives, elle et son frère ont été retirés de l'école pour aller en tournée avec Jackson en Europe et en Amérique du sud. Ceux qui assistaient à l'audience étaient en état de choc, lorsqu'elle a révélé que Michel et son frère, âgé de 11 et 12 ans, avait dormi dans le lit de Jackson pendant 365 nuits.

Brett Barnes, un employé du casino au chômage, a témoigné qu'il avait cessé de dormir avec Jackson à l'âge de 19 ans. 

Leur atout le plus important restait la mère de Gavin Arvizo, qui a fini par être utile à Jackson, même si la charge de conspiration était périphérique aux actes de molestation. Beaucoup d'experts juridiques ont estimé que l'accusation de conspiration ne pouvait être prouvée, puisque la véracité de la mère était discutable et qu'aucun des co-conspirateurs n'avait été entendu au palais de justice. (Mesereau n'avait pas voulu que Cascio, Vincent Amen, Wiesner, Konizer - témoignent)

Michael Jackson était selon lui-même un messager de Dieu !

Que pensez-vous de Johnnie Cochran qui n'a pas voulu défendre Jackson en 1993, mais qui a continué à défendre OJ Simpson ? Imaginez-vous qu'il croyait ce dernier plus facile à défendre que le premier ?

Quant à Tom Mesereau, il m'amusera toujours....Cet avocat qui a aidé Michael Jackson a être acquitté d'accusations de violences sexuelles en 2005, va défendre Bill Cosby.  Je me demande quelle stratégie de défense il va utiliser à l'intérieur du palais de justice ! certainement  celle  d'attaquer  les  femmes qui ont accusé Cosby de les avoir violées, en leur faisant honte et en les accusant d'avoir voulu soutirer de  l'argent à cet homme respectable. 

Tom Mesereau, 67 ans, reprend donc la défense du créateur du «Cosby Show», qui doit être rejugé début novembre en Pennsylvanie pour des accusations d'agression sexuelle, après l'annulation d'un premier procès en juin, le jury n'ayant pu arriver à un verdict unanime.

Le porte-parole de Bill Cosby avait annoncé début août que l'avocat qui représentait Bill Cosby depuis décembre 2015, Brian McMonagle, se retirait du dossier.

Bill Cosby, aujourd'hui âgé de 80 ans, est accusé d'avoir agressé sexuellement Andrea Constand en janvier 2004 à son domicile de Cheltenham, dans la banlieue de Philadelphie, dans le nord-est du pays. (lire ici) Il a reconnu avoir pratiqué des attouchements sur la victime, mais a toujours assuré qu'il s'agissait d'une relation consentie.

Dans une interview en juillet, Mesereau a déclaré que le procès était une perte de temps, car les procureurs avaient un cas très faible !  (Il avait dit la même chose concernant Michael Jackson)

Suge Knight et Thomas Mesereau

Suge Knight et Thomas Mesereau

Autre affaire pour Thomas Mesereau, et pas des moindres :

Suge Knight, de son vrai nom Marion Knight, Jr., né le 19 avril 1965 à Compton en Californie, est un producteur de musique américain et cofondateur, avec Dr DRE, du label de référence du début des années 1990, Death Row Records, qui comptait à l'époque trois des plus grands rappeurs de la West Coast : Dr.DRE, Snoop Dogg, et 2 Pac.

Récapitulatif :

En 1996, Suge Knight est envoyé en prison pour violation d'une libération conditionnelle et l'année suivante condamné à une peine de neuf ans d'emprisonnement pour cette violation. Il est libéré le 6 août 2001.

En 2003, il est emprisonné pour une nouvelle violation de liberté conditionnelle après avoir frappé un employé de parking.

En 2006, Il s'en prend à Snoop Dogg, l'accusant d'être un «indic» car il n'a jamais été condamné malgré ses arrestations répétées pour possession illégale de drogue et d'armes.

Le 10 Mai 2008, Knight est impliqué dans une altercation à l'extérieur d'une boite de nuit d'Hollywood. Violemment frappé, il est emmené à l'hôpital mais refuse de coopérer avec le LAPD.

Le 27 août 2008, Suge est arrêté pour possession de drogue et voie de fait à la sortie d'un club de striptease de Las Vegas. Lorsque la police est arrivée sur place, Knight était en train de frapper Melissa Isaac, sa compagne depuis trois ans, et brandissait un couteau. Le rapport de police indique qu'il était sous l'influence d'ectasy et d'hydrocodone. Le 5 décembre 2008, la police et le procureur n'ayant pas réussi à contacter Melissa Isaac et aucune plainte formelle n'ayant été déposée contre lui, Suge Knight est lavé de toutes les accusations.

En mars 2009, Knight est impliqué dans le cambriolage du domicile de Noel Detail Fisher, le producteur d'Akon. Selon les déclarations d'un employé de Fisher, cinq hommes armés ont fait irruption dans la maison, déclarant qu'ils procédaient au recouvrement d'une créance envers Suge Knight. 170 000 dollars de bijoux, un coffre fort fermé, des ordinateurs, du matériel d'enregistrement ainsi que les clés d'une Mercedes ont été volés.

Le 29 janvier 2015, Suge K. est arrêté par le police de Los Angeles pour le meurtre de son ami et producteur de rap Terry Carter et la tentative de meurtre du réalisateur Cle Sloan. Selon les témoins, le producteur se trouvait sur le tournage du film «NWA-Straight Outta Compton» en compagnie de Dr. DRE et Ice Cube, lorsqu'une altercation aurait éclaté entre deux hommes et Knight qui aurait alors regagné son véhicule pour fuir ses assaillants et aurait renversé deux hommes puis roulé à deux reprises sur les victimes.

Cela fait plus de deux ans que Suge Knight est sous les verrous.

Le traitement par la justice du cas Suge Knight agace son avocat....Un certain ...Thomas Mesereau, qui déclare : «Suge Knight, devrait être à la maison et pas en prison.

«Il est en prison à cause de sa célébrité et non à cause de ce qu'il a fait.» Sa caution de 12.5 millions de dollars est même anormalement élevée. «J'ai eu des heures de discussions avec M.Knight, et je suis convaincu qu'il est innocent». a déclaré l'avocat aux cheveux blancs à l'extérieur du palais de justice de Los Angeles. «Cette affaire va être jugée dans la salle d'audience, pas dans les médias». (Mesereau utilise les mêmes rhétoriques que pour Michael Jackson.)

Le procès pour meurtre débutera en janvier 2018.

Mesereau est le quatrième avocat principal à prendre le contrôle de l'affaire, James Blatt, David kenner et Matthew Fletcher s'étant désistés.  

A chaque fois, l’avocat est confronté à ce même questionnement d’une partie de l’opinion: «Comment défendre un salaud sans en être un soi-même ?» peut-être ! mais n'importe quelle personne à droit à une défense, donc certains avocats doivent faire le sale boulot. «Cela s’appelle la Démocratie».

Place aux avocats qui mêlent art de la défense et science de l'attaque, sans états d'âme.

L’inénarrable Jacques Vergès est un des avocats les plus connus au monde. Il s’est fait une spécialité de la défense des accusés que tout le monde condamnaient. Le nom de ses clients parlent pour son titre d’avocat du diable. Parmi ses procès les plus célèbres: le nazi Klaus Barbie, le terroriste Carlos, Pol Pot ou encore Slobodan Milosevic.

Me Jacques Vergès,  écrivait ainsi : «Je ne suis pas l’avocat de la terreur, mais l’avocat des terroristes. Hippocrate disait : «Je ne soigne pas la maladie, je soigne le malade». C’est pour vous dire que je ne défends pas le crime mais la personne qui l’a commis.»  

Thomas Mesereau est un avocat aussi narcissique et médiatique que Vergès, et fier de défendre tous ceux embourbés dans des histoires sordides, et qui repartiront très souvent du tribunal blanchis. (Le client est roi).

Pour satisfaire leur égo, certains avocats,  dont Thomas Mesereau fait partie, sont prêts a faire du bourreau une victime et inversement, ainsi lorsqu'il y a influence de l'argent,  les rôles sont intervertis..... Décidément le chemin sera long pour parvenir à instaurer une vraie justice pour que les victimes soient rétablies dans leurs droits...Je pense notamment à Wade Robson.

Dans l'affaire Arvizo, Mesereau s'est transformé en tortionnaire au même titre que son client : Michael Jackson.   Mais le pire c'est que les forfaits d'un avocat sont estompés, voire rayés au nom du droit à la défense.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Clara

Derrière le masque de MICHAEL JACKSON et le culte de ses fans.
Voir le profil de Clara sur le portail Overblog

Commenter cet article

Stand up 16/09/2017 03:01

Cest clairement ton Dieu sinon tu lui accorderait pas tout un blog !

Clara. 16/09/2017 02:54

Malheureusement pour ta sale gueule clara , il n'a pas etait condamné ! Car blanchit de toute ces choses dont tu l'accuse connasse ! Qui va accepter de l'argent contre un silence? Àlors qu'on a violer ton enfant? Personne!
Tout les accusateurs ont dit apres la verité ! Ils ont avouer que c'etait pour l'argent ! Le Fbi a parlé ! Il est innoncent de tout ces atrocités dont vous l'accusez !
T'a pas de vie espece de folle !!
Trouve toi d'autre activité ! Tu dois etre une vieille retraité qui n'a rien a faire de ces journées !
Conne !