Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DESTINS DE STARS : Michael Jackson derrière le masque - Célébrités - Lieux célèbres - Personnages historiques. Actualité.

INDOCHINE un groupe Français inaltérable !

INDOCHINE un groupe Français inaltérable !

L'aventure du groupe Indochine commence en mai 1981. Dominique Nicolas, fils de bonne famille comme le sont ses trois autres futurs compères, découvre la musique sur le tard, après s'être beaucoup investi dans le sport mécanique, version moto. C'est en fréquentant «le Gibus», célèbre club parisien qu'il découvre l'univers de la scène et des groupes amateurs, alors que le mouvent punk touche à sa fin. Il commence aussi à se produire parmi quelques formations dont il change souvent, avec juste une guitare ou une boîte à rythmes. C'est en répondant à une petite annonce recherchant un guitariste qu'il rencontre Nicola Sirkis. Les deux jeunes gens qui ont alors tout juste 20 ans, s'associent et concoctent une maquette sur laquelle on trouve le titre «l'Aventurier». Pour convaincre les maisons de disques, il doivent se produire sur scène. Pour leur premier concert, ils recrutent en catastrophe le frère jumeau de Nicola, Stéphane qui assure la partie clavier alors qu'il n'est que débutant. Il en va de même pour la dernière recrue, Dimitri Bodiansky, ami de Nicola, qui commence juste à apprendre le saxophone. C'est donc avec cette formation de fortune qu'Indochine voit officiellement le jour le 29 septembre 1981 au Rose Bonbon. Pour un concert mémorable parce que triomphal. C'est quelques semaines plus tard, le 20 novembre que le groupe signe un premier contrat avec une maison de disques.

En septembre 1982 sort L'Aventurier

Issu de l'album éponyme, L'Aventurier est LA chanson qui a fait exploser la carrière du groupe Indochine. Un titre hyper-dansant qui deviendra le hit de l'été 1983, consacré à l'univers du héros de romans et de BD Bob Morane. La musique est très new wave, composée par Dominique Nicolas, l'un des deux fondateurs d'Indochine.  C'est Nicolas Sirkis, l'autre pilier du groupe qui écrit les paroles et qui les interprète, en chantant derrière une longue mèche de cheveux noirs. Le public est conquis. Depuis 1982, cette chanson ne cesse de résonner sur les pistes de danse des discothèques ou de fêtes entre amis. le single s'est vendu à 585 000 exemplaires.

Décidés à profiter de la brèche qu'ils viennent d'ouvrir, les quatre membres d'Indochine se remettent au travail juste après avoir reçu le Bus d'Acier 83, récompense française décernée par la critique rock. Si le nom du groupe vient sans doute de quelques accords de guitare exotiques datant de leurs débuts, Indochine finit par puiser l'inspiration, au moins au niveau des textes, dans ce que l'on pourrait appeler la «sphère asiatique». Pour preuve, le nom des titres du second album intitulé fort à propos «le Péril Jaune» : La sécheresse du Mékong, Okinawa, Shanghai...etc. Les deux simple extrait de cet opus «Kao Bang» et «Miss Paramount» font à nouveau danser la France juvénile, développant au passage du fantastique «Indo-mania».

En fait, il faut attendre l'album suivant et son formidable succès pour se rendre compte de la

place du groupe dans le paysage musical français. C'est avec le nouvel opus «3» en 1985 qu'Indochine explose. Sa vente massive (800 000 albums écoulés) assure aux chansons, aujourd'hui cultes, «3e sexe», «Canary Bay», «Salambo» et «trois nuits par semaines», un enthousiasme qui dépasse les frontières françaises. C'est la consécration absolue avec la réalisation du clip du titre «Tes Yeux Noirs» par Serge Gainsbourg.

A partir de janvier 86, Indochine part en tournée à travers la France, avec une escale triomphale à Paris au Zénith du 24 au 27 mars et s'exporte aussi vers la Scandinavie où les jeunes filles s'enthousiasment pour ces quatre garçons dans le vent. Ils se retrouvent même n°1 du hit suédois. Un album live enregistré à Paris sort en octobre. De quoi leur faire tourner la tête.

Pourtant le groupe se remet au travail et retourne en studio dès février 87. Plus obscur que les précédents, l'album «7000 danses» sort en septembre, précédé par un simple «les Tsars». Débarrassé de la panoplie du «péril jaune», Indochine subit les assauts médiatiques de certains critiques rock qui devant leur énorme succès, ont du mal a voir en eux autre chose qu'un clone du groupe anglais Cure même si leur musique n'a rien à voir ! La rançon de la gloire est parfois terrible.. Même si cet album marche moins bien que le précédent, cela n'empêche par le groupe de faire sa rentée à Paris en mars 88 au Zénith pour quatre concerts sold out. Mais la série noire continue avec le décès de Stéphane Sirkis atteint d'une hépatite fulgurante alors que l'enregistrement de l'album «Dancetaria» débute. Son frère Nicola se demande alors si cela vaut la peine de continuer. Après une période de repos qui leur permet à tous de se ressourcer, le groupe entre une nouvelle fois en studio de juillet à novembre 89. Au début de l'année suivante sort donc «le Baiser», nouvel album qui symbolise aux yeux de ses auteurs l'entrée dans les années 90. Reflet de leur vécu des deux dernières années, il semble être le plus personnel de leur production. Un simple titre en est extrait intitulé «Des fleurs pour Salinger» ( en référence à l'écrivain américain). Sans tournée, l'album se vendra tout de même à 300 000 exemplaires. Leurs dix ans d'existence se fêtent avec la sortie d'une compilation (sur laquelle figure un inédit), le «Birthday album» vendue à travers l’Europe entière, ravivant au passage l'indo-mania. Plus de 600 000 exemplaires seront écoulés faisant taire les quelques-uns qui pensaient que le groupe était «fini». D'ailleurs la tournée qui suit en 92 est un véritable succès. Une nouvelle génération de fans d'Indochine apparaît, beaucoup plus jeune, des ados comme le public originel.

Décidés à continuer l'aventure, les deux frères signent en fait un nouveau contrat d'enregistrement avec Double T Music France, filiale française d'une société Belge et entrent en studio début 99. Malheureusement Stéphane meurt brutalement à 39 ans le 27 février laissant Nicola seul avec ce nouveau projet.

A la suite d'un concert hommage à Stéphane, Indochine, soit Nicola Sirkis accompagné de nouveaux musiciens, entame une série de 25 dates acoustiques en 2001. Ces concerts donneront lieu à l'album «Nuits Intimes».

Dès le printemps suivant, Indochine commence à travailler sur leur nouvel album prévu pour 2002 :  «Paradize» dont est issue la chanson «J'ai demandé à la lune». (Une chanson transgénérationnelle) 

Le retour est triomphal : 1.200.000 albums vendus, 150 000 singles, et une tournée marathon de deux ans fédère alors une troisième génération de fans.

Indochine est sacré Meilleur groupe français aux MTV Europe Music Awards en 2002, reçoit la victoire de la Musique du Meilleur album pop rock en 2003, et le groupe joue souvent à guichets fermés en France, mais aussi en Belgique, en Suisse, au Luxembourg, au Canada.

Le double album Alice & Placebo.

Si les ventes n'atteignent pas les records de Paradize, la tournée qui suit durera jusqu'en 2007, déplaçant des foules pour des dates doublées, triplées, voire quadruplées. Le single Alice & June se place en deuxième place des charts et figure parmi les titres francophones les plus joués dans le monde.

L'année se poursuit avec une victoire d'honneur décernée aux Victoires de la Musique, trophée que Nicola Sirkis remet à une personne du public afin de symboliser le lien qui unit le groupe à leurs fans depuis les débuts.

Le coeur sur la main, les musiciens font une fois de plus preuve d'une grand humanité en enregistrant avec la chanteuse  Amwe le titre «Un ange à ma table» en version japonaise, afin de venir en aide aux victimes du séisme et tsunami survenus au Japon en mars 2011. La vente des singles, épuisés en moins de 24 heures, permet à Indochine de faire un don de plus de 12 000 € à la Croix-Rouge.

Un an plus tard, Indochine dévoile le douzième album studio tant attendu, «Black City Parade», qui les emmène sur les routes dix jours à peine après sa sortie. La tournée se joue à guichets fermés et se compose de trois parties : Le «Black City Tour 1», qui parcourt des salles de petite et moyenne capacités, le «Black City Tour 2», consacré aux Zénith et plus grandes salles, le niveau 3 étant bien entendu le Stade de France, réinvesti pour deux dates en juin 2013. Filmés, ces deux shows font ensuite l'objet d'un documentaire, «Rendez-vous au Stade de France». En parallèle, l'album devient double disque de platine.

Leur passage dans la vielle de Bruxelles au cours de leur tournée a bénéficié d'une captation et est proposé en CD/DVD/Blu-Ray en décembre 2014 sous le titre «Black City Tour». Cet album live est la première production à sortir via Indochine Records, le tout nouveau label fondé par Nicola Sirkis.

Alors qu'il se murmurait qu'un nouvel album verrait le jour en 2016, c'est finalement en 2017 qu'Indochine annonce l'arrivée de nouveaux titres. En Juin, un premier single est dévoilé. Il s'agit de «La vie est belle», écrit par Nicola Sirkis et composé par Mickaël Furnon. L'album est dans la foulée annoncé pour le 8 septembre 2017.

Ne manquait que le titre de ce treizième album. C'est en juillet que tout naturellement Indochine annonce que ce nouvel opus s'intitule «13». Le «13 Tour» démarrera courant 2018. Le groupe a prévu de s'arrêter dans 24 villes à partir du 10 février, dont trois soirs à L'Accor-Hotels Arena de Paris les 16, 17 et 18 février qui affichent déjà tous complet.

Indochine est nommé dans la catégorie «Groupe/Duo Francophone de l'Année» aux NRJ Music Awards 2017 ainsi que celle du «Clip de l'Année» pour «LA VIE EST BELLE».

La vie est belle mais elle est surtout violente. Indochine a dévoilé leur nouveau clip et il est réalisé par Asia Argento. Pour illustrer « La vie est belle », l’actrice et réalisatrice Italienne raconte à travers ce clip, la vie d’un homme : sa naissance, son enfance, ses souvenirs avec son père, sa mère, leur divorce, son premier baiser… Puis suivent le mariage, le bébé, les disputes, les violences conjugales,  les réconciliations, les rencontres, la maladie etc. jusqu’à sa mort.  C’est intime, cru, fort, émouvant,  très réaliste et ne laisse pas indifférent.

En un peu plus de cinq minutes, la vie capturée en accéléré est présentée telle qu'elle serait vraiment pour certains : crue, violente et sans faux-semblants.  Ce clip peut heurter la sensibilité de certaines personnes,  il  célèbre tous les instants de bonheur sans oublier les épreuves qu'ils engendrent, et c'est assez glaçant ! mais le clip dévoile au grand jour ce que beaucoup de personnes vivent vraiment.   Il est riche en émotions :  On est forcément l'un de ceux-là sur cette terre. 

Un nouveau clip choc donc,  et qui  fait parler... comme cela avait été le cas du clip de College Boy, dévoilé en 2013. Réalisé par Xavier Dolan, il dénonçait le harcèlement scolaire par le biais d'un jeune élève crucifié et abattu par ses camarades dans la cour de son établissement. Le clip avait été censuré à la télévision. 

Côté musical  on retrouve l'Indochine que l'on aime, intemporel, immortel parlant de choses très sensibles, réelles,  et sensées.  «La vie est belle et cruelle à la fois, elle nous ressemble parfois» dit le refrain de la chanson.

Nicola Sirkis est un véritable phénomène d'authenticité et de persévérance. Discret sur sa vie privée, il n'a jamais fait une seule concession qui aurait pu abîmer la marque Indochine.

En trente-six ans de scène, il a connu la gloire et les traversées du désert, tour à tour adulé par des millions de fans, boudé par les professionnels de la musique, moqué puis encensé par les critiques. Nicola Sirkis n’a jamais rien lâché. Il en est fier et il y a de quoi. À force d’acharnement, de travail et de détermination, il a vaincu toutes les tempêtes.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :