Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DESTINS DE STARS : Michael Jackson derrière le masque - Célébrités - Lieux célèbres - Personnages historiques. Actualité.

MICHAEL JACKSON stratégies de défense.

MICHAEL JACKSON stratégies de défense.

Charles Whitfield, MD (2001) a étudié la tactique de défense des agresseurs d'enfants présumés et condamnés et a constaté que parmi tous les moyens de défense dont dispose un agresseur d'enfants, le plus efficace est notre désir collectif de ne pas savoir. Nous voulons tellement que l'abus n'ait pas été commis que lorsqu'un accusé dit qu'il ne l'a pas fait, cela résonne avec nos espoirs et nos convictions personnels à propos des abus.

Le Dr Whitfield souligne que les agresseurs d'enfants jouent sur nos doutes, qu'un adulte par ailleurs respectable ne puisse jamais agresser sexuellement un enfant. Parce que nous ne voulons pas y croire, chaque élément de preuve qui nous est présenté, aussi convaincant soit-il, est filtré à travers le maillage de notre désir de trouver une autre explication à la divulgation de l'enfant. Avec ce genre de pression interne pour ne plus croire à aucune preuve, notre objectivité est compromise. Nous risquons alors de fermer prématurément notre esprit à la possibilité d'abus, ce qui rend difficile l'examen approfondi et l'évaluation des éléments de preuve dont nous disposons.

Prenons l'échange  avec une mère qui a  témoigné dans l'affaire Jackson. Elle avait permis à son fils de rester avec MJ à au moins 22 occasions. Pendant les visites, le garçon dormait dans le lit de Jackson et la femme de chambre de Michael a été témoin de la douche que MJ prenait avec le garçon.  À la barre des témoins, la mère a déclaré fermement que Jackson ne se comportait jamais de manière inappropriée avec un enfant.

La mère a maintenu son opinion lors du contre-interrogatoire, lorsque le procureur Tom Sneddon lui a demandé  si elle ne ressentait aucune crainte quand son fils restait dans la chambre de Jackson, essentiellement enfermé dans la suite du chanteur avec des carillons qui sonnaient si quelqu'un s'approchait.

Elle a déclaré : 

Nous avons immédiatement développé une relation de confiance. Rien ne m'a fait penser qu'il y avait un problème là-bas.

Que son enfant ait été maltraité ou non, il semble que cette pensée ne l'ait  jamais traversée.

Anna Salter,  experte en délinquants sexuels, a interrogé de nombreux condamnés emprisonnés pour violences sexuelles sur enfants. La plupart ont déclaré avoir maltraité de nombreux enfants pendant de nombreuses années avant d'être arrêtés. Ces agresseurs d'enfants lui ont dit que leurs principaux facilitateurs étaient les «bonnes personnes» qui ne voulaient pas croire à des crimes tels que les abus sexuels sur enfants. Ils ont décrit la facilité avec laquelle les gens leur ont remis leurs enfants. Les agresseurs d'enfants ont expliqué comment leur peur d'être attrapés avait diminuée lorsqu'ils ont découvert que la plupart des gens ne sont pas méfiants, qu'ils font confiance aux autres et qu'ils ne croient pas que leurs enfants seront blessés par d'autres adultes attrayants et polis.

Malheureusement, le seul moyen pour les bonnes personnes, serait de cesser de permettre les agressions d'enfants est de devenir moins confiants et mieux informés sur un sujet qui nous met tous mal à l'aise.

Michael Jackson s'est présenté comme la vraie victime.

Les journaux ont annoncé que la défense dans l'affaire Jackson le présentait comme la victime.

Alors que sa défense commençait dans son procès pour molestation, Jackson se présenta à nouveau comme une victime - mais cette fois-ci, ses avocats disaient que ce n'était pas une performance. Ils affirmaient que Jackson était la cible de procureurs trop zélés, d'un cercle restreint peu fiable et d'une famille de menteurs faisant de fausses allégations.

Se présenter comme la véritable victime est une stratégie de défense commune, qui a peu à voir avec le fait que l'accusé soit coupable ou innocent. En fait, il s'agit d'une réponse que l'on trouve couramment chez les agresseurs qui se font prendre. Cela a même un nom : DARVO.

DARVO fait référence à une réaction que les auteurs d'actes répréhensibles, en particulier les délinquants sexuels, peuvent manifester lorsqu'ils sont tenus pour responsables de leur comportement.

DARVO signifie «Refuser, attaquer, inverser la victime et le contrevenant».   Le délinquant nie le comportement, attaque l'individu confrontant et inverse les rôles de victime et d'agresseur de sorte que l'agresseur assume le rôle de victime et transforme la véritable victime en un présumé coupable. Cela se produit, par exemple, lorsqu'un auteur réellement coupable, assume le rôle d'être «accusé faussement» et attaque la crédibilité de l'accusateur ou même blâme l'accusateur d'être l'auteur d'une fausse accusation.

Dans un document, Freyd a expliqué que les réponses de DARVO peuvent être efficaces pour les auteurs.

j'ai constaté que de véritables agresseurs menaçaient, intimidaient et faisaient vivre un cauchemar à ceux qui les tenaient pour responsables ou leur demandaient de modifier leur comportement abusif. Attaques secrètes contre la crédibilité du dénonciateur, et ainsi de suite...Le délinquant crée rapidement l'impression que l'agresseur est le coupable, tandis que la victime ou l'observateur concerné est le délinquant.
Le délinquant commet l'infraction et la personne qui tente de tenir le contrevenant pour responsable est accusée en défense.

Freyd souligne que DARVO est initialement basé sur l'observation et l'analyse. Il n'a pas été soumis à des tests empiriques. Cependant, cette constellation de comportements est fréquemment décrite dans les écrits de ceux qui travaillent avec des délinquants sexuels condamnés (voir par exemple le livre d'Anna Salter, Predators). En outre, Freyd met en garde que la présence d'un comportement de type DARVO ne constitue pas nécessairement une preuve à l'appui de l'accusation de culpabilité ; une personne véritablement innocente peut nier une accusation, et attaquer en justice la personne qui l'accuse ou revendiquer le rôle de victime. Cependant, cela ne peut pas non plus être considéré comme une preuve d'innocence.

Stratégies de défense :

Alors que l'accusation se reposait et que la défense avait commencé à comparaître, de nombreux témoins ont déclaré que Jackson ne les avait pas maltraités, ou qu'ils n'avaient pas vu Jackson maltraiter qui que ce soit. MaCaulay Culkin a qualifié de «ridicules» les accusations de molestation contre Jackson. «Je ne l'ai jamais vu faire quoi que ce soit d'inconvenant avec qui que ce soit» et il a décrit ses nuits passées au ranch de Neverland comme «du bon vieux plaisir».

Est-ce que les individus qui disent ne pas avoir été agressés nous apprennent quoi que ce soit sur la crédibilité des enfants qui déclarent avoir été maltraités ?

Le témoignage d'une série d'enfants en contact avec un délinquant sexuel accusé qui  n'auraient pas été molestés, est une stratégie de défense très courante pour l'accusé. Le succès de cette stratégie dépend de l'acceptation du mythe populaire selon lequel les agresseurs d'enfants ne peuvent pas expliquer leur comportement et donc abusent de manière impulsive et sans discrimination.

De toute évidence, les voleurs ne volent pas dans tous les magasins dans lesquels ils font leurs achats. De même, les délinquants sexuels n'offensent pas tous les enfants avec lesquels ils sont amis. Bien que les délinquants sexuels puissent avoir envie de molester beaucoup d'enfants, ils le font rarement sans discernement.

Les entretiens avec les délinquants sexuels révèlent que la plupart d'entre eux sont sélectifs et choisissent des victimes susceptibles d'être exploitées parce qu'elles proviennent de familles en difficulté. Les enfants dont les parents sont attentifs et attentionnés sont généralement oubliés. Au lieu de cela, les agresseurs ciblent des enfants isolés et troublés avec peu d'adultes vers lesquels il peuvent se tourner. Les délinquants gagnent souvent la confiance et le dévouement de l'enfant en se liant d'amitié avec eux et en les inondant d'attentions et de cadeaux. Ce n'est que plus tard, et seulement si l'enfant réagit bien au processus de toilettage, que les agresseurs sexuels commencent à faire ouvertement des avances sexuelles.

Faire défiler les enfants dans les salles d'audience pour leur faire dire qu'ils n'ont pas été maltraités est aussi logique que de faire défiler des témoins devant les propriétaires de chaque magasin, pour prouver  qu'un voleur accusé ne les avait jamais volés, et que de ce fait il était innocent.

Jeudi 21 avril 2005 : un témoin potentiel de la défense  au procès Jackson, est arrêté pour viol au New Jersey.

Un témoin potentiel dans le procès de Michael Jackson a été accusé d'avoir abusé d'une mineure dans le sous-sol de sa maison après lui avoir dit qu'il avait vu la pop star séduire une fille.

Ahmad Elatab sur les genoux de MJ

Ahmad Elatab, de Clifton, dans le New-Jersey, a été arrêté après qu'un enseignant ait intercepté une photo de la rencontre que la fille transmettait à un camarade de classe de son lycée. La police a déclaré que la jeune fille de 14 ans avait regardé des CD pornographiques et d'autres images pornographiques sur un ordinateur qu'Eletab lui avaient apporté à son domicile. La jeune fille leur a raconté que la pop star avait séduit une fille. La fillette a dit aux policiers qu'ils avaient eu des relations sexuelles et que certaines parties de la rencontre étaient consensuelles, mais elle a également affirmé que certaines ne l'étaient pas  car des actes sexuels lui avaient été infligés. Selon les autorités, Elatab a déclaré que le sexe était consensuel et il a nié avoir dit à sa victime qu'il avait vu Jackson séduire une fille. Elatab a admis qu'il avait dit à la fille à quel point Jackson était «intelligent» et qu'il savait comment parler aux femmes.  Elatab a déclaré avoir parlé à Gavin Arvizo lorsque Jackson les avait emmenés faire leurs emplettes à Toys'R'Us en 2003. Il a dit que Gavin croyait que c'était Jackson qui avait guéri son cancer.

Combien de fois les enfants maltraités - qu'ils soient victimes de maltraitance physique, sexuelle ou émotionnelle - deviennent-ils des abuseurs ?

Dans une étude, Briggs et Hawkins (1996) ont étudié à la fois les délinquants sexuels incarcérés et un groupe d'hommes non délinquants qui ont admis avoir été abusés sexuellement pendant leur enfance. Dans l'ensemble, 93 % des délinquants incarcérés ont déclaré avoir été agressés sexuellement dans leur enfance. Briggs et Hawkins ont constaté que les agresseurs sexuels considéraient souvent leurs propres abus comme étant «normaux», parfois agréables et qu'ils avaient été maltraités par un nombre bien plus important d'auteurs que les non délinquants. En revanche, les non-délinquants étaient plus susceptibles de déclarer que leurs propres abus étaient négatifs. Briggs et Hawkins ont émis l'hypothèse que les hommes qui normalisaient leur propre expérience d'abus sexuel pourraient être plus susceptibles de commettre eux-même des abus sexuels et ensuite de ne pas comprendre les torts qu'ils ont causé.

En conclusion, certains chercheurs ont identifié le problème de la maltraitance dans l'enfance comme un facteur de risque pour devenir un agresseur. Dans le même temps, il est important de se rappeler que, même si les recherches suggèrent que la plupart des délinquants ont été maltraités, la plupart des victimes ne deviennent pas des délinquants. Néanmoins, il semble que l'un des meilleurs moyens d'interrompre le cycle de la maltraitance consiste à empêcher les enfants d'être maltraités. Lorsque cela échoue, le traitement doit être facilement accessible, de sorte que les problèmes liés à la maltraitance puissent être résolus en thérapie plutôt que reproduits par la prochaine génération.

Minimiser les abus envers les hommes.

Un certain nombre de témoins ont déclaré que Jackson tâtonnait fréquemment les jeunes garçons. Par exemple, l'un des anciens employés de Michael Jackson a témoigné qu'il avait vu Jackson faire une fellation sexuelle à un garçon qui avait ensuite reçu un important règlement financier de la part de Jackson. En outre, le fils d'une ancienne femme de ménage de Neverland, âgé de 24 ans, a raconté des séances qui débutaient par des chatouillements et qui étaient suivies de caresses. Jason Francia a éclaté en sanglots en racontant l'agression. Un journaliste de la chaîne d'information britannique Sky News est ensuite passé devant une zone où les jurés faisaient une pause, l'un des jurés imitait quelqu'un en train de pleurer, tandis que les autres riaient  - Bien qu'il ne soit pas certain qu'ils riaient de Jason, la peur de telles moqueries est une force sociale puissante qui réduit souvent au silence les victimes d'abus.

Le processus de toilettage

Dans une interview avec un journaliste britannique, Jackson a admis avoir partagé son lit avec de nombreux enfants, y compris l'acteur MaCauley Caulkin. Plus tard, MaCauley a admis avoir dormi dans la chambre de Jackson, mais a nié que Jackson l'ait maltraité.

Cependant, même si MaCauley a «peut-être» raison, cela signifie-t-il que Jackson n'a jamais maltraité aucun enfant ? Pas nécessairement. Les voleurs ne volent pas dans tous les magasins où ils font leurs achats. De même, les délinquants sexuels n'offensent pas tous les enfants avec lesquels ils sont amis.

Bien que les délinquants sexuels ont envie de molester les enfants, ils le font rarement sans discernement. En vérité, les délinquants sexuels ont tendance à choisir et à préparer avec soin leurs victimes. D'abord, ils  choisissent des enfants vulnérables en raison de la négligence parentale. Les enfants issus de familles brisées et dont les parents ont des problèmes attirent davantage les pédophiles que les enfants qui ont des parents attentifs et protectionnistes. Le pédophile cherche ensuite à exploiter le vide émotionnel dans la vie d'un enfant solitaire en se liant d'amitié avec lui et en le comblant d'attentions.

Des entretiens avec des délinquants sexuels montrent que les délinquants gagnent la confiance des enfants en leur offrant des pots-de-vin, des cadeaux et des jeux. En les désensibilisant par le toucher, en parlant de sexe et en utilisant la persuasion (Elliot, Browne et Kilcoyne, 1995)

Ci-dessous, un jeune pédophile décrit la planification minutieuse prise pour trouver sa prochaine victime :

Quand une personne comme moi veut avoir accès à un enfant, on ne se contente pas d'aller chercher l'enfant et de l'agresser sexuellement. Il y a tout un processus pour obtenir l'amitié de l'enfant et, dans mon cas, également pour obtenir l'amitié de la famille et leur confiance. Lorsque vous obtenez leur confiance, l'enfant devient vulnérable et on peut l'agresser.

Ainsi, plutôt que d'être un évènement soudain, initialement traumatisant, les plupart des rapports sexuels entre enfants et adultes impliquent un processus de «toilettage» graduel dans lequel l'auteur manipule habilement l'enfant pour qu'il participe. Par exemple, un délinquant sexuel peut tester l'enfant en lui montrant de la pornographie et/ou en lui proposant de l'alcool ou de la drogue. Le délinquant dit à l'enfant qu'il aura des problèmes si ses parents découvrent la vérité. Si l'enfant garde le secret et ne le dit pas à ses parents, l'agresseur sait qu'il peut continuer. Le délinquant intensifiera ensuite méthodiquement ce type d'activité jusqu'à ce qu'il insensibilise suffisamment l'enfant pour qu'il adopte un comportement sexuel plus ouvert. Parce que l'enfant a gardé le secret initial, l'enfant peut se considérer comme responsable de l'abus. Plus tard, l'enfant peut non seulement omettre de le divulguer ; il peut même le nier si on lui demande directement si c'est arrivé. C'est encore plus prononcé  si l'enfant est lui-même une célébrité comme par exemple MaCauley Culkin.

Déni et divulgation

Lors du contre-interrogatoire de Gavin Arvizo dans l'affaire Jackson, il a été révélé qu'il avait nié avoir été maltraité lorsqu'il avait été interrogé par son directeur d'école. «... l'adolescent a été interrogé sur ses conversations avec Jeffrey Alpert, le doyen de la John Burroughs Middle School à Los Angeles, où le garçon allait en en classe».

Selon l'avocat de la défense, Thomas Mesereau -  Dean Alpert aurait déclaré au jeune homme : «Regardez-moi, regardez-moi ... je ne peux pas vous aider à moins que vous ne me disiez la vérité - est-ce que cela est arrivé?».

  • J'ai dit à Dean Alpert qu'il ne m'avait rien fait, a déclaré le garçon, je lui ai dit deux fois.

«la victime a expliqué son démenti antérieur en disant : J'ai dit à un administrateur de l’école que le chanteur ne m'avait pas molesté parce que mes camarades se moquaient de moi et je voulais qu’ils arrêtent, ils riaient parce que j'avais  été «violé» par Jackson».

(Tim Molloy, l'accusateur de Jackson explique un refus antérieur, Associated Press, 15 mars 2005.)

Un tel témoignage contradictoire est source de confusion pour beaucoup de gens. Si Gavin a été vraiment maltraité, pourquoi l'a-t-il nié alors qu'il était interrogé directement à ce sujet par une personne ayant autorité sur lui? Est-ce que cela signifie que l'abus n'a pas eu lieu?

Contrairement à la croyance populaire selon laquelle les enfants ont tendance à exagérer les abus sexuels, les recherches montrent que les enfants minimisent et nient souvent au lieu d'exagérer ce qui leur est arrivé. Les recherches révèlent que les craintes de vengeance et d'abandon, ainsi que les sentiments de complicité, d'embarras, de culpabilité et de honte réduisent souvent au silence ces enfants. En fait, les dénégations d'abus sont courantes même lorsque des preuves indéniables de l'abus sont présentes.

Dans une étude impliquant un auteur qui avait plaidé coupable après que des vidéos aient été enregistrées sur le violences  envers 10 enfants. Grâce à ces enregistrements détaillés, les chercheurs savaient exactement ce qui était arrivé à ces enfants. Malgré cette abondance de preuves matérielles, les enfants ont tendance à nier ou à minimiser leurs expériences. Certains enfants ne voulaient tout simplement pas parler de leurs vécu, d'autres avaient des difficultés à s'en souvenir et un enfant manquait de concepts adéquats pour les comprendre et les décrire.

L'absence de divulgation d'abus est particulièrement courante chez les garçons qui ont été abusés par d'autres hommes. Ils sont souvent très conscients de la stigmatisation sociale liée à la victimisation, ainsi que la peur de ne pas être crus ou qualifiés d'homosexuels.

Bien que cette corrélation aide la défense, elle n'exclut pas la molestation. Dans l'ensemble, les recherches suggèrent que de tels refus sont fréquents, en particulier chez les garçons victimes de violence, et particulièrement s'ils sont confrontés à un environnement où ils se trouvent avec leur pairs.

Procès troublant de Jackson : entretien avec Joyanna Silberg, PhD, vice-présidente exécutive du conseil de direction - Nouvelles américaines et rapport mondial - Diane Cole le 21 mars 2005.

Semaine du 7 au 11 mars 2005 - Incohérences dans le témoignage des enfants: Que veulent-elles dire ?

  • Les frères,  ont témoigné que Jackson les avait encouragés à boire de la vodka et du vin - ce que Jackson appelait «Jus de Jésus», à regarder des magazines sexuels avec lui et à parcourir des sites pour adultes sur internet. le récit se termine de manière dramatique sur l'histoire du toucher inapproprié.

«Nomi Morris, MSNBC Newsweek , http://www.msnbc.msn.com/id/7161056/site/newsweek/

Dans l'affaire Michael Jackson, l'accusation a présenté le témoignage de la soeur de la victime, de son frère et de la victime elle-même. La victime a décrit plusieurs actes de molestation. Ceux-ci ont été corroborés par son frère qui a affirmé avoir été témoin de deux agressions sexuelles de la part de Jackson.

Le contre-interrogatoire  de ces témoins a principalement porté sur les incohérences dans les déclarations des enfants. Dans le cas de la soeur de la victime, des incohérences ont été constatées entre ses précédentes déclarations sur la manière dont elle percevait Jackson et ses opinions pendant le procès.

Les incohérences dans les déclarations du frère impliquaient des détails réels des agressions qu'il avait observées, ainsi que des incohérences dans son rapport sur le comportement de son père. Auparavant, il avait nié les abus de son parent, mais affirmait à présent qu'il l'avait agressé.

Dans les cas d'abus, il est très courant que la défense se concentre sur les incohérences dans les déclarations des jeunes au fil du temps. Cependant, il est important de déterminer l'importance des changements dans la manière dont on perçoit une situation.

Changer de point de vue suggère-t-il que l'enfant ment ?

Pas nécessairement. Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les récits des jeunes sur des événements présumés violents peuvent changer avec le temps. Dont ceux-ci :

  1. Les changements de développement au fil du temps peuvent affecter l'utilisation du langage par un enfant. Un jeune enfant peut dire : «Cela s'est passé un million de fois». Un enfant plus âgé peu utiliser un langage plus précis.
  2. S'ils sont maltraités à de nombreuses reprises dans différents lieux et situations, les enfants peuvent confondre les détails des divers incidents, de sorte qu'une fois, l'enfant dit que cela s'est passé à un endroit et qu'une autre fois, cela s'est passé ailleurs.
  3. Les concepts d'un enfant peuvent devenir plus sophistiqués avec la maturité et l'expérience. Par exemple, auparavant, la soeur de la victime avait vu Jackson sous un jour positif. En substance, elle croyait qu'il se présentait comme une figure paternelle pour les enfants vulnérables. Pendant le procès, elle le considérait comme ayant manipulé elle et sa famille. Dans son témoignage du 7 mars, elle a déclaré : «J'ai subi 16 ans de sévices et je ne savais pas ce qu'était un père».
  4. Les enfants ont des sentiments partagés sur le signalement des crimes susceptibles de mettre en difficulté des personnes puissantes qui leur sont chères. Ils ont un désir naturel de protéger ceux dont leur vie est dépendante. En outre, ils peuvent se reprocher ce qui s'est passé. Cela peut amener les enfants à nier la maltraitance même quand elle s'est produite, et parfois nier la maltraitance après l'avoir signalée.
  5. Des incohérences peuvent en résulter alors que les souvenirs s'estompent avec le temps. Des études menées auprès d'adultes et d'enfants montrent que l'essence d'une mémoire ou d'un sens essentiel est généralement bien conservé dans le temps, mais que les détails périphériques peuvent s'effacer. Ainsi, il n'est pas rare que les victimes d'actes criminels se souviennent de quelque chose d'inhabituel ou oublient des détails de leur expérience.
  6. Enfin, le processus complet de préparation des victimes et des témoins au tribunal peut entraîner des incohérences, dans la mesure où il implique souvent une série d'entretiens et des interrogations répétés. Alors que les enfants plus âgés sont plus résistants à la suggestion, la façon dont les questions sont posées peut parfois affecter le rappel des détails périphériques, en particulier si les enfants veulent faire plaisir à l'intervieweur. Cela ne signifie toutefois pas que les événements ne se sont pas produits.

2 Mars 2005 - Le danger pour les étrangers et le faux déni des abus sexuels.

C'est le titre d'une présentation de Thomas D.Lyon, JD, Ph.D., professeur à la USC Law School. La présentation a été faite à la réunion annuelle de l'Association américaine pour le progrès de la science (AAAS) à Seattle en février 2004.

Dans son discours, le Dr Lyon a souligné que la couverture médiatique des enlèvements d'enfants par des étrangers pouvait déformer la perception du public concernant les risques d'abus sexuels d'enfants. Les enlèvements par des étrangers sont populaires dans les médias précisément parce qu'ils sont rares, alors que les abus sexuels commis par des personnes proches de la victime sont assez courants. L'intérêt de la couverture médiatique réside toutefois dans le fait qu'une analyse minutieuse de certaines affaires très médiatisées révèle que les auteurs sont souvent impliqués dans des violences plus profanes qui n'ont pas été détectées ou auxquelles on ne croyait pas. Beaucoup de ces cas non suspects n'étaient pas portés à l'esprit, car le public recèle de dangereuses hypothèses sur la façon dont un enfant agressé devrait avoir agit et à ce qu'il devrait ressembler.

Fausses hypothèses sur les abus.

  • L'abus doit être violent et laisser des preuves matérielles
  • La victime doit avoir l'air traumatisée  tout le temps
  • La victime doit résister à tout contact ultérieur avec son agresseur
  • La victime doit pouvoir indiquer le nombre exact de fois qu'il a été agressé et où cela a eu lieu.

Le Dr Lyon a parlé d'un cas dans lequel un homme avait maltraité la fille de 9 ans de son amie et une autre du même âge. L'accusé a été acquitté parce que le jury  pensait  que les enfants n'avaient pas réagit comme  des enfants maltraités. Par exemple, les filles riaient parfois, elles ne pouvaient pas dire combien de fois il les avait caressées et on ne retrouvait pas de sang sur elles. De plus, les filles ont parfois admis qu'elles restaient à la maison lorsqu'il était dans la maison alors qu'elles auraient pu partir. Le jury a estimé que cela signifiait que l'abus n'avait pas eu lieu. Dix-huit mois après son acquittement, le même homme a enlevé, violé et assassiné une petite fille de 6 ans. Le Dr Lyon note que, dans de tels cas, les exactions par des étrangers peuvent aider le public à accepter et à croire les abus familiers qui ont été négligés.

Hypothèses dangereuses

L'une des hypothèses les plus dangereuses du public est la conviction qu'il sait d'une manière ou d'une autre, quel type ou quelle personne,  violerait ou non un enfant.

Les délinquants sexuels sont bien conscients de notre propension à formuler des hypothèses sur le comportement privé à partir d'une présentation publique. En fait, comme l'ont montré des informations récentes sur des abus commis par des prêtres, les agresseurs d'enfants se fient à nos hypothèses erronées pour délibérément et minutieusement préparer et obtenir l'accès aux enfants victimes.

Selon Anna Salter, experte de premier plan en matière de délinquants sexuels, «tous les types de délinquants sexuels ont une double vie» Personne ne pense que quelqu'un qui, selon la communauté, a un bon caractère, est gentil et doux, ne serait capable de faire une telle chose.

Au cours de ses nombreuses années de travail auprès des délinquants sexuels, Mme Salter a découvert qu'ils utilisaient couramment diverses tactiques leur permettant d'avoir accès aux enfants tout en dissimulant leurs activités. Par exemple, beaucoup recherchent des postes à responsabilité qui les placent à proximité des enfants. Ils ont également tendance à adopter un comportement socialement responsable et attentionné en public. Beaucoup ont pratiqué et perfectionné leur capacité à charmer, à être aimable et faire rayonner une façade de sincérité et de vérité. Cela amène les parents et d'autres personnes à laisser tomber leur garde, ce qui permet au délinquant sexuel d'avoir un accès facile et récurrent aux enfants.

En fait, le Dr. Salter a découvert que la vie qu'un pédophile agresseur mène en public peut être exemplaire, presque irréelle dans sa justice. Dans son livre, Dr.Salter présente la description suivante écrite par un pédophile qui avait utilisé son poste de directeur de chorale pour accéder aux garçons.

Je veux décrire un pédophile que je connais très bien. Cet homme a été élevé par de fervents parents chrétiens. Enfant, il manquait rarement l'église. Même après être devenu adulte, il était fidèle en tant que membre de l'église. Il était un simple étudiant au lycée et au collège. Il est marié et a un enfant à lui. Il a entraîné la petite ligue de baseball. Il était directeur de chorale dans son église. Il n'a jamais consommé de drogues illégales. Il n'a jamais bu d'alcool. Il était considéré comme un garçon bien. Tout le monde semblait l'aimer. Il a été bénévole dans de nombreuses activités communautaires civiques. Il avait un travail bien rémunéré et était considéré comme faisant partie de la société aisée. Mais dès l'âge de 13 ans, il a agressé sexuellement des petits garçons. Toutes ses victimes étaient des amis....

L'auteur de ces faits a été libéré sous condition. À sa libération, il s'est rapidement infiltré dans une église où il a agressé des enfants jusqu'à ce qu'il soit attrapé de nouveau et renvoyé en prison.

Au cours de la dernière semaine du procès de Michael Jackson, la victime présumée a expliqué à quel point MJ semblait ne plus s'intéresser à lui et combien cela le blessait.

John M. Broder, du New York Times (voir «Pour les observateurs du procès de Jackson, les portes de Neverland Ranch», 27 mars 2005) a décrit le témoignage du garçon de la manière suivante :

Bien que le garçon affirme avoir été bouleversé par les allégations d'abus, ce qui semblait le déranger davantage,  était d'être banni pour toujours de l’Éden de Michael Jackson. Lors de son témoignage au sujet des incidents sexuels, le garçon avait une voix grave et une attitude neutre, et il fallait l'inciter à exprimer toute sa consternation face à l'agression sexuelle.  Mais quand il a dit que Jackson l'ignorait et expulsait sa famille, Gavin s'est énervé Il a raconté un moment de la fin de son séjour à Neverland : quand Michael est passé devant moi mais ne m'a pas reconnu. «C'est comme si mon coeur venait de se briser» a dit le garçon.

Cela soulève la question suivante : Est-il courant que les victimes de maltraitances se sentent blessées par la perte de leur relation avec l'agresseur?

Les spécialistes en abus sexuels sur des enfants connaissent très bien cette dynamique chez les victimes d'abus sexuels, dont beaucoup sont extrêmement ambivalentes quant à leurs sentiments pour l'abuseur. D'une part, ils se sont sentis proches de l'agresseur et ont peut-être vécu ce qu'ils considéraient comme de «l'amour» pour la première fois. D'autre part le fait d'être mis au rebut lorsque l'auteur des violences perd de son intérêt,  peut les aider à reconnaître le caractère abusif de cette relation et la trahison qui y est inhérente.

Dans une étude portant sur le processus de victimisation sexuelle du point de vue de l'enfant, Berliner et Conte (1990) ont constaté que la plupart des agresseurs étaient des hommes de confiance dont l'enfant et la mère dépendaient à la fois émotionnellement et financièrement. Une méthode courante de persuasion impliquait l'exploitation du besoin normal d'un enfant de se sentir aimé, valorisé et pris en charge. Environ la moitié des enfants ont également déclaré avoir reçu des faveurs spéciales, de l'argent ou des vêtements. Au début de la relation, le délinquant avait généralement beaucoup de contacts physiques et touchait «accidentellement» les organes génitaux de l'enfant ou s'exposait devant lui. Le passage à un comportement sexuel déclaré était souvent sous l'apparence d'une conduite acceptable. On disait aux enfants que le comportement n'était pas vraiment sexuel ou qu'il s'agissait d'une forme d'éducation sexuelle nécessaire. En conséquence, la majorité des enfants ignoraient initialement qu'ils étaient victimes d'abus sexuels. Au fur et à mesure que la nature sexuelle de la relation évoluait, la majorité des enfants étaient menacés de répercussions allant de l'abandon à la mort s'ils le disaient. La plupart des enfants se sont conformés au délinquant et peu d'entre eux ont estimé que s'ils avaient dit non, les violences auraient cessé. En effet, beaucoup ont exprimé leur conviction que cela aurait continué ou qu'ils auraient été davantage lésés.

Parmi les enfants interrogés par Berliner et Conté, beaucoup ont exprimé une ambivalence concernant leurs sentiments à l'égard de l'auteur des violences.  Plus de la moitié ont dit qu'ils l'aimaient, l'aimaient, avaient besoin de lui ou dépendaient de lui. Près de la moitié ont également souscrit à l'affirmation suivante: «Je le haïssais».

Alors que la victime (Gavin)  exprime clairement sa blessure et sa trahison à propos de la perte de Jackson (Mon coeur était brisé) cela avait rendu encore plus douloureux le fait qu'il ait été «utilisé» pour des activités sexuelles.

En fait, l'une des séquelles les plus préjudiciables des agressions sexuelles perpétrées par un adulte de confiance est l'émotion conflictuelle, la perte et la colère ressenties après avoir été imaginées comme «spéciales», puis la prise de conscience que cette «particularité» avait pu profiter davantage aux intérêts sexuels de l'adulte, qu'au bien-être de l'enfant.

Ainsi, la réaction de Gavin, telle que rapportée par M.Broder, s'inscrit parfaitement dans  la dynamique des victimes d'abus sexuels.

De plus, un récit sans émotion des détails de la molestation n'est pas rare chez une personne qui se sent honteuse et gênée par l'expérience. L'utilisation d'un ton sans émotion peut-être adopté pour tenter de se séparer de la réalité de l'événement et d'éviter les sentiments associés à la vulnérabilité. Les recherches montrent que les victimes font souvent face psychologiquement à l'aide de mécanismes tels que le déni, la minimisation et la dissociation en ce qui concerne l'abus même ou ses effets néfastes. D'autre part exprimer sa colère contre l'agresseur pour un comportement qui n'est pas associé à la victimisation (comme le fait de les ignorer) s'accompagne généralement de moins de honte et peut donc être exprimé plus ouvertement.

Comparativement aux abus commis par des étrangers, les abus commis par un adulte de confiance sont bien pires car l'enfant doit composer avec des sentiments contradictoires à l'égard de quelqu'un qu'il aime. Dans ces cas, il est impossible de séparer le préjudice des actes de violence réels de l'ensemble du contexte de violence d'une relation présentée à l'enfant comme étant basée sur la confiance et l'amour et qui était en réalité basée sur la trahison et l'exploitation.

Il est essentiel de reconnaître les abus sexuels et de protéger les enfants.

Source :  The leadership Council On child Abuse & Interpersonal violence - qui est une organisation scientifique indépendante à but non lucratif composée de scientifiques respectés, de cliniciens, d'éducateurs, de juristes, de journalistes et d'analystes des politiques publiques.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :