Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DESTINS DE STARS : Michael Jackson derrière le masque - Célébrités - Lieux célèbres - Personnages historiques. Actualité.

MICHAEL JACKSON comparé à LEWIS CARROLL.

MICHAEL JACKSON comparé à LEWIS CARROLL.
MICHAEL JACKSON comparé à LEWIS CARROLL.
MICHAEL JACKSON comparé à LEWIS CARROLL.

Alice's Wonderland Juxtaposée sur Neverland Ranch.

L'article original est ici

Par Tisha Carter-Smith : Professeur d'université, et diplômée de l'université du Minnesota et de l'Université de Drake. USA.

Car je pense que c'est de l'amour, car je sens que c'est de l'amour, car je suis sûr que ce n'est que de l'amour ! - Lewis Carroll, dans Sylvie et Bruno (1889) - (Une traduction en français de ce livre est parue aux Éditions du Seuil en 1972).

L'Angleterre victorienne était une société en transition remplie de contradictions. Les victoriens ont romancé le travail, la domesticité et la spiritualité,  comme ils ont idéalisé la beauté et la virginité féminine (Calhoun, 2007). Pendant ce temps, l'Angleterre devenait de plus en plus urbaine et capitaliste. Il y avait un grand déni des réalités sociales et de nombreux désagréments ont été laissés pour compte. Les sensibilités victoriennes croyaient  maintenir l'honneur et la bienséance à tout prix. Aujourd'hui, les sensibilités modernes n'ont aucune prétention et les scandales sont devenus des divertissements populaires. Le type particulier de scandales sexuels que cet article examinera,  est celui des leurres pédophiles incessants utilisés sur des enfants mineurs,  et la façon dont le statut de célébrité semble permettre à ces types de déviants présumés une dispense spéciale. Il semblerait qu'il y ait des auteurs sur les célébrités qui utilisent leurs leurres pédophiles, de sorte que ces actions sont devenues si ancrées dans leur style de vie,  qu'il semble que ces actes eux-mêmes ont évolué en un art secondaire. Plus précisément, cet article fait référence à deux de nos plus grands héros artistiques connus : Lewis Carroll et Michael Jackson.

Non responsabilité et Intention: Le but de cet article n'est pas de prouver ou de réfuter si. a) L'homme connu sous le nom de Lewis Carroll, et b.) Michael Jackson ont eu des relations sexuelles avec des enfants mineurs. L'objectif de cet article est d'explorer les nombreux parallèles entre ces deux hommes, qui partageaient une forte affinité pour des enfants amis, les leurres pour les attirer, et comment cela peut être classé semblablement à une obsession qui a affecté leur vie, conduisant ceux qui ont des sensibilités à se questionner pour savoir si la pédophilie était en jeu. «Pourquoi ne peut-on pas partager son lit ? C'est la chose la plus affectueuse à faire, partager son lit avec quelqu'un.»- Michael Jackson (BBC Interview, 4 février 2003)

La Pédophilie examinée : Classée comme un trouble mental, la pédophilie est un type de dépendance sexuelle. Peu de pédophiles sont capables de résister à leurs fortes envies d'établir un contact avec les enfants et feront de grands efforts pour y parvenir. Ils ont le désir de se procurer  des enfants dans leur vie (Wooden, 2007). Le plus grand passe-temps de Carroll était de divertir les petites filles. Il marquait les bons jours dans son calendrier personnel avec le symbole d'une pierre blanche. Une bonne journée était un jour où il pouvait délasser un enfant ami ou s'en faire un nouveau (Gardner, 2000).

Le caractère d'un pédophile est qu'il est notoirement amical, gentil, très gentil, attachant et sympathique, s'infiltrant souvent dans la vie de cet enfant - sa famille, école, lieu de culte, sports, et passe-temps. La plupart conviennent que beaucoup de pédophiles ne croient sincèrement pas qu'il y ait quelque chose d'inapproprié dans leurs relations. D'ailleurs, ils influencent les autres afin de leur faire croire qu'ils sont complètement dignes de confiance. Contrairement à un pyromane, qui doit d'abord allumer un feu ; un meurtrier, qui doit d'abord intentionnellement tuer un autre être humain ; ou un voleur, qui doit volontairement voler quelqu'un, les critères de diagnostic de l'American Psychiatric Association n'exigent pas d'activité sexuelle réelle avec un enfant pour être qualifié de pédophile. Le diagnostic peut donc se faire sur la seule base de la présence de fantasmes ou de pulsions sexuelles, à condition que le sujet réponde aux critères suivants. -   Sur une période d'au moins 6 mois, des fantasmes sexuels, des pulsions sexuelles ou des comportements impliquant une activité sexuelle récurrents et intenses avec un enfant ou des enfants prépubères (généralement âgés de 13 ans ou moins). - La personne a agi sur ces pulsions,  les pulsions sexuelles ou les fantasmes provoquant une détresse marquée ou une difficulté interpersonnelle. - La personne a au moins 16 ans et au moins 5 ans de plus que l'enfant ou les enfants du premier critère.

Le domaine de la pédophilie contient les sous-classifications pertinentes suivantes : l'éphebophilie et la chronophilie. La nature de l'éphébophilie n'est pas résolue. Certains considèrent l'éphébophilie comme résultant de la chronophilie, où l'âge sexuel / érotique du chronophile est discordant avec son âge chronologique réel mais concordant avec l'âge du partenaire (caractéristique de Carroll).  Une autre théorie le caractérise par un refus de vieillir psychologiquement et un désir de renouer avec sa jeunesse (caractéristique de Jackson). L'attraction envers les adolescents n'est généralement pas considérée comme pathologique par les psychologues, sauf quand elle interfère avec d'autres relations, et devient une obsession qui affecte négativement d'autres domaines de la vie, ou provoque une détresse chez le sujet (Wikipedia, 2007). Au début des années 1860, Carroll était profondément troublé par un sentiment inexpliqué de péché et de culpabilité. Il a souvent exprimé dans ses journaux qu'il était un pécheur «vil et sans valeur» (Wikipedia, 2007), indigne du sacerdoce. La nature exacte du (des) problème (s) derrière ces sentiments reste floue. Dans les deux cas, il y a des preuves que la vie des deux hommes a été affectée négativement par leur préoccupation et a causé une certaine détresse, en particulier les problèmes juridiques de Jackson et l'apparente répression sexuelle de Carroll.

Lewis Carroll, né Charles Lutwidge Dodgson est né en 1832. Il a été éduqué pour suivre les traces de son père (Gardner, 2000). Comme son père, Dodgson est devenu  mathématicien à l'université d'Oxford. Bien qu'il soit clair que Dodgson avait une certaine aptitude dans le domaine, en particulier dans le domaine de la métallogique,  ses vraies passions étaient axées    sur le domaine religieux et littéraire. Ordonné diacre dans l'Église d'Angleterre, il était en réalité le Révérend Charles Lutwidge Dodgson. Mais, nous le connaissons à cause de son talent littéraire et de son nom-de-plume Lewis Carroll, auteur de nombreuses histoires de fantaisie pour enfants. Ses œuvres les plus célèbres sont Through the Looking Glass et Alice in Wonderland, dont la dernière est l'objet d'interminables productions à l'écran, à la télévision et à la radio à travers le monde entier. «Ma vie est si étrangement émancipée de toute épreuve et de tout trouble», écrit Carroll, «que je ne peux pas douter que mon propre bonheur provient de l'un des talents qui m'a été  confié pour «m'occuper» jusqu'à ce que le Maître revienne et rende d'autres vies heureuses »(Gardner, 2000, p. Le charme de Carroll)

Michael Jackson, enfant prodige musical du XXe siècle, aurait facilement pu exprimer ce sentiment. Né en 1958, Michael Joseph Jackson a reçu presque tous les honneurs et distinctions qui pourraient être décernés à un artiste de l'ère moderne. En raison des compétences de management de son père, Jackson était devenu un artiste  national, alors que ses pairs apprenaient encore leurs tables de multiplication. Les réalisations musicales de Jackson sont trop nombreuses pour les citer dans cet article, mais tout comme Carroll il était dédié à ses idéaux chrétiens, il convient de noter à quel point Michael Jackson a consacré une grande partie de sa vie et de ses ressources aux œuvres caritatives pour les enfants. Il a été inscrit à l'édition 2000 du livre Guinness des records du monde pour avoir battu le record du monde pour «la plupart des organismes de bienfaisance soutenus par une étoile pop», soutenant 39 organisations caritatives, dont : Big Brothers de Los Angeles La Fondation des sports et des arts, Dreamstreet Kids, le diabète juvénile et le YMCA - Crenshaw (Campbell, 2007).

Enfants amis : L'un des principaux points de cet article est l'affinité pour les «enfants amis» que les deux hommes partageaient. Beaucoup d'enfants amis de Carroll l'ont aidé pour  son inspiration à créer les jeunes héroïnes de ses histoires. Les enfants, qu'il a partagés avec Isabella Bowman, étaient «les trois quarts de sa vie» (Thomas, 1996, p.339). Il a déclaré à plusieurs reprises qu'il «ne se souciait pas des garçons», ce sont «les petites filles qui ont rendu sa vie digne d'être vécue». On a dit qu'il cessait de s'intéresser à elles quand les filles atteignaient «l'âge maladroit» de la puberté (Thomas, 1996, p.339). La fille la plus célèbre était Mlle Alice Liddell, une enfant de 11 ans à la beauté exceptionnelle.  «J'ai eu des dizaines d'enfants-amis entre temps», lui écrivait-il après son mariage, «mais on avait une amitié tout à fait différente» (Gardner, 2000, p.18). Carroll aimait rencontrer les filles dans les wagons de chemin de fer et sur les plages publiques. Il avait l'habitude de porter un grand sac noir pendant de tels voyages, contenant des puzzles, des épingles de sûreté pour épingler les jupes des petites filles quand elles souhaitaient patauger dans l'eau, et d'autres «cadeaux inhabituels» pour aiguiser  leur intérêt. Il leur a aussi appris à faire des tours de passe-passe (Gardner, 2000).

Michael Jackson est connu dans le monde entier pour son talent musical et son dévouement pour les œuvres de bienfaisance mondiales. Seule une poignée de personnalités mondiales pouvaient prétendre à des sommets similaires de renommée internationale et de culte des héros comme Jackson. Ayant été une célèbre star dans l'enfance, Jackson gravitait vers d'autres enfants étoiles  avec lesquels il ressentait un sentiment d'histoire commune. La série d'enfants amis qui sont entrés dans la vie de Jackson allait d'enfants stars célèbres à des jeunes malades et / ou défavorisés, qui bénéficiaient du travail caritatif de Jackson. L'élément commun des enfants amis de Jackson est qu'ils étaient tous, avec suspicion, des mâles préados. Ce qui n'est pas explicite dans le domaine public, c'est de savoir qui a initié ces relations : Jackson, les enfants, ou une combinaison des deux. «Ma plus grande inspiration vient des enfants ... tout est inspiré de ce niveau d'innocence. J'adore être autour d'eux tout le temps», a déclaré Jackson (interview de la BBC, 4 février 2003). La résidence de Jackson nommée Neverland, a une référence délibérée à la maison fictive de Peter Pan. Le domaine abrite même une statue de Peter Pan. Beaucoup d'enfants ont pu profiter de Neverland, le ranch californien de Jackson qui abrite un parc d'attractions. Il comprend un zoo et la maison principale est décorée de caricatures  grandeur nature et de jeux à gogo, tout cela pour se délecter de la fantaisie de l'enfance (Wikipedia, 2007).

Un peu trop amical avec les enfants peut-être ? Vous avez vraiment cru qu'il était  hétérosexuel.  Carroll devait se sentir en sérénité sexuelle avec ses jeunes amis. Il se plaisait à les embrasser et terminait ses lettres avec «10 millions de baisers», «4» ou «2 millions millionième partie d'un baiser» (Gardner, 2000, p. Xix). Une fois il a embrassé Henrietta Owens, la croyant âgée de moins de 14 ans, pour découvrir plus tard qu'elle avait 17 ans ; Le fait est qu'elle était plus âgée qu'elle n'en avait l'air. Il a ensuite écrit une «fausse excuse» à sa mère, l'assurant que cela ne se reproduirait plus. Les rumeurs au sujet de Carroll l'ont poursuivi après cet incident, mais peut-être parce qu'il était un gentleman ou un homme célèbre, beaucoup de ses contemporains de la société bienséante ont voulu croire aux meilleures intentions de Carroll. On lui faisait suffisamment confiance pour qu'il soit même autorisé à prendre des vacances avec des filles, comme Isabella Bowman, âgée de 15 ans. À la fin de sa relation, il a écrit une histoire pour elle, la visite d'Isa à Oxford, écrite comme un journal de ses aventures. Il terminait ses lettres par «Ton oncle toujours amoureux C.L.D.» (Thomas, 1996, p 322)

Dans le cas d'Alice Liddell, Carroll était pour tous,  amoureux d'elle. En public, il a protesté contre toute suggestion prétendant que son amour pour elle ou n'importe quel enfant était autre chose que celui de l'innocence pure (Gardner, 2000). Cela l'a rapidement blessé. Pourtant, un incident s'était clairement produit, entraînant une rupture avec la famille Liddell en juin 1863. Mme Liddell ressentit quelque chose d'inhabituel à propos de la fascination de Carroll pour sa fille Alice et prit des mesures pour décourager l'attirance de Carroll. Mme Liddell a même brûlé beaucoup de ses premières lettres adressées à Alice. La famille de Carroll a également détruit une correspondance embarrassante après sa mort (Wikipedia, 2007). Cependant, plusieurs années plus tard, le fils d'Alice, Caryl Hargreaves, a déclaré publiquement qu'il pensait que Carroll était amoureux de sa mère - suggérant même qu'une demande de mariage avait été faite. Au plus fort de leur relation, Alice avait moins de 14 ans. Une autre preuve des tendances pédophiles de Carroll était son hobby de dessiner et de photographier des filles nues et dénudées - avec la permission de la mère. Il pensait que les corps nus des petites filles étaient extrêmement beaux et il les représentait de manière asexuée (Gardner, 2000). Ce genre  artistique s'appelle la nympholepsie, un genre dérivé de l'expressionnisme grec classique. Quand Carroll voulait photographier une fille nue, il lui faisait des déclarations pudiques telles que «ne rien porter sous sa robe préférée», ou le «nu» direct. la proposition semble plus furtive ou plus fuyante qu'elle ne l'était. Carroll  qui n'aurait jamais fait de mal à un enfant dans le monde, anticipait dans sa pudeur quelque chose du style de la prose de Humbert Humbert» (Thomas, 1996, p.8) référence aux amours scandaleuses de Humbert Humbert dans le livre «Lolita» de Vladimir Nabokov).

Morton Cohen, un éminent érudit sur Carroll, a estimé que Carroll avait reconnu sa féroce admiration pour les jeunes filles. Dans les entrevues que Cohen a menées dans les années 1960 auprès de six à huit vieilles dames qui étaient autrefois les enfants-amies de Carroll, aucune d'entre elles n'a jamais rien dit (même quand elles était pressées de donner  des détails pétulants) mais qu'il était le plus gentil, le plus doux, charmant, délicieux, etc., etc., homme qu'elles n'avaient jamais connu. Bien que Cohen pense que Carroll ait pu vouloir épouser une ou plusieurs des filles à plusieurs reprises, une fois qu'elles atteignaient leur majorité, l'idée du mariage était  abandonnée (Wikipedia, 2007). En outre, beaucoup ont pensé que Carroll était l'inspiration irrésistible du roman de Vladimir Nabokov Lolita1 (Gardner, 2000). Pourtant,  tous les récits convenables disent que Carroll est mort sexuellement réprimé et célibataire (Calhoun, 2007).

Au cours des années 1980, Michael Jackson était au sommet de sa renommée et de son influence musicale. A l'époque il était considéré très finaud en manipulation des médias dans le but de  créer et rehausser sa notoriété. Pourtant, du milieu à la fin des années 1990, il est devenu le «Wacko Jacko» de la presse. De tels termes brouillent la frontière entre l'excentricité et l'instabilité émotionnelle. Jackson aurait-il pu pousser sa fascination pour Peter Pan trop loin? Certains des critiques de Jackson ont fait valoir qu'il s'est trop identifié avec Peter Pan et a évité de grandir créant ainsi un monde fantastique dans lequel il n'a jamais réussi à prendre les caractéristiques des adultes. Par exemple, la maison Neverland de Jackson est plus un parc d'attractions / palais d'enfants que la résidence conventionnelle d'un homme de 48 ans. Les frontières entre les faits, les rumeurs et les insinuations sont très floues dans ce cas. Ils sont seulement appuyés par le fait que les détails spécifiques des affaires de molestation criminelle contre Michael Jackson ont été ensachés dans des ordonnances de bâillonnement judiciaires, des procédures judiciaires scellées, et d'autres mesures de secret. Ce qui est connu du comportement de Jackson semble révéler quelques éléments discutables, amenant certains à épouser le vieil adage «où il y a de la fumée, il  y a du feu.» Publiquement Jackson s'est souvent lié d'amitié avec des garçons de 11-13 ans. Il a même utilisé Macaulay Culkin, Emmanual Lewis et Ryan White comme escortes aux événements de presse. Jackson a longtemps accueilli des enfants dans son ranch Neverland pour des nuitées. Bon nombre de ces visites auraient eu lieu sans la surveillance des parents, ce qui a ouvert la voie aux allégations publiques de molestation d'enfants de Jackson à partir de 1993 :

Michael Jackson a pleuré quand il a parlé des allégations des années plus tard. Jackson a fait   au minimum deux règlements à l'amiable pour mettre fin aux épreuves jurdiques. Il a dit, «les gens mauvais pensent que je pourrais faire cette chose aux enfants. Je me fendrais les veines  plutôt que de blesser un enfant. Je ne pourrais jamais faire cela. Personne ne saura jamais à quel point ces mauvaises rumeurs m'ont blessé. Si ce n'était pas pour les enfants ... Je jetterais l'éponge et je me tuerais. Je ne voudrais pas vivre sans enfants et sans l'inspiration qu'ils me procurent. Ils m'inspirent dans tout ce que je fais, chaque chanson que j'écris, chaque danse que j'effectue. Les gens essaient d'utiliser cela contre moi et c'est tellement injuste. Je suis très bouleversé, ça me brise le cœur »(The Daily Mirror, 13 avril 1999).

Dans l'infâme interview de Martin Bashir pour la BBC, Living With Michael Jackson, Jackson a dit qu'il dormait parfois sur le sol et donnait son lit aux enfants, il qualifiait cela de «belle» et «douce» relation. Il a insisté: «Ça n'a rien de sexuel,  on va dormir - je les borde et je mets un peu de musique et quand c'est l'heure du conte, je lis un livre». Suite à cette interview, un ami enfant qui figurait dans le reportage  accusait Jackson d'inconduite sexuelle. Le procès célèbre qui a eu lieu à l'été 2005, a révélé des rapports hautement salaces et les activités discutables de Jackson avec de jeunes garçons. Pourtant, beaucoup de ses anciens enfants amis se sont ralliés à la défense de Jackson. Même sous la pression (comme dans le cas des enfants amis de Carroll), ces garçons ont refusé d'admettre que quelque chose de vraiment  incorrect s'était  produit au cours de leurs relations. Il est important de noter que certains spéculent que les raisons derrière les allégations scandaleuses contre Jackson étaient financières. Néanmoins, en raison du manque de preuves, Jackson a finalement été acquitté des 13 accusations portées contre lui. Le chef du jury, Paul Rodriguez, a déclaré plus tard que les autres jurés discutaient souvent des allégations du passé selon lesquelles Jackson avait maltraité ou se comportait de manière inappropriée avec cinq autres garçons, y compris les deux jeunes qui avaient conclu des accords de plusieurs millions avec le chanteur dans les années 1990. Mais, a déclaré Rodriguez, les jurés savaient qu'ils ne pouvaient pas le condamner uniquement sur la base d'allégations passées (Robinson, 2005).

Le danger qui réside dans le goût des enfants amis est que la société peut se demander si les motivations de l'adulte sont sexuelles, en particulier lorsqu'on l'examine avec des sensibilités modernes. Ces sujets étaient tabous dans l'Angleterre victorienne et n'étaient certainement pas les actions d'un gentlemen. Les contemporains de Carroll ont préféré croire qu'il avait vécu et qu'il était mort célibataire au lieu d'avoir pensé qu'il avait pu  céder à la tentation. Si quelqu'un savait ou avait des preuves du contraire, il était certainement plus important de protéger la dignité des personnes impliquées que de le faire savoir. Cependant, il y a des preuves que  des mères diligentes avaient mis fin aux relations de Carroll avec leurs filles. On ignore si les mères qui n'ont pas protesté étaient attirées par la célébrité de Carroll ou croyaient qu'il était d'un calibre spirituel et social supérieur. Malgré la  grande connaissance existant dans la société moderne sur la nature transversale de la déviance sexuelle, les attitudes à l'égard de ceux qui  devraient être exemptés de telles conventions ne sont pas si éloignées de la pensée victorienne. Considérant le nombre de parents qui ont continué à permettre à leurs enfants de socialiser avec Michael Jackson sans supervision, depuis les allégations de 1993, cela nous amène à nous demander où sont leurs sensibilités.

Conclusion: Certains professent, qu'à l'époque Victorienne on croyait que les enfants étaient simplement de petits adultes. Les idées d'immaturité, de susceptibilité, de corruption et de salacité n'étaient pas des considérations. Aujourd'hui, nous reconnaissons qu'il existe des différences entre les enfants et les adultes qui affectent directement le degré de responsabilité et de décision que la société accorde aux mineurs. Nous reconnaissons également que l'abus existe sous plusieurs formes et a des répercussions à vie. Les inclinations pédophiliques ne sont pas des fantaisies passagères, mais font partie de la psyché de la personne et ne font pas de discrimination de race, de sexe, de classe ou d'âge. Même si aucune preuve n'existe aujourd'hui pour suggérer qu'aucun virage sexuel n'a jamais été  pris par Jackson ou Carroll, on ne peut pas échapper au fait que de nombreux détails ont été délibérément tenus à l'écart du public. Parce que la pédophilie ne nécessite pas d'activité sexuelle réelle pour l'implication, les inclinations de Carroll et Jackson ont été démontrées au cours de nombreuses années. Certes, ce n'est pas un crime pour Carroll de ne jamais s'être marié, mais passer sa vie d'adulte à avoir des relations apparemment platoniques avec des filles mineures est un comportement étrangement suspect. Les susceptibilités modernes auraient très probablement fait payer à Carroll,  des charges,  pour ses dessins et photographies nympholéptiques. D'autre part, Jackson s'est marié et a divorcé selon sa volonté. En outre, le dévouement de Jackson à la charité est certainement louable et non un comportement criminel, mais la mesure dans laquelle il se comporte derrière sa propension envers  ses amis enfants,  à  la façon d'une mission charitable avec des expressions de camaraderie,  est sans  aucun doute très suspect. C'est par définition pathologique, car il ne pouvait pas résister au désir d'aller jusqu'à partager son lit avec des garçons avec lesquels il n'était pas apparenté, malgré les troubles juridiques et financiers de son passé. Le révérend Charles Dodgson est décédé en 1898, mais les excentricités de Michael Jackson continuent de le tourmenter. À la suite de son procès en 2005, Jackson a déménagé à l'extérieur des États-Unis pour éviter un examen plus approfondi de ses actions par les médias. On ne peut qu'espérer que ses leurres d'enfant, typiquement pédophiles,  puissent être identifiés,  ou que le public puisse être plus diligent à se concentrer sur  ses  sensibilités modernes pour dépister les pédophiles potentiels comme le commun des mortels.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :