Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DESTINS DE STARS : Michael Jackson derrière le masque - Célébrités - Lieux célèbres - Personnages historiques. Actualité.

Michael Jackson : Ses paiements aux Chandler, Jason Francia et David Martinez.

Les cinq mois cauchemardesques de Michael Jackson ont pris fin le 25 janvier 1994 en raison d'un paiement de 22 millions de $ à Jordie Chandler et à ses parents. La somme était stupéfiante : au moment de la transaction, cela représentait environ 1/10ème de la valeur nette de Jackson. Aujourd'hui ce montant est équivalent à plus de 39 millions de dollars.

Les accusations du garçon contre Michael Jackson, soi-disant asexué, ressemblaient à des délires de tabloïds : Jordie a affirmé que, dans les quatre mois de leur relation physique, lui et Jackson se sont embrassés et se sont cajolés avec des érections ; Jordie devait sucer et tordre les mamelons de Jackson pendant que ce dernier se masturbait ; de nombreuses séances de masturbation et de fellation ont eu lieu dans l'appartement de Jackson à Neverland, dans le lit de Jackson et sous le toit de la maison de ses parents. etc.

Dans le contexte d'abus présumés si odieux commis à l'encontre de Jordie Chandler, le gros paiement versé par Michael Jackson à son jeune accusateur - un paiement qui mettait effectivement fin à son procès - semblait faire ressortir l'idée que Jackson avait quelque chose à cacher. Qu'on le veuille ou non, payer pour une accusation quelconque constitue un aveu passif de culpabilité, une manoeuvre cynique visant à freiner la vague de nouveaux examens juridiques et même publics.

Les apologistes de Jackson sont fermement attachés à la conviction, contre toute preuve suggérant le contraire, que deux événements se sont produits :

  1. Michael Jackson avait été contraint contre son gré par sa compagnie d'assurance à régler la poursuite civile de Chandler.
  2. Jackson n'a pas payé lui-même les Chandler.

La position officielle des sycophantes est la suivante : «Michael aurait combattu les Chandler devant les tribunaux si la compagnie d'assurance n'avait pas réglé les Chandler contre sa volonté ! ».

Qu'en est-il des paiements aux jeunes fils d'autres personnes ? C'est juste des ragots : Michael Jackson n'a jamais eu d'enfance ! - c'est pourquoi il partageait son lit avec des garçons non apparentés.

Témoignage de Jason Francia le 4 avril 2005 :

Question : Dans quel endroit étiez-vous au moment où cela s'est passé ?

Jason Francia : J'étais dans le grenier

Q : En haut ?

JF : Oui

Q : Est-ce que quelqu'un d'autre était avec vous ?

JF : Non

Q : Mr Jackson était-il là ?

JF : Oui

Q : Y avait-il d'autres personnes ? par d'autres personnes j'entends, autres que vous et Mr.Jackson.

JF : On étaient juste lui et moi

Q : Est-ce que vous vous souvenez de l'heure de la journée, ou bien était-ce le soir ?

JF : Non, la nuit.

Plus loin dans son témoignage, Jason décrit son agression par Jackson :

Q : Et que s'est-il passé quand vous étiez dans l'arcade

JF : Dans le grenier ?

Q : Oui s'il vous plait.

JF : Je pense que je jouais à Sega Genesis.

Q : Dites-nous ce que c'est, s'il vous plaît

JF : C'est un jeu vidéo

Q : D'accord

JF : Il y avait un jeu vidéo, et une télévision là-haut, c'était un grand téléviseur et je jouais, puis il a commencé à me chatouiller, il y avait aussi un grand canapé, et nous nous sommes retrouvés sur le canapé. Il m'a fallu beaucoup de conseils pour qu'il obtienne plus...

Mr.Mesereau : Objection

JF  : Je suis désolé.

Zonen : Voyons si nous pouvons limiter vos réponses aux questions. Je vous poserai des questions à ce sujet plus tard.

Q : Vous étiez sur le canapé. Savez-vous si d'autres étaient assis sur le canapé ?

JF : Nous étions allongés sur le canapé.

Q : D'accord. Comment étiez-vous couché, comment étiez-vous par rapport à Mr Jackson ?

JF :  Encore une fois, il  n'y avait personne d'autre, nous étions en position cuillère.

Q : D'accord, était-il derrière vous ou devant vous ?

JF : Derrière moi

Q : Et que s'est-il passé ensuite ?

JF : Nous nous chatouillions - il me chatouillait et je riais. Il me chatouillait dans...

Q : Il se passe tellement de choses en ce moment, pouvons-nous prendre une pause ?

Mr Zonen : Pouvons-nous prendre un instant, Monsieur le Président ?

La Cour : D'accord

Mr Zonen : Juste une pause d'un instant ou deux ! 

Q : Vous étiez sur le canapé et vous avez dit en position cuillère ?

JF : Oui

Q : Dites-nous ce qui s'est passé, du mieux que vous pouvez.

JF : Il me chatouillait, et puis je portais un short, j'en suis sûr, il me chatouillait, nous nous chatouillions, je riais, il a atteint ma jambe, je ris toujours, puis il atteint ....ma vie privée, oui.

Q : Est-ce qu'il vous a touché ?

JF : Oui

Q : Il vous a touché ?

JF : Oui

Q : Est-ce qu'il a touché votre pénis ou vos testicules ?

JF : Les deux, oui.

Q : Vos testicules ?

JF : Oui, ici là .

Q : Pendant combien de temps ?

JF : Je ne m'en souviens pas exactement peut-être trois ou treize minutes.

Q : Est-ce que ça chatouillait ?

JF : Probablement, car j'étais toujours en train de rire.

Q : Est-ce que vous en étiez conscient à l'époque ? Est-ce que vous saviez à l'époque qu'il le faisait ?

JF : Oui

Q : A quoi pensiez-vous à l'époque ? Vous avez 22 ans maintenant et vous aviez dix ans et demi. Que pensiez-vous ?

JF : Que je devais probablement m'en aller.

Q : Comment cela s'est-il terminé ? le savez-vous ?

JF :  Je ne me souviens pas comment cela s'est terminé.

Q : Avez-vous une idée de cela ?

JF : Euh- euh

Q : Vous souvenez-vous de vous être levé ?

JF : Non

Q : Avez-vous pensé à cela par la suite ?

JF : Oui, eh bien, pas tout de suite après. Quand vous avez dix ans, vous ne voulez pas penser à ça.

Q : Mr Jackson vous donnait-il encore de l'argent à ce moment là ?

JF : Cette fois-ci, je n'ai pas eu d'argent.

Q : En avez-vous parlé à quelqu'un après ?

JF : Non

Q : L'avez-vous dit à votre mère ?

JF : Jusqu'à ce jour elle ne le savait pas.

Les apologistes de Jackson minimisent souvent les allégations d'abus de Jason, citant qu'il n'avait été que chatouillé, qu'il aurait pu mal interpréter des jeux innocents pour quelque chose de sinistre. Même les jurés qui ont finalement acquitté Jackson s'étaient moqués de lui pendant la pause, insistent les apologistes, pourtant il avait beaucoup pleuré pendant son témoignage.

Extrait de l'article de Maureen Orth publié dans Vanity Fair en juillet 2005, «CSI Neverland» :

Pendant une pause, le juge a assisté à un entretien des jurés au milieu du témoignage de Jason Francia. J'ai été alarmée par l'indifférence des jurés. Le jeune homme assis devant eux venait de traverser l'une des épreuves les plus humiliantes de sa vie, mais ils ne présentaient pas le moindre signe d'empathie. Ils l'ont ignoré alors qu'ils riaient et discutaient ensemble. Je me suis soudainement demandée si nous n'avions pas trop regardé de choses futiles au point que nous ne pouvions plus faire la distinction entre douleur réelle et divertissement.

A l'extrême, ils considèrent que la molestation de Jason est une arnaque complète, car Jason l'a finalement révélé à la police après ce que les défenseurs de Jackson qualifient de «brimades» et «d'interrogatoires excessifs» de l'adolescent à l'époque. Certains fans vont même jusqu'à croire  les informations invérifiables de personnages marginaux qui avaient déclaré que Jason Francia avait menti à propos de tout cela. Malheureusement, ce que Jason a révélé aux détectives était trop léger pour engager des poursuites pénales contre Jackson, mais cela devait servir de témoignage corroborant des allégations d'abus de Jordie Chandler.

Indépendamment du fait que les autorités ont estimé les révélations de Jason insuffisantes, Michael Jackson a jugé que les affirmations de Jason étaient suffisamment importantes pour payer à lui et à sa mère un montant énorme de 2.4 millions de dollars par rapport au prétendu «chatouillement innocent».

Il convient également de noter que Jason Francia n'a jamais fait de procès en son propre nom contre Jackson. Selon le témoignage de son avocat, Kris Kallman, daté du 5 avril 2005, les avocats de Jackson, Johnnie Cochran et Carl Douglas, avaient été contactés entre fin 1994 et le milieu de 1995 (Jason avait environ 14 ans) et avaient été informés qu'un autre accusateur avait été victime d'abus. Ce qui a suivi était un règlement de 2.4 millions de dollars.

Q : Et avec qui avez-vous pris contact ?

Jason Francia : Au départ, c'était avec Johnnie Cochran et son associé, Carl Douglas.

Q : Vous souvenez-vous approximativement à quel moment vous avez pris contact avec Mr Cochran et Mr Douglas ?

JF : C'était soit fin 1994, soit début 1995

Q : Après vos conversations avec ces personnes, avez-vous engagé des poursuites civiles ?

JF : Non

Q : Plus tard, avez-vous eu affaire à d'autres avocats en ce qui concerne le dépôt proposé de cette poursuite civile ?

JF : Oui, à un moment donné, Mr Jackson a nommé l'avocat Zia Modabber et l'avocat Howard Weitzman.

Q : Vous rappelez-vous approximativement à quel moment vous avez commencé à entrer en contact avec ces individus ?

JF : Je crois que c'était au milieu de l'année 1995.

Q : Et quel était le but de ces contacts ?

JF : Le but...

MESEREAU : Objection. Vague fondation

LA COUR : rejetée

Q : Vous pouvez répondre ?

JF : Le but des contacts était qu'ils sachent que nous étions sur le point de déposer une plainte auprès de la cour supérieure du comté de Santa Barbara et ils ne voulaient pas que nous le fassions.

MESEREAU : Objection

SNEDDON : A la suite des conversations entre ces personnes, avez-vous continué votre poursuite ?

JF : Nous n'avons jamais intenté de procès

Q : Avez-vous conclu un accord de règlement ?

JF : Oui nous l'avons fait.

L'autre garçon recevant un règlement - ou un autre paiement mystérieux était  -David Martinez-

On ne sait pas grand chose de David ou de sa mère Ruby Martinez, mais seulement le fait qu'ils ont reçu 300 000 $ de Jackson à l'époque où la police du comté de Santa Barbara enquêtait sur ce dernier pour avoir prétendument agressé Gavin Arvizo. Les détails du paiement aux Martinez ont été révélés lors du procès financier de Jackson contre F.Marc Schaffel, ancien associé en affaires et ami intime. Un homme impliqué dans le secteur de la pornographie gay que Jackson connaissait bien. Selon le récit, l'argent a été versé aux Martinez environ dix jours après l'arrestation de Jackson avec des fonds de l'un des comptes personnels de Schaffel et celui-ci s'attendait à être remboursé.

En fait, le paiement à la famille a été corroboré par trois des associés de Jackson : l'avocat et conseiller d'affaire Al Malnik et le comptable de Jackson, Alan Whitman, ont déclaré sous serment que le paiement avait bien eu lieu ; de plus, des courriels de l'ancien avocat de la défense de Jackson, Mark Geragos, ont également mentionné le paiement : Il avait approuvé les frais de voyage de Schaffel «liés à cette transaction», même s'il n'était pas au courant des détails. En outre, le juge qui présidait l'affaire a restreint la discussion sur le paiement et a ordonné que celui-ci soit qualifié de «simple affaire privée» devant le jury :

...Pour éviter de porter préjudice au jury, le juge a interdit aux témoins et aux avocats de révéler les détails de l'opération top secrète, estimant qu'ils ne pouvaient y faire référence qu'en tant que «paiement pour une affaire personnelle».
«J'en ai discuté avec Michael. C'était une affaire personnelle. Michael a indiqué que M.Schaffel devrait s'en charger pour lui», a déclaré l'ancien conseillé commercial de Jackson, Alvin Malnik. Malnik a déclaré que Jackson lui avait dit de faire payer par Schaffel et qu'il serait remboursé par la suite par son cabinet comptable. Schaffel a déclaré avoir transféré 300 000 $ de son propre compte bancaire de Budapest à une banque au Brésil, puis cela a été transféré en Amérique du Sud. il dit avoir «remis» le paiement à une personne non identifiée pour le compte de Jackson...
Schaffel et Whitman ont tous deux déclaré que l'avocat pénal de Jackson à l'époque, Mark Geragos, était au courant du paiement versé en Amérique du Sud et qu'il devait signer le remboursement de Schaffel.

Quel que soit le montant du paiement (il s'agirait supposément d'un versement pour la réinstallation de cette famille, qui aurait eu des informations selon lesquelles Jackson aurait maltraité une autre enfant ou que David avait été maltraité par Jackson et avait reçu des paiements pendant un certain temps) -

Mais au cours du procès, les jurés n'ont jamais été informés du but du paiement top secret et n'en ont pas parlé lors des délibérations, ont-ils déclaré :
- Nous n'avons pas discuté de cela. Nous pensions simplement qu'il avait payé quelqu'un parce que Mr Malnik et le comptable l'avaient raconté, a déclaré le juré n°1, un homme de 38 ans qui ne voulait pas donner son nom.

Mais ni le règlement de plusieurs millions de dollars à Jason Francia, ni le paiement à six chiffres versés aux Martinez - qui ont tous deux été pleinement reconnus comme ayant été effectués - n'affectent pas les défenseurs de Jackson, alors même qu'ils suggèrent un schéma typique selon lequel Jackson payait ses employés pour qu'il se taisent sur son comportement criminel qui corroborerait un règlement volontaire avec les Chandler.

Le seul règlement considéré comme pertinent par les fans et celui avec Jordie Chandler.

Voici un extrait de cette partie de la motion originale de la défense :

 

Ce qui est souligné en rouge est un aveu intéressant de la part de l'équipe de défense de Jackson. Ils disent clairement que si, et seulement si, l'accusation peut prouver que Michael Jackson a payé le montant de la transaction ( un montant, que la défense a expressément voulu empêcher que l'accusation ne  mentionne devant le jury et /ou leurs témoins)  et l'a payé de son plein gré sans aucune pression de la part d'un compagnie d'assurance, puis qu'ils prétendent qu'un règlement à huit chiffres constitue en fait une preuve du culpabilité serait à la fois fondamental (prudent, raisonnable, non sans fondement) et pertinent à leur cas. Je rappelle également que l'accusation cherchait à établir des preuves de comportement pédophile antérieur de la part de Jackson avec une décision rendue,  afin de corroborer les allégations d'abus sexuels de Gavin Arvizo.

Plus simplement encore, si les procureurs avaient pu montrer au jury, au moyen d'une pièce à conviction tangible ( c'est à dire le document détaillant  «par qui» et  «comment» avait été effectué le paiement) que Jackson avait versé de l'argent à un garçon l'accusant d'abus. La défense a estimé qu'il serait non seulement raisonnable, mais également acceptable que l'accusation déclare, en audience publique, que le paiement de Jackson à Jordie Chandler était la preuve de son agression envers le garçon !

La défense était essentiellement en accord avec le Procureur (ainsi qu'avec les observateurs les plus intelligents) que si  Jackson avait payé en utilisant son propre argent et de sa propre décision, cela fournirait plus que suffisamment de soupçons raisonnables que Jackson était coupable dans le cas de 1993.

Passons maintenant à la notion de règlement forcé. Compte tenu des ressources financières de Jackson à l'époque, il est hautement improbable que son assureur puisse convaincre ce dernier de signer un règlement contre son gré, en particulier si le dit règlement rend raisonnable et prudent de présumer qu'il avait quelque chose à cacher et était un aveu de culpabilité ; Après tout, Jackson avait en jeu sa carrière et son héritage - il aurait pu facilement poursuivre sa compagnie d'assurance pour avoir ruiné son image (Comme nous le savons,  après le scandale de 1993 et le règlement, même s'il avait réussi à  maintenir son innocence, sa carrière  avait été sérieusement affectée aux USA).

Les apologistes de Jackson vont souvent déclarer que le règlement était plus sage de la part de Jackson que de lutter pour sa réputation et de prouver son innocence, bien que le règlement le rende  coupable «de revendications réglées à l'amiable». Bien entendu, cet argument est maintenu de manière inexplicable, parallèlement à la conviction que Jackson a été forcé de payer  les Chandler et qu'il n'a pas payé lui-même cet accord, en fait selon eux,  il a seulement l'air coupable des crimes dont il était accusé. 

Jusqu'à présent, nous n'avons aucune preuve que Jackson ait été forcé de régler, et rien ne prouve que quelqu'un ait menti, mais nous avons un autre document à examiner. Il s'agit du «Mémorandum» de  Jackson à l'appui de l'objection de Larry Feldman concernant des  documents de règlements, déposé le 22 mars 2005, et c'est là que nous arrivons au mensonge.

Ce mémorandum a été rédigé par Brian Oxaman, qui, après l'avoir rédigé, a été renvoyé du procès par les avocats principaux (mais pas directement disent-ils sur ce document). Les sections pertinentes se lisent sur les parties soulignées des pages 3 et 4.

 Michael Jackson : Ses paiements aux Chandler, Jason Francia et David Martinez. Michael Jackson : Ses paiements aux Chandler, Jason Francia et David Martinez.

Incroyablement, M. Oxman n'a vérifié aucune information de la presse à cette époque, dans laquelle aucune pression de la part d'une tierce partie, en particulier d'une compagnie d'assurance, n'a été déclarée. Oxman se rendait sur le terrain, puis plus tard dans le public et dans les médias lorsque cette requête fut découverte. Les fans prennent ce document suffisamment au sérieux pour constituer un dossier complet dans lequel Jackson n'a aucun contrôle sur cette action. Cela convient à leurs fins, car encore une fois, cela fait de Jackson une victime - un thème récurrent pour ceux qui veulent blanchir le comportement passé de Jackson - mais cela repose sur un mensonge.

Il est pourtant intéressant de noter que cette motion faisait suite aux précédents arguments selon lesquels les payeurs du règlement de Jordie Chandler étaient nébuleux, inconnaissables et spéculatifs et auraient pu être présentés par toute personne autre que Jackson, qu'il s'agisse d'une compagnie d'assurance ou d'une tierce partie. Et, rappelons-le, ils avaient également déclaré que si l'accusation avait pu prouver que Jackson payait «chaque centime de ce règlement». - C'était un signe certain qu'aucune force n'était impliquée dans son accord sur le contrat avec les Chandler - cela aurait été légitime, fondamental et pertinent pour eux d'affirmer que l'accord de Jackson sur les termes de ce document constituait une preuve raisonnable de sa culpabilité.

Bien entendu, tout cela ne tient pas compte du fait que Michael Jackson possédait lui-même une copie des documents de la transaction (il les avait signés) et pouvait facilement fournir la réponse à la question de savoir qui avait payé et comme cela avait été payé. Peut-être que Jackson savait  très bien ce que contenaient ces documents, d'où les requêtes répétitives de sa défense qui tentait d'empêcher le document d'être inscrits dans la cause de l'accusation.

Simplement, si Jackson avait été contraint de régler avec Jordie Chandler il aurait pu présenter les documents de règlement ou tout élément de preuve - démontrant ce fait - Jackson avait les clefs pour prouver qu'il était une victime.

Jackson avait sûrement des preuves montrant cela, n'est-ce pas ? Après tout, son équipe de défense devait également avoir les mêmes  preuves sur lesquelles baser le mémorandum.

Au contraire la défense s'est battue avec acharnement pour empêcher la découverte de ces documents de règlement, qui, selon elle, n'avaient aucune incidence sur sa culpabilité dans cette affaire de 1993.

Mais il convient de noter le titre de la note de service D'OxmanLe 22 mars, Larry Feldman, ancien avocat de Chandler et signataire de l'accord de règlement, devait comparaître à la barre le 1er avril 2005. Ils ne voulaient donc pas seulement interdire toute discussion sur les montants, mais voulaient également empêcher l'accusation de faire comparaître l'accord de Feldman - Il en possédait certainement un exemplaire, qui n'avait pas été expurgé (remarque : le texte expurgé de 22 pages, au lieu de l'original de 31 pages décrivent les retombées payantes de neuf pages).

Regardons cela de près parce que c'est assez significatif : la défense lutte pour garder secrets  les détails du règlement, car ils pensent que c'est dangereux, entre autres choses ; toutefois, ils ont souscrit à la position de l'accusation selon laquelle, si le «comment» et «qui avait  payé» était prouvable,   le règlement était pour eux un élément fondamental et pertinent de leur affirmation selon laquelle Michael Jackson était coupable d'avoir agressé Jordie Chandler. En acceptant de telles conditions de sa propre volonté - soit le contraire d'un paiement forcé - montrerait qu'il avait quelque chose à cacher. En bloquant  Larry Feldman et son assignation à comparaître pour présenter le dossier de 31 pages non expurgé, l'équipe de Jackson empêchait  l'accusation de signaler de façon raisonnable que Michael Jackson avait molesté Jordie.  Ce qui tendait à corroborer les allégations de Gavin Arvizo.

La défense savait que le règlement non libellé prouvait que Jackson n'était pas obligé de payer mais payait volontairement son jeune accusateur. C'était prouvable selon les documents et synonyme d'aveu de culpabilité !

Tout ce qui précède devrait être parfaitement clair en ne regardant que la séquence et la chronologie de ces mouvements et les positions qu'ils occupent.

Regardons ce que l'avocat de Jackson à l'époque, Johnnie Cochran, a déclaré lors de la conférence de presse annonçant le règlement:

Au cours des 10 derniers jours, les rumeurs et les spéculations entourant cette affaire ont atteint leur paroxysme et, dans l'ensemble, ont été fausses et scandaleuses. Comme M.Larry Feldman (l'avocat du garçon) l'a correctement indiqué, Michael Jackson a maintenu son innocence dès le début de cette affaire et maintenant que cette affaire sera bientôt conclue, il maintient toujours cette innocence.

La résolution de cette affaire n'est en aucun cas un aveu de culpabilité de Michael Jackson. En bref, il est un homme innocent qui n'a pas l'intention de voir sa carrière et sa vie détruites par des rumeurs et des insinuations. Tout au long de cette épreuve, il a été soumis à une frénésie médiatique sans précédent, en particulier par la presse à sensation. La presse tabloïd a manifesté une soif insatiable pour tout ce qui était négatif et à versé d'énormes sommes d'argent à des personnes qui n'ont que peu ou pas d'informations et qui connaissent à peine Michael Jackson.

Aujourd'hui le moment est donc venu pour Michael Jackson de se lancer dans de nouvelles affaires, de poursuivre sa vie, de commencer le processus de guérison et de faire progresser sa carrière encore plus haut. C'est ce qu'il a l'intention de faire. Au moment opportun, Michael Jackson se prononcera publiquement sur l'agonie, la torture et la douleur qu'il a eu à subir au cours des six derniers mois.

Fait intéressant, dans le cadre de l'accord de règlement, les avocats de Jackson et de Chandler ont accepté de faire une déclaration commune, dont une partie est énumérée ci-dessus, et il n'est fait aucune mention de règlement de  force envers Jackson dans un accord contre sa volonté ( paragraphe 11.e)

 Michael Jackson : Ses paiements aux Chandler, Jason Francia et David Martinez.

Notez la dernière phrase de la déclaration publique de Cochran. «Au moment opportun, Michael Jackson s'exprimera publiquement au sujet de l'agonie et de la douleur qu'il a eu à subir au cours des six derniers mois». Même si Jackson était également  lié par la clause de confidentialité de la convention de transaction, il prévoyait de manière flagrante de violer sa part du contrat. C'est ce qu'il a fait pendant son entretien avec Diane Sawyer dans son interview pour Primetime Live,  ce qui a précipité Evan Chandler à porter plainte contre lui. Ceci est extrêmement démonstratif de l'arrogance de ce pédophile accusé et qu'il avait pleinement l'intention de ne pas tenir compte de sa part de l'accord tout en laissant son accord calmer Jordie Chandler et assurer le manque de coopération du garçon avec ceux qui enquêtaient sur ses agressions.

Aucune mention d'une compagnie d'assurance mystérieuse ! juste un aveu que Jackson voulait «avancer» et «continuer sa vie». Comment Jackson a-t-il pensé qu'il pourrait «faire avancer sa carrière encore plus haut» après avoir réglé une plainte pour agression sexuelle sur un enfant, au lieu de se battre devant un tribunal pour sa réputation ? Cela témoigne de son orgueil et de son absence totale de remords concernant son comportement avec des garçons.

Dans cette interview avec Cochran pour People Magazine, publiée en juin 1994, Cochran affirmait que c'était lui et Larry Feldman qui avaient négocié le règlement, et non une compagnie d'assurance :

J'étais en négociation avec Larry Feldman, l'avocat du garçon âgé de 13 ans, au palais de Justice, en fin de compte, moi et Feldman avons mis au point un règlement dans lequel le garçon avait reçu une somme non révélée et que Jackson n'avait avoué aucune culpabilité. C'était le seul moyen de sortir l'affaire des premières pages. Je voulais que Michael puisse continuer sa carrière.

Larry Feldman, avocat de Jordan Chandler, a décrit la signature du règlement:

Nous avons signé l'accord ; ça y est. Après une séance privée dans l'après-midi dans le cabinet du juge David Rothman et devant la Cour supérieur de Santa Monica. Les deux avocats de Mr Jackson - Howard Weitzman et Johnnie Cochran Jr. ont également assisté à cette réunion.

Aucun représentant de compagnie d'assurance n'est mentionné bien sûr. Michael Jackson n'était pas à cette réunion car il avait signé les documents plus tôt à Las Vegas.

Mark Geragos, l'avocat de Jackson à la fin de 2003, a déclaré ceci lors de l'interview de Jackson sur 60 minutes de Ed Bradley:

Je veux dire, souviens-toi de ce qui est arrivé il y a dix ans. Michael a été humilié. Quelqu'un l'a examiné, l'a photographié, a regardé ses parties intimes et en les photographiant. Et il a été soumis à certaines choses les plus intrusives que vous ne puissiez imaginer. Je peux seulement essayer de me mettre dans cette situation et dire, regardez, si l'argent pouvait faire disparaître cette situation, peut-être que - c'était le but alors.

Heureusement pour nous, l'affaire de 1993 a été longuement discutée par les participants d'un  séminaire organisé par l'Association du barreau du comté de Los Angeles en 2010, au cours duquel un des avocats de la défense de Jackson a parlé des négociations.

Un séminaire organisé le 15 septembre 2010, a réuni un panel de personnes étroitement impliquées dans les affaires de molestation de Michael Jackson : Le juge, Rodney Melville ; le procureur, le procureur de district adjoint Ronald Zonen ; l'avocat de la défense Thomas A.Mesereau, qui a représenté Jackson lors du procès pénal du comté de Santa Barbara ; l'avocat Larry Feldman, qui représentait la victime présumée dans une affaire civile ; et L'avocat Carl E.Douglas, qui a représenté Jackson dans le cadre de l'enquête pénale sur l'affaire civile.

Depuis 2011, les vidéos correspondantes sont disponibles sur youtube:

Bien sûr, la défense n'a pas menti qu'une seule fois.  Ils ont également menti, par exemple, sur le fait que la tache de sang sur le sous-vêtement de Jackson était due à des injections pour soigner son «vitiligo», alors que de telles injections n'existaient évidemment pas ;  la déclaration de Mesereau  prétendant que Jimmy Safechuck s'était marié à Neverland, était fausse,  etc...

Il s'agissait de contrecarrer les forces de l'ordre.

Johnnie Cochran avait aussi développé la pratique  que des entités tierces indemnisent financièrement les victimes pour les persuader de ne pas coopérer avec les procureurs pénaux, et que les victimes refusent de coopérer pour documenter les accusations criminelles déposées à l'origine.

La soi-disant défense de Cochran, est également amplifiée par une interview accordée en 2009 à un enquêteur privé, David Corbett. Corbett a travaillé pour Palladino & Sutherland, la firme d'investigation professionnelle embauchée par Feldman lors de l'enquête de 1993, sur les allégations d'abus de Jordie Chandler : voir ici.

Concernant l'affaire Chandler il est mentionné ceci :

Nous avons travaillé pour le jeune garçon de 14 ans et sa famille dans le cas de pédophilie, et nous avons fait de notre mieux pour aider la police, mais nous avons découvert que le sergent qui assurait la liaison avec le LAPD organisait une jonction. La liste de témoins de nos rapports, était transmise à la chaîne de commandement, et elle revenait inévitablement avec certains témoins clés rayés. On soupçonnait que, Johnny Cochran qui défendait Jackson, tirait les ficelles d'anciens contacts du bureau du procureur ou des flics qu'il connaissait. Nous ne pouvions pas le prouver alors c'est resté au stade de soupçon. Mais tout est devenu sans objet quand Cochran - craignant que ses enquêteurs aient été filmés alors qu'ils tentaient de toucher à des témoins - leur avait ordonné de sortir et de trouver d'anciens employés, pour leur dire : «Michael vous aime», et de leur offrir des emplois avec des salaires qu'ils ne pouvaient pas refuser - Cochran avait un comité de haute puissance avec son client et avait rapidement versé plus de 20 millions de dollars à l'enfant et à sa famille. Un élément non écrit de l'accord était que le garçon ne témoignerait pas devant le grand jury. C'est illégal, mais qui pouvait prouver que c'était arrivé ? C'est pourquoi Michael a échappé à ce procès là, comme nous le savons tous.

David Corbett

Carl Douglas : «Je me souviens des négociations privées avec Larry et trois juges qui tentaient de trouver une solution à ce problème. Je me souviens des paroles sages de l'un des juges «Cela ne concerne pas la valeur de cette affaire ; c'est à peu près tout ce que Michael Jackson vaut !» et finalement, c'est un argument qui a résonné lorsque nous avons publié les chiffres extraordinaires de 1993. Les chiffres étaient extraordinaires même en 2010, mais en 1993, c'étaient vraiment des chiffres fabuleux.

L'avocat adverse, Carl Douglas et trois juges citent :  C'est pour la peine de Michael Jackson - Mais où est le représentant de la compagnie d'assurance ?

Où se trouvait la version des faits de la compagnie d'assurance que toutes les parties ont approuvée ? Bien sûr, il n'y en avait pas. Il n'y avait aucune compagnie d'assurance impliquée.

N'oublions pas la plus forte déclaration de Carl Douglas quant à la nécessité de parvenir à un accord :

Du point de vue des avocats de la défense de Jackson, vous devez vous rappeler qu'il y avait une enquête judiciaire en cours à la fois par le bureau du procureur de district à Los Angeles et à Santa Barbara. Michael Jackson avait été examiné et ses organes génitaux avaient été photographiés, ce qui faisait partie de l'enquête. Nous voulions faire tout ce qui était en notre pouvoir pour éviter la possibilité d'un procès pénal contre Michael Jackson. En réalité, nous espérions que si nous pouvions «faire taire» l'accusateur, nous ne serions plus obligés de nous inquiéter sur le côté criminel. Donc, de notre point de vue, il y avait une grande confiance, pas seulement avec Johnnie et Larry, Car ils entretenaient une amitié de plus de vingt ans, mais une confiance énorme existait entre Johnnie et les trois juges recommandés. Si nous ne réglions pas cette affaire avant mars, un enquête criminelle était imminente et personne ne voulait en supporter les implications pour Michael Jackson.

Il ne peut-être sous estimé qu'il existait une corrélation directe entre les photographies du pénis, des testicules et des fesses tachés de Jackson et l'accord de règlement avec Jordie Chandler. Douglas - le bras droit de Johnnie Cochran,  un avocat au courant de l'affaire Jackson - a déclaré sans équivoque que les photos résultant de la fouille corporelle avaient suscité de vives inquiétudes chez son équipe en ce qui concernait l'affaire pénale imminente et que le seul moyen de renverser efficacement le poids de ces photographies était de s'assurer que Jordie Chandler ne témoignerait pas contre Jackson devant le tribunal.

Le récit de Douglas prouve non seulement que Jackson et ses avocats contrôlaient pleinement (le contraire de ce prétend la note d'Oxman) la «médiation» des réclamations de Jordie avec l'avocat de Chandler et son ami  Cochran, Larry Feldman, mais également que les photos correspondaient, à un point tel qu'elles corroborent les allégations de Jordie selon lesquelles il aurait été agressé sexuellement par Michael Jackson, un crime qui l'aurait conduit à son incarcération.

Il convient de noter que Douglas a admis que le but des avocats de Jackson à l'époque était de «réduire au silence» le garçon et que, lorsque cela serait fait, à quelque titre que ce soit, cela réduirait et, au plus, éliminerait complètement la peur de Jackson de faire face à toute accusation pénale liée aux allégations d'abus de Jordie.

En sortant Jordie Chandler de l'équation,  en lui versant un règlement substantiel et en lui faisant signer, par l'intermédiaire de son tuteur à l'instance, un accord pour garder le silence sur l'agression. Il n'y aurait plus de témoin et aucune coopération avec l'enquête pénale.

Carl Douglas a également déclaré : «Je me souviens d'avoir voyagé à Las Vegas et à l'hôtel Mirage en janvier 1994, car c'était moi qui présentait l'accord de règlement à Michael».

[Carl Douglas a été directement impliqué dans la défense de Jackson en 1993-1994 - ce qu'il a dit contraste nettement avec le conte écrit dans le livre  «Mon ami Michael» de Frank Cascio - qui cite les actions «d'Une compagnie d'assurance»] Il explique à sa manière la transaction avec Jordie Chandler ; pages 89, 90 et 91

Pendant sa cure de désintoxication, Michael me demanda de lui rendre visite. Comme les vancances de Thanksgiving commençaient, mes parents me donnèrent le feu vert et Wayne nous emmena, Eddie et moi, passer quatre ou cinq jours à Londres. Pendant la visite, Michael s'interrompait souvent pour parler au téléphone avec son avocat, Johnnie Cochran. Ils évoquaient une possible transaction : le paiement à la famille de Jordy d'une somme importante en échange du retrait des accusations. Michael ne voulait pas entendre parler de la transaction. Il était innocent et ne voyait pas pourquoi il devrait verser de l'argent à quelqu'un pour qu'il arrête de répandre des mensonges sur son compte. Il voulait se battre. Mais les choses n'étaient pas aussi simples. La vérité, c'était que Michael était une machine à faire de l'argent et que personne n'avait envie de la voir s'arrêter. S'il mettait sa carrière entre parenthèses pendant deux ou trois ans, il cesserait de générer les milliards de dollars qui faisaient de lui un entreprise multinationale. Et comme les honoraires d'avocats seraient largement supérieurs au montant d'une transaction, sa compagnie d'assurance, qui allait supporter ces pertes, tenait à négocier.
Johnnie lui demandait s'il voulait vraiment aller devant les tribunaux, s'il était prêt à voir sa vie étalée au grand jour. S'il transigeait, Michael serait débarrassé de ce poids : son existence reprendrait son cours et il pourrait à nouveau se consacrer à ses activités favorites. Michael accepta donc un compromis pour une somme avoisinant, si je ne me trompe, tente millions de dollars. Comme je l'apprendrais par la suite, il n'avait guère le choix puisque de toute façon, la décision de porter l'affaire en justice ou de négocier à l'amiable était entre les mains de ses assureurs.
En préparation avant notre arrivée en Angleterre, la transaction fut finalisée pendant notre séjour. Dès lors, Michael pouvait retourner librement aux États-Unis et il lui tardait de rentrer chez lui.

Ce que raconte Cascio est manifestement faux.

Selon Douglas, qui a également témoigné le 20 janvier 1994 concernant la signature de Jackson sur les documents de transaction.  Les documents ont été remis à Jackson en Janvier 1994, et non pas pendant son séjour en Angleterre lors de sa cure de désintoxication. Cascio a écrit que la fête de Thanksgiving était proche en novembre 1993. Notons également ces lignes de Cascio en particulier : « la transaction fut finalisée pendant notre séjour. Michael était maintenant libre de rentrer aux États-Unis et il était impatient de rentrer chez lui ». C'est chronologiquement impossible !

A ce moment là aucun accord de ce type n'avait été conclu. Jackson a été libre de rentrer chez lui après que les autorités des deux comtés eurent accepté de ne pas l'arrêter à la condition qu'il accepte de se soumettre à une fouille corporelle.

Frank Cascio a complètement fabulé. Il n'était pas au courant d'une telle information sur le montant du règlement, sur les assureurs qui n'assuraient pas,  et  il n'avait que 13 ou 14 ans à l'époque.

La loi sur les assurances défini en outre :

a) Aucune police d’assurance ne prévoit, ou ne doit être interprétée comme telle, une couverture ou une indemnité pour le paiement d’une amende, d’une pénalité ou d’une restitution dans le cadre d’une action ou procédure pénale ou de toute action ou procédure engagée en vertu du chapitre 5 (en commençant avec la section 17200) de la partie 2 ou le chapitre 1 (commençant par la section 17500) de la partie 7 de la section 7 du Code des affaires et des professions par le procureur général, tout procureur de la ville, procureur de la ville ou avocat de comté, nonobstant si l'exclusion ou l'exception concernant ce type de couverture ou d'indemnité est expressément indiquée dans la police.

b) Aucune police d’assurance ne prévoit ou ne doit être interprétée comme une obligation de défendre, au sens de la sous-section c), une réclamation dans une action ou procédure pénale ou dans une action ou procédure intentée en vertu du chapitre 5 (en introduisant des poursuites). section 17200 de la partie 2 ou du chapitre 1 (commençant par la section 17500) de la partie 3 de la section 7 du Code des affaires et des professions dans laquelle le procureur général réclame le recouvrement d'une amende, d'une pénalité ou d'une restitution, un procureur de la République, un procureur de la ville ou un conseil de comté, que l’exclusion ou la dérogation relative à l’obligation de défendre ce type de réclamation soit expressément énoncé dans la police.

(c) Aux fins du présent article, on entend par «obligation de défendre» le droit ou l’obligation de l’assureur d’enquêter, de contester, de défendre, de contrôler, de compromettre, de régler, de négocier ou de négocier le compromis ou d’indemniser le coût de tout aspect de la défense d'une réclamation dans une action ou procédure pénale ou dans une action ou procédure intentée en vertu du chapitre 5 (commençant par la section 17200) de la partie 2 ou du chapitre 1 (commençant par la section 17500) de la partie 3 de la division 7 du Code des entreprises et des professions dans lequel l'assuré s'attend ou prétend que (1) l'assureur est tenu ou peut être tenu de verser un paiement pour le compte de l'assuré ou (2) l'assureur assurera la défense de sa créance même si la loi interdit à l’assureur d’indemniser cette demande.

d) Toute disposition d’une police d’assurance qui contrevient à la sous-section a) ou b) est contraire à l’ordre public et nulle.

Pour clarifier, ce qui est détaillé dans la sous-section c - de la loi concernant le sens du «devoir de défendre» concerne ce que l'assureur n'est pas censé faire, ainsi que ce que l'assuré ne peut attendre de l'assureur ou ce que l'assuré ne peut pas prétendre ou prétendre que l'assureur peut faire, comme cela a été exposé dans les sous section précédentes.

Plus précisément, aucune compagnie d'assurance exerçant dans l'État de Californie et traitant avec un client limité aux lois régissant l'État de Californie ne peut «régler, négocier le compromis ou règlement» de «tout ce qui est criminel parce que ce serait une violation de la loi californienne» ; Jackson a été accusé de crimes à la fois illicites et intentionnels, intrinsèquement non couverts par une police d'assurance.

Aucune compagnie d'assurance n'a forcé Jackson à règler,  ce sont les avocats des deux parties qui ont négocié le règlement. Si une compagnie d'assurance avait payé le règlement, il est probable que l'accusation l'aurait découvert pendant le procès de 2005, car c'était un point important pour eux.

Tom Mesereau, avocat principal de l'équipe de défense de Jackson en 2005, a également contredit le mémorandum d'Oxaman plus d'une fois. En septembre 2004, Mesereau a fait la déclaration suivante aux médias :

 Michael Jackson : Ses paiements aux Chandler, Jason Francia et David Martinez. Michael Jackson : Ses paiements aux Chandler, Jason Francia et David Martinez.

Notez les phrases soulignées.

Mesereau n'a mentionné aucune compagnie d'assurance ; il a mentionné que Jackson lui-même avait décidé de payer, malgré l'avis de ses avocats, et «espérait s'acheter la paix». Tout cela contredit l'affirmation contenue dans le mémorandum du 22 mars 2005, qu'il invoquait, comme motif pour conserver les documents de transaction, en plus d'interdire toutes discussion sur les détails qui s'y trouvent, que «l'assureur avait négocié et payé le règlement, malgré les protestations de Mr Jackson et de son conseiller juridique personnel».

Il est aussi intéressant de noter que Mesereau a caractérisé les montants versés aux Chandler et Jason Francia de «très petites sommes», c'est une merveille !  alors, pourquoi l'équipe de Jackson a combattu si vigoureusement et à eu recours à des mensonges pour obtenir  que les montants de ces règlements ne soient pas mentionnés devant un jury, s'ils avaient été si petits et sans conséquence ?.

En outre, Mesereau a donné une autre explication sur la raison pour laquelle Jackson a payé Jordie et Jason Francia, mentionnant l'absence d'assureurs et, plus important encore, l'absence de recours à la force, comme indiqué dans son argument de clôture du 2 juin 2005 :

Il est une cible depuis des années, en particulier après avoir donné de l'argent aux Chandler et Francia, parce qu'il n'aime pas les salles d'audience, il n'aime pas particulièrement les avocats, il n'aime pas les poursuites. Il est connu pour être enfantin et différent, créatif et décalé. Il est connu pour ne pas faire confiance aux adultes.

Michael Jackson n'a jamais été contraint à rien, et tout le monde, à l'exception de son équipe de défense, est d'accord avec ce fait. Encore une fois, si Jackson avait voulu se défendre il en était parfaitement capable. S'il avait voulu exposer les Chandler comme des menteurs, il aurait pu le faire. Mais il ne l'a pas fait, au lieu de cela il a choisi de régler les revendications. Jackson a choisi de faire taire Jordie Chandler et de ne pas prouver à un juge et à un jury en 2005 pourquoi les accusations du garçon étaient selon lui sans fondements et fragiles.

Comme indiqué précédemment, les défenseurs de Jackson ont maintenu les positions contradictoires d'un règlement forcé (maintenant réfuté) et que le règlement de Jackson ne constituait pas un aveu de culpabilité.

Nous avons à notre disposition d'autres éléments de preuve pour confirmer que Jackson n'a jamais été contraint de régler une accusation d'agression sexuelle par l'intermédiaire d'une  compagnie d'assurance.

  1. La requête de Michael Jackson visant à exclure la référence aux montants  du règlement au civil et aux documents d'accompagnement ICI
  2. La réponse du demandeur à la requête visant à exclure la référence aux montants de transaction civile et aux documents d'accompagnement ICI
  3. La réponse de Michael Jackson à l'appui de la requête introductive d'instance visant à exclure la référence aux montants de la transaction civile et aux documents d'accompagnement ICI
  4. Le Mémorandum de Michael Jackson à l'appui de l'opposition à une assignation à comparaître contre Larry Feldman, pour les documents de transaction. ICI

C'était la décision finale de Jackson, et de lui seul, de payer 22 millions de dollars à un garçon qui l'accusait de molestation, plutôt que de défendre son honneur et sa réputation devant un tribunal.

Celui par qui le scandale arrive, n'est pas la victime qui veut porter plainte, mais bien l'agresseur qui veut rester dans l'ombre.  Et ces arrangements financiers pour étouffer les affaires,  avec Jason Francia, David Martinez et les Chandler, sont l'équivalent d'une reconnaissance du culpabilité.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :