Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DESTINS DE STARS : Michael Jackson derrière le masque - Célébrités - Lieux célèbres - Personnages historiques. Actualité.

Michael Jackson a t-il été le premier artiste noir diffusé sur MTV ?

Une série de travaux nous apprennent que l’histoire du clip ne commence pas  avec la création de MTV, contrairement à une idée répandue. En effet, divers moyens et procédés ont été élaborés avant l’essor de ce médium afin de mettre en relation le son et l’image. Déjà, à la fin du XIXème siècle,   des séances musicales accompagnent la projection d’illustrated songs. Le Phono-Cinéma-Théâtre, présenté lors de l’Exposition universelle de 1900 à Paris par Henri Lioret et Clément Maurice, permettait une synchronisation audiovisuelle manuelle. Il en était de même pour le Chrono-phone de Léon Gaumont et le Phono-ciné-théâtre de Simon Mendel mis au point au même moment. Les pratiques amateurs autour de la personnalisation imagée des boîtes à cylindres et des disques à la Belle époque  peuvent également s’inscrire dans cette histoire. Entre les années 1920 et 1930, les talkies ou sound slides  ainsi que les travaux d’Oskar Fischinger vont également contribuer à renforcer ce lien. Durant la décennie suivante, la société Mills-Novelty-Company proposera des soundies (des films musicaux de 16 mm) mettant principalement en scène des musiciens de jazz. La société française CAMECA reprendra le principe et mettra au point en 1957 les Scopitones. Ces derniers sont largement considérés dans l’espace francophone comme l’ancêtre du clip.

Dès 1964, les Beatles travaillent sur les séquences musicales de plusieurs films, dans le but d'élargir leur public en diffusant leurs chansons des les salles de cinéma. Peu à peu, il rendent ces séquences de plus en plus créatives : Films à l'envers, surimpressions, animations, accélération du rythme de montage, tout est prétexte à de nouveaux jeux visuels. Une nouvelle force créative naît alors de l'association de la musique pop, des images et du cinéma.

En 1975, quand le groupe Queen envisage la promotion du morceau Bohemian Rapsody, un problème se pose à eux : Il est musicalement trop complexe pour être joué en live. L'idée de produire une vidéo pour promouvoir le morceau s'impose alors. Bruce Gowers, réalisateur de télévision, utilise les moyens dont il dispose pour mettre en scène le groupe : démultiplications, fragmentation des images et filtres divers sont utilisés pour créer des images fortes et graphiques. Pour la première fois, une vidéo contribue de façon nette au succès massif d'un morceau et d'un groupe. La mode est alors lancée en Angleterre ; les clips vidéos sont relayés par la télévision et atteignent un public de plus en plus vaste.  Les maisons de disques s'en servent allègrement, espérant ainsi contrer le déclin de la vente des 33 tours et faire connaître leurs artistes.

En 1981, la chaîne américaine MTV (Music Television) voit le jour avec la diffusion du clip Radio Killed the radio star des Buggles. ICI.  Cette chaîne fait alors le pari de ne diffuser que des clips. Le principe est simple : Les maisons de disques paient pour la promotion de leurs artistes via ce support.

MTV a ensuite révolutionné l'industrie de la musique et est devenu une source influente de culture populaire et de divertissement aux USA et dans d'autres parties du monde, notamment en Europe, en Asie et en Amérique latine, qui disposent  de chaînes sous la marque MTV.

Au début de MTV, sa programmation consistait en des clips vidéo de base introduites par VJ (vidéo jockeys) et fournis gratuitement par des maisons de disques. Alors que l'industrie du disque reconnaissait la valeur de MTV en tant que véhicule promotionnel, des fonds ont été investis dans la création de vidéos à la pointe de la technologie. Certains réalisateurs, dont Spike Jonze (Beig John Malkovich, Three Kings) et Michel Gondry (Eternal Sunshine of Spotless Mind), ont travaillé sur des vidéoclips avant de se lancer dans des longs métrages.

Dans les années 1980, MTV a joué un rôle déterminant dans la promotion de la carrière d'interprètes tels que Madonna, Michael Jackson, Prince et Duran Duran, dont les vidéos passaient en rotation.

Les dirigeants de MTV ont toujours nié qu'il y avait une quelconque interdiction contre les artistes afro-américains à ses débuts, alors que Walter Yetnikoff, qui était à la tête du label de Jackson à l'époque, a toujours insisté pour qu'il en soit ainsi.

Michael Jackson était une superstar internationale, et de nombreux membres de la communauté noire ont également fait savoir qu'il avait brisé les barrières raciales dans l'industrie de la musique.

Qu'en est-il vraiment :

Donna Summer, Eddie Grant, Grace Jones, Jimi Hendrix, Chuck Berry,  les jeunes musiciens  de Musical Youth et Prince avec «1999»  sont des artistes noirs diffusés sur MTV avant Jackson. Oui, Michael Jackson leur a fait changer le format de leur programmation en l’étendant pour s'adapter à son style de musique, mais il n'était pas le premier artiste noir à être diffusé sur MTV.

La vidéo de Prince «1999» a été diffusée sur MTV le 16 décembre 1982 selon le livre The Vault :

La chaîne de télévision spécialisée en musique ajoute la vidéo «1999» à sa liste de lecture, un événement apparemment mineur qui change la carrière de Prince. MTV a soudainement rendu la musique de Prince accessible à un tout nouveau public et très rapidement, Prince est passé de simple artiste à la célébrité culte. Il ne fallut pas longtemps pour que «1999»  arrive vraiment à décoller. L'album a été certifié or en janvier 1983. L'exposition à la chaîne de télévision MTV a fourni le coup de fouet nécessaire à la carrière de Prince ; il gagnait finalement le retentissement  de masse qui lui avait été refusé si longtemps. (The Vault, page 39).

Le journal Rolling Stone l'a nommé «artiste rock de l'année» en 1982.

Le premier clip vidéo de l'album Thriller, Billie Jean, a été diffusé pour la première fois sur MTV en mars 1983. Le même mois, la seconde vidéo de Prince, Little Red Corvette, (un vrai bolide pop)  a été présentée en première sur MTV. En 1983, Prince se produit désormais dans de grandes salles, perce véritablement à l'étranger et voit «1999» cinquième meilleure vente de l'année aux USA. 

Prince a donc été le premier grand artiste noir a être promu sur MTV. Thriller n'ouvrait pas la voie à Purple Rain, car Prince était déjà là avec l'album «1999».

Certains pensent qu'Off The Wall était en avant première sur MTV en 1979,   ce n'est pas possible,  car la chaîne MTV n'a pas été lancée avant août 1981.

En fin de compte, ni Prince ni Michael Jackson n'ont été les premiers artistes noirs sur MTV. Grace Jones a été pratiquement la première, mais elle n'a tout simplement jamais été beaucoup promue.

Il y a également eu aux USA, au  cours des années 60 et 70 des émissions de variétés télévisées aux heures de grande écoute mettant en vedette des artistes noirs,  il existait aussi les émissions populaires de Bill Cosby à la télévision, avant ses émissions des années 80.

Il est à craindre que les gens qui ne se renseignent pas sur  cette époque, ont l'impression erronée qu'avant Thriller, les artistes noirs étaient rejetés aux USA. Certains commentaires depuis la mort de MJ donnent le sentiment qu'il n'y avait aucun artiste noir apprécié par le public blanc, donnant ainsi beaucoup trop de crédit à Jackson.

Michael Jackson était très certainement le premier artiste noir à avoir la plus grosse diffusion sur MTV, puisque Billie Jean, était une vidéo époustouflante pour l'époque. Cependant  il n'y a effectivement  eu aucun problème racial, contrairement à ce qui a été raconté.  (MTV a déclaré que ce n'était pas le genre de musique qu'ils avaient l'habitude de passer sur leur chaîne à l'époque, leur style était plutôt axé sur le Rock'n'Roll) En 1981, 1982,  il n'y avait  pas non plus de débouché pour les vidéos de funk de R&B, de rap etc..

Si Michael Jackson n'était pas le premier artiste noir sur MTV,  il a été l'un des premiers artistes à mettre autant l'accent sur le nouveau média vidéo. Et il est évident que ses vidéos devinrent rapidement le principal attrait de la chaîne.

Le lancement de la vidéo «Thriller», réalisée par John Landis, a été présentée par MTV avec tout le faste et les circonstances d'une première d'un film. Plus tard, les vidéos «Bad et Black or White», ont reçu un traitement similaire.

Et tandis que Jackson, prêt à tout pour être vu,  mettait plus d'argent et d'art dans ses vidéos, d'autres chanteurs lui emboîtaient le pas.

Dire que l'album Thriller a permis à Jackson de devenir l'une des plus grandes stars de la pop et qu'il a influencé de nombreux talents est exact, mais soutenir qu'il a brisé les barrières raciales de l'époque, puisque c'est grâce à lui que la chaîne musicale MTV  a diffusé des clips d'artistes noirs, relève du complet fourvoiement.   

Prince prendra sa revanche deux années plus tard, en remportant l'Oscar de la Meilleure chanson avec «Purple Rain».

La guerre froide :

S'il n'y a jamais eu de confrontation directe, l'un comme l'autre ayant tout à perdre, les deux chanteurs américains n'ont cessé de s'affronter à distance.  En 1985, Prince refuse de rejoindre Michael Jackson et un casting  de vedettes sur la chanson «We Are The World».  En 1987, il refuse l'invitation de son concurrent à participer au clip «Bad». Lors d'un interview en 1997, Prince révélait avec un sourire gêné que la première phrase «Your butt is mine» (Ton cul est à moi) l'avait troublé. «On a eu d'entrée un problème» avait-il avoué. C'est encore lui qui s'attaquera ouvertement à son rival en 2004 dans son album «Musicology». « Ma voix monte plus haut/ et moi je n'ai jamais fait refaire mon nez/ça c'est l'autre mec» lâche-t-il sur le titre «Life 'O' The Party»....

Une affaire est montée en épingle par des managers expérimentés, Michael  Jackson  se retrouve catapulté star du jour au lendemain par les médias! Du buzz, de la télé,  des clips, des clichés vendeurs,  des unes dans les magazines people et le tour était joué. 

MJ avait un jour déclaré : «Je veux que ma carrière soit le plus grand spectacle sur terre».  Mission accomplie.  Il était la quintessence de ce que peut-être un personnage de fiction, homme parfaitement représentatif de la façon dont on voit le réel aujourd'hui : de L'horreur, mais racontée comme un conte de fées. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :