Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DESTINS DE STARS : Michael Jackson derrière le masque - Célébrités - Lieux célèbres - Personnages historiques. Actualité.

Dan Reed, le réalisateur du documentaire le plus dérangeant de l’année s’exprime sur les arguments, les menaces alarmantes et sur la suite du documentaire de Michael Jackson qu’il veut faire.

Dan Reed, le réalisateur du documentaire le plus dérangeant de l’année s’exprime sur les arguments, les menaces alarmantes et sur la suite du documentaire de Michael Jackson qu’il veut faire.

Ce n'est pas mon premier rodéo, déclare Dan Reed au journal Daily Beast  et ce n'est pas la première fois que je réalise un film qui met les gens en colère.

Le cinéaste britannique s'est attaqué aux conspirationnistes du 11 septembre, aux gangsters de Liverpool, aux combattants de l'État islamique et à l'attaque terroriste de Mumbai. Pourtant, rien ne pouvait le préparer aux menaces et au harcèlement qui ont suivi  «Leaving Neverland», son documentaire explorant les allégations de violences sexuelles sur des enfants entre les mains de Jackson : James Safechuck et Wade Robson.

Robson, un imitateur de Jackson,  âgé de 5 ans lorsqu'il a rencontré son idole, affirme que les violences ont commencé à l'âge de 7 ans. Safechuck,  figurait dans une célèbre publicité Pepsi, à l'âge de 10 ans. Les deux hommes accusent le King of pop d'avoir d'abord séduit leurs familles, puis lorsque les parents  avaient suffisamment confiance en lui, il a isolé les garçons de leurs mères, pour abuser de leurs enfants.  Cela allait des baisers, à la masturbation, aux rapports sexuels oraux et anaux. Jackson les a soignés avec de longs appels téléphoniques, des notes manuscrites et des cadeaux somptueux. Il leur a fait jurer de ne rien dire à personne sinon ils iraient tous deux en prison.

«Vous devez avoir la tête remplie de propagande en faveur de Jackson pour ne rien ressentir pour ces gens qui racontent leurs histoires» dit Reed.

Malheureusement, nombreux sont ceux qui correspondent à cette description. Des commentaires à propos de Leaving Neverland, laissés  sur Twitter par une armée de fans de Jackson , avancent que la légende de la musique n'a pas abusé des enfants, malgré de nombreuses preuves du contraire. Apparemment, ils ne se sont pas renseignés sur l'affaire Jordan Chandler, dans laquelle Jackson s'est arrangé avec un garçon de 13 ans pour plus de 20 millions de dollars ; ou, à cet égard, le fichier important et considérablement accablant du FBI sur Jackson.  Ils sont plutôt convaincus que Safechuck et Robson mentent, soulignant comment les histoires des deux hommes ont changé au fil des ans, et qu'ils n'ont présenté que leurs allégations, et poursuites civiles contre le domaine de Jackson - après sa mort en 2009.

Jackson a fait pression sur Safechuck pour qu'il témoigne au nom du chanteur dans l'affaire Chandler de 1993 ;  Robson a déclaré dans son témoignage que Jackson n'avait pas abusé de lui lors du procès du chanteur en 2005, mais qu'il avait ensuite affirmé que cela était dû à la «manipulation et au lavage de cerveau» de Jackson.

Bien que Reed «ne puisse pas commenter» sur les détails du procès de 100 millions de dollars de la succession de Jackson contre HBO, il affirme que «ça pue le désespoir». Quant à la controverse entourant «Leaving Neverland» et les annonceurs, il a beaucoup à dire.

Dan Reed : J'ai voulu commencer par la projection de «Leaving Neverland» en avant-première à Sundance. Est-ce que J'étais présent et curieux de la gravité des menaces ? C'est certainement la seule fois où j'ai vu qu'on avait amené un chien renifleur de bombes dans le théâtre avant le film et à l'entracte. Et je n'ai pas vu grand chose d'autre, parce que Wade, James et moi étions légèrement à l'écart, mais j'ai reçu une avalanche de courriels et d'autres messages très agressifs, certains contenant des menaces directes, certains mentionnaient des bombes, d'autres proféraient des violences inimaginables  sur Wade, James et moi-même. Alors que finalement trois femmes issues du Canada ou quelque chose du genre se tenaient à l'extérieur pour protester et elles étaient parfaitement inoffensives, c'est l'Amérique et il y a beaucoup d'armes à feu et beaucoup de violence. je suppose que le service de police, le festival et HBO ont jugé préférable d'être sur-préparés. 

Les autres manifestant que j'ai vus à l'extérieur tenant des pancartes pro-Michael Jackson étaient très jeunes - entre 12 et 16 ans. Ce que j'ai découvert, c'est qu'un grand nombre de ceux qui claironnent des vérités sur Michael Jackson, en particulier en ligne, ont dans la vingtaine, ce qui signifie qu'ils n'étaient pas nés pendant l'apogée de son succès, et sont donc plus amoureux de la mythologie que de lui.

Cela fait plutôt écho au fait qu'au Royaume-Uni, nous avons un politicien nommé Jeremy Corbyn, qui est un bon socialiste à l'ancienne de type soviétique qui n'a pas changé d'avis depuis les années 1970 et tout à coup, et je ne veux pas trop étirer son analogie, mais pour la nouvelle génération, ce qu'il dit a l'air très nouveau. Pour moi, en tant que personne qui ai vécu en Russie pendant la guerre froide, et qui a beaucoup voyagé en Chine, à Cuba, au Vietnam et dans d'autres pays communistes, tout cela semble un peu obsolète, mais pour une nouvelle génération qui n'a pas de regard sur le passé, il n'y a pas de contexte précédent, et tout ce que le gars dit semble très nouveau et excitant. C'est peut-être la même chose pour Michael :  Il a été découvert par une nouvelle génération qui est très loin de Michael (l'homme) et de toutes les controverses qui l'entouraient de son vivant. Ils le voient comme une icône culturelle des plus pures ; une divinité à deux dimensions. Cela et l'anonymat des médias sociaux expliquent l'étrange intensité du vitriol et la haine hyper concentrée dirigée contre quiconque dit quelque chose de péjoratif à propos de Michael Jackson.

J'étais vaguement au courant de la brigade Michael Jackson, mais quand j'ai Tweeté les critiques faites sur le film, j'en  suis soudain devenu très conscient. J'étais sur Twitter, et ne ne pouvais pas imaginer à quel point le harcèlement a pris de l'ampleur depuis le début de la projection de «Leaving Neverland» à Sundance.  Je lis très rarement les commentaires, étant préservé par Twitter, mais  je regarde ce que Twitter me  mentionne. Néanmoins, Je sais que la haine existe.  Nous avons reçu des milliers de courriels de Chine, de Russie, des États-Unis et du monde entier. Une grande partie était copiée/collée. Derrière tout cela, il y a évidemment quelqu'un qui dirige ce trafic, et nous avons trouvé des sites contenant des listes d'adresses électroniques et fournissant le texte à copier/coller dans des courriers électroniques pour protester contre la diffusion. Ainsi, beaucoup de ces informations sont arrivées directement à l'adresse électronique de mon entreprise et ont finalement été complètement remplacées depuis la diffusion par des messages de sympathisants et de personnes racontant leur propre histoire d'abus sexuel quand ils était enfants, mais pas par Michael Jackson.

Pour moi, ce n'est pas un film sur Michael ; c'est un film sur Wade et James et sur les abus sexuels commis sur des enfants. C'est bon de sentir que ce message passe.

Daily Beast : Vous n'avez donc pas entendu d'autres victimes présumées de Michael Jackson depuis la diffusion du documentaire ?

Dan Reed : J'ai reçu des messages d'un couple de personnes qui faisaient partir de son entourage, mais je n'ai pas encore répondu, et on m'a transmis un message d'une autre personne qui prétend avoir été molestée par Jackson, mais je ne suis pas sur de la véracité de cela. Je ne prends évidemment pas ces demandes pour argent comptant. Mon instinct me dit  qu'aucune autre véritable victime de Michael ne s'est manifestée. Un certain nombre de personnes qui ont passé du temps avec Michael quand ils étaient petits garçons sont connues de la presse et ont déclaré publiquement que rien de sexuel ou de malsain ne s'était jamais passé, et bien sûr, nous prenons cela à sa juste valeur et l'acceptons.

Daily Beast : Et il y avait bien sûr plusieurs garçons qui ont été payés - à notre connaissance - comme Jordan Chandler et le jeune fils d'une femme de ménage de Neverland.

Dan Reed : Oui c'est vrai. À ma connaissance, il y en a eu pas mal qui ont été payés, et je pense que les paiements vont plus loin que je ne le pensais au départ. Je pense qu'ils remontent aux années 1980. C'est un domaine dans lequel il faut faire beaucoup de recherches.

Daily Beast : Est-ce la fin de Dan Reed et Michael Jackson ? Ou envisagez-vous un suivi quelconque de Leaving Neverland ?

Dan Reed : Le film qui m'intéresserait beaucoup de faire concerne le procès de Michael Jackson, ainsi que le cas de Jordan Chandler, qui a été dédommagé à hauteur de plus de 20 millions de dollars. j'aimerais beaucoup raconter ces histoires car il y a beaucoup à dire, mais pour pouvoir les raconter, les personnages principaux et leurs familles devraient se manifester et je ne suis pas sûr que cela se produise. Je sais que Gavin Arvizo [l'accusateur de Jackson en 2005] ne tient pas particulièrement à s'engager dans tout cela. je lui ai déjà écrit mais je n'ai pas reçu de réponse. Je pense qu'il veut juste continuer sa vie. Donc, il ne sera peut-être pas possible pour moi de faire un autre film sur Jackson, mais on ne sait jamais.

Daily Best : Avez-vous également contacté Jordan Chandler ?

Dan Reed : J'ai contacté Gavin et lui ai envoyé des liens vers le film. Jordan a disparu et il a beaucoup d'argent pour avoir pu le faire. Je n'ai pas fait des recherches à fond, mais j'ai fait des efforts pour le retrouver, et il est difficile à localiser. S'il veut me contacter, il sait où me trouver, pour l'instant  j'attends.

Daily Best : J'ai discuté avec Al Jean, le patron des Simpsons, de leur décision de retirer l'épisode de la série mettant en vedette Michael Jackson, «Stark Raving Dad». Je suis curieux de savoir comment vous prenez cette décision.

Dan Reed : Je ne suis généralement pas en faveur de cela. Le type [Jim Brooks] a déclaré : «Mais ceci est notre épisode et nous avons le droit de le retirer du chapitre».  Je crois que c'est une question de conscience individuelle et de goût individuel. Je ne suis pas vraiment au courant de cet épisode des Simpson, mais si c'est quelque chose que vous avez crée et que vous croyez utilisé pour aider à commettre des actes criminels terribles, alors oui c'est terni, et je ne vous étonnerai pas, je le supprimerais également.  Mais en général, je ne suis pas en faveur d'une réécriture du registre culturel.

Daily Best : À quel point pensez-vous que les médias étaient complices de tout cela ?

Dan Reed : Je pense que Michael a utilisé les médias avec beaucoup de succès pour projeter une image de lui-même en tant que figure de demi-dieu enfantin - qu'il avait en quelque sorte un esprit pour  soutenir les enfants du monde et que cela lui donnait le droit d'être en compagnie des enfants même dans sa chambre la nuit - Cette phrase «Je n'ai pas eu d'enfance», est utilisée  pour dire qu'il a revécu son enfance dans la vingtaine et la trentaine, mais cela est un écran de fumée qu'il a fait passer avec l'aide de la presse. Bien sûr,  des membres de la presse ont contesté cela. Nos journaux tabloïd ici au Royaume-Uni, qui sont féroces et dont les techniques et méthodes sont assez discutables de temps en temps, ont au moins bien raconté l'histoire : Il abusait des enfants.

Je pense donc que certains médias sont complices de la fabrication de cette image de Michael comme une sorte d'enfant dans le corps d'un homme. Cela me fait également chier lorsque les journalistes reprennent la propagande des avocats de Michael Jackson et de la famille - «Oh, tout est une question d'argent» - ce genre de conneries, sans rien avoir examiné - Cela n'a aucun sens !

Daily Best : C'est fascinant parce que les personnes qui gagnent le plus financièrement dans ce domaine, semblent être les membres de la famille de Michael Jackson et ceux qui protègent sa succession. Et La Toya a fait une interview célèbre avec Katie Couric, où elle a déclaré passionnément qu'elle pensait que Michael maltraitait des enfants, pour changer de version des années plus tard.

Dan Reed : Si vous regardez en ligne, vous verrez qu'il y a trois autres interviews de La Toya qui ont été faites.  Et cela concerne «Tout est une question d'argent», telle est la devise de la famille Jackson et de leurs avocats.  Ils disent que Wade et James vont en justice au civil contre la succession et devront  prouver leur cas devant un tribunal, ils devront  gagner leur cause en  établissant  que leurs allégations de maltraitance d'enfants sont vraies -  Pour obtenir de l'argent- Vous ne faites pas que gagner de l'argent en poursuivant quelqu'un en justice - Ce n'est pas ainsi que fonctionne le système de justice. La cour n'est pas un distributeur automatique de billets, c'est un endroit où les arguments sont débattus et discutés. Alors, quand les «journalistes» comme M.Piers Morgan,  reprennent ce que disent les Jackson,  et disent encore  «Tout est une question d'argent», cela m'exaspère.

Daily Best : En ce qui concerne James Safechuck, n'est-il pas assez aisé en tant que développeur de logiciels ? Il ne manque pas vraiment d'argent, pour ainsi dire.

Dan Reed : Oui, ils vivent très confortablement. Lui et sa femme travaillent tous les deux dans la même entreprise et ils mènent une vie confortable. S'ils avaient plus d'argent, je ne sais pas ce qu'ils en feraient. Et Wade, je pense qu'il a gagné beaucoup d'argent quand il était un chorégraphe réputé. Il gagne plus modestement sa vie maintenant, mais son style de vie ne montre pas qu'il est restreint financièrement.

Daily Best : Pour revenir un peu en arrière, quand avez-vous rencontré James et Wade pour la première fois ? Et puisque leurs histoires ont changé au fil des ans, qu'est-ce qui vous a convaincu qu'ils disaient la vérité ?

Dan Reed : Premièrement c'est moi qui les ai contacté. J'avais lu des informations sur leurs cas, j'ai pris contact avec leurs avocats et leur ai dit : «Je pense que ces gars-là ont une histoire à raconter». C'était en 2016. En résumé, j'ai fini par rencontrer leurs avocats ainsi que Wade et James. J'ai eu une très longue conversation avec les deux, séparément, en février 2017, et je les ai trouvés très sincères et crédibles à première vue, mais je savais qu'il y avait énormément de corroborations que je devais étudier et faire la recherche de tous les faits autour des entretiens - Sur tous les faits décrits, toutes les preuves, toutes les preuves imagées - J'ai cherché quelque chose qui puisse saper leurs histoires, car je savais que si quelqu'un d'autre le faisait, j'allais être dans le pétrin. Mais j'ai trouvé beaucoup de choses qui corroboraient ce qu'ils disaient. 

Daily Best : Qu'avez-vous trouvé qui corroborait ce qu'ils disaient ?

Dan Reed : Ces deux très grosses enquêtes de police qui avaient été menées en 1993 et en 2003, alors j'ai interrogé les enquêteurs et parlé aux procureurs de l'affaire de 2005.

Daily Best : Avez-vous parlé à des employés de Neverland ? Parce que l'un d'eux a témoigné avoir vu Michael se doucher avec Wade.

Dan Reed : C'était Blanca Francia. Alors, j'ai dîné avec son fils, Jason, qui avait été molesté et qui avait été payé par Jackson.  Je n'ai pas contacté Blanca Francia car, à la fin, je me suis rendu compte que le témoignage que nous avions, qui portait sur ce qui s'était passé derrière la porte de la chambre de Jackson, était beaucoup plus important, détaillé et crédible que tout ce que la femme de ménage avait pu voir.  Que la femme de chambre les ait vus sous la douche ensemble, c'est valable, mais cela ne prouve rien, et cela ne prouvait rien en 1993 ou lors du procès de 2005. J'ai donc préféré concentrer tous mes efforts sur la chose vraiment nouvelle et unique que nous avions, qui est, pour la première fois, celle d'un enfant qui a dormi dans le lit de Michael et qui explique ce qui s'était passé dans ce lit, puis a raconté l'histoire et comment ce jeune homme a révélé le secret qu'il avait gardé pendant longtemps,  c'est le cas pour James et Wade. Et pour les mères, se montrer en racontant comment elles ont livré leur enfant aux griffes d'un pédophile prédateur, ce n'est pas quelque chose que toute mère voudrait faire. Que votre mère aille à la télévision et raconte en détail comment elle a fait cela et que sa culpabilité est exposée à la vue du monde entier, ce n'est pas quelque chose que tout fils accepterait avec désinvolture ou permettrait. Les mamans ont très bravement accepté de le faire, en partie parce qu'elles voulaient se racheter et faire tout leur possible pour soutenir les aveux de leurs fils.

Daily Best : Je voulais aborder quelques-uns des points principaux sur lesquels les partisans continuent de faire entendre leur point de vue, car je continue de voir les mêmes arguments. Dans «Leaving Neverland», il y a une scène dans laquelle la mère de James se dit si heureuse que Jackson soit mort parce qu'elle savait qu'il ne ferait plus de mal à un autre enfant. Mais James a affirmé qu'il n'avait parlé à personne de la maltraitance - ni même réalisé qu'il avait été maltraité - jusqu'en 2013, lorsque Wade Robson s'est présenté.

Dan Reed : Eh bien non, la raison pour laquelle ils disent cela c'est parce qu'ils suivent essentiellement les conseils de l'avocat de Jackson Howard Weitzman. Ce dernier a écrit sa contestation du documentaire sur 10 pages à HBO, sans l'avoir vu, donc beaucoup de choses qu'il inclut comme de supposées prétentions  sont en réalité extraites de manière très sélective du contexte de la plainte légale modifiée. Nous parlons donc de pommes et d'oranges. Dans le documentaire, James dit qu'en 2005, il ne voulait pas témoigner et a dit à sa mère qu'il ne voulait pas le faire parce que, disait-il, «Michael n'est pas un homme bon», mais pour Stéphanie, ce qu'il voulait dire était très clair : James avait  été abusé.  Mais ils n'en parlent pas davantage et il supplie sa mère de ne le dire à personne. Ils sont restés muets jusqu'en 2013.  C'est pourquoi elle se lève et fait une petite gigue quand il meurt, car elle se rend compte qu'elle n'aura pas besoin de  planter un couteau dans le coeur de ce type.

Daily Best : Ensuite, il y a les courriels de Wade demandant des billets pour le mémorial de Jackson et sa demande en 2011 de participer au spectacle du Michael Jackson Cirque du Soleil.

Dan Reed : Le cirque du soleil est une connerie, parce que c'est en fait Wade qui écrit au domaine en 2012 en disant : Écoutez, je suis désolé, j'ai fait des allées et retour à ce sujet, mais je ne peux vraiment pas le faire. C'est lui qui se retire du projet et ce sont eux qui le voulaient. Ce qu'ils disent est factuellement inexact, j'ai vu le courrier électronique où Wade le dit et il post-date tous les autres courriels. Et quand Michael  est mort, c'est bien expliqué, Wade est toujours amoureux de Jackson, il l'aime toujours et pense toujours qu'il est la meilleure des personnes qu'il a rencontrée. Sa relation est encore très vivante. Et cela ressort clairement à tous ceux qui ont visionné le documentaire. Wade dit qu'il était bouleversé, il pleurait et voulait écrire un éloge funèbre pour Michael. Wade nous le dit. Nous ne cachons pas le fait que Wade  était absolument dévasté quand Michael est mort. Autre chose à propos de James, il n'a pas réalisé la maltraitance avant 2013, ce qu'il ne réalisait pas avant cette date était que ses symptômes psychiatriques étaient liés à la maltraitance. Il savait que Michael avait été victime de maltraitance quand il était  enfant- c'est pourquoi il a dit à sa mère que Michael était un «Homme méchant». Les fans essaient de trouver des incohérences qui n'existent pas.

Daily Best : Entre «Leaving Neverland» et le «Surviving R.Kelly», le silence des musiciens masculins semble être très fort. J'ai vu pas mal de femmes artistes s'exprimer sur les documentaires mais presque pas d'hommes. C'est assez troublant.

Dan Reed : C'est intéressant, n'est-ce pas ? Personne ne veut en savoir plus sur les abus sexuels commis sur des enfants, en particulier les abus sexuels commis sur des petits garçons. Ce n'est pas quelque chose auquel quelqu’un veut se confronter, ou être confronté. C'est un peu tabou. Nous n'avons même pas de vocabulaire pour en discuter convenablement, et je pense que c'est quelque chose que le film réalise. 

«Leaving Neverland» vous confronte avec lui, sous une forme agréable, car il s'agit d'une personne très célèbre, et parce que le film prend  forme, avec ces deux hommes en grève et leurs familles,  c'est quelque chose d'intéressant et d'attrayant, et pourtant, le film raconte fondamentalement l'histoire d'enfants régulièrement violés par un homme adulte, qui est une histoire dégoûtante et révoltante à raconter. les hommes ne veulent pas parler de rapports sexuels avec des petits garçons, mais cela se produit, et si nous voulons faire quelque chose au sujet des abus sexuels de petits garçons par des hommes adultes, nous devons éduquer, ouvrir les yeux et être impliqués dans la conversation.

Source : Daily Best

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :