Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DESTINS DE STARS : Michael Jackson derrière le masque - Célébrités - Lieux célèbres - Personnages historiques. Actualité.

L'histoire de la famille Arvizo avec Michael Jackson

Comme les accusations de brutalités policières de Jackson  s'étaient en grande partie retournées contre lui, parce qu'elles étaient fausses, son clan ainsi que sa famille ont accusé le procureur du comté de Santa Barbara, Tom Sneddon, et ses fonctionnaires de ne pas avoir apporté de preuves de molestation mais de vouloir se venger. Cela est partagé par les partisans de Jackson, même si les accusations coïncident avec les preuves. 

Gavin Arvizo, le garçon de 10 ans n'avait plus que quelques semaines à vivre, et Michael Jackson était le troisième sur la liste  des personnes qu'il souhaitait rencontrer. Adam Sandler était le premier,  Chris Tucker le deuxième. Mais juste au moment où on lui demandait en 2000 de trouver d'autres noms, l'image de Michael Jackson est apparue sur MTV que Gavin regardait dans sa chambre d'hôpital, il a montré l'écran et a dit à son ami Jamie Masada, propriétaire de LAugh Factory, «je veux aussi rencontrer Michael Jackson».  Pour faire manger le garçon, qui ne pesait que 28 kilos, Masada lui a dit «Tu dois  aller mieux si tu veux voir Adam Sandler!». Le garçon hispanique de East LA avait été opéré d'une tumeur cancéreuse  sur son rein gauche ; sa rate et le rein avaient été retirés, mais le cancer s'était propagé dans ses poumons et son foie. Il n'avait pas bien supporté la chimiothérapie et son groupe sanguin était le rare O-négatif/négatif. Il avait des plaies dans la bouche et ne pouvait pas bien s'alimenter, il a commencé à manger de la crème glacée, mais après deux cuillères, il vomissait du sang, s'est souvenu Masada. Veux-tu réessayer ? le suppliait Masada. «Si tu manges, tu pourras rencontrer tous ceux que tu veux». Le garçon s'est progressivement fortifié et, après plusieurs mois, Masada, qui lui rendait visite tous les jours, l'a emmené dans son fauteuil roulant  à l'école du rire sur Sunset Strip, où les clown sur la scène lui ont prêté une attention particulière. 

Masada, un immigrant Iranien faisant dans la bienfaisance est arrivé à Los Angeles à 14 ans, et s'occupait du Comedy Camp de Laugh Factory en été. Le programme dont il s'occupait aidait les enfants défavorisés à transformer leur douleur en rires en leur faisant faire des scènes drôles sous le tutelle de comédiens de renom. Le garçon en question, ainsi que son frère cadet et sa soeur aînée, avaient participé à ces scènes. 

Masada a téléphoné à Neverland, pour expliquer la situation et a demandé si Michael Jackson pouvait appeler le garçon pour lui «remonter le moral». Deux jours plus tard, Jackson appela. A cette époque, les parents du garçon, qui s'étaient mariés à l'adolescence, avaient la trentaine et étaient toujours ensemble, mais dans un foyer instable où l'argent manquait souvent. 

Pour ces gens de la classe moyenne inférieure, peu instruits qui vivaient dans un appartement miséreux et des rues remplies de tags, Neverland, avec tous ses attraits, devait ressembler à un rêve incroyable. Les deux parents ont accompagné le garçon, avec sa soeur et son frère, à Neverland en août 2000 pour rencontrer Jackson. Le père est également allé avec le garçon déjeuner avec Adam Sandler de Sony, qui l'a présenté à Rob Schneider. Selon Masada, Chris Tucker devenu une sorte de mentor pour le garçon, lui offrait des vêtements Nike ; le garçon, à son tour, emmena Tucker à Neverland pour le présenter à Jackson. George Lopez s'est aussi lié d'amitié avec le garçon. (George Lopez, né le 23 avril 1961, est un humoriste, acteur et animateur de talk show américain. Il est surtout connu pour être la vedette de la sitcom "Une famille du tonnerre").

Quand le garçon a commencé à aller mieux, il a dit à Masada : «Mon père et moi sommes allés à Neverland». Peu de temps après, selon Masada, le père s'est arrêté à la maison du rire, pour leur montrer une voiture avec à l'intérieur une télévision, ce qui, selon lui, était un cadeau de Jackson. MJ avait également prêté à sa famille une voiture pour se rendre aux rendez-vous de chimiothérapie, mais il n'ont pas fait beaucoup de visites à Neverland pendant cette période. Après un an et demi de chimio, raconte Masada, et toute l'attention particulière portée aux distractions et aux voyages à Neverland, le cancer du garçon était en rémission. L'enfant, selon les gens qui le connaissaient, était beaucoup moins bien éduqué que Jordie Chandler ne l'était à son âge, et sa relation avec Jackson n'avait pas la même intensité, bien que la configuration, lorsque la famille restait à Neverland était similaire. Les garçons ont dormi avec Michael plutôt que dans la chambre des invités. La soeur avait sa propre chambre et la mère était hébergée dans une maison d'hôtes à une certaine distance de la maison principale. 

Jackson aurait dit très clairement qu'il ne voulait pas que la fille ou la mère soient là, disant aux garçons : «Les filles sont des plaies». L'accès aux quartiers privés de Jackson n'était pas du tout ce que le camp de Jackson a suggéré lors de diverses interviews, ils insinuaient que les employés et le personnel pouvaient observer librement les événements. Myung-Ho Lee, qui était souvent à Neverland, a fait cette description : «Vous entrez par la porte sur le côté droit et il y a un petit couloir d'environ 2 mètres qui conduit à une autre porte sur la gauche. Dès que quelqu'un franchit la première porte, une alarme se déclenche et la caméra installée au-dessus de la deuxième porte montre par l'intermédiaire du moniteur placé dans la chambre de MJ si quelqu'un approche. Le système était toujours actif lorsque Jackson était au ranch. L'alarme était assez forte pour être entendue dans la salle de bain, même lorsque la douche coulait. L'alarme n'a pas été installée pour dissuader les rôdeurs ou les ravisseurs. La sécurité extérieure était suffisante pour cela. L'alarme de la chambre à coucher de MJ était strictement destinée à alerter Jackson de la présence de toute personne devant sa porte. Un visiteur normal entre d'abord dans un grand salon, une sorte de salle du trône, où se trouve un grand fauteuil où le roi s'assied, autour il y a d'autres sièges éparpillés. Personne n'est autorisé à entrer dans la chambre de Jackson, même pas les invités».

À l'intérieur du placard de la chambre, il y avait un placard spécial en cèdre, construit pour contenir les fourrures du propriétaire d'origine.  Cinq panneaux verticaux en acier inoxydable entre les deux placards s'abaissaient lorsqu'un code secret à cinq chiffres était tapé.

Pour ce qui est de la surveillance, Myung-Ho Lee a précisé : «Michael a la très mauvaise habitude de filmer et d'enregistrer tout le monde. Toute sa maison est câblée pour pouvoir entendre des conversations de n'importe quel endroit». Une situation similaire a établi que lorsque Jackson voyageait, la sécurité avait une salle de surveillance avec des caméras installées dans les couloirs de sa suite d'hôtel et à l'intérieur de la suite.

Myung-Ho Lee, qui a parcouru le monde avec Jackson, a observé son comportement : «Il avait plusieurs invités dans sa suite la nuit - ils étaient toujours des garçons âgés de 10 à 13 ans ; je ne l'ai jamais vu partager une suite avec un adolescent plus âgé, une jeune fille ou une femme adulte. Je trouvais cela très étrange !». Une famille des Pays-Bas avec deux jeunes garçons est restée avec Jackson dans sa suite à Sun City, en Afrique du Sud, quand Lee était là. Les parents restèrent, comme June Chandler, la mère de Jordie, dans la suite, mais dans une autre chambre. Lee paya les factures pour les vacances et les cadeaux onéreux offerts à la famille. Les enfants de Jackson logeaient souvent dans des chambres loin de la suite, et la sécurité et le personnel dormaient généralement dans une partie différente de l'hôtel.

Pour quiconque est familier avec l'affaire Jordie Chandler, voir Gavin Arvizo, poser amoureusement la tête contre l'épaule de Jackson dans le documentaire de Martin Bashir était un choc. Le garçon était très semblable à Jordie, il avait le même âge, et il a répété les mêmes mots que Jackson avait dit à Jordie : «Si tu m'aimes, tu dois dormir dans mon lit», Jackson donnait le même surnom à Jordie qu'à Gavin : Rubba.

Le documentaire de Bashir a eu des répercussions immédiates sur le garçon. Sa mère a appelé Masada en larmes. Ils s'étaient rendus dans une station-service où les enfants avaient reconnu le garçon à la télévision et ils ont commencé à le taquiner pour avoir couché avec Michael Jackson, et lui ont dit qu'il était gay. Masada, qui n'avait pas encore vu le documentaire, lui a demandé si elle avait donné sa permission ou signé une autorisation pour que Gavin apparaisse à la télévision. Selon Masada, elle aurait répondu non, ajoutant que le camp de Jackson essayait de lui faire signer quelque chose maintenant. Ensuite, Masada et plusieurs initiés affirment que le camp de Jackson est entré en action sur plusieurs fronts. Les principaux membres de l'équipe qui s'occupaient de la famille étaient le réalisateur gay-porno Marc Shaffel  qui avait déjà produit une chanson pour Jackson, son ami de longue date Franck Tyson, connu sous le nom de Cascio, qui voyageait avec Jackson et Vinnie Amen du New-Jersey. La famille déconcertée n'avait pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils voulaient néanmoins aider Jackson «Le garçon a une très grande admiration pour Michael» dit un membre de la famille. «Ce sont des gens simples, raconte Masada».

Janet Arvizo, encore plus contrariée a de nouveau appelé Masada lui expliquant que quelqu'un avait appelé le Département des services à l'enfance et de la famille de Los Angeles et qu'ils voulaient l'interviewer car ils pensaient qu'elle était une mère inapte, permettant à ses enfants de dormir chez Michael Jackson. Ils vont emmener les enfants. Que dois-je faire ? Masada dit qu'elle est allée à la réunion en février «inquiète à mort», elle allait perdre ses enfants. Selon plusieurs sources, y compris Masada, des représentants de Jackson l'ont conduite avec les enfants à la réunion et ont essayé de jouer à  l'indifférence. Lorsqu'on leur a dit que leur comportement n'était pas acceptable,  un ami de Jackson a remis à la mère un magnétophone, en lui demandant d'enregistrer la réunion, mais elle ne l'a pas fait. À ce stade, a-t-elle dit : «Je ne savais toujours rien de la présumée agression ou de l'alcool et j'ai nié tout acte répréhensible de la part de Jackson». Apparemment, l'ami de Jackson a dit à l'agence que les enfants seraient placés dans des écoles privées et que la famille aurait dorénavant un foyer. ( Le garçon avait quitté l'école publique après les moqueries des autres enfants, et la famille restait à Neverland, prétendument pour leur propre protection.)

Cette vidéo, mêt vraiment mal à l'aise ....

Les médias ont beaucoup parlé de cette réunion confidentielle, car au début du mois de décembre, une note du DCFS qui avait été rédigée le 26 novembre, six jours seulement après l'arrestation de Jackson,  déclarait que les allégations d'inconduite sexuelle de Jackson avaient été divulguées sur le site Web The Smoking Gun.com -  Il est très irrégulier que cette note ait été rédigée après coup, et l'émission de télévision Celebrity Justice a révélé que le fonctionnaire à qui elle s'adressait avait des bureaux à deux pas de l'un des enquêteurs privés de Jackson.

La famille Arvizo a affirmé que les hommes de Jackson leur ont fait part qu'à cause du documentaire, des menaces de mort avaient été proférées contre eux et qu'ils étaient en danger. En outre, la mère, qui n'avait aucune idée de quoi que ce soit à l'époque, a été enregistrée sur bande vidéo par l'enquêteur de Geragos et sur vidéocassette par le vidéaste de Jackson, pendant qu'elle disait que Jackson était un homme formidable. Janet Arvizo raconte qu'on lui avait expliqué que si elle ne paraissait pas heureuse sur la vidéo, elle serait signalée du DCFS. 

Masada a finalement regardé le spécial quand il a été rediffusé le 17 février. «Je l'ai regardé avec incrédulité. Ils n'ont pas numérisé le visage du garçon ou quoi que ce soit» ; il a de nouveau demandé à la mère comment tout pouvait être montré sans sa permission. Janet lui a répondu qu'elle avait signé divers papiers, mais qu'elle ne savait pas ce qu'elle signait. L'un des papiers portant la signature de la mère serait devenu le rempart d'une plainte déposée par Jackson contre la British Broadcasting Standards Commission et la Independant Television Commission. Les gens de Jackson ont engagé des avocats britanniques pour aider MJ à protester haut et fort contre le documentaire de Bashir ( et à empêcher que le documentaire ou toute autre séquence supplémentaire ne soit vendu sur DVD ou VHS), ouvrant ainsi la voie à des millions de dollars pour l'émission, animée par Maury Povich, de Fox. (Afin de  garder la signature en évidence dans la plainte, la mère affirme que l'un des avocats de Jackson lui a plus tard offert 5 000 $ si elle voulait bien qu'ils l'utilisent. Elle a refusé.) 

Une source proche du dossier a affirmé que Jackson a même tenté de convaincre la mère de laisser le mari d'une des avocates du bureau de Geragos s'occuper de ses problèmes juridiques persistants avec le père du garçon - Un autre écho de l'affaire Chandler, où Bert Field, l'avocat a alors tenté d'intervenir auprès de la mère de Jordie dans son litige avec son père, même si Fields représentait Jackson et savait que le père avait allégué une possible agression sexuelle.

Au même moment, le clan de Jackson a demandé à la famille Arvizo des papiers personnels, y compris des certificats de naissance, afin d'obtenir un passeport pour eux. Pendant cinq jours, les Arvizo ont été protégés et gardés à l'hôtel dans le comté de Ventura au sud de Neverland,  dans l'attente de l'obtention de leurs passeports et visas.  Les Arvizo ont allégué que quelqu'un du camp de Jackson s'était rendu unilatéralement à l'école du garçon et avait changé le nom de la personne à appeler en cas d'urgence contre celui d'un initié de Jackson. Un des membres de Jackson aurait dit à la famille qu'ils devaient s'installer au Brésil ou en Argentine pour être en sécurité.  Les Arvizo ont accusé les amis de Jackson d'avoir voulu leur faire quitter leur petit appartement à East LA, et que leurs vêtements et leurs meubles avaient été entreposés par les gens de Jackson qui ne leur disaient pas où étaient leurs affaires. Mark Geragos a plus tard déclaré à son représentant que le déménagement avait été enregistré sur bande vidéo et que la mère avait donné son accord. 

Néanmoins aucune des promesses présumées de Jackson n'ont été tenues, à savoir payer l'école ou permettre à la famille d'avoir un nouvel appartement . Masada dit qu'à sa connaissance, Jackson n'a pas non plus payé les frais médicaux du garçon, contrairement à ce qui a été écrit dans certains articles de presse.

À la fin du mois de février, la mère, se disant en colère parce que ses affaires avaient été confisquées et que son fils était exploité, s'est plainte à Masada, qui l'a emmenée chez l'avocat William Dickerman. Elle lui a dit qu'elle se sentait comme une prisonnière mais qu'elle n'irait pas porter plainte aux autorités parce que son fils ne le voulait pas. «Elle avait très peur» dit Masada.

Toutes les activités de la famille Arvizo ont été surveillées. La mère semblait terrifiée à l'idée d'être envoyée au Brésil et a affirmé qu'il y avait une pression intense sur elle pour qu'elle déménage là-bas. Apparemment, elle ne pensait pas pouvoir refuser d'y aller. À un moment donné, elle a appelé une amie depuis un téléphone public, demandant que la police soit informée, mais rien ne s'est passé. Myung-Ho Lee a raconté que Jackson était très capable d'agir brutalement. «Michael est très vindicatif quand quelqu'un essaie d'entreprendre quelque chose contre lui. S'il a le dessus, il vous détruit».

Mi-mars, la mère a dit qu'elle avait réussi à s'échapper de Neverland en prétendant qu'elle emmenait son fils chez le médecin pour un rendez-vous avant leur départ pour le Brésil. Une fois là-bas, elle et les enfants se sont faufilés par la porte arrière et se sont enfuis chez un ami. Après leur évasion,  ils ont été harcelés continuellement et la mère a vu un employé de Jackson filmant la nouvelle école de son fils. Janet Arvizo a raconté qu'elle était convaincue que le téléphone où elle vivait était mis sur écoute et qu'elle était suivie lorsqu'elle prenait sa voiture. Elle a rapporté aussi que des gens frappaient à leur porte au milieu de la nuit, que des pierres ont été lancées sur la maison des grands-parents et une note leur a été glissée sous la porte leur demandant de contacter le camp de Jackson. Elle a demandé à Dickerman de l'aider à récupérer ses affaires. Dickerman a ensuite envoyé la première des dix lettres à Geragos lui demandant que soient rendus les papiers personnels de la famille, leurs effets personnels et toutes les cassettes vidéo et audio que les gens de Jackson avaient faites. Il a également demandé que toutes les personnes ayant proféré des menaces directes, fait de la  surveillance et des photographies à l'école des enfants, que les gens frappant à la porte de la mère, lui laissant des notes dérangeantes, enregistrant et filmant la famille soient arrêtées. Étant donné qu'aucune accusation criminelle n'avait encore été formulée, il semblait extrêmement étrange qu'un procureur aussi célèbre que Geragos soit impliqué dans une querelle concertant des sacs à ordures remplis de vêtements - Mais le fait est que Geragos n'a jamais répondu aux appels téléphoniques répétés des journalistes. Il a demandé quelques jours pour examiner la question. Après cela la plus grande partie du harcèlement a finalement cessé. Dickerman avait fait savoir qu'il serait absent le 24 avril, et ce jour là, les affaires de la famille ont été jetées sans cérémonie dans le hall de son immeuble à West Los Angeles où se trouvait son cabinet d'avocat. Furieux, Dickerman a ordonné au personnel de l'immeuble de ne pas accepter la livraison, et il a fallu  qu'il adresse quatre autres lettres  à Geragos avant que la famille sache  où étaient entreposées toutes leurs affaires. Geragos n'a jamais reconnu ce qui concernait les documents personnels, les documents scolaires, les passeports et les cassettes manquantes, ou le sujet du harcèlement. Au contraire, il a traité Dickerman d'hystérique. Dans un autre écho inquiétant de l'affaire Chandler, le garçon avait dit qu'il lui manquait ses sous-vêtements et des chaussures et quelques autres objets personnels.

Lorsque Janet Arvizo a raconté à Dickerman l'histoire de ses enfants, il lui a demandé si elle voulait poursuivre Jackson civilement, mais elle n'a pas répondu. Elle était principalement préoccupée par la récupération de ses effets personnels. Cependant, à ce moment là, il se disait que Jackson avait donné du vin, peut-être de la vodka et des antihistaminiques au garçon, et aurait montré aux deux frères des images pornographiques avec des filles nues. Il aurait également donné à la soeur des somnifères. Dickerman a suggéré qu'ils se rendent tous chez Larry Feldman, l'avocat qui avait remporté un règlement de 22 millions de dollars pour Jordie Chandler et avait interviewé plusieurs «amis spéciaux» de Jackson. Feldman a immédiatement reconnu que cette relation n'était pas la même histoire d'amour intense qui aurait eu lieu entre Jackson et Jordie Chandler. Jordie avait été très confiant. Ce garçon, jadis si pétillant, était devenu timide et retiré et parlait à peine au-dessus d'un murmure. Feldman a entendu l'histoire de la famille dans la même salle de conférence où il avait d'abord écouté Jordie Chandler et son père, Evan. Il pensait peut-être qu'il y avait plus de choses entre Jackson et le garçon que ce qu'on lui disait, alors il décida d'envoyer Gavin chez un grand psychologue pour enfants connu pour être droit lorsqu'il déclarait si des abus avaient eu lieu ou non. Rien n'a été fait sous contrainte comme cela a été rapporté. Après plusieurs séances, le psychologue a conclu que les accusations d'agression sexuelles étaient crédibles. De plus, le frère du garçon prétendait avoir été témoin de certaines d'entre elles. Il avait même parfois été au lit avec Jackson et son frère. Feldman s'est rendu compte qu'il y avait beaucoup de similitudes avec l'affaire Chandler, des allégations selon lesquelles Jackson avait demandé si le garçon voulait apprendre à se masturber - « C'est vraiment amusant -  c'est naturel -  et certaines personnes disent que c'est mauvais, mais pas du tout.»

Jamie Masada a certifié que la mère n'a jamais voulu d'argent. «Quand je l'ai emmenée dans le bureau de Bill Dickerman, il lui a demandé : «Qu'est-ce que vous voulez de cela ?» - Elle lui a répondu : «Je ne veux pas gagner d'argent. Je veux m'assurer que cela n'arrive pas aux autres enfants».

L'histoire de la famille Arvizo avec Michael Jackson

La loi Californienne stipule que lorsqu'une allégation d'abus sexuel sur un mineur a été divulguée par le mineur, le professionnel qui entend l'allégation doit la signaler aux autorités. Fin mai, Feldman a emmené le psychologue et un autre avocat de son bureau au DCFS, où la famille était allée en février. Dans l'affaire Chandler, le rapport de Jordie alléguant que Jackson l'avait molesté et masturbé avait été vendu par quelqu'un à un service de presse. Feldman était donc méfiant. Deux chargés des dossiers les ont écoutés puis ont demandé si    le garçon était en danger, et à la grande surprise de Feldman et du psychologue, les travailleurs sociaux ont refusé de recevoir les allégations du psychologue. Ils ne semblaient pas vouloir rapporter ou traiter ce problème à nouveau. Il y a eu des spéculations disant  que la note de service divulguée par le DCFS en décembre était une tentative bureaucratique du ministère pour couvrir ses arrières, et Feldman a demandé une enquête sur les personnes ayant divulgué le mémo et pourquoi sa visite avec les nouvelles allégations d'abus n'était pas mentionné. Le DCFS a refusé de commenter.

Feldman a appelé le procureur du comté de Santa Barbara, Tom Sneddon, qui avait passé des mois sur l'affaire Chandler. Lui aussi connaissait très bien le fonctionnement de Jackson par le passé, mais n'avait jamais pu l'accuser. Les Chandler avaient dit qu'ils en avaient assez d'attendre que les autorités agissent et qu'ils se sentaient tellement menacés par les tactiques autoritaires des gens de Jackson qu'ils avaient demandé une protection et qu'elle ne pouvait pas être accordée quand Jordie Chandler a refusé de témoigner contre Jackson. Mais Sneddon était présent lorsque Michael Jackson a commencé à paniquer pendant que ses organes génitaux étaient photographiés en 1993, ce qui fournissait la preuve cruciale nécessaire pour la procédure civile. Jackson avait giflé son médecin et avait maudit les détectives. Sneddon a vu les photos et avait donc un historique complet dans ses dossiers. Il a demandé à Feldman de prononcer le mot solennel selon lequel il ne poursuivrait pas Jackson civilement pendant que la nouvelle affaire était en cours d'enquête et jugée. Feldman a donné sa parole.

Le 18 novembre, une camionnette médico-légale, et une dizaine d'autres véhicules de policiers sont entrés dans Neverland.

Simultanément au raid de novembre 2003 à Neverland, des policiers ont perquisitionné le bureau de Bradley Miller un détective engagé par Jackson.   Tel qu'allégué dans le mandat de perquisition à la suite de la perquisition du  bureau de Miller à South Beverly Drive, il est prouvé que l'enquêteur a joué un rôle central dans la manigance présumée visant à intimider et à emprisonner à tort l'accusateur de Jackson et sa famille. 

À l'intérieur du bureau de Miller, des détectives de la police ont découvert deux cassettes contenant des images de surveillance du garçon et de sa famille, filmées après leur départ inattendu de Neverland à la mi-février 2003 et à la mi-mars. La vidéo a été tournée à plusieurs dates et dès 4h48 un matin, selon un horodatage sur les images. La caméra de surveillance a enregistré l'accusateur, sa mère, son frère et sa soeur, le grand-père des enfants et le petit ami de la mère.

Pour les enquêteurs, les vidéos de surveillance ont corroboré les affirmations de la famille selon lesquelles ils auraient été harcelés par des représentants de Jackson après que Neverland ait été fouillé.  Les procureurs soutiennent que les hommes de main de Jackson ont suivi la famille en raison de leurs préoccupations concernant les agents des forces de l'ordre, les responsables de la protection de l'enfance ou les journalistes.

En fait, lorsqu'un grand jury de Santa Barbara a inculpé Jackson pour une accusation  liée à un enlèvement présumé d'enfants, et à un emprisonnement illégal, l'un des 28 «actes manifestes» cités dans l'acte d'accusation concernait exclusivement les vidéos de surveillance.

Les vidéos, cependant, n'étaient pas les seules cassettes de valeur trouvées dans le bureau de Miller. Les détectives ont également découvert un enregistrement audio de 15 minutes concernant une conversation téléphonique entre un assistant de Jackson, Frank Cascio, et la mère de la victime présumée. Cascio lui a lancé un appel - qui a été enregistré illégalement - après que Mme Arvizo et ses enfants aient quitté Neverland au milieu de la nuit vers le 12 février 2003. Pendant l'appel, Cascio  exhorte la femme de retourner chez Jackson en raison des menaces présumées contre sa famille. «Je suis inquiet pour toi et pour ta protection. Parce qu'il y a beaucoup de méchants là-bas en ce moment»  déclare Cascio. «Et c'est pourquoi même rester une nuit seule n'est pas sûr». Les enquêteurs affirment que le camp de Jackson a fabriqué ces menaces dans le but d'attirer la famille derrière les portes de Neverland, en partie pour qu'ils puissent participer au tournage d'une vidéo réfutant le documentaire dévastateur de Bashir. Cascio  fait remarquer dans la vidéo :  «Jackson est tellement inquiet pour toi, ajoutant au bout de quelques minutes qu'il cherchait à protéger sa famille et «à protéger Michael». Parce que nous avons été dans cette situation à plusieurs reprises ....Et vous savez quoi ? nous ne voulons pas blesser les enfants. Et nous ne voulons pas, et Michael ne veut pas que Gavin [la victime présumée] soit blessée.»

En juin 2003, lorsque la famille de l'accusateur a commencé à rencontrer les détectives de Santa Barbara, chacun d'entre eux a déclaré avoir été menacé par les chefs d'entreprise allemands de Jackson, Dieter Wiesner et Ronald Konitzer. Chacun a dit aux policiers que les hommes les avaient poussés à participer à la production de la réfutation, et la mère a dit aux enquêteurs qu'elle craignait réellement Wiesner. Ces propos semblent être corroborés par le discours de la mère - enregistré quatre mois plus tôt  avec Cascio. «Nous sommes partis parce que ces Allemands, ces gens me terrifient, Frank, ils nous menaçaient.»

Au cours de la conversation enregistrée, Cascio lui a également fait un discours pour qu'elle accepte une interview de réfutation du Jackson/Bashir. «Nous aimerions que tu sois sur ce film et que tu dises quelque chose de beau à propos de Michael» Janet Arvizo a répondu : «Pas avec ces Allemands, parce qu'ils essaient de me dicter exactement ce que je dois dire». 

Lors du procès devant le grand jury qui a par la suite inculpé Jackson, le procureur Gordon Auchincloss a qualifié : «la bande enregistrée de façon subreptice comme un élément de preuve très puissant et important, je ne saurais trop le souligner a-t-il ajouté». Le sixième acte manifeste énuméré  de l'acte d'accusation est basé sur la conversation téléphonique enregistrée illégalement. En outre, l'acte  - 23 - allègue, en partie, que Jackson a utilisé du matériel d'écoute pour «surveiller personnellement» les conversations téléphoniques de Mme Arvizo depuis Neverland.

Marc Schaffel - Michael Jackson

Deux mois après les perquisitions de Neverland et du bureau de  Miller, les enquêteurs ont fait une descente dans la maison de Marc Schaffel, proche de Jackson, qui lui avait déjà coûté 2 millions de dollars et qui, avant de rencontrer le chanteur, avait fait fortune dans l'industrie du film porno. Les procureurs allèguent que Schaffel, un co-conspirateur non accusé dans l'acte d'accusation de Jackson, a servi  de payeur en relation avec l'intrigue visant à emprisonner la famille - pour  ensuite les  expédier au Brésil.

Mené par le détective Craig Bonner, les enquêteurs ont repéré un placard de chambre fermé à clé et utilisé par Schaffel comme espace de stockage des documents. À l'intérieur, il y avait environ sept classeurs à quatre tiroirs, de nombreuses boites et des étagères sur lesquelles étaient empilés des documents. Lorsque les enquêteurs ont examiné les documents, il est apparu que Schaffel était un grand archiviste  et que de nombreux documents - courriels, notes manuscrites, reçus, communiqués de presse, registres financiers - faisaient référence à la «gestion» de l'accusateur contre Jackson.  Les procureurs affirment  que les accusateurs ont  été faussement emprisonnés contre leur volonté pendant un mois.

Selon un rapport d'enquête, un document récupéré par les détectives de la police était intitulé «stratégie de la mère» :  Évidence item #1302 «pose cinq difficultés possibles qui pourraient être associés à [la femme] et la manière dont les problèmes pourraient être résolus, de manière à faire  bénéficier ou à protéger Michael Jackson. Les scénarios incluaient les conflits découlant du film de Bashir, [la femme] qui prétend avoir été menacée, [la femme] a été agressée sexuellement, [la femme] se voit promettre des choses et [la femme]  reçoit de l'argent».

D'autres documents saisis concernaient les aspects financiers de l'implication du camp Jackson dans la famille de l'accusateur. Une note rédigée par Schaffel répond à une demande d'avance de la part d'un employé de Jackson indiquant qu'il devait d'abord «forcer les vacances» [de l'accusateur] et «s'occuper immédiatement de sa famille». Un reçu de 1000 dollars remis à Cascio indiquait que l'argent était également destiné à couvrir les frais des «vacances». Les citations autour du mot «vacances» indiquent clairement que les assistants de Jackson considéraient le projet brésilien de la famille plus comme un exil que des vacances.

D'autres documents saisis ont mentionné le paiement des frais de passeport et de visa pour la famille. Un grand livre de caisse détaillé énumère les dépenses engagées «pour [la femme] et les enfants» y compris les petits achats dans des magasins comme Banana Republic, Lévis et Robinsons-May, et des restaurants comme Sbarro, Johnny Rockets et Hot Dog on a Stick.

Un dossier de Schaffel était intitulé «Fires Brewing-PR» et contenait un assortiment de courriels sur des sujets allant d'une biographie supposée préparée par l'acteur Corey Feldman, ancien copain de Jackson, aux réflexions de Konitzer sur la gestion de crise par l'équipe de la direction. Ailleurs, des détectives ont trouvé des copies faxées de différentes versions de modèles pour l'accusateur et sa famille qui ont été envoyées à Schaffel par l'avocat de Jackson, David LeGrand. Celles-ci étaient nécessaires avant le tournage par la famille pour l'interview de réfutation, questions qui ont été élaborées conjointement par Schaffel, LeGrand et Christian Robinson, un associé de Schaffel.

Les enquêteurs ont même trouvé une ligne dans un grand livre concernant un déjeuner, le 10 mars 2003, dans la cafétéria de l'hôpital Kaiser à Hollywood

L'équipe de Jackson a fait savoir que la famille du garçon avait déjà intenté un procès pour de l'argent. Un jour de 1998, alors que le garçon avait huit ans, il quitta le JC Penney à West Covina, en Californie, et se rendit dans le parking avec des vêtements du magasin qui n'avaient pas été payés. Son père marchait derrière lui. Trois agents de sécurité les ont poursuivis et ont déclaré plus tard qu'ils leur avaient ordonné de s'arrêter, mais le père a continué de marcher. Bientôt, la mère, qui était avec son autre fils dans une autre partie du parking, est arrivée au milieu du fracas. Un agent de sécurité de Tower Records a également été impliqué. Selon plusieurs sources, la tête de la mère avait été touchée, et lorsque la police l'a menottée de force, ses seins ont été exposés. Le garçon de 8 ans a subi une entorse, peut-être un bras fracturé, et son frère a eu une ecchymose sur le front. La famille a intenté une action en justice pour plusieurs réclamations de dommages physiques, émotionnels et mentaux et a été dédommagée à la fin de 2001 de 152 500 $. À ce moment-là, le garçon avait presque 12 ans et un cancer avait été diagnostiqué. Un mois plus tard, la mère demande le divorce. Le père a reçu l'ordre de ne pas approcher ou contacter sa famille pendant quatre ans, après avoir plaidé sans contestation des accusations de sévices physiques contre la mère en décembre 2001 et d'un chef d'accusation de mise en danger d'enfants en juin suivant. Il a été condamné à une amende, à la probation et à suivre des cours de conseils sur la violence conjugale et de comportement parental et à faire des services communautaires.

Chaque fois que Jackson était en danger, son équipe de défenseurs agissait comme un tank, et leur mission à ce moment là était de détruire la crédibilité de cette famille au moyen de la télévision par câble et par l'intermédiaire des tabloïds et des médias grand public. En décembre, dans un article largement cité, le New York Times, se référant au retard du dépôt des accusations contre Jackson, a déclaré que cela  avait «incité certains dans le camp de Jackson à dire que M.Sneddon jouait d'une main faible avec le témoignage douteux d'un enfant».

L'un des avocats de Jackson a suggéré que M.Sneddon pourrait être contraint d'abandonner la poursuite avant un procès. En janvier un article aveugle hautement suspect est apparu dans la chronique de potins de Cindy Adams dans le New York Post, sous le tire «LE CAS CONTRE JACKSON EST FRAGILE» Adams a rapporté que la mère avait prémédité son procès et que deux avocats l'avaient refusée, ajoutant que «même les avocats qui s'étaient opposés à Michael Jackson dans le premier cas ne voulaient pas de celui-ci, parce que Michael Jackson ne pouvait pas être reconnu coupable».

Le fait est qu'une armée de médecins légistes a participé au raid de Neverland, passant la chambre de Jackson au peigne fin pour y déceler des poils pubiens, des taches de spermes et d'autres articles potentiellement incriminants. L' affidavit scellé dans l'affaire compte plus de 80 pages. Mais Tom Sneddon n'était clairement pas doué pour déclarer la guerre aux médias et il ne semblait pas intéressé de le faire.

En revanche, le camp Jackson proposait séance photo l'une après l'autre, à commencer par la  participation très médiatisée de 600 partisans à Neverland le 20 décembre, dont le spécial Michael Jackson Number Ones CBS,  et une réunion à l'hôtel Beverly Hills avec plus d'une douzaine de conseillers les plus proches de Jackson - Une équipe dont certains avaient été licenciés et réembauchés plus d'une fois. Quand je pense qu'à ce moment là Jackson était gardé par la Nation of Islam - amenée par sa nounou et son frère Jermaine - Cela me rappelle l'ancien employé de Jackson qui avait dit que Michael avait si peu de respect pour les Noirs qu'il les appelait «Spabooks». Il y a aussi Jermaine qui émerveillait les gens en parlant de l'unité de la famille Jackson et qui a laissé tomber un peu plus tard,  lors d'une interview télévisée,  que son fils de deux ans, Jermajesty, n'avait jamais rencontré son oncle.

La famille de l'accusateur est pauvre et les parents ont une histoire violente qui comprend des accusations mutuelles d'abus physiques. Outre l'incident de vol à l'étalage, leur dossier juridique contient des cas de petites réclamations déposées par des détaillants et une entreprise automobile. La mère a avoué avoir vu un psychiatre avant même d'avoir traversé l'agonie d'avoir presque perdu son fils à la suite d'un cancer.

Un des conseillers commerciaux les plus proches de Jackson, qui avait rencontré la famille Arvizo à Neverland, a dit qu'il était convaincu à 100% qu'ils étaient à court d'argent. Quand la journaliste lui a demandé comment il pouvait le savoir. Il a répondu : «À la façon dont ils réagissent, ils veulent faire du shopping» . Avait-il des raisons plus spécifiques ? Il ne pouvait en avancer aucune. Quand la journaliste lui a mentionné que la famille avait été filmée, surveillée, détenue contre leur gré à Neverland et devait être emmenée au Brésil, sa réponse a été la suivante : «Je n'ai rien à voir avec ça,  ils ont fait ces choses, mais cela n'a pas été fait par moi».

La célébrité de Jackson et son pouvoir de séduction ont joué un grand rôle.  Myung-Ho Lee a dit qu'elle avait vu Jackson rencontrer les présidents de différents pays, des chefs de direction, des milliardaires, «des gens très mondains» qu'il ne manquait jamais d'impressionner. Les gens étaient dans la crainte de Michael Jackson, parce qu'il était Michael Jackson. S'ils étaient tellement impressionnés, vous ne pensez pas que Michael ne pouvait pas charmer des garçons mineurs ? leur parents ?  Un initié de l'affaire Chandler avait dit : «Tant de garçons ont aimé leur relation. Ils ne se sentaient pas comme des victimes. Ils ont été comblés de cadeaux, ils ont reçu un traitement très spécial. À cet âge, le sens de la sexualité chez un enfant commence tout juste à se développer. A notre connaissance, ce n'était jamais une situation de force. Pour un gars comme Michael Jackson qui dit : «je t'aime», et qui happe  des enfants à un âge très vulnérable, ces derniers ne peuvent pas comprendre complètement ce qui se passe. Mais en vieillissant, ça les frappe».

William Dickerman est d'accord. «Je crois fermement aux choses que la mère m'a dites. Elle a été examinée de manière critique à plusieurs reprises et de différentes manières par des professionnels qualifiés. Elle était cohérente. Son histoire est riche en faits, allégations et circonstances. Vous ne pouvez pas être cohérent lorsque vous mentez. 

Ces familles démunies et nécessiteuses étaient pratiques pour une superstar encline aux relations avec les jeunes garçons. Ils étaient tellement flattés d'être proches de la flamme de la célébrité qu'ils ne réalisaient pas avec quelle facilité ils pouvaient être brûlés.

En 1993, la police californienne avait enquêté sur des allégations selon lesquelles Jackson avait molesté un garçon de 13 ans dont le silence avait été acheté pour 22 millions de dollars. Un autre garçon, le fils de l'une de ses anciennes femmes de chambre, a témoigné que Jackson avait commencé à tâtonner son fils à l'âge de sept ans. La mère du garçon a reçu 2.4 millions de dollars pour leur silence. Comme si ces signes n'étaient pas suffisants, Jackson en février 2003, a déclaré à l'interviewer Martin Bashir, dans un documentaire télévisé, qu'il n'y avait rien de mal à dormir avec des jeunes garçons. «La chose la plus aimante à faire est de partager votre lit avec quelqu'un vous savez ? »

Michael Jackson s'est finalement retrouvé dans une salle d'audience accusé de pédophilie, un désastre dont son l'entourage l'avait prévenu pendant des années.

(Au pénal, on ne dédommage pas la victime, on puni l'éventuel coupable avec une peine. Au civil, le jury doit se déterminer pour savoir si le plaignant a subi ou non un préjudice et décider de le réparer ou non).

Mais ce qui a émergé avant tout pendant le procès pénal, c'était la triste image d'une famille fragmentée et d'un adolescent, toujours aux prises avec de graves problèmes de santé, s'exposant contre Michael Jackson partout dans le monde. Sa mère s'était remariée en 2004, au major américain Jay Jackson - après un divorce acrimonieux avec son précédent mari, David Arvizo, un routier de  37 ans. David Arvizo avait perdu la garde de ses enfants après qu'il ait reconnu avoir agressé Janet Arvizo Le procès a révélé que c'était  le père et non la mère qui persistait à demander de l'argent à des célébrités après que l'on eut diagnostiqué en 2000 une forme rare de cancer chez Gavin. Dès le début du procès, Janet Arvizo donnait rarement des réponses directes à toutes les questions de la défense, répondant souvent par un ensemble répétitif de mots et de phrases. Comme par exemple «l'argent n'achète pas le bonheur» ou «c'est brulant dans ma mémoire» - parfois elle se moquait de la salle d'audience en la montrant du doigt tandis qu'elle essayait d'expliquer la vidéo de réfutation.  Elle a été accusée d'exploiter son fils atteint de cancer pour de l'argent.  Des témoins de la défense ont déclaré qu'elle avait dissimulé des sources de revenus alors qu'elle recevait des chèques de l'aide sociale. Il a également été suggéré qu'elle avait dépensé 3 800  € dans des magasins et dans des restaurants en même temps qu'elle alléguait que Michael Jackson l'avait gardée avec sa famille en captivité.

Quand les revendications des Arvizo  ont été rejetées par un jury, leurs motivations au sujet des allégations contre le chanteur ont été examinées de près, jamais Mme Arvizo et ses enfants n'ont été accusés  de quoi que ce soit par la justice, et aucune plainte n'a été déposée par Jackson (Il ne faut pas oublier que si Jackson avait été innocent, il pouvait intenter une action au civil contre ses accusateurs)  mais comme un criminel en fuite,   MJ s'est  exilé au Bahreïn  16 jours après le verdict de non culpabilité.  En 2008, le cheikh Abdulla Bin Hamas Al Khalifah, deuxième fils du roi de Bahreïn, demandait devant la justice britannique le remboursement de 7 millions de dollars qu'il affirmait avoir avancés au chanteur et par contrat... Ce qui faisait tout de même un tout petit peu d'argent - n'est-ce pas ? Mais  Jackson a déclaré que les paiements étaient des cadeaux - Le Cheikh Abdulla de son côté a fait savoir qu'il avait payé toutes les dépenses de voyage et autres depuis son départ à Bahreïn en 2006, et avancé des fonds pour les services de conseillers juridiques et financiers - Et qu'est-ce que Jackson a fait avec l'argent ? Il est parti au Japon puis en Irlande. La situation n'était pas sans rappeler celle de Michael avec son ancien manager Myung-Ho-Lee ou le promoteur de concerts allemand Marcel Avram. Dans ces cas, Jackson avait signé des accords compliqués, avait fait des promesses de travail en échange d'argent mais il a ensuite laissé tombé ses partenaires. Dans les deux  cas, il a été poursuivi et  a perdu. Mais la poursuite intentée par le prince Abdulla était pire encore. Jackson a consciemment trahi un énorme allié qui l'avait sauvé .....d'une poursuite au civil des Arvizo ? (Exemple : Acquitté de meurtres en 1995, l'ancien footballer-star O.J. Simpson avait néanmoins été condamné au civil à verser 33.5 millions de dollars aux proches des victimes)

Bref, tout est bien qui finit bien, surtout pour Jackson  - L'avocat du cheikh a donc déclaré dès l'ouverture de l'audience (le procès durait déjà depuis une semaine) : «Nous sommes heureux d'annoncer qu'un règlement à l'amiable a été obtenu» - Un communiqué a ensuite été diffusé par les deux parties confirmant qu'aucun détail ne serait donné....

Jermaine Jackson a déclaré : Si Michael avait été condamné à la fin du procès de 2005 - un avion privé financé par un ami était prêt à emmener la pop star dans l'État du golfe Persique, qui n'a pas de traité d'extradition avec les État-Unis. Même en entendant parler de cela aujourd'hui,  la première réponse qui vient à l'esprit est pourquoi ? C'est tellement bizarre ! Michael Jackson - l'humaniste - déclaré non coupable,  se cachait avec ses trois enfants blancs,  à Bahreïn, où les droits humains sont continuellement bafoués !

Alors que MJ était généralement un résident reclus de Bahreïn, il se promenait parfois en ville vêtu d'une longue robe noire et d'un tchadri, lorsqu'il était accompagné de ses enfants. Mais parfois aussi il s'affichait avec désinvolture - souvent sans ses trois enfants - Il aimait particulièrement le centre commercial chic d'Al Seef. Peu de temps après son arrivée, il s'est présenté à un Toys"R"Us et a fait des achats qui raviraient tout petit garçon. «J'ai été surpris, oui» a déclaré le gérant du magasin, George Nixon, qui a estimé que les achats de Jackson totalisaient 1 800 dollars. «Mais encore une fois, nous savions qu'il était en ville, et s'il avait besoin de jouets, nous sommes le seul magasin à vendre des jouets. Nous savions qu'il viendrait tôt ou tard».

L'histoire de la famille Arvizo avec Michael Jackson

Le grand Jury , c’est un pilier du système judiciaire américain : un groupe de jurés tirés au sort, au nombre variable — entre seize et vingt-trois citoyens, dans le système fédéral — est saisi par le procureur. Selon le 5ème amendement de la Constitution, il doit intervenir dans toutes les affaires criminelles  jugées au niveau fédéral pour décider,  en fonction des éléments présentés par le procureur, s’il y a lieu ou non de tenir un procès. Si c’est le cas, c’est le grand jury qui prépare l’acte d’accusation.

La formation d'un grand jury n'est pas systématique. Il est convoqué quand l'affaire est jugée grave et qu'on estime qu'elle ne peut pas être laissée à l'appréciation d'un procureur tout seul.

Afin de préparer  l’acte d’accusation, le grand jury peut être  amené à conduire  un véritable travail d’investigation en amont du procès. C’est alors un moyen pour le procureur d’obtenir des documents et des auditions sous serment.

Cette institution est appelée « grand jury », par opposition au petit jury, qui siège pendant les procès criminels et compte seulement douze jurés. Pour résumer : le grand jury rend son avis sur l’opportunité d’un procès ; tandis que le petit jury se prononce sur la culpabilité du prévenu à l’issue de son procès.

Un «Grand jury» de Santa Barbara avait confirmé l'inculpation de Michael Jackson pour avoir agressé un garçon de 13 ans et conspiré avec plusieurs associés (dont Frank Cascio) pour emprisonner l'enfant et sa famille à Neverland. En raison du secret extraordinaire (certains disent injustifié) imposé à l'affaire par le juge Rodney Melville, la transcription du grand jury - sans parler des nombreux dépôts judiciaires, mandats de perquisition et autres documents habituellement publics - sont  restés sous scellés, dissimulant de nombreux détails - La transcription complète du grand jury comprend 1903 pages et englobe le témoignage de 41 témoins, dont celui de la victime présumée et de six membres de sa famille, plusieurs employés et associés de Jackson, des agents de protection de l'enfance, quatre avocats, un psychologue clinicien etc.

En plus des témoignages des assistants et associés de Jackson, les 19 grands jurés ont également reçu des vidéos de surveillance et une cassette d'une conversation téléphonique secrètement enregistrée, preuves puissantes qui pouvaient soutenir les accusations de poursuite comme quoi Jackson et ses cohortes avaient conspiré pour menacer et emprisonner faussement l'accusateur et sa famille.

Les faits saillants de la présentation du grand jury comprenaient :

► Un policier Californien qui avait travaillé au noir comme gardien de sécurité à Neverland, ce dernier a dit avoir eu une directive écrite ordonnant que l'accusateur ne soit pas autorisé à quitter la propriété. La directive, affichée dans le bureau de sécurité  l'était  pendant la période ou les enquêteurs allèguent que le garçon et sa famille ont été emprisonnés à la demande  de Jackson.

Un ex-garde du corps a témoigné que son travail consistait à protéger Jackson 24 heures sur 24, il a déclaré qu'un après-midi, il a découvert l'accusateur adolescent ivre. Quand il a confronté le garçon et lui a dit qu'il ne devrait pas boire, l'enfant a répondu : «Eh bien, je veux m'en sortir..Michael a dit que si je pouvais m'en sortir, ça irait, c'est cela être un homme». Jackson a été accusé de quatre chefs d'inculpation pour avoir fourni de l'alcool à l'accusateur, un survivant du cancer qui avait perdu sa rate et un rein à cause de la maladie.

►L'ancien gérant de Jackson a témoigné que l'accusateur et sa famille avaient été retenus contre leur gré à Neverland et que deux des meilleurs assistants du chanteur lui avaient dit que la mère du garçon «n'avait pas le droit de quitter la propriété». Il a également noté que la victime présumée et son frère, alors âgé de 11 ans, dormaient presque tous les soirs avec Jackson dans la chambre du chanteur.

Un expert des relations publiques embauché pour gérer les problèmes de gestion de crise pour Jackson a témoigné que l'un des avocats du chanteur était «absolument réjoui»  en annonçant  qu'il avait des plans pour salir la mère de l'accusateur comme une «putain de crack».

Corroborant les récits de la famille de l'accusateur, le directeur  de l'école a témoigné qu'il avait chassé un homme en train de filmer la victime présumée à l'extérieur de son collège de Los Angeles. Les enquêteurs ont déterminé que l'agent de surveillance voyou - qui suivait l'accusateur et sa famille après qu'ils aient quitté Neverland pour la dernière fois - travaillait pour un détective privé engagé par le camp Jackson.

J'aime les enfants car ils sont purs et innocents comme l'était Jésus.

Michael Jackson

Les pédophiles ne pouvaient pas trouver mieux pour défendre leur cause,   leurs textes sur le net et les propos de Jackson sur le sujet sont identiques. Tout y est,  hormis l'argent donné aux familles (relations amicales, amour pur des enfants, la confiance des familles, les relations enrichissantes, etc..) les textes annoncent la couleur par petites touches, ce qui veut dire qu'il existe beaucoup de pédophiles séducteurs aussi doués que Jackson pour prendre les gens pour des imbéciles avec l'art et la manière. Tous ces pervers qui disent aimer les enfants ont souvent la réputation d'être d'excellents pédagogues et bénéficient de la considération générale. Ils se lient d'ailleurs volontiers d'amitié avec les parents des enfants par lesquels ils se sentent attirés. Stratégie doublement payante, car ils désamorcent toute velléité de soupçon de la part des adultes.

Comment un enfant pauvre  de famille pauvre a-t-il pu faire comparaître un chanteur multi-millionnaire aimé dans le monde entier, si ce dernier  ne lui avait rien fait de mal  ?  

Porter des accusations mensongères contre Jackson aurait pu coûter cher aux Arvizo ! 

Contrats perdus : Au-delà des conséquences sur le mental et le moral, MJ aurait pu estimer qu'il avait perdu plusieurs contrats, ainsi qu'un chiffre de vente en baisse  à la suite des accusations.

Aux USA Plusieurs actions en justice entrent en jeu lorsqu'une personne est faussement accusée ou indûment poursuivie pour un crime. 

Une poursuite malveillante vous permet de tenir civilement quelqu'un (c'est-à-dire que vous pouvez obtenir une indemnisation sous forme de dommages-intérêts financiers) lorsqu'il engage une action pénale ou civile contre vous, tout en sachant que les allégations ne sont pas vraies (ou sans motif raisonnable de croire qu’elles sont vraies) et dans un but illicite. Enfin, vous devez également recevoir un jugement ou une décision en votre faveur dans cette affaire, en dépit de toutes ces choses.

L’astuce consiste à montrer qu’il y avait un motif inapproprié derrière l’ouverture de la procédure initiale (et pas simplement un manque de preuves solides). En revanche,  il n'y a pas beaucoup de recours contre le procureur du comté qui  vous a déclaré coupable, car les avocats de district et les autres responsables ont généralement droit à l'immunité, même lorsque l’innocence d’une personne est reconnue après avoir été reconnue coupable d’un crime.

Pour laver son honneur Jackson  pouvait poursuivre au civil les parents des  pseudos victimes, n'est-ce pas ?

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :