Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DESTINS DE STARS : Michael Jackson derrière le masque - Célébrités - Lieux célèbres - Personnages historiques. Actualité.

Ovation debout pour les accusateurs de Michael Jackson à Sundance.

Wade Robson, le réalisateur Dan Reed et James Safechuck.

Wade Robson, le réalisateur Dan Reed et James Safechuck.

«Leaving Neverland» est un récit tentaculaire sur la façon dont les vies de Wade Robson  et James Safechuck ont été mêlées à celle de Jackson à l'apogée de sa célébrité dans les années 80 et au début des années 90, puis plus tard à l'âge adulte, quand le traumatisme de ce qui  leur est arrivé dans leur jeunesse a  émergé.

Outre les témoignages de Robson et de Safechuck, le film interviewe également les membres de la famille, notamment les mères, les épouses des deux hommes, ainsi que le frère et la soeur de Robson. 

La voix de Jackson est entendue dans le film, dans des messages vocaux qu'il a laissé pour Robson et une «interview» que Safechuck a faite avec Jackson à bord d'un avion privé. Le film montre également certains des nombreux fax qu'il a envoyé à Robson. 

Nous ne pouvons pas changer ce qui nous est arrivé. Et nous ne pouvons rien faire contre Michael. a déclaré Robson lors d'une séance de questions-réponses avec le public. Mais il a ajouté qu'il espérait que les autres survivants se sentiraient moins isolés et sensibiliseraient les responsables d'enfants.

Jimmy Safechuck a ajouté qu'ils n'étaient pas payés pour participer au documentaire et qu'ils ne cherchaient pas à en tirer de l'argent.

«Leaving Neverland» a suscité la controverse depuis son annonce il y a quelques semaines à peine. Le domaine de Jackson l'a condamné pour avoir répété des allégations discréditées. Avant la projection, il y a eu des manifestations massives de fans à l'extérieur et Park City a déployé des forces de police supplémentaires devant le Egyptian Théâtre. Mais seule une poignée de personnes s'est présentée vendredi avec des affiches sur lesquelles il était écrit le mot «innocent» sur un portrait de  Jackson. 

Un membre de l'auditoire a évoqué le fait qu'il y avait beaucoup de fans de Jackson qui ne croyaient pas à sa culpabilité, et  a demandé à Robson et Safechuck s'ils avaient un message pour eux. 

Je ne pense pas qu'il y ait quelque chose que l'on doive leur dire, sauf que nous comprenons que c'est vraiment difficile à croire, a déclaré Wade Robson. Parce que d'une certaine manière, il n'y a pas si longtemps, je ne pouvais toujours pas croire que ce que Michael m'avait fait était une mauvaise chose. Nous ne pouvons accepter et comprendre quelque chose que lorsque nous sommes prêts.

Jackson a été acquitté des accusations de molestation en 2005 dans une affaire impliquant un autre jeune homme Gavin Arvizo./  Wade  Robson a témoigné lors de ce procès, affirmant qu'il avait dormi dans la chambre de Jackson à plusieurs reprises, mais que MJ ne l'avait jamais agressé. Safechuck a fait des déclarations similaires aux enquêteurs mais il a refusé de témoigner en faveur de Jackson. Puis, en 2013, Robson a intenté une action en justice selon laquelle le stress et les traumatismes l'avaient obligé à faire face à la vérité : Il avait été agressé sexuellement par Jackson. Safechuck a engagé une action similaire l'année suivante. Tous deux ont été refusés pour des raisons de délais de prescription  et un juge n'a pas évalué le bien-fondé des allégations.  

Le réalisateur de «Leaving Neverland» , Dan Reed, a déclaré qu'il pénétrait dans un nouveau territoire en explorant une figure du divertissement, au lieu de ses sujets habituels comme le terrorisme et le crime.

Quelques instants avant le début de la projection, le directeur du festival, John Cooper, a informé la salle comble que des soignants étaient là pour conseiller les personnes en détresse suite aux descriptions explicites d'abus sexuels que présente le film.  En effet, Wade Robson et James Safechuck, décrivent des actes intenses et graphiques commis par Jackson à leur encontre. 

C'est James qui raconte en premier, comment leur amitié est devenue sexuelle  et comment il l'a initié à la masturbation.  James  voyait dans cette relation hors normes,  une forme de «lien» et cela a déclenché ce qu'il décrit comme une «relation de couple homosexuel» quand  la mère ignorante de James,  les a laissés seuls, en les autorisant à partager une chambre d'hôtel.

Les histoires progressent dans un territoire encore plus sombre, les chambres d'hôtel étaient réservée à différents étages, Jackson veillant à empêcher toute découverte potentielle. James se souvient qu'il s'est réveillé a côté de MJ lui disant que pendant qu'il était endormi, il avait pratiqué le sexe oral sur lui. Il lui a également dit qu'il était sa première expérience sexuelle et que ce n'était qu'une «manière acceptable de vivre leur amour». 

Lors de la rénovation du ranch Neverland, il est devenu plus facile pour Jackson d'assurer la confidentialité. Après avoir énuméré les très nombreux espaces du complexe où Jackson l'aurait maltraité. James affirme que Jackson lui disait que sa mère était méchante et que toutes les femmes étaient méchantes, le repoussant ainsi loin de sa famille et le rapprochant de la vie de Jackson.

James se souvient du mariage fictif qu'il avait eu avec Jackson, et désigne une alliance en or sertie de diamants,  qu'il possède toujours et qu'il montre à la caméra. Jackson le récompensait pour ses actes sexuels avec des bijoux de valeur. MJ l'emmenait dans divers magasins de luxe et lui faisait essayer différents accessoires. Jackson disait aux vendeurs que le cadeau était destiné à une femme, bien que les poignets et les mains de Safechuck étaient utilisés pour prendre la taille des bijoux.    «Il est toujours difficile pour moi de ne pas me le reprocher», dit James, les mains tremblantes alors qu'il tient les nombreux cadeaux. 

Wade Robson  affirme que les violences ont commencé à un âge encore plus jeune, alors qu'il n'avait que 7 ans. Sa famille résida à Neverland et après que Jackson eut convaincu la mère de Wade, il fut autorisé à rester seul avec le garçon pendant cinq jours. «Toi et moi avons été réunis pas Dieu» a déclaré Jackson à Wade, alors qu'il se livrait à de nombreuses activités sexuelles avec lui. Il a aussi dit à Wade qu'il ne fallait pas faire confiance aux femmes et l'a averti que si quelqu'un devait le savoir, ils risquaient tous les deux d'être emprisonnés. 

À l'apogée de leur «amitié spéciale» , comme étaient  souvent désignées les relations de Jackson avec les garçons, le roi de la pop a acheté un télécopieur à Robson. C'était une technologie de pointe de la fin des années 80, qui permettait à Jackson d'envoyer des messages à Wade,  qui se lisent comme des mots d'amour. 

«Je t'aime, mon petit» mentionne une note faxée de Jackson au gamin de 7 ans. «Rends-moi heureux et sois le meilleur». 

Des notes similaires sont montrées, elle comprennent des dessins que Jackson a fait de lui-même comme souvenir pour le jeune Robson. «Le salon était couvert de fax»   déclare la mère de Robson, Joy, dans le film.

Quelques années après le cas très médiatisé de Jackson en 1993, le chanteur a renoué le contact avec Robson, 14 ans, qui a déclaré être devenu aussi grand que Jackson, et les agressions sexuelles ont eu lieu une dernière fois, alors que le chanteur répétait pour sa tournée mondiale HIStory. Il a invité Robson dans un hôtel de Los Angeles,  l'a  pénétré analement, mais l'acte étant  devenu trop douloureux pour Wade.  Jackson a arrêté. 

Le lendemain, un secrétaire particulier de Jackson demanda à Robson de venir immédiatement vers Jackson dans les studios de danse de Los Angeles où se déroulaient les répétitions. Robson  déclare qu'il lui avait demandé ce qu'il était advenu du sous-vêtement qu'il portait avant leur nuit ensemble et que, s'il y avait du sang sur le vêtement, il devait s'en débarrasser. Robson obéit et trouva en effet ses sous-vêtements ensanglantés. Il les jeta dans la benne à ordures du condo.

Alors que beaucoup peignent encore aujourd'hui Neverland, comme le  témoignage de son esprit enfantin et de sa personnalité jadis absurde, «Leaving Neverland» propose un autre type de visite du célèbre endroit. 

Pratiquement toutes les structures avaient des cachettes avec des lits ou des endroits intimes. Safechuck  déclare que, au plus fort des abus de Jackson, ils utilisaient de nombreux endroits autour du ranch où Jackson le molestait. Cela inclut une boite privée et verrouillée dans la salle de cinéma, qui avait un vitrage  sans tain  afin que personne depuis les sièges de la salle de cinéma ne puisse voir à l'intérieur. (Jackson pouvait voir sans être vu)   Pour ne pas se faire prendre en flagrant délit, la superstar avait crée une série de passages. Bells a montré la série de portes menant au dressing de la suite principale de Jackson,  à cet endroit, il étalait une couverture  sur le sol et toutes les portes étaient  fermées à clé.

«C'est arrivé tous les jours», déclare James Safechuck.

La gare de Neverland avait un grenier caché avec un lit. Un endroit de la cour était bordé de tipis. Les deux endroits étaient des lieux d'abus,  déclare  Safechuck. Des jeux de sexe oral se passaient dans la piscine et le jacuzzi. La liste s'allonge, et, à mesure que les photos de chaque lieu défilaient, les gémissements dégoûtés du public devenaient de plus en plus fort. 

Safechuck a également dit que lors de tournées ou pendant un voyage à travers le monde, lui et Jackson faisaient des «exercices» pour enfiler leurs vêtements le plus rapidement possible.

Wade, accuse Jackson  de lui avoir montré du porno hardcore, tandis que James, lui,  était initié à l'alcool. Les deux enfants ont  progressivement été éliminés de la vie de Jackson au moment de l'introduction de garçons plus jeunes. En vieillissant, «tu n'étais plus spécial», dit James. Macaulay Culkin a remplacé Wade dans le clip de Jackson pour la chanson Black or White, et Wade et James ont ressenti des sentiments de jalousie.

Avant la première du documentaire, Culkin a à nouveau nié toute irrégularité. «Pour moi, c'est tellement normal et banal», a-t-il déclaré. «Je sais que c'est un gros problème pour tout le monde, mais c'était une amitié normale». 

«Les secrets vous dévorent», dit James en détaillant les dommages à long terme causés par les abus sexuels. Lui et Wade ont tous les deux souffert de dépression, de dégoût de soi et d'anxiété et ont eu des difficultés dans leurs relations familiales. À un moment donné, James ajoute : «je ne pense pas que le temps guérisse cela. Ça ne fait qu'empirer.»

Le film aborde également la responsabilité des parents, les deux mères expliquant leurs processus décisionnels. Les deux ont été horrifiées quand, à l'âge adulte, leurs fils ont partagé leurs histoires et qu'ils ne pouvaient pas leur  pardonner. Il examine également le raisonnement complexe de leur décision de garder le silence pendant toutes ces années, notamment la comparution de Wade dans le cadre de la défense,  lors du procès de Jackson en 2004/2005, alors que le chanteur était accusé d'avoir abusé de Gavin Arvizo. 

«Je veux dire la vérité aussi fort que j'ai menti», a déclaré Wade vers la fin du film, déterminé à rattraper les années perdues à passer à se débattre avec cette expérience. 

À la fin du film, la foule, aux visages défaits,  s'est levée pour applaudir Wade et James, qui sont arrivés sur scène, visiblement émus par leurs applaudissements. 

Quelques réactions sur Twitter : 

- Matt Jacobs : 
"Leaving Neverland est déchirant, déchirant, déchirant. C'est moins une décision de léguer l’héritage culturel de Michael Jackson qu’un coup par coup des conséquences de ses crimes. Putain de merde."

- Mara Reinstein 
J'ai mal au cœur après avoir regardé la première partie du document #LeavingNeverland.  Les témoins / victimes d'abus sexuels de Michael Jackson  sont très crédibles. C’est tellement sexuellement explicite que des conseillers se trouvent dans le hall. 

- Tremblement. Sensationnel. Nous avions tous tort lorsque nous avons applaudi  Michael Jackson. C'était un pédophile. 

- Fred Topauld Lang Syne
James Safechuck, Wade Robson, leurs mères et leurs frères et sœurs ont tellement de honte et de culpabilité de ne pas s'être manifestés plus tôt ou d'avoir arrêté les abus, je ne vois pas comment vous pouvez regarder #LeavingNeverland sans sentir qu’ils sont sincères. 

- Patrick Ryan 
Beaucoup de parallèles communs dans les histoires des victimes : MJ les amenant à haïr leurs parents et les femmes en général, affirmant que Dieu les a rassemblés, pour les «chasser» ensuite pour des garçons plus jeunes. «Il y avait beaucoup de jalousie et de souffrance. Quand tu n'étais plus spécial.»

- Adam B. Vary 
Wade Robson et James Safechuck, profondément émus, reçoivent une ovation debout après la projection de LEAVING NEVERLAND. Il y aura beaucoup à dire plus tard, mais je peux dire ceci : Il s'agit d'un film complet, dévastateur et profondément crédible.

- La Q & R de LEAVING NEVERLAND est terminée et je vais écrire un rapport plus détaillé. Je n'oublierai jamais l'homme qui s'est levé et a dit qu'il avait été maltraité dans son enfance et que le film ferait beaucoup plus de bien dans le monde «que ce  putain de Michael Jackson».

- Robson et Safechuck ont ​​déclaré avoir été approchés par le directeur de LEAVING NEVERLAND, Dan Reed, qui a interviewé Robson pendant trois jours, et Safechuck, pendant deux jours. Ils disent qu’ils n’ont pas été payés et l’ont fait pour aider à prévenir les abus sexuels sur les enfants à l’avenir. 

Dans sa critique du film, le  chevronné Ehrlich écrit : «Ce n'est  un secret pour personne que Michael Jackson a agi de manière inappropriée avec un certain nombre de jeunes garçons, mais vous n'êtes, par aucun moyen, préparé aux détails scientifiques pénibles présentés dans les  rapports de Dan Reed» «C'est une chose d'être vaguement au courant des diverses allégations qui ont été faites contre le roi de la pop ; les astérisques qui seront toujours à côté du nom de la méga étoile. C'est une autre chose d'entendre le témoignage horriblement lucide qui s'étend sur toute la durée de «Leaving Neverland» alors que deux des victimes les plus récurrentes de Jackson dévoilent courageusement la façon dont une icône universelle les a séduits, les a privés de toute  reconnaissance et a tiré parti de leur amour pour lui en une litanie troublante d'actes sexuels. «Leaving Neverland» a effacé tous les doutes concernant les allégations de Robson et Safechuck.

Owen Glieberman :  «Les activités sexuelles sont décrites avec une franchise déconcertante, et la réponse inévitable est de reculer d'horreur à la maladie prédatrice de Michael Jackson. «C'était un pédophile en série qui s'était présenté comme un protecteur des enfants».

Fienberg a félicité le réalisateur Dan Reed d'avoir offert à Robson et Safechuck un forum leur permettant de partager leurs histoires sans se cacher, du fait qu'un avait  donné des déclarations sous serment niant les violences perpétrées du  vivant de Jackson. Reed sait que «Leaving Neverland» ne va pas faire gagner de procès puisque Jackson est mort et que ses partisans restent fanatiques. Ce que voulait Reed, c'est donner à Robson et à Safechuck un endroit sûr pour partager leurs expériences à leur guise et cela nécessitait quatre heures de projection. Il a conclu : «Tout est compliqué et déchirant .. Il est douteux que vous vous sentiez exactement pareil après avoir regardé «Leaving Neverland» pendant quatre heures. Il est plus probable qu'en rentrant chez vous,  vous avez déchiqueté vos albums Thriller et que vous êtes peu enclin à protéger la mémoire de Jackson».

De même, le critique de Screen Daily, Tim Grierson, a salué les propos de Reed, précisant notamment comment le cinéaste avait fourni le contexte aux affirmations alarmantes de Robson et Safechuck. Il écrit : «Il serait facile pour le public de porter un jugement alors que Safechuck et Robson expliquent à quel point c'est un problème pour les jeunes artistes aspirant à être pris sous l'aile de Jackson - Se sentir spécial et même aimé - Mais parmi les réalisations remarquables de «Leaving Neverland», il y a la capacité empathique de Reed  à fournir le contexte approprié (généralement à travers des images d'archives), de sorte que nous puissions voir le monde du point de vue de ces garçons qui étaient si confiants au point qu'ils ne réalisaient pas ce qui était en train de leur arriver. Ce film est une étude fascinante sur la psychologie humaine, et l'obsession du monde pour la célébrité.

Une pétition a été lancée par les fans sur le net afin de demander de mettre fin à la diffamation de Michael Jackson et prononcer son innocence.

Ce qui suit est une déclaration de l'Estate à destination de la communauté des fans à propos du film au festival de Sundance :

À la communauté des fans :

Michael Jackson est avant tout notre ami. Nous avons tous une longue histoire avec Michael et nous sommes passionnés pour faire en sorte que le monde voie l’homme de compassion, spirituel et extraordinairement talentueux que nous connaissons. C’est notre amour pour Michael qui nourrit nos efforts pour divertir et éduquer le monde à son sujet en tant qu’artiste et en tant qu’être humain.
 
C’est aussi pourquoi les amis et les fans de Michael sont dégoûtés par les fausses accusations qui continuent de se répéter pour tenter de dénigrer la réputation de notre ami et de tirer profit d’une petite interaction avec sa vie.
 
Comme nous l’avons signalé dans la déclaration aux médias hier soir et qui a été confirmée par d’autres, ce nouveau document dit « documentaire » présente Wade Robson et James Safechuck – deux individus mécontents qui sont des menteurs avérés et qui ont témoigné sous serment que Michael Jackson ne leur a jamais rien fait de mal. Ils ne participent à ce projet qu’après que leurs tentatives voilées d’extorquer de l’argent à la succession aient échoué et que, grâce aux efforts de l’équipe juridique de la succession, leurs poursuites ont été abandonnées. C’est une attaque de plus contre l’immense héritage et le caractère remarquable de Michael de la part de personnes cherchant à attirer l’attention et à en retirer des avantages financiers. C’est pathétique.
 
Tout comme vous, nous souhaitons mettre un terme à toutes les histoires offensantes, documentaires, livres et accusations calomnieuses. Toutefois, la succession doit fonder ses actions en justice sur le type de réclamation qu’elle peut formuler devant un tribunal. La loi offre certaines protections au droit de publicité de Michael, mais malheureusement, ces protections ne s’étendent pas aux documentaires ou autres films sur lui. La succession ne peut pas poursuivre sur la calomnie et la diffamation de Michael parce que la loi ne prévoit pas de poursuites civiles pour diffamer une personne décédée, peu importe la malveillance de ses mensonges.
 
Dans la plupart des cas, nous sommes en mesure de mettre fin à la violation des droits d’auteur sur les documents appartenant à la succession. Si nous trouvons que tel est le cas pour cette production, comme dans le cas de l’émission récemment diffusée sur ABC-TV, dans laquelle nous avons intenté une action en justice contre Disney, la succession poursuivra ses réclamations. Si nous intentons une action en justice qui n’est pas autorisée par la loi et que nous n’avons donc aucune chance de gagner, nous ne ferions que donner à ces menteurs un forum public leur permettant de réitérer les fausses déclarations qui ont déjà été rejetées au tribunal.
 
Nous continuerons de faire tout ce qui est en notre pouvoir en tant qu’exécuteurs testamentaires de la succession. Et les fans devraient le faire également. Exprimez votre indignation auprès des organisateurs du Sundance Film Festival, du réalisateur / producteur Dan Reed et / ou de HBO et de UK Channel 4, qui ont contribué à la création de ce film exploiteur. Partagez vos pensées et vos sentiments. C’est une honte qu’ils donnent une plate-forme à ces parjures dans une production qui s’appelle un documentaire.

Bien que les procédures judiciaires précédentes se soient soldées par un échec et que les accusateurs précédents aient été qualifiés d'opportunistes, il est difficile d'imaginer que ce film élaboré avec sensibilité et horriblement détaillé puisse être aussi facilement contesté par les fans, l'Estate et la famille Jackson. 

Wade et James, ont tous deux reçu des menaces de mort de la part des fans de Jackson, qui depuis vendredi inondent Twitter et facebook de tentatives de  discrédits.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :