Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DESTINS DE STARS : Michael Jackson derrière le masque - Célébrités - Lieux célèbres - Personnages historiques. Actualité.

Le culte des célébrités, qu'est-ce que c'est ?

Le culte des célébrités, qu'est-ce que c'est ?

Votre célébrité préférée ne s'est jamais souciée de vous ou ne se soucie pas de vous.

Pour beaucoup, cela semble étrange et difficile à comprendre, en particulier pour ceux qui défendent leur identité et comprennent l'égalité de l'humanité inhérente a tous les êtres humains. Mais il n'est pas difficile de trouver des quantités de vidéos en ligne de fans qui vantent leur idole. Dans un sens plus grossier, on dirait qu'ils semblent disposés à mourir pour leur idole, et malheureusement, cela est vrai pour certains.

 D'abord, il est bon de savoir pourquoi les gens font l'éloge des célébrités. 

Nous louons les célébrités parce qu'elles font partie du système culturel de la société, partie intégrante de la culture. En fait, les célébrités sont des personnes qui savent comment communiquer avec les gens,  à travers des idées, elles savent gagner leur public. Les célébrités, ou plus précisément le monde du divertissement, sait exactement comment entrer facilement dans notre imagination et détruire nos défenses. Ils saisissent nos émotions,  et nous  trouvons notre identité, car ils nous apportent plaisir et inspiration. Les célébrités savent exactement ce à quoi s'attendent la grande majorité des gens. Elles savent ce que veulent les jeunes filles, par exemple. Elles construisent donc un type de personnalité spécifique qui satisfera ce que ces personnes attendent, sur le plan émotionnel et même sexuel. Pour ce faire, ils communiquent avec des idées : Oeuvres d'art, musique, films, mode, séries télévisées,  littérature, etc.

Maintenant, nous savons que les célébrités communiquent avec nous par le biais d'idées, leurs idées investissent nos sentiment émotionnels à leur égard, les gens se préoccupent d'eux, développent une dépendance et cherchent de plus en plus à leur ressembler. 

Mais le problème est que, dans ce type de communication, il n'y a qu'un facteur dominant, c'est l'effet que les célébrités provoquent à des fins de communication. Il n'y a que très rarement de relation réciproque entre les fans et les idoles, dans un sens plus spécifique, aucun lien émotionnel personnel. Les partisans sont les seuls à créer un sentiment d'émotion dans ce processus, et l'autre partie, les célébrités, ne les connaissent même pas.

Bien sûr, toutes les célébrités présentes vous diront à quel point elles aiment votre amour et votre dévotion, à quel point elles sont reconnaissantes et à quel point elles sont chanceuses d'avoir un groupe de fans. 

Mais le fait est qu'elles ne vous voient que comme des numéros collectifs, en particulier à l'ère d'internet et des médias sociaux, où tous les fans sont comptés comme des chiffres. Elles vous voient en nombre de ventes, en nombre de téléspectateurs et en nombre de visiteurs, elles se soucient simplement de ce qu'elles obtiennent.  

En tant qu'être humain, ne vous sentiriez-vous pas étrange ou même un peu effrayé si quelqu'un était si obsédé par vous qu'il serait prêt à faire quelque chose de bizarre pour attirer votre attention ? La même chose se produit avec les célébrités, ce sont aussi des être humains, et il est rationnel de supposer que les célébrités pensent que leurs fans sont étranges, mais elles ne vous le diront pas. 

Lorsque des célébrités parlent de leurs fans, ils ne les voient pas en tant qu'individus, mais comme une série de chiffres, une opportunité pour réaliser des profits. 

Les célébrités aiment l'attention, elles ne vous aiment pas, elles font leur métier. Etre  une célébrité ne vous rend pas plus humain, il est irrationnel d'adorer un humain qui a la même origine que vous, l'homo sapiens. 

Il est bon de respecter ou d’idolâtrer une célébrité en particulier quand elle nous inspire pour nous faire devenir de meilleurs être humains. Mais nous devrions leur accorder le respect de base que nous accordons aux autres êtres humains, qui nous inspirent.  Les fabriquer et les traiter comme des dieux n'est pas un choix humain raisonnable.

Le culte des célébrités est un mental plutôt anormal et compulsif, causé par l'identification ou l'absorption de l'ego, dans lequel le sujet ressent non seulement une affinité émotionnelle, sexuelle ou romantique avec la célébrité, mais aussi une sensation d'unité. Cela peut prendre de nombreuses formes chez les personnes, allant de légère à sévères. Dans des cas extrêmes, qui ont été rapportés à de nombreuses reprises, cela peut affecter gravement l'état mental d'une personne, à tel point qu'il peut conduire au suicide si la célébrité décède ou faire face à une crise personnelle grave dans la vie publique. Il s'agit du harcèlement des critiques et des adversaires d'une célébrité par ses adeptes obsédés dans le but de leur nuire ou de les réduire au silence, en signe de loyauté ou d'admiration. 

L'obsession n'interfère peut-être pas sérieusement avec leur vie normale, mais cette attitude peut leur faire subir des émotions fortes et porter préjudice aux relations amicales, familiales ou même de travail. 

Dans certains cas, cela peut entraîner des habitudes malsaines, de mauvaises habitudes alimentaires, une faible estime de soi, des problèmes d'image corporelle, etc...Cependant, nous savons que tout le monde est fan de quelqu'un à un certain stade de sa vie, mais dans de nombreux cas, cela ne devient pas un problème ou une obsession. Même si c'est le cas, cela reste temporaire. La plupart des gens en sortent à mesure qu'eux et leur situation changent et qu'ils développent de nouveaux intérêts et attachements. Quelques-uns restent malheureusement coincés comme s'ils n'avaient jamais grandi.

La dissociation est une autre condition psychologique importante chez ceux qui sont sujets à une obsession extrêmement personnelle de la célébrité. En raison de leurs pensées délirantes, ils se détachent de leurs propres sentiments, problèmes et réalité et subissent par procuration l'union avec la célébrité, considérant leurs joies et leurs peines, leurs échecs et leurs succès comme les leurs. En conséquence, ils peuvent passer du temps à rêver et à fantasmer à leur sujet. 

Le culte ou l'obsession des célébrités est donc une affaire à sens unique. Les célébrités bénéficient de leurs partisans car elles contribuent à leur popularité et à leur succès commercial, tandis que les fans ne retirent aucun avantage apparent autre qu'un peu de satisfaction de l'ego et de divertissement. C'est aussi une relation inégale et peu satisfaisante. À bien des égards, il s'agit d'une illusion,  parce que la relation est imaginaire, on vit avec une image ou une impression sur la célébrité plutôt que de la personne réelle. 

On voit sélectivement en la star ce que l'on veut voir, selon ses désirs, ses peurs, ses angoisses et ses croyances, et on vit dans un culte obsessionnel pour toutes les bonnes et les mauvaises raisons. 

Aung San Suu Kyi

Exemple : En 2011, Lady Gaga a été élue deuxième personne la plus influente des années 2000 dans le magazine Time, perdant seulement devant la lauréate du prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi. L'année précédente, la sculpture de Jeff Koons, «Balloon Dog», a été vendue pour 58.4 millions de $ à une vente aux enchères, une somme sans précédent pour une oeuvre d'art bling bling.  Et en 2014, le créateur de mode New-Yorkais Michael Kors a rejoint les rangs des hommes d'affaires et des entrepreneurs de la «liste des milliardaires» de Forbes. 

Il est indéniable que nous vivons à une époque où les artistes, qu'ils soient artistiques ou de la scène, comptent parmi les personnalités les plus influentes du monde, car placés sur un piédestal. Le culte de l'artiste et le culte de la célébrité se chevauchent souvent jusqu'à devenir inséparables ; cela ne veut pas dire que toutes les célébrités sont des artistes, mais que de nombreux artistes sont des célébrités. 

Les artistes ont-ils toujours eu un tel prestige dans la société ? 

La réponse la plus courte : Certainement pas. Dans la Grèce antique, les artistes visuels étaient considérés comme des travailleurs manuels et, jusqu'au XVIIe siècle en Europe, les actrices étaient considérées comme des prostituées.

Alors, quand est-ce que l'artiste est passé d'une vie grossière à une vie céleste ? 

Les anciens avaient une relation compliquée avec leurs artistes. Les Grecs et les Romains traitaient leurs sculpteurs avec un tel dédain que le philosophe Sénèque avait dit un jour : «On  vénère les images divines, on peut les prier et les sacrifier, mais on méprise les sculpteurs qui les ont fabriquées».  Pour les arts non-visuels, tels que la musique et le théâtre. Le festival annuel «Dionysian», extrêmement populaire, comprenait les productions de dramaturges tels que Sophocle, qui était issu d'un statut élevé. 

La représentation des artistes dans la mythologie grecque, telle que transmise par le poète romain Ovide dans ses Métamorphoses, ne donne aucune vision homogène de l'artiste. D'une part, il y a le musicien, Orphée, qui est descendu aux Enfers à la recherche de son amour, ainsi qu'Eurydice, présenté comme une force civilisatrice. 

Mais d'autre part, d'autres maestros mythologiques sont accusés du péché suprême dans le monde antique : remettre en question le rôle des dieux. Par exemple, Prométhée a façonné les hommes avec de l'argile et volé le feu afin de leur donner vie, et Arachne s'est vanté d'être un meilleur tisserand que la déesse Athéna

Cette idée de l'irréligiosité de l'artiste était également ce qui perturbait Platon, qui croyait que tous les poètes devaient être éjectés de sa République idéale parce qu'ils étaient subversifs pour l'État. Les Romains, cependant, pardonnaient davantage à leurs écrivains, par exemple, au très vénéré Virgile. Dans son oeuvre maîtresse, l'Énéide, il a présenté une vision de l'identité romaine fondée sur le devoir civique. 

Il était admiré non seulement pour son rôle de propagandiste pour son patron, Augustus, mais aussi pour son talent poétique et son accomplissement. En ce qui concerne les arts visuels, Natural History de Pliny était un prototype précoce de critique d'art, célébrant des artistes individuels et élevant la créativité à un niveau de prestige. 

Malgré cela, pendant des siècles, le concept de l'artiste a pratiquement disparu. Au Moyen Age, ceux qui créaient des artefacts étaient considérés comme inspirés par le divin, mais étaient en grande partie anonymes. Les moines qui ont illustré le Livre de Kells auraient utilisé leurs compétences au service de Dieu plutôt que de manière consciente. Leurs noms ne seront jamais connus. Comparez cette attitude à notre obsession avec l'identité exacte de Bansky. 

(Bansky est le pseudonyme d'un ou d'une artiste britannique connu(e) pour son art urbain (ou street art) et également comme peintre et réalisateur. Il ou elle a passé sa vie à échapper aux médias afin de garder l'anonymat. LIRE ICI

Ce n'est qu'à la Renaissance que le rôle de l'artiste a radicalement changé : Le déifiant est devenu le déifié. Les artistes étaient maintenant considérés comme des personnes instruites et cultivées, servant un objectif moral et politique dans la société. La vie des artistes de Vasari (1550) a contribué à réintroduire la notion d'artistes individuels avec leur propre style. Non seulement le point de vue de la société sur l'Artiste a changé, mais aussi son point de vue sur lui-même : Michel-Ange, surnommé le «divin», s'est ouvertement considéré comme un génie. 

Au cours de la période romantique, le sens de l'importance personnelle de l'artiste a augmenté parallèlement à la perception du public. Les artistes étaient motivés par la récompense matérielle, un statut élevé et le haut patronage. Jusqu'à ce que la célébrité des artistes dépasse parfois celle de leurs mécènes : Haydn était d'abord célèbre pour être le compositeur du prince Estarhazy ; Trente ans plus tard, le prince Estarhazy était réputé pour être le patron de Haydn. La talent créatif est de plus en plus associé aux tourments mentaux (par exemple, dans le travail de pratiquement n'importe quel poète Français), bien que le terme actuel d'artiste torturé soit une invention rétrospective post-romantique. 

De nos jours, les artistes ont un statut plus élevé que jamais. Le public est fasciné et séduit par le roman du «Grand Artiste», qui possède une licence de création dans la vie et dans l'art. Nous avons bouclé la boucle depuis les temps anciens, lorsque l'art était axé sur la compétence et non sur l'originalité. Maintenant, l'art peut ne nécessiter aucune compétence, mais il doit être original.

Jeff Koons devant son balloon dog

Lady Gaga n'écrit pas toutes ses chansons, loin de là. Jeff Koons a plus de 120 personnes dans ses ateliers pour l'aider à construire ses sculptures gigantesques. Et l'époque ou Michael Kors  qui n'a joué aucun rôle dans la confection des vêtements et des chaussures portant son nom est révolue. Mais ils sont vraiment originaux. 

A mesure que les personnalités des artistes deviennent de plus en plus dominantes, il devient de plus en plus difficile de les séparer de leur art. Connaissons-nous Yoko Ono pour son art ou parce qu'elle était mariée à John Lennon et qu'elle a un penchant pour les chapeaux idiosyncratiques ? 

Le statut élevé des artistes dans une société comme la nôtre n'est peut-être pas une mauvaise chose, mais nous ne devons pas permettre à la célébrité d'un artiste d'éclipser ce que nous pensons de son art ou de ses intentions. 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :