Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DESTINS DE STARS : Michael Jackson derrière le masque - Célébrités - Lieux célèbres - Personnages historiques. Actualité.

Le réalisateur Dan Reed parle de son documentaire, centré sur deux hommes Wade Robson et James Safechuck

Dan Reed : Michael Jackson, c'était du sexe !

Dan Reed : Michael Jackson, c'était du sexe !

Le documentaire de quatre heures intitulé «Leaving Neverland», qui a laissé le public abasourdi lors de la première du festival de Sundance, présente un point de vue irréprochable sur les allégations d'abus sexuels sur des enfants par Michael Jackson, faisant ainsi basculer l'héritage déjà compliqué de l'icône de la pop.

Le film du réalisateur Dan Reed est centré sur deux hommes, Wade Robson et James Safechuck, qui ont été introduits séparément dans le cercle restreint de Jackson sous le prétexte d'un mentorat artistique. Robson qui a ensuite fait des tournées avec ses chorégraphies et des vidéos pour Britney Spears et N'Syns, avait 7 ans quand il a rencontré Jackson lors d'un concours de danse ; Safechuck qui a été embarqué dans une publicité Pepsi mettant en vedette Jackson avait 10 ans.

Selon Robson et Safechuck, ce chanteur acclamé, opérait une prédation graduelle qui a amené les garçons  à la pornographie, à la masturbation, au sexe oral et bien plus encore. 

Au cours de plusieurs années, à partir de 1987, Jackson se serait apparemment lié aux familles de Robson et Safechuck, à tel point qu'il aurait induit leurs mères en erreur en leur faisant croire que partager un lit avec leurs jeunes fils était un geste innocent d'amitié. Un fois la puberté passée, disent maintenant Robson et Safechuck, Jackson les a mis de côté pour des garçons plus jeunes, les laissant confus et dévastés. 

Ce n'est qu'à l'âge de 30 ans que Robson et Safechuck, qui ne se sont rencontrés que très brièvement alors qu'ils étaient enfants, ont compris que leurs expériences respectives constituaient une agression majeure. 

«Leaving Neverland», qui sera diffusé sur HBO au début du printemps, est divisé en deux parties. La première détaille les expériences de Robson et Safechuck, y compris les points de vue des divers parents qui ont connu Jackson au cours de cette période et ont supposé qu'il était une superstar inoffensive, solitaire et enfantine. La seconde relate le traumatisme persistant des  méfaits de Jackson et la façon dont il a perturbé la vie adulte de Robson et de Safechuck. Leurs récits d'abus sexuels sont parmi les plus spécifiques et les plus déchirants de l'époque «Me Too». 

Cela  n'empêche pas la famille  Jackson de prétendre que «Leaving Neverland» est un  «lynchage public», ni de dissuader les nombreux fans hyper-loyaux de Jackson qui ont lancé une croisade pour discréditer le documentaire, qu'ils n'ont pas vu. Reed, qui  a déclaré lors de la première à Sundance que Robson et Safechuck n'avaient pas été indemnisés pour leur participation, s'appuie derrière les allégations qui font surface dans le film.

Un journaliste du Huffington Post a interviewé Dan Reed sur l'héritage de Jackson, ses recherches corroborantes, et la façon dont notre compréhension élémentaire de l'inconduite sexuelle empêche certaines personnes de voir Jackson autrement qu'un artiste magistral. 

Question : Quand vous avez commencé à travailler sur ce film, à quel point saviez-vous que Michael Jackson est sans conteste le plus célèbre, le plus célébré et le plus aimé des nombreux hommes qui ont été accusés de mauvaise conduite au cours des dernières années ? 

Dan Reed : C'est vrai. Je n'étais pas un fan de Michael quand j'étais enfant et je n'écoutais pas vraiment de la musique pop. Donc à bien des égards, j'étais un peu agnostique envers Michael. Je pense qu'il était un excellent artiste - on ne peut pas le nier - et il a atteint un tel niveau de célébrité,  que plus personne ne pourra faire mieux - Il est arrivé au bon moment, au bon endroit, comme un bon gars.  Donc, je n'étais pas particulièrement intimidé par la stature de Michael. J'étais vraiment concentré sur ces deux gars et leurs familles. Dans l'histoire, Michael est un personnage périphérique. C'est un personnage important, mais il est à l'arrière-plan et vous en apprenez un peu plus sur lui, mais ce n'est pas un film sur Michael Jackson. Je réalise maintenant la magnitude de son influence et combien de personnes l'adorent, comment il est imbriqué dans la structure de la vie de tant de gens. Nous contestons maintenant sa réputation et nous ne sommes pas les premiers à le faire. Mais je crois que ce film a une complétude et une crédibilité sans précédent. C'est vraiment la première fois que les survivants d'abus sexuels d'enfants de Michael se sont exprimés. Donc, je savais que ce serait une grande chose de l'apprendre à tout le monde. Je me demandais comment les gens allaient réagir et comment ils intégreraient le savoir qu'ils obtiennent en regardant notre film de quatre heures, s'ils font ce voyage, et comment ils vont concilier cela avec leur amour pour sa musique. Je ne connais pas la réponse. 

Question : A-t-il toujours été clair pour vous que le film ne constituerait pas un jugement sur tout l'héritage culturel de Jackson ?  La série R.Kelly de Lifetime, par exemple, dissèque ses paroles et sa façon de vivre. La jeune gloire de Jackson est bien documentée ; nous avons tous regardé la célèbre mini-série des Jackson 5 dans les années 1990. Avez-vous déjà envisagé d'inclure plus d'informations sur son héritage et sur sa vie avant 1987 ? 

Dan Reed : Oui, mais très brièvement, et je me suis vite rendu compte que ce n'était pas la voie à suivre pour moi. Michael est mort. Je ne peux pas l'interviewer. Je n'ai aucun moyen de traiter directement certaines des questions soulevées par les interviews de Wade et James. Je ne sais pas pourquoi il a fait ce qu'il a fait et je ne pense pas avoir le pouvoir de spéculer à ce sujet. Et c'est l'affaire d'un autre film. C'est une autre occasion pour les gens qui l'on entouré et ceux qui ont travaillé avec lui au moment de la présente histoire de peut-être faire face à la réalité de ce qui s'est réellement passé, ce que les gens essaient peut-être de faire maintenant. Le film se concentre dont très étroitement, je le répète, sur l'histoire de ces individus plutôt ordinaires. Ils ne faisaient pas partie du phénomène Jackson. Wade avait une carrière dans l'industrie du spectacle, mais au moment de leur rencontre, il était un garçon de 7 ans et son père avait une petite épicerie. Et le père de James travaillait dans une entreprise de collecte des ordures. Ils n'étaient pas des célébrités. Donc, je n'ai pas vu le lien entre la musique de Michael et sa pédophilie. Je ne peux pas faire ce lien. Très humblement, le film se concentre sur ce que nous savons et raconte une histoire à propos de personnes que j'ai rencontrées et de personnes prêtes à passer très bravement, devant la caméra, et c'est là que tout s'arrête. 

Question : L'autre chose qui distingue l'histoire de Jackson de la plupart des autres histoires d'hommes qui ont été confrontés à de récentes allégations de pédophilie, est qu'il est mort et ne peut pas parler  pour lui-même. Comment est-ce que cela a joué ? 

Dan Reed : Les vues de Michael sur cette histoire - ses réfutations et ses déclarations - sont incluses dans le film. Les points de vue de ses avocats qui l'ont défendu dans le procès pénal en 2005 et qui l'on défendu dans l'affaire civile de 1993 occupent une place de choix dans le film. Donc, ce n'est pas comme si il n'y avait pas de voix qui défend Michael dans le film. Je crois que, si Michael avait toujours été en vie, ses avocats auraient dit la même chose «Tout est une question d'argent». C'est leur principale attaque, caractérisant toujours les accusateurs de chercheurs d'or. Je ne pense pas que ce soit vrai de dire qu'il est mort et qu'il ne peut rien dire. Eh bien, c'est littéralement vrai. Mais nous avons légitimement pris la  peine de le  représenter dans le film quand Michael nie les accusations de 1993 et 2005 en disant : «J'aime les enfants de manière appropriée». A-t-il su qu'il faisait du mal aux enfants ? Je ne sais pas. Peut-être qu'il ne le pensait pas. Peut-être que selon lui il ne faisait pas de mal aux enfants. Et donc quand il fait cette déclaration depuis Neverland «Je ne ferais jamais de mal à un enfant». Peut-être le croyait-il. Donc Michael est dans le film, et il parle pour lui-même, et ses avocats parlent pour lui, et ses fans parlent pour lui. Nous savons cela, quelques fans [dans des films d'archives] disent «Wade je te déteste». Donc, je pense que malgré le fait qu'il soit mort, nous avons fait de notre mieux pour l'inclure dans tout - sans l'inclure de manière symbolique, mais d'une manière qui repousse vraiment les allégations que nous formulons. 

Question : Dans le film, les membres du personnel de Jackson sont mentionnés dans différents contextes, notamment un assistant personnel, une secrétaire et une femme de ménage qui ont contacté les familles au nom de Jackson ou les ont rencontrées au cours de cette période. Et évidemment, il a aussi le réseau de frères et soeurs très connus. À combien d'entre eux avez-vous parlé ? Avez-vous envisagé d'inclure l'un de leurs cas afin de corroborer davantage les revendications particulières des personnes désireuses de creuser des trous dans les informations présentées ? 

Dan Reed : Comme vous l'avez dit, je n'ai pas considéré sa famille, car il s'agit d'un film sur les violences sexuelles commises sur James Safechuck et Wade Robson.  Les personnes n'ayant aucune connaissance directe de cette histoire ou de ces événements n'ont pas leur place dans le film. Ils sont invités à parler, comme ils le font maintenant. Mais je ne vois pas pourquoi je devrais inclure des personnes qui ne peuvent pas savoir la vérité sur ce qui est arrivé à ces enfants. En ce qui concerne les enquêteurs et les personnes impliquées ou les témoins des familles, j'ai contacté quelques personnes et lu beaucoup, beaucoup de déclarations. Dans les deux grandes enquêtes autour de Michael, il existe une multitude de documents enregistrés, de documents juridiques et d'autres choses que j'ai explorées de manière approfondie. Nombre d'entre eux sont actuellement disponibles en ligne. Et j'ai également contacté quelques enquêteurs principaux - les procureurs  - et les membres des familles. Et certains d'entre eux sont décédés, en fait, depuis le procès. En général, ils contribuent : «J'ai aperçu cela», «J'ai vu Michael et James ensemble dans le jacuzzi, et il semblaient être nus», «J'ai vu Wade et Michael sous la douche», «J'ai ramassé les sous-vêtements de Wade», Ce genre de choses - ce qui corrobore obliquement, je suppose, les histoires de Wade et de James. 

 

Je n'ai jamais trouvé un seul enquêteur qui pensait que Michael n'était pas coupable, et je n'ai jamais rien trouvé qui pousse à douter de Wade ou de James.

Il y a énormément de corroboration circonstancielle, mais ce que nous avons dans l'histoire vient de leur bouche.  Nous avons un enfant qui raconte ce qui lui est arrivé et je ne savais pas à quel point il serait plus crédible de voir une femme de chambre dire : «Oui, j'ai vu Wade». Certains de ces récits ont été contesté par les avocats de Michael, au tribunal de toute façon, et de manière très générale,  à cause de  la frénésie des tabloïds autour de l'histoire de l'époque. Les paiements versés à divers membres des familles ont légèrement altéré toute la dimension de l'histoire, à mon avis et aux yeux de nombreuses personnes. Je voulais donc rester à l'écart de tout cela et me baser sur un ensemble très cohérent et crédible de récits de deux décennies d'histoires de ces familles. Nous avons passé des mois à examiner les anciens documents, tout ce qui avait été publié, des conversations avec les enquêteurs. Je n'ai jamais trouvé un seul enquêteur qui ne pensait pas que Michael était coupable, et je n'ai jamais rien trouvé qui pousse à douter de Wade ou de James. Au cours des 30 dernières années, je me suis bâti une réputation de personne intransigeante quant à la vérité.  Pourquoi devrais-je me lancer dans un voyage qui discrédite ma réputation sur l'histoire, même  si je pensais que c'était  d'une infime  manière imparfait ? Donc, tout devait vraiment être très solide. Je pense avoir fait un travail très diligent et minutieux.

Question : Je suis d'accord avec vous. Toutes les personnes à qui j'ai parlé sont d'accord avec vous. Mais comme je l'ai vu sur twitter ces derniers jours, beaucoup de gens ne sont pas d'accord avec vous. Je ne suis pas convaincu non plus que beaucoup de personnes qui tirent ces conclusions préconçues vont changer d'avis, même s'ils avaient vu ou devaient voir le film. Notre compréhension du traumatisme sexuel est encore si rudimentaire. 

Dan Reed : Vous avez absolument raison, et c'est l'un des problèmes sur lesquels nous nous sommes penchés. Je ne dirai pas que ce film veut éduquer le public sur les abus sexuels commis sur des enfants, mais j'espère que c'est le cas. 

Question : Mais pour ceux qui sont si désireux de ne pas croire parce qu'ils sont de loyaux partisans de Jackson ou parce qu'ils ne comprennent pas l'idée que quelqu'un aurait pu dire il y a des années. «Il ne m'a pas maltraité», puis s'est rendu compte que c'était un abus. 

Dan Reed : C'est vraiment typique. 

Question : C'est très typique, mais la plupart des gens ne le savent pas, et certains supers-fans de Jackson ne l'accepteront pas. Etes-vous conscient du fait que, parce que la corroboration est limitée, comme nous le voyons, pendant ces quatre heures, les gens refuseront toujours de croire et ne comprendront pas l'épidémie qui se cache derrière les idées contenues dans le documentaire ? 

Dan Reed : Oui, je pense que les deux grandes choses que les gens ne comprennent pas au sujet des abus sexuels sur enfants : Premièrement, ils ne se rendent pas compte,  que pas toujours, mais souvent, la relation reflète une relation adulte en termes de relation amoureuse. L'enfant tombe amoureux de son agresseur. Et ils ressentent un attachement émotionnel très étroit qui a plusieurs dimensions. l'agresseur est un mentor ; une figure paternelle, comme Michael ; une supernova éblouissante de talent, comme Michael ; et un partenaire sexuel.  Et l'enfant tombe amoureux de cela et de toutes ces bonnes choses. Michael avait beaucoup d'attirance...

Question : Robson et Safechuck commencent par dire qu'il était l'une des personnes les plus gentilles qu'ils connaissaient et que cela a débuté comme l'expérience la plus heureuse de leur vie. 

Dans Reed : Oui, donc je ne tends pas une batte de Baseball contre Michael Jackson. Je raconte une histoire du point de vue de l'enfant. Maintenant, les gens ont besoin de comprendre que ces relations avaient peut-être le caractère de relations amoureuses, mais qu'elles étaient en réalité criminelles, et que ce qui motivait puissamment l'enfant, c'était le désir de continuer la relation et d'être aimé par Michael. Ils se sont sentis choisis, ils se sont sentis bénis. Il les a fait se sentir très spéciaux, et c'était une chose incroyable. Et ce sentiment a duré très longtemps, jusqu'à sa mort et après encore, même longtemps après la fin des relations sexuelles. Et cet amour, cet attachement émotionnel très profond envers Michael, est quelque chose que les fans ne comprennent pas. Et cela a motivé Wade pour défendre Michael [dans le procès de 2005] au détriment d'un enfant [Gavin Arvizo] qui a eu le courage de se présenter devant un tribunal. C'était une grande décision à prendre, mais Wade l'a fait. Et en termes de violences seulement reconnues par la victime ou divulguées par la victime des années plus tard, c'est tellement typique. J'ai parlé à l'un des enquêteurs dans l'affaire de 1993. La LAPD avait ouvert une enquête, une enquête pénale contre Jackson, qui n'a bien sûr jamais donné lieu à un procès. C'est un homme qui est à la retraite maintenant. Il a été impliqué dans plus de 4 000 enquêtes sur des abus sexuels commis sur des enfants. Il m'a dit que le mode opératoire de Jackson était absolument typique, et que le fait que Wade et James n'acceptent ce qui leur est arrivé et le comprennent dans son véritable contexte que bien plus tard dans la vie est également très typique. Et en fait, l'un des détectives qui était venu voir les Safechuck au début des années 90, alors qu'ils niaient que quelque chose se produisait et disaient que Michael était merveilleux, a déclaré aux parents : «Vous savez quoi ? Votre fils va revenir vers vous lorsqu'il aura 30 ans et vous dira : «Michael m'a maltraité». 

Question : Avez-vous une idée de la totalité des prétendues agressions de Michael ? Deux autres survivants potentiels mentionnés dans le film ne sont pas des participants et d'autres nient encore que ce qu'ils ont vécu est un abus. De toute évidence, l'implication est telle que nous n'avons aucune idée du nombre d'autres victimes ? 

Dan Reed : Ouais, Jordan Chandler et Gavin Arvizo ont porté plainte contre Michael, donc c'est établi. Ils maintiennent tous deux les allégations. Il y a d'autres petits garçons qui au fil des ans, ont passé de nombreuses nuits au lit avec Michael, et c'est un fait établi. Est-ce qu'il les a molestés ? Je ne sais pas. C'est à eux de le dire. Nous ne voulons forcer personne. Et s'ils ont été agressés, ils en viendront à bout à leur propre rythme. Mais le fait est que Wade et James ont été remplacés, sexuellement ou non, dans l'affection de Michael par d'autres garçons [Comme Macaulay Culkin et Brett Barnes], qui entretenaient ce type de relation extérieurement similaire. Je ne peux pas dire s'il y avait une dimension sexuelle ou non. Ils l'ont tous deux nié catégoriquement et avec véhémence dans les médias et continuent de le nier. Est-ce que je pense qu'il y en avait beaucoup d'autres ? Oui. Qui étaient-ils ? Je ne vais pas donner leurs noms. 

Question : Avez-vous parlé à d'autres personnes dont vous ne pouvez nommer les noms ? 

Dan Reed : J'ai parlé à un autre, oui. 

Question : Et cette personne reconnaît que c'était un abus ? 

Dan Reed : OUI.

Question : Elle ne veut pas en parler publiquement ? 

Dan Reed : Oui, elle ne voulait pas venir devant la caméra. 

Question :  Si vous aviez eu un seul participant - autrement dit, Robson ou Safechuck, mais pas les deux à la fois - auriez-vous quand même réalisé le film ? Faut-il au moins deux cas ? 

Dan Reed : Bonne question. 

Question : Je ne dis pas cela pour remettre en question leurs expériences personnelles, mais l'un des aspects les plus marquants du documentaire est la manière dont leur histoires s'alignent. Tous deux connaissaient la même progression d'actes sexuels, dans des contextes et des circonstances similaires, même s'ils ne se connaissaient pas jusqu'à présent. 

Dan Reed : Oui, c'est une bonne question. Et sans les mamans, y aurait-il eu un film ? En tant que documentariste, je suis impliqué dans ce film très long, qui requiert tant d'éléments et d'angles différents sous forme d'histoires différentes, car les histoires sont toujours racontées dans une sorte de registre intime, à travers des personnages et des expériences personnelles. C'est pourquoi j'aime raconter les grandes histoires à travers des expériences et des témoignages individuels. Donc, s'il manque un morceau, c'est mon cauchemar. Avoir un film potentiellement incroyable et avoir une personne clé qui manque, ça me garde éveillé la nuit et ça me terrifie. Mais jusqu'à présent, j'ai presque toujours réussi à obtenir la plupart des gens que j'avais besoin de filmer. Donc, pour répondre à votre question, un film aurait-il été possible sans les deux ? Oui, mais le film aurait été plus limité.

Question : Dans quelle mesure avez-vous été empêché pour obtenir un troisième cas afin que le film soit encore plus irréprochable ? Je sais qu'il est difficile de mettre, un survivant de traumatisme sexuel,  à l'aise et  qu'il accepte de vous donner son temps et ses capacités mentales. 

Dan Reed : Ouais, eh bien, je pense que si j'avais obtenu la troisième famille, le film aurait duré six heures. Peut-être que cela aurait été un peu long. Je pense que la complétude de leurs histoires fonctionne très bien dans ce cas. Pour moi, c'est très persuasif, et je pense que ça l'était pour le public lors de la première projection.  L'histoire à laquelle je pense reste à raconter - et l'histoire qui me passionne  dépend de la participation de Jordan Chandler et Gavin Arvizo - c'est l'histoire de la manière dont ces affaires ont été traitées et de ce qui s'est passé. C'est l'histoire interne de ces deux affaires - l'affaire civile de 1993 et l'affaire pénale de 2005, parce que c'est fascinant. Parce que l'affaire pénale de 2005 était un événement mondial à grande échelle. 

Journaliste : Je m'en souviens très bien.

Dan Reed : Cela s'est passé sous les yeux du public, avec toutes les caméras devant le tribunal. Et comment se fait-il que cet enfant qui a témoigné très clairement d'abus sexuels de la part de Michael, comment se fait-il qu'il n'a pas été cru par le jury ? Et que s'est-il passé dans les coulisses?  Nous ignorons beaucoup de choses, mais cela parlerait davantage de l'interaction entre les forces de l'ordre et le public. Je pense que ce serait un film fascinant à faire, et je crois que Jordy et Gavin devraient se présenter et se permettre de raconter leur histoire. 

Question : Quel genre de  légalité ce film nécessitait-il ? Les avocats ont-ils examiné la coupe finie avant que le public ne la voie ? 

Dan Reed : Chaque film que je fais est, évidemment, non vérifié, mais il est visionné et commenté, et nous fonctionnons avec beaucoup de soins et voulons être sûrs que tout ce que nous disons est solide et bon à diffuser.

Question : Et quand vous dites «regardé et commenté», que voulez-vous dire? Plus précisément, avez-vous un avocat avec vous pendant le montage du film et vous dit ce qui est acceptable ou non d'inclure? 

Dan Reed : C'est ce qui se passe sur chaque film que je fais ou, à ma connaissance, que tout le monde fait, certainement pour HBO ou BBC. Il y a un avocat qui joue un rôle consultatif. Il ne nous dit pas quoi faire, il nous conseille ceci ou cela et les manières particulières d'articuler l'histoire. C'est une routine, et si votre question est la suivante : «Ce film a-t-il nécessité plus de travail juridique que tout autre documentaire sur lequel j'ai déjà travaillé ? » Non. Parce que pour le meilleur ou le pire, la plupart des documentaires que je réalise nécessitent l'attention attentive et régulière des avocats. C'est comme ça. 

Question : La partie la plus difficile de ce documentaire est l'écoute des détails des abus présumés, qui deviennent de plus en plus graphiques au cours des deux premières heures. Nous constatons une tendance à la maltraitance et à la manipulation - que Jackson l'ai vu ou non de cette manière - elles se déploient. Avez-vous déjà eu des doutes sur le degré de précision des détails graphiques afin que nous puissions, d'une part, comprendre la situation et, d'autre part, pouvoir nous asseoir sur les informations? 

Dan Reed : Oui. J'y ai beaucoup réfléchi et cela m'a beaucoup préoccupé. Ce n'est pas un documentaire salace. Je ne pense pas que les descriptions des actes sexuels qu'il contient soient en quelque sorte titillantes ou grisantes. Et c'était quelque chose que j'ai dit à Wade et James avant de faire les interviews. Je leur ai dit : «Nous devons y aller et vous devez me dire ce qu'il a fait de manière aussi détaillée que possible, et je promets de traiter vos cas avec respect. Mais nous devons être explicites, car nous devons établir que ce qui vous est arrivé n'est pas une amitié affectueuse». Ce n'était pas un baiser   sur la joue ou un câlin, c'était beaucoup plus serré et des étreintes qui duraient un peu trop longtemps. 

Journaliste : Il ne s'agissait pas seulement de se tenir par la main devant une foule, comme on le voit à un moment donné. 

Dan Reed : Non, c'était du sexe. Et c'est pourquoi nous avons du inclure des graphiques. Maintenant, en les  dosant, si vous voulez, et en décidant combien de temps le public pouvait tenir avant de partir : «Oh, mon Dieu, je ne veux plus entendre parler de ça», c'est une question de jugement. Et j'espère que j'ai bien compris. Nous aurions pu en inclure davantage, nous aurions pu en inclure moins. Cela varie d'une personne à l'autre. Certaines personnes vont simplement dire «Je ne veux plus entendre ou voir ça» et d'autres trouveront cela révélateur parce qu'ils pensent «Ok, alors ça m'est vraiment arrivé» il n'y avait  pas d'autre moyen de le décrire que par le sexe.  Donc, oui, c'est un jugement que j'espère avoir bien compris. Et vous en serez le juge, vraiment. 

Question : Dans la mesure où la famille Jackson et la foule de fans fous de Jackson s'engagent maintenant, à première vue, contre le film et son contenu, dans quelle mesure êtes-vous intéressé ou désireux de vous engager avec eux ? Souhaitez-vous converser ou essayer de les aider à voir l'erreur possible de leurs jugements ? Ou devez-vous vous dire : «Le film est sorti, je m'en détache» ? 

Dan Reed : Je veux dire , le film parle pour moi. L'histoire est complexe. C'est pourquoi il a fallu quatre heures pour raconter les histoires. Je n'ai aucune prétention à corriger les vues de la famille Jackson. Ils aiment Michael. Ils le défendent. Ce n'est pas inattendu. Le domaine est une source énorme de richesse et de revenus, et ils se défendront. C'est également normal, et je ne suis pas ici pour me disputer avec la famille Jackson. Je pense effectivement que si ces deux dernières années nous ont appris quelque chose, c'est que nous devons accorder une attention particulière et écouter réellement les récits de victimes d'abus sexuels. Je ne sais pas si le premier instinct de la famille et du domaine est d'écouter et d'en tenir compte. 

Source de l'article ICI 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :