Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DESTINS DE STARS : Michael Jackson derrière le masque - Célébrités - Lieux célèbres - Personnages historiques. Actualité.

«Leaving Neverland» met sous le feu des projecteurs les parents des victimes de Michael Jackson.

«Leaving Neverland» met sous le feu des projecteurs les parents des victimes de Michael Jackson.

Dans «Leaving Neverland», les mères de James et Wade ont déclaré avoir été bercées par le monde féerique de Michael Jackson et l'ont autorisé à emmener leurs garçons dans son lit.

Les cas  très médiatisés, axés sur la maltraitance d'enfants au fil des ans, ont suscité un examen minutieux des personnes qui devraient compter le plus pour leurs enfants : leurs parents.

Pour ce documentaire triste et douloureux, le soutien et la compréhension ont été abondants parmi les étrangers, les victimes d'abus elles-mêmes,  et les défenseurs des droits de l'homme qui luttent contre les violences sexuelles. Cependant, nombreux téléspectateurs et commentateurs en ligne,  qui ne savent probablement pas comment les agresseurs sexuels préparent leurs victimes, ne comprennent pas comment un parent peut permettre à un enfant d'être placé dans des situations de vulnérabilité extrêmes.

Tous les drapeaux rouges étaient levés. Les erreurs commises sont reconnues.  Et il y a eu beaucoup de chagrin et de regrets quand leurs enfants leur ont dit qu'ils avaient été agressés sexuellement par Jackson. 

Les experts, des survivants de violences,  et leurs affidés ont déclaré que, lorsque les auteurs d'abus sexuels préparent les jeunes victimes, leurs parents le sont également dans une vaste majorité des cas qui n'incluent pas de tels crimes commis par les parents eux-mêmes.

Les faits fondamentaux sont que quelqu'un qui a l'intention d'abuser sexuellement d'un enfant soigne en fait l'enfant et un parent, ils recherchent des situations et des familles qu'ils peuvent exploiter. Tout enfant peut-être abusé sexuellement. Cela doit ne doit pas être oublié.  Cela peut vraiment arriver à n'importe quel enfant. Mais lorsqu'un délinquant cherche vraiment à cibler un enfant, il recherche un enfant susceptible d'être vulnérable, issu d'une famille qu'il pense pouvoir manipuler d'une manière ou d'une autre.

Souvent les parents font face à des tensions et à des difficultés dans leurs vies qui les distraient, mais en même temps, la plupart des gens ne présument pas que quelqu'un qui leur parle de manière agréable, qui semble amical et attentionné, est un délinquant sexuel.

Les pères, comme c'est souvent le cas dans les histoires d'abus sexuels sur des enfants, sont en grande partie absents de la vie de leurs fils. Les pédophiles ont tendance à éloigner les pères, et pour de bonnes raisons. Ils croient que même un père inattentif, un mauvais père, passera généralement à l'action s'il sent que ses enfants sont menacés par un homme adulte.  Le père de James semble avoir apprécié les délices matériels offerts par Jackson, mais il était souvent occupé par son travail : il  avait hérité d'une entreprise de déchets.  Le père de Wade possédait quelques petits magasins de fruits, il redoutait que Jackson abuse de son fils et c'était pour lui une source énorme d'inquiétude et de dépression.  Mais Jackson qui voulait passer tout son temps avec Wade, a aidé financièrement Joy Robson à déménager à Los Angeles  avec Wade et sa soeur, tandis que Dennis Robson et son fils aîné restaient en Australie. Le père, malade, s'est suicidé. La famille ne s'est jamais reconstruite.    

La majorité des délinquants sont connus des enfants victimes et de leurs familles. Lorsqu'un enfant découvre qu'il a subi un abus sexuel il le dit souvent à sa mère, des années après les faits. Dans le cas de James Safechuck, l'un des accusateurs de Jackson, sa mère, Stéphanie, a déclaré dans «Leaving Neverland» : «Tout cela était tellement fabuleux ça ressemblait à un conte de fées, et je me suis égarée dedans, et je sais que mon mari s'y est perdu aussi»

Lorsque les délinquants n'ont aucune raison légitime d'avoir un accès non surveillé aux enfants qu'ils désirent ou que l'enfant est si jeune qu'il a peu d'autonomie en dehors de sa famille, le délinquant motivé soigne également les parents de l'enfant.  En effet, il est rapporté que les parents sont souvent toilettés avant l'enfant. L'agresseur va devenir ami avec les parents, leur faire des faveurs et créer un lien affectif avec eux. C'est aussi simple que de proposer aux parents un repos bien mérité. Le lien est crée en partageant des informations personnelles, en particulier celles qui signifient une vulnérabilité, L'implication de l'agresseur dans la famille devient naturelle, normale et très bien accueillie. Certains sont même considérés comme le sauveur de la famille. 

Cela signifie que la méfiance naturelle des parents envers un «étranger» qui gravite autour de leurs enfants,  est abaissée, voire abandonnée. Toute suspicion éventuelle est automatiquement écartée ou dissipée, car les parents sont incapables de comprendre comment une personne aussi merveilleuse peut se livrer à quelque chose d'aussi odieux. 

Pour l'année 2016 uniquement, les agences de services de protection de l'enfance ont corroboré ou trouvé de solides preuves indiquant que plus de 57 000 enfants avaient été victimes d'abus sexuels aux USA. Selon les experts, cela ne représente qu'une petite partie de ces affaires.

En France très peu d'enquêtes sont menées pour déterminer l'ampleur du problème. Officiellement, selon le ministère de la justice, 4 affaires de violences sexuelles sur 10 sont des agressions sexuelles sur mineur. Mais il semblerait que la réalité soit difficile à évaluer car toutes les victimes ne sont pas en mesure d'en parler et de porter plainte. Il existe de nombreuses raisons à cela : Les victimes n'osent pas en parler, elles sont psycho-traumatisées, elles étaient trop petites, pensaient que ce n'était pas si grave ou encore parce qu'elles ont fait l'objet de menaces de la part de leur agresseur...Pourtant, malgré ces données parcellaires et ces estimations, les spécialistes s'accordent sur un point : les mineurs sont la classe d'âge la plus exposée aux violences sexuelles. Des violences qui, par ailleurs, touchent toutes les catégories sociales et toutes les franges de la population.

Qu'ils aient affaire à un entraîneur, à un prêtre ou à un ami de confiance, les parents des victimes prennent de mauvaises décisions parce que les abus se basent sur des interactions non menaçantes.  Dans les cas Safechuck, Robson et d'autres, les parents ont vu des opportunités de carrière pour leurs enfants.

En 1986, à l'âge de 10 ans, Safechuck a été choisi pour figurer dans une publicité Pepsi avec Jackson. La psychologie concernant les parents dans un tel scénario est commune, selon Wolf, un spécialiste.

Wolf a déclaré : «Je me suis mis dans cette position et je me suis demandé ce que j'aurais ressenti si mon fils avait été celui qui figurait dans la publicité et qui était invité à Neverland». «J'aurais pensé que c'était plutôt cool, et j'aurais vraiment apprécié».  A quel moment un parent se dit :  «peut-être que ce n'est pas ce que je crois, peut-être qu'il veut quelque chose que je n'ai pas compris ?».  Il est très difficile de comprendre,  de revenir sur sa décision et de se dire j'ai été dirigé dans cet endroit à mon insu. Quelqu'un d'autre peut vous le signaler et dire, es-tu sûr de vouloir que ton enfant reste là-bas ? Mais tu vas défendre ton choix persuadé d'avoir raison.  

Robin Gurwitch, professeur de psychiatrie et de sciences du comportement à la Duke University de Durham, en Caroline du Nord, et expert en compréhension et soutien des enfants qui ont été  traumatisés suite à des catastrophes,  dit que  dans les cas  de violences sexuelles d'enfants commis par un personnage de haut niveau, le sentiment de recevoir un traitement spécial - parents comme enfants - rend les parents vulnérables aux signes d'avertissements qui pourraient sembler évidents aux autres. «En tant que membre de la famille, il se peut que je ne voie aucun de ces drapeaux rouges parce que c'est quelqu'un que je respecte, c'est quelqu'un en qui j'ai confiance, c'est quelqu'un qui en surface dit qu'il ne s'intéresse qu'à ce qu'il y a de mieux  pour les enfants, de plus, je pense que lorsque vous voulez être un parent suprême,  vous voulez aider votre enfant à atteindre ses objectifs».

Les parents font confiance aux personnes qui jouent un rôle important dans la vie de leur enfant. En fait, il y a autant d'éducations que de relations parents-enfants et de personnalités. 

«Leaving Neverland» met sous le feu des projecteurs les parents des victimes de Michael Jackson.

Nous avons également tendance à croire que les parents sauraient si leur enfant était victime d'agression sexuelle ou qu'ils le diraient immédiatement à quelqu'un et qu'ils manifesteraient de la peur à l'égard de l'auteur. Et  on pense généralement - et souvent à tort - que les déclarations d'un enfant sur des expériences de maltraitance resteraient cohérentes dans le temps. 

Il est tout à fait naturel de considérer les agresseurs d'enfants comme des monstres qui intimident et effraient les enfants dont ils se nourrissent. Cependant, bien qu'il existe différents types de délinquants, nombre d'entre eux peuvent avoir accès aux enfants et susciter leur confiance en raison de leur capacité à les attirer et à établir des liens émotionnels et sociaux avec eux. Ils travaillent pour créer un lien affectif avec l'enfant en devenant leur «meilleur ami» et en le faisant se sentir «spécial»

De cette manière, l'enfant devient émotionnellement dépendant de l'auteur. La dépendance est également alimentée par l'isolement de l'enfant des adultes. Ce processus de toilettage peut prendre des mois et l'élément sexuel est souvent introduit progressivement en insistant pour que l'enfant soit touché au moyen d'étreintes, de jeux ou de chatouilles :

Les agressions sexuelles contre les enfants impliquent rarement des actes de violence ou des menaces de préjudice (Les menaces ont tendance à avoir un lien avec les conséquences pour la relation si elles étaient découvertes) 

Très peu d'enfants divulguent l'abus sexuel au moment où il se produit. En cas de divulgation, il s'agit généralement des cas où l'abus est un incident isolé commis par un étranger qui n'a fait aucun toilettage. Ainsi, l'abus est plus facilement assimilé à une agression par l'enfant et ce dernier le révèle immédiatement à ses parents.

Il y a de nombreuses raisons pour la non-divulgation. L'une des raisons rapportées rétrospectivement par les adultes victimes de maltraitance dans leur enfance est qu'ils ne savaient pas que ce qui se passait était une indignité. Certains enfants se sentent même blessés par le rejet  lorsque l'abus prend fin. Beaucoup finissent par se rendre compte que leur expérience a constitué un abus lorsqu'ils sont entrés dans l'âge adulte et qu'ils peuvent voir la relation sous un nouvel angle. Cette prise de conscience, qui peut être perçue comme une trahison de confiance, peut entraîner un traumatisme différé en raison de l'abus qui ne se manifeste qu'à l'âge adulte. 

Malgré la nouvelle prise de conscience de la nature abusive de la relation, il n'est pas rare que des adultes survivants d'abus sexuels aient encore le sentiment d'avoir un amour conflictuel pour l'auteur. Cela a été assimilé au «syndrome de Stockholm», qui a été découvert lors d'une prise d'otage, où un lien profond et immuable est établi avec l'auteur. Il peut donc y avoir une réticence persistante et un sentiment de culpabilité pour avoir signalé l'agression. Parfois, des déclarations sont retirées à la suite de cela. 

Ce qui est clair, c'est que le traumatisme provoqué par de telles expériences peut prendre des décennies et peut durer toute une vie. 

Jackson a fait d'autres victimes qui pourraient se manifester à l'avenir. Pourquoi ? Parce que la pédophilie ne se soigne pas. Ce n'est pas une maladie qui, à l'aide d'un médicament, permettrait d'empêcher le passage à l'acte. 

Selon Jim Clemente du FBI - «Des milliers de choses ont été trouvées lors de la fouille de la police à Neverland et qui corroboraient les témoignages des victimes. L'emplacement des lits, le nombre de portes pour accéder à la chambre de MJ, le carillon, des preuves de toilettage, de l'érotisme d'enfants...etc. La liste est longue. Dire que rien n'a été trouvé est ridicule» ; il ajoute : «Non seulement Jordan Chandler a décrit avec précision les parties génitales de M.Jackson, mais Gavin Arvizo en a fait de même, et les deux descriptions correspondent». 

 

«Leaving Neverland» qui est le documentaire le plus regardé  de la dernière décennie. (Acheté par 130 pays dans le monde) a pour but d'informer un maximum de gens, et de les faire réagir pour lever l'omerta sur ces crimes sexuels odieux. Que ce soit Jackson ou un autre, cette production est avant tout un manifeste didactique sur les abus d'influence. Réprouver ce documentaire est un droit, tant que cela ne mène pas à défendre bec et ongles un monument, quitte à écraser les victimes.  Parce que des preuves, il y en a, et pléthore même. Des fax, des messages vidéo, des relevés téléphoniques, entre autres. Ou encore une description précise de la chambre de MJ, aux maintes portes complexes à franchir, et d'un immense placard secret très difficile à atteindre sans alerter celui qui s'y trouvait secrètement. Placard qui justement, est désigné comme un lieu du crime. Certaines évidences sont là, et de son propre aveu, Jackson dormait  depuis des années avec des petits garçons étrangers.

Les agressions,  les  séquelles liées à ces agressions et les dérives du fanatisme sont les trois grands thèmes traités, avec une subtilité qui devrait pousser à l'introspection.    

Il est important de comprendre qu'être fan et être objectif ne sont pas incompatibles. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :