Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DESTINS DE STARS : Michael Jackson derrière le masque - Célébrités - Lieux célèbres - Personnages historiques. Actualité.

La lutte de la succession de Michael Jackson contre HBO

La lutte de la succession de Michael Jackson contre HBO

L'avocat de la succession de Michael Jackson, Howard Weitzman, a envoyé une lettre de 10 pages au PDG de HBO, Richard Plepler. Dans laquelle il tente de discréditer Wade Robson et James Safechuck. 

Vous trouverez l'original ICI 

Cher M.Plepler, 

- Page 1 -

Nous sommes les co-exécuteurs de la succession de Michael J.Jackson, ainsi que de divers entités en propriété exclusive détenant les droits de propriété intellectuelle et d'autres droits immatériels liés au défunt Michael Jackson (collectivement, la «succession», ou le «Jackson Estate»). Nous vous écrivons au sujet de «Leaving Neverland», un film sensationnaliste certes unilatéral - qualifié de «documentaire» par HBO et d'autres - Qu'HBO aurait apparemment financé pour le projeter ce printemps. La succession a appris l'existence de ce programme début janvier lorsque son lancement à Sundance a été annoncé par la presse. Comme vous le savez sûrement, contrairement à toutes les normes du cinéma documentaire, le prétendu «documentariste», Dan Reed (ou toute personne associée au programme) n'a jamais contacté la succession pour lui faire part de sont point de vue et des revendications qui font l'objet du programme. De même, comme l'a reconnu publiquement Dan Reed, aucune autre personne susceptible de présenter des éléments de preuve allant à l'encontre du principe du documentaire n'a été consultée.  Lorsque le programme a été annoncé pour la première fois, HBO et ses partenaires producteurs n'ont pas révélé l'identité des deux sujets du documentaire, mais les ont qualifiés de «deux hommes». Cependant, même à partir des brèves descriptions des «deux hommes» dans l'annonce, le domaine savait exactement qui ils étaient : Wade Robson et James Safechuck.  La succession le savait, non pas parce qu'elle avait des «sources» internes au documentaire - elle n'en avait aucune - mais parce que ces deux hommes colportent leur fausse «histoire» depuis des années, notamment dans une série d'actions en justice infructueuses contre la succession. La succession n'a pas hésité à informer les médias de leur identité. La succession était à cent pour cent confiante sur le fait qu'il n'y avait aucune autre «victime» présumée pouvant faire l'objet de ce documentaire.

- Page 2 -

(Parce que contrairement aux prédictions des avocats de  Robson et Safechuck, lorsqu'ils ont intenté pour la première fois leurs poursuites pour des centaines de millions de dollars en 2013, aucun «flot» de nouvelles «victimes» identifiables n'a jamais eu lieu au-delà de ces deux là.   HBO et ses partenaires producteurs ont alors été contraints de reconnaître que le domaine avait «deviné juste» et que les deux sujets du film étaient bien ces deux parjures reconnus, qui avaient intenté des poursuites contre le domaine, lesquelles ont maintenant toutes été démises avec préjudice (mais comme indiqué ci-dessous sont en instance d'appel). La succession a passé des années en litige avec Robson et Safechuck et a subi quatre procès différents intentés par ces deux hommes, qui ont été éconduits avec préjudice. (Aujourd'hui, Robson doit à la succession près de soixante-dix mille dollars en frais de justice, et Safechuck doit également plusieurs milliers de dollars à la succession). Au cours de ces litiges, la succession a découvert une mine d'informations sur Robson et Safechuck, qui indiquait sans équivoque qu'ils n'avaient aucune crédibilité que ce soit. Nous parlons de certaines de ces information ci-dessous, mais les informations mentionnées dans cette lettre ne sont que la pointe de l'iceberg sur ces deux-là. Si HBO s'était conformé à la plus fondamentale des éthiques journalistiques - plutôt que d'accepter leurs allégations salaces - ils  les auraient découvertes avant de s'impliquer dans ce projet scandaleux. C'est évidemment pour cette raison que Dan Reed et ses partenaires producteurs de HBO ont d'abord tenté de cacher l'identité de Robson et Safechuck.  Cette embuscade a été commise parce que Dan Reed savait que la famille et les amis de Michael Jackson, son domaine et ses millions de fans, qui connaissent très bien l'affaire auraient discrédité Robson et Safechuck avant le début du tournage. L'utilisation de HBO dans le cadre de la stratégie de Robson et de Safechuck, ces derniers poursuivent en appel des jugements rendus contre eux, appels qui seront probablement entendus cette année. Robson et Safechuck et leurs avocats partagés ont depuis longtemps engagé une campagne délibérée pour faire connaître l'affaire dans les médias, le plus souvent par le biais de fuites de fausses informations à certaines personnes, et par l'intermédiaire des tabloïds les plus salaces en ligne. Si HBO avait effectué des recherches à ce sujet, il aurait facilement découvert que, chaque année environ, tant que le litige était en cours, avant que ce  problème majeur ne soit réglé, les journaux à scandale étaient tout à coup remplis de fausses déclarations colportées par les avocats de Robson et Safechuck à propos de Michael Jackson.  Le tribunal de première instance n'a jamais laissé cette avalanche de fausses réclamations l'affecter, et nous ne doutons pas que la Cour d'appel n'en sera pas affectée non plus. Cela dit, les avocats de Robson et Safechuck continueront d'essayer de présenter leurs affaires dans les médias. Comme indiqué précédemment, Robson et Safechuck font maintenant appel du rejet de leurs poursuites pour plusieurs millions de dollars. Ce n'est pas un hasard si leurs appels sont susceptibles d'être entendus plus tard cette année. Le documentaire de HBO n'est qu'un simple outil supplémentaire dans leurs carnets de procédures, qu'ils utilisent manifestement dans un effort (très peu judicieux) pour influer d'une manière ou d'une autre sur leurs appels. Malheureusement, il semble que HBO - un réseau autrefois très réputé et respecté - a été réduit à la version de la télévision payante comme Hard Copy  (avec un petit mélange de The Jerry Springer Show). Le plus pathétique, c'est que HBO a été réduit au rôle de  pion dans une partie de la stratégie des litiges des avocats de Robson et Safechuck.

- Page 3-

HBO ET DAN REED ONT DÉLIBÉRÉMENT CHOISI DE NE PAS INTERVIEWER QUI QUE CE SOIT QUI NUIRAIT À LEUR HISTOIRE. 

Leaving Neverland reprend les accusations portées contre Michael Jackson pour avoir commis les crimes les plus odieux que quiconque puisse être accusé dans la société moderne. Étant donné la gravité de ces allégations, on aurait pu s'attendre à ce que HBO et ses partenaires producteurs contactent : 1) La famille Jackson ; 2) les personnes qui ont travaillé avec Jackson au cours de la période considérée ; 3) d'autres jeunes hommes et femmes qui ont passé du temps avec Jackson pendant leur  enfance (y compris ceux mentionnés nommément dans le «documentaire») ; 4) les amis de Michael Jackson qui l'on connu toute sa vie ; 5) les nombreuses personnes qui connaissaient bien Safechuck et Robson, mais ne les croient pas ; 6) Tom Mesereau et son enquêteur, Scott Ross, que Robson a heureusement rencontré pendant des heures en 2005 pour raconter ses expériences avec Michael. Mesereau a trouvé Robson si crédible qu'il lui a demandé d'être le premier témoin à décharge lors du procès de Jackson en 2005 ; 7) La succession, qui a passé des années à défendre les revendications même celles évoquées dans le «documentaire» de Safechuck et Robson. Pourtant, HBO et ses partenaires producteurs n'ont jamais tenté de contacter ces personnes. Le fait que HBO et ses partenaires producteurs n'aient même pas daigné contacter l'une de ces personnes pour explorer la crédibilité des fausses histoires racontées par Robson et Safechuck viole toutes les normes et l'éthique en matière de réalisation de documentaires et de journalisme. C'est une honte. En fait, Dan Reed a admis lors de la séance de questions-réponses à Sundance qu'il n'avait jamais tenté de contacter beaucoup d'autres jeunes hommes et femmes qui avaient passé du temps avec Jackson pendant leur enfance,  et qui  continuent à le défendre aujourd'hui. Et au moins deux de ces jeunes hommes qui sont nommément cités dans le film, auraient succédé à Robson et Safechuck en tant que «victimes d'abus» de Jackson. Tous deux ont parlé depuis l'annonce du documentaire pour expliquer qu'ils n'avaient jamais été maltraités. L'un d'eux, que Robson a explicitement cité dans le film, et qui  « l'aurait remplacé», a publié plusieurs «Tweets» dénonçant le documentaire comme une oeuvre de fiction. Pourtant, Dan Reed et HBO n'ont jamais approché aucun d'eux - parmi les nombreux autres enfants que Jackson a fréquenté. En d'autres termes, le «documentaire» de HBO est basé uniquement sur les dires de deux parjures reconnus. HBO et son partenaire, Dan Reed, n'ont même jamais tenté de déterminer si ces deux hommes disaient la vérité. Nous avons lu des articles selon lesquels ces deux hommes sont supposés «crédibles» dans le documentaire parce qu'ils racontent leur histoire de manière tellement limpide. Pourtant, lorsqu'ils racontent leurs histoires ils répètent les répliques (qui ont changé tout au long du litige, comme indiqué ci-dessous) depuis des années. Il n'est donc pas surprenant que ces deux hommes - agissant de manière professionnelle - racontent une fausse histoire.  En fin de compte, tout réalisateur  qualifié à mi-parcours, peut réaliser un «documentaire» racontant toute histoire scandaleuse sur un homme décédé, sans la contester,  s'il  peut trouver  deux personnes prêtes à raconter des balivernes.  C'est particulièrement le cas lorsqu'un des hommes - Wade Robson -  un soi-disant «maître de la supercherie» ;  sa propre mère a témoigné sous serment qu'il aurait «dû avoir un Oscar» pour sa qualité de menteur (comme expliqué ci-dessous) 

- Page 4-

Dans les entrevues, Dan Reed utilise HBO pour renforcer la crédibilité du documentaire en dépit de fausses déclarations flagrantes lors de ces mêmes entretiens.

Notamment,  la réputation de HBO est l'une des principales raisons pour lesquelles le «documentaire» devrait être pris au sérieux. Le producteur de cette émission, Dan Reed, dit aux médias que l'une des principales raisons pour lesquelles le documentaire est crédible, est la réputation de HBO. Lorsqu'on lui a demandé si un avocat avait vérifié le film, il a répondu : «C'est ce qui se passe pour chacun de mes films et à ma connaissance, certainement pour tous ceux qui en réalisent pour HBO». 1) Les vérificateurs habituels des réalisateurs sont éthiques et normatifs, telles que la vérification des faits (par exemple, est-ce que leurs histoires sont cohérentes?) L'enquête sur les motivations de personnes (par exemple, ont-elles une motivation financière pour dire ce qu'elles disent ?), parler à d'autres personnes ayant des connaissances et qui peuvent avoir quelque chose de différent à dire, etc. Mais, HBO ne semble plus se préoccuper de ces contrôles éthiques et normatifs pour la réalisation de documentaires et du journalisme. Si HBO se soucie de ces choses, ce documentaire ne sera jamais diffusé sur HBO. Dans les mêmes interviews où il affirme que l'implication de HBO est une des raisons de sa supposée «crédibilité», M.Reed a également fait des déclarations manifestement fausses au sujet de Robson et de Safechuck dans le but de renforcer leur crédibilité. Par exemple, dans la même interview au Huffington Post, M.Reed convient avec l'intervieweur que «l'un des aspects les plus marquants du documentaire est la manière dont les histoires de Robson et Safechuck se ressemblent...même s'ils ne se connaissaient pas. Dans une autre interview, Reed «confirme» que «pour des raisons juridiques [Robson et Safechuck] ont été séparés, bien avant qu'il ne les aborde pour faire le film». Reed explique ce qui suit. «ils ne pouvaient pas échanger leurs histoires». Sundance était la première fois [à l'âge adulte] qu'ils se rencontraient. C'est la première fois qu'ils ont passé un long moment ensemble. C'est totalement faux. Dans sa déposition de 2016, Robson a déclaré avoir parlé à Safechuck en 2014, année au cours de laquelle Safechuck avait engagé des poursuites contre la succession. Lorsqu'on lui a demandé de quoi ils avaient parlé, Robson a refusé de répondre à la question. Son avocat lui a ordonné de garder le silence, car les avocats de Robson et Safechuck étaient impliqués dans les conversations entre les deux hommes en 2014. Par conséquent, nous ne pouvons pas savoir de quoi ils ont parlé et comment ils ont fait concorder leurs histoires avec l'aide de leurs avocats. Étant donné qu'ils cherchaient tous les deux des centaines de millions de dollars de la succession, il avaient des centaines de millions de raisons pour faire coïncider leurs histoires.

- Page 5 -

En tout état de cause, l'idée selon laquelle deux hommes qui sont représentés par les mêmes avocats au cours des six dernières années, le fait que leurs histoires se ressemblent n'est guère surprenant. Vous ne pouvez vraiment pas être si naïfs pour ne pas comprendre cela. Enfin, nous devons noter que nous ne pouvons que supposer que la légendaire Sheila Nevins n'aurait rien à voir avec la décision d'aller de l'avant avec de «documentaire». Il est dommage qu'elle ne soit plus impliquée dans ce type de décision pour HBO. Ce réseau jadis emblématique, qu'était HBO, ne financerait, ne produirait et ne distribuerait pas ce véhicule pathétique et mensonger pour que ces menteurs patentés revisitent leurs fausses accusations. 

Robson et Safechuck ont été réfutés à plusieurs reprises et ont fait échec avec leurs poursuites contre la Jackson Estate. 

Wade Robson a témoigné en détail à l'âge adulte devant un jury en 2005 que Michael Jackson ne lui avait jamais rien fait de mal. Ron Zonen, l'un des procureurs les plus aguerris de Californie, l'a ensuite soumis à un interrogatoire croisé. Pourtant, malgré cela, Wade Robson n'a jamais hésité. De plus, même après son témoignage, on peut voir de nombreuses vidéos de lui (facilement disponibles en ligne) où il loue Michael comme son inspirateur et nie que Michael l'a agressé. Mais même en mettant cela de côté, Robson a également été  à plusieurs reprises révoqué pour des litiges avec la succession. Par exemple, après avoir essayé de contourner le délai de prescription pour des réclamations pécuniaires contre la succession, Robson, a témoigné sous serment qu'«avant le 4 mars 2013», il  ne comprenait pas ou ne savait même pas qu'une succession de Michael Jackson avait été administrativement ouverte. C'était un mensonge. En vérité, Robson avait personnellement rencontré John Branca, l'un des exécuteurs testamentaires de la succession, au bureau de M.Branca en 2011 dans le cadre d'une tentative (ratée) de solliciter du travail avec la succession pour les spectacles du Cirque du Soleil sur le thème de Michael Jackson. Antérieurement à sa rencontre avec M.Branca, l'agent artistique de Robson lui a dit qu'il devait contacter «John Branca, responsable de la succession de MJ». Comme on pouvait s'y attendre, le juge de première instance a rejeté le mandat de Robson et les réclamations contre la succession, concluant qu'aucune personne rationnelle ne pouvait croire la déclaration de Robson disant qu'il n'était au courant de la succession de Michael Jackson que depuis le 4 mars 2013, date à laquelle il avait rencontré John Branca, le co-exécuteur du domaine. En clair, le juge a conclu que Robson avait menti dans sa déclaration sous serment. (L'idée que Robson voulait passer des années de sa vie à créer et diriger un spectacle sur le thème de Michael Jackson, alors qu'il était en fait une victime d'abus horribles commis par Jackson, est en soi difficile à prendre au sérieux). La rencontre entre Robson et M.Branca n'était pas la première fois qu'il tentait de capitaliser sa relation avec Michael Jackson après la mort de Michael, il pensait que cela l'aiderait à se faire de l'argent. Dans les jours qui ont suivi la mort de Michael, Robson a publié une déclaration félicitant Michael, «Il est l'une des principales raisons pour lesquelles je crois en la pure bonté du genre humain». Ensuite, il a essayé de solliciter du travail auprès de Kenny Ortega, le directeur de This Is It, pour l'aider à travailler sur le film. Robson a pu obtenir du travail avec Janet Jackson, dans les coulisses en 2009, quand les MTV Video Music Awards ont rendu hommage au défunt frère de Janet, Michael. 

- Page 6 -

Dans l'émission d'hommage (facile à trouver en ligne) , Robson fait l'éloge de Michael Jackson dans les termes les plus effusifs. Au cours du litige avec les sociétés de Jackson, Robson a également été surpris en flagrant délit de tentative de dissimulation de preuves avant le classement de son dossier. Par exemple, Robson a menti sous serment et a déclaré que, hormis un bref courriel fin 2012, il n'avait eu «aucune communication écrite» avec qui que ce soit (autre que ses avocats) au sujet de ses allégations nouvellement concoctées et selon lesquelles il aurait été maltraité par Jackson. Cela s'est avéré être un mensonge complet et total. Robson avait en fait écrit un livre sur ses allégations au cours de l'année précédant le dépôt de sa plainte, un livre qu'il tentait de dissimuler à la succession. Ce livre racontait une histoire complètement différente sur la façon dont il avait été abusé par Jackson. Interrogé sur certaines de ces divergences lors de sa déposition, Robson a expliqué que ses souvenirs avaient «évolué» depuis la rédaction du projet de livre à la fin de 2012 et au début de 2013. Il a expliqué qu'après la révélation de l'abus en 2012 et le début de son parcours de guérison, «il a évolué dans la mesure où il ne se souvenait plus de tous les détails sur les faits. Au fur et à mesure, vous savez, cela évolue, les détails reviennent». De plus, malgré le fait qu'il mentait dans son procès lorsqu'il disait qu'il n'avait eu «aucune communication écrite» avec qui que ce soit à propos des supposés abus, il lui a finalement été ordonné par le tribunal de produire tous ces documents. Robson a produit des centaines (voire des milliers) de communications écrites (courriels, textes, etc) avec sa famille et ses amis au sujet des fausses allégations de mauvais traitements. Il n'a jamais expliqué pourquoi il avait menti et a dit qu'il n'avait pas fait de telles communications. Plus particulièrement, beaucoup de ces communications ont eu lieu avec sa mère, où il a certes essayé de reconstituer ses propres «souvenirs» de la période où il aurait été maltraité - c'est à dire, dans ses propres mots, pour «ajouter» les «détails» dont il ne se souvenait pas pendant qu'il était en train de rédiger son livre. Dans un courriel, il énumère plus de vingt questions différentes à poser à sa mère pour lui demander des précisions sur ses interactions avec Michael Jackson. Parmi celles-ci : «Peux-tu m'expliquer tout ce dont tu te souviens de cette première nuit à Neverland ? Que s'est-il passé quand nous sommes arrivés en voiture, qu'avons-nous fait ? Et ce premier week-end à Neverland ?». Notamment, dans le documentaire, Robson raconte maintenant «ses» supposés «souvenirs» de ces événements de manière très détaillée. Mais M.Reed et Robson n'ont jamais expliqué qu'il devait poser à sa mère une foule de questions avant de pouvoir raconter son histoire. En effet, bien qu'il raconte l'histoire de sa première nuit à Neverland dans le documentaire comme si cela sortait de sa propre mémoire, lors de sa déposition, il a admis qu'il «ne savait pas» si son souvenir de cette nuit venait de son propre souvenir. Ou si cela lui avait été dit par quelqu'un d'autre. 

En termes simples, Robson est un parjure reconnu qui s'est fièrement qualifié (dans son projet de livre) de« maître du mensonge ». Robson est un si bon menteur ; c'est ce que sa mère a dit sous serment pendant sa déposition ... 

- Page 7 - 

qu'elle ne pouvait pas dire quand il mentait ; elle s'est même portée volontaire pour dire «qu'il aurait dû avoir un oscar» compte tenu de la force de ses mensonges. Il se peut qu’il mérite également un Oscar pour le «documentaire» de HBO. L’histoire inventée de Robson, bien sûr, est que les abus de Jackson lui ont valu deux dépressions nerveuses qu’il a décrites en 2011 et 2012. Ces pannes, selon Robson, lui ont fait comprendre qu’il avait été agressé par Jackson des décennies auparavant. Mais il existe une explication beaucoup plus simple pour les pannes de Robson. Il a des antécédents familiaux majeurs de dépression suicidaire du côté de son père. Le père de Robson s'est suicidé en 2002. Le cousin germain de son père s'est suicidé en 2012. Malheureusement, la dépression majeure est une maladie très héréditaire. Il n’est donc pas surprenant que Robson ait eu ces misères. Et il est encore moins surprenant qu'il ait continué à avoir des problèmes étant donné que, lorsque Robson a vu un psychiatre en 2011, il lui a été prescrit un antidépresseur. Mais il a refusé de prendre ce médicament. Pour être clair, nous n'attribuons aucune «faute» ou «faiblesse» à ceux qui souffrent ou ont souffert de dépression clinique. Cela dit, nous devons prendre note de la maladie mentale de Robson et de son refus abject et obstiné de prendre un traitement médical approprié, car Robson prétend que ses «dépressions nerveuses» sont une preuve évidente de son agression par Jackson. Mais ces crises s’expliquent beaucoup plus facilement avec les antécédents familiaux de dépression majeure de Robson et par son propre diagnostic (apparent) de dépression, pour lequel il refusa obstinément et irrationnellement de prendre les médicaments qui lui avaient été prescrits par un médecin. Quant à Safechuck, de son propre aveu, il n’a «pas réalisé» qu’il avait été maltraité avant d’avoir vu Robson à la Today Show de mai 2013 en train d’être interviewé par Matt Lauer à propos de la nouvelle histoire d’abus inventée par Robson. Soudain, Safechuck s'est rendu compte qu'il avait été maltraité. Il a ensuite contacté les avocats de Robson et il a déposé des actions en justice contre la succession pour des millions de dollars. Et comme Robson, lui aussi avait témoigné sous serment que Jackson n'avait jamais fait quelque chose d'inapproprié avec lui. Ses deux affaires contre la succession ont également été classées. Les poursuites frivoles de Safechuck ont ​​été classées très tôt au début de la procédure parce que cette découverte importante n’a jamais eu lieu, et il a pu éviter que sa déposition ne soit prise en charge et ne produise des documents. Mais même dans ses déclarations sous serment dans les litiges, il existe des signes évidents qu'il ment et qu'il tente de construire une fausse histoire d'abus à partir de ses souvenirs vagues de ses interactions avec Jackson.

Par exemple, Safechuck a affirmé dans sa déclaration sous serment qu'il avait été agressé pour la première fois lors d'une étape du Bad Tour à Paris, qu'il a correctement identifiée comme ayant eu lieu à la fin du mois de juin 1988 (comme le révélerait une simple recherche sur Wikipedia). Il dit plus tard qu'après la tournée de Bad, Michael l'avait emmené à New York «en février 1989», où Michael se produisait au Grammy’s. Safechuck énonce dans sa déclaration qu’il a été maltraité lors de ce voyage à New York pour les Grammy’s. Cependant, les Grammy n’étaient pas à New York en 1989; ils étaient à Los Angeles cette année-là (et en 1990). Et Michael n’a pas chanté aux Grammy’s en 1989. Cependant, Michael a chanté au Grammy’s de New York en février 1988, c’est-à-dire avant que Safechuck ne prétende avoir été agressé pour la première fois en juin 1988.

- Page 8 - 

Pourtant, il prétend d'une manière ou d'une autre qu'il a été maltraité lors d'un voyage à New York au Grammy's avant de dire qu'il avait été maltraité pour la première fois. L’«erreur» de Safechuck ici est évidemment le reflet d’un effort pour créer une histoire d’abus à partir de rien. Ou, en d'autres termes, Safechuck ne fait que s'améliorer au fil du temps. Dans le «documentaire» et dans sa déclaration de procédure, Safechuck explique de quelle manière il a refusé de témoigner pour Jackson en 2005, malgré les menaces de Jackson et de son équipe juridique. Laissant de côté l’absurdité de Jackson et de son équipe juridique sophistiquée qui tentaient de convaincre un témoin peu disposé et instable de témoigner sur une question aussi délicate.  L’histoire de Safechuck est manifestement fausse. Safechuck a notamment déclaré que Michael et son équipe d'avocats l'avaient appelé «vers la fin du procès pénal», pour  essayer de le forcer à témoigner. Mais cette affirmation ne peut être vraie. Au début du procès, le juge a empêché l'accusation de permettre la présentation d'éléments de preuve concernant l'agression sexuelle alléguée de Safechuck et d'autres personnes, car les «éléments de preuve»  n'étaient pas fiables. Les exceptions étaient que le juge avait permis à certains travailleurs mécontents de témoigner, parce qu'ils avaient entendu dire que Michael avait molesté Wade Robson, Macaulay Culkin et Brett Barnes. C’est la raison pour laquelle ces trois personnes ont témoigné de manière spécifique, et toutes ont nié la molestation (y compris Robson bien sûr) et ont fait l’objet d’un contre-interrogatoire par les procureurs, sans toutefois qu'ils n'hésitent à dire la vérité. Et c’est pourquoi Jackson et ses avocats n’auraient jamais tenté de faire pression sur un Safechuck réticent et instable, en particulier «vers la fin du procès pénal», comme le prétend si faussement Safechuck dans le documentaire et sous serment. *** Etant donné tout cela, des faits facilement accessibles à quiconque font preuve d'une diligence raisonnable minimale. Pourquoi HBO voudrait-elle produire un documentaire basé uniquement sur les paroles de ces deux menteurs et du réalisateur / producteur Dan Reed ? Pourquoi HBO  veut-elle produire ce documentaire sans même chercher à obtenir des commentaires et une réponse de la part de la Jackson Estate, qui a passé des années à mener avec succès des poursuites contre ces fausses allégations avec Robson et Safechuck ? Y a-t-il un autre artiste pour  qui HBO ferait cela? Existe-t-il un autre artiste pour lequel HBO n’aurait même pas besoin de commenter des accusations aussi graves ? Michael Jackson a été soumis à une enquête qui a duré une dizaine d’années par le procureur du comté de Santa Barbara, Tom Sneddon, très zélé, aux règles éthiques et finalement déshonoré, qui a cherché partout et partout des supposées «victimes» de Jackson. Pourtant, il n'a jamais trouvé ces «victimes». En effet, le procès criminel de Jackson en 2005 était une farce complète et Michael Jackson a été complètement exonéré. Comme le savent tous ceux qui ont étudié ce procès, le jury a totalement rejeté les arguments de l’accusation. Dans ses déclarations liminaires et finales, l’avocat de Jackson, Tom Mesereau, a pris l’inhabituel sens du jury d’acquitter Jackson, car Mesereau et son équipe avaient prouvé son innocence. En d’autres termes, il n’a pas jugé l’affaire en tant que «doute raisonnable». M. Mesereau a jugé l'affaire dans le but de prouver l'innocence de Jackson. Et il a fait exactement cela. Pas plus tard qu'en 2017, plusieurs jurés ont été interrogés à nouveau à propos de l'affaire à la lumière de la volte-face de Robson, et ils ont tous convenu qu'ils acquitteraient encore Jackson aujourd'hui. Les jurés ont été interrogés de nombreuses fois.

- Page 9 - 

Ce sont des gens intelligents et objectifs, et non pas les idiots crédules que Dan Reed tente de décrire comme dans son «documentaire». Pourtant, HBO s’appuie sur les récits non corroborés de deux parjures admis par le système de justice américain. Bien sûr, la fascination des médias tabloïd pour Michael Jackson et sa narration d’histoires très ridicules à son sujet n’est pas nouvelle. Le grand intellectuel américain James Baldwin a parlé de «la cacophonie de Michael Jackson» depuis 1985, lorsque les médias ont commencé à le soumettre aux « griffes d'un succès carnivore». Selon Baldwin, Michael ne «sera pas promptement pardonné d'avoir fait tourner tant de tables, car il a sûrement attrapé la bague en or, et l'homme qui a cassé la banque à Monte Carlo n'a rien contre Michael»  -  En 1985, lorsque Baldwin écrivit ces mots, Michael Jackson avait 27 ans, il était un  Afro-Américain de Gary, Indiana, qui avait «renversé» toutes les structures du pouvoir dans le secteur de la musique. S'appuyant sur son succès sans précédent, Michael a insisté pour que MTV et la radio grand public passent sa musique et celle d'autres artistes afro-américains comme lui. Michael a également insisté pour que sa maison de disques lui attribue la propriété de ses propres enregistrements célèbres. En d'autres termes, le jeune artiste Michael Jackson a tenu à contrôler son propre art et à ne pas le laisser aux caprices des grandes entreprises. Et plus encore : Michael, âgé de 27 ans, ne possédait pas seulement sa propre maison d'édition musicale, il avait eu le culot de surenchérir sur d'autres acteurs, les  plus établis du secteur pour l'un des joyaux de l'édition musicale, le catalogue ATV (qui incluait le  Catalogue des Beatles). Nous soupçonnons que même James Baldwin n'aurait pas pu imaginer que ses paroles sonneraient encore si vrai aujourd'hui, plus de trente ans plus tard. Michael Jackson doit encore «se faire pardonner d'avoir eu tant de succès» même dix ans après avoir quitté ce monde pour toujours. Même le grand  HBO, qui a connu un succès immense grâce à Michael, soumet le défunt Michael Jackson aux «griffes d'un succès carnivore» dans la mort, consacrant quatre heures de sa programmation avec les dires de deux parjures en série, dont l'unique agenda a été d'extraire de l'argent des héritiers légitimes de Jackson et de bénéficiaires choisis. Que cette chaîne HBO ait rejoint la «cacophonie sur Michael Jackson» des médias tabloïds, dix ans après sa mort, est vraiment triste. Nous savons que HBO est confrontée à de sérieuses pressions concurrentielles de Netflix, Amazon et d’autres fournisseurs de contenu plus modernes, mais s’abaisser à ce niveau pour retrouver un public est honteux. Nous savons que HBO et ses partenaires dans ce documentaire ne réussiront pas. Nous savons que cela restera l’épisode le plus honteux de l’histoire de HBO. Nous savons que les fans dévoués de Michael, et tous les braves gens du monde, ne pardonneront pas rapidement à HBO pour sa conduite.

- Page 10 - 

Monsieur Plepler, comme vous l'avez vous-même dit à la fin de 2017 : «Un mensonge parcourt le monde avant que la vérité ne se dévoile»  La seule couverture médiatique de ce «documentaire» scandaleux a prouvé que vous aviez raison. Nous serions heureux de rencontrer HBO pour discuter d'une solution. Nous avons beaucoup d'informations supplémentaires et de témoins qui exposeraient ces deux personnes comme elles sont. Si HBO veut maintenir sa position dans le secteur en tant que source valide d’informations et de faits, il lui incombe de refréner le public - sans parler du défunt Michael Jackson avec lequel HBO s’était déjà associé de son vivant - et à enquêter sur ces questions. À part cela, ce «documentaire» en dira beaucoup plus sur HBO que sur Michael Jackson.

Bien à vous, Howard Weitzman

*-*-*-*-*-*                

Bien sûr  L'Estate n'évoque JAMAIS toutes les fois ou MJ a versé des millions de dollars pour faire taire ses victimes !
Les avocats de Wade Robson avaient écrit à la succession de MJ pour leur demander de rendre publiques les accords de confidentialité concernant le paiement de 22 millions de dollars aux Chandler. LA SUCCESSION A REFUSÉ. C'est dire combien ces accords incriminent Jackson.
Ils n'ont pas de coeur. Ou plutôt, si : seulement il ne bat que pour l'argent. Et ils ont un atout très précieux à protéger : La machine à cash.  «Ce n'est pas un secret, des sommes énormes sont en jeu. Par conséquent, l'impact pourrait être énorme, pour eux». 

L'idée générale développée par ce discours est le mépris ; le mépris de ces personnes puissantes envers les victimes, et les fans,  avec pour ambition de s'emparer d'encore plus de pouvoir et d'argent. Ils utilisent ces stratagèmes pour préserver leurs privilèges et assurer leur domination. Cette lettre suggère que les responsables sont lucides quant à la nature malhonnête de leurs actions et qu'ils s'efforcent de les dissimuler pour éviter le scandale public. 

Evidemment,  le retour de bâton n'a pas tardé !  

Le président de la chaîne HBO, Casey Bloys, a déclaré à la presse : «Non, nous ne les rencontreront pas» en ajoutant, «la seule chose que je veux dire à propos de ce documentaire c'est que je demande à tout le monde de le regarder et de se prononcer après l'avoir vu». 

HBO, a fait part que  la diffusion du documentaire aura lieu le 3 mars 2019, malgré les menaces de La Michael Jackson Estate.

Chanel 4 qui a également reçu une lettre de la Jackson Estate, a réagi en mentionnant que les négations antérieures de Jackson concernant les allégations étaient incluses dans le film, ce qui est suffisant pour répondre aux normes du réseau. « La personne contre qui les allégations sont portées est décédée. Il est donc important que ses dénégations soient incluses dans le programme». 

«Leaving Neverland» sera diffusé sur Channel 4 - les 6 et 7 mars 2018.

Mise à Jour : 

« Leaving Neverland» sera  diffusé dans quelques semaines sur nos petits écrans. dans la nouvelle émission de M6, «Contre-enquête», présentée par Amandine Bégot.  

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :