Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DESTINS DE STARS : Michael Jackson derrière le masque - Célébrités - Lieux célèbres - Personnages historiques. Actualité.

Nouveau scandale sexuel aux États-Unis : L'affaire Jeffrey Epstein.

Nouveau scandale sexuel aux États-Unis : L'affaire Jeffrey Epstein.

L'homme d'affaires américain Jeffrey Epstein a été inculpé à New-York, lundi 8 juillet, d'exploitation sexuelle de dizaines de jeunes filles mineures.

Proche de nombreuses personnalités dont Donald Trump, l'homme de 66 ans avait été poursuivi pour des faits similaires il y a une dizaine d'années. Mais il avait alors bénéficié d'un accord conclu avec le procureur Alexander Acosta, aujourd'hui ministre du travail de Donald Trump et visé par des appels de démission.

tions sur les Publicités Twitter et confidentialité30 personnes parlent à ce sujetannées, Epstein, est devenu une personnalité de la jet-set américaine, pouvant se targuer de liens étroits avec des stars et des responsables politiques de haut rang. Il fut proche de l'ancien président américain Bill Clinton, qu'il aurait transporté plus de vingt fois dans son jet privé. Autre personnalité de son cercle : Donald Trump, qui l'avait invité en 2000 dans son club privé de Mar-a-Lago à Palm Beach en Floride. 

«Je connais Jeff depuis quinze ans. Un type génial, disait Trump dans un entretien au magazine New York en 2002. C'est un plaisir de passer du temps avec lui. On dit même qu'il aime les jolies femmes autant que moi, et beaucoup sont plutôt jeunes». De l'autre côté de l'Atlantique,  Jeffrey Epstein a aussi été ami avec le prince Andrew, le deuxième fils d'Élizabeth II et frère du prince Charles. 

Lire la suite sur le site FranceTVInfo 

Dans le cadre d'un programme contre le sida, Epstein a emmené en Afrique Bill Clinton, ainsi que les acteurs Kevin Spacey (prédateur sexuel de jeunes garçons) et Chris Tucker.  Tom Barack (Colony Capital) et Michael Jackson faisaient également partie de ses relations, et la liste est longue, très longue. 

Les procureurs américains ont d'ailleurs envoyé un message aux nombreuses connaissances du milliardaire, encourageant toute personne possédant des informations sur la conduite de ce dernier à se faire connaître, et pas seulement les victimes potentielles. D'après l'ancien procureur général Jocob Frenkel, cité par Bloomberg, cette demande est un message clair aux célébrités et aux politiciens qui ont assisté à des soirées chez le milliardaire, ou qui ont volé à bord de son jet privé, surnommé le «Lolita Express» : Venez nous parler avant que nous venions vous chercher.

Jeffrey Epstein a plaidé non coupable, ses avocats arguant que l'affaire avait été réglée par un accord de plaidoyer lors de son premier procès en 2007. Une défense réfutée par l'accusation, qui estime que cet accord - très clément envers Epstein, condamné à une peine de 13 mois de prison, durant lesquels il était autorisé à quitter sa cellule pendant la journée - n'impliquait pas les autorités de New-York, qui le poursuivent aujourd'hui, mais seulement celles de Floride, où le procès s'est tenu à l'époque. Ils précisent en outre que de nouvelles charges pèsent contre lui, et que de nouvelles victimes se sont fait connaître. Signe de leur détermination, les procureurs ont par ailleurs ordonné son incarcération jusqu'au procès, jugeant qu'il existait un risque réel qu'il prenne la fuite.

Comment les agresseurs puissants manipulent les jeunes...

L'acte d'accusation, rendu public,  indique qu'Epstein aurait «attiré et recruté des filles mineures» dans ses demeures à New York et à Palm Beach, en Floride, où il payait des centaines de dollars en espèces, des jeunes filles, pour lui faire des massages.  Chaque séance devait se faire nue et comprenait presque systématiquement attouchements, voire pénétration. Plusieurs jeunes filles ont assuré avoir refusé certains gestes, en vain. «J'étais terrifiée et je lui disais d'arrêter», se souvient Jennifer Araoz au sujet d'une visite lors de laquelle Jeffrey Epstein l'aurait violée. «Il ne s'est pas arrêté, il n'avait aucune intention de s'arrêter».

Des dizaines de jeunes filles, certaines âgées de 14 ans seulement, se succédaient, parfois plusieurs fois par jour, dans cette salle de «massage» que Jeffrey Epstein avait fait aménager avec bibelots ou tableaux suggestifs, et sex-toys à profusion. 

Epstein a payé ces mineures afin qu'elles recrutent d'autres jeunes filles dans le même but, jusqu'à ce qu'il ait construit un «vaste réseau de victimes mineures à exploiter sexuellement», d'après l'acte d'accusation. 

Selon plusieurs témoignages, domestiques, secrétaire et recruteuses géraient au millimètre ce sombre emploi du temps, avec prise de rendez-vous, transport, parfois même en jet privé, instructions et rétribution, souvent 200 à 300 dollars par visite, voire cadeaux aux plus fidèles. 

«Si je quittais Epstein, il pouvait me faire assassiner ou me faire enlever et j'ai toujours su qu'il en était capable si je ne lui obéissais pas. J'avais très peur», a expliqué Virgina Roberts lors d'une audition devant la justice, elle dit avoir rencontré le financier en 1999. 

Comme d'autres, Virginia Roberts a affirmé que l'ancien trader de la banque d'investissement Bear Stearns «fournissait aussi des filles à ses amis et connaissances». Il m'a dit qu'il faisait ça pour qu'ils lui soient redevables, qu'ils les tiennent. 

Il est important de souligner que les personnes ciblées par Epstein n'étaient pas des adultes consentantes, ni des massothérapeutes professionnelles - elles étaient des adolescentes d'environ 14 ans. Dans de nombreux cas, elles devaient indiquer explicitement à Epstein leur âge avant les interactions présumées....Epstein recherchait intentionnellement des mineures, sachant qu'elles étaient particulièrement vulnérables à l'exploitation, selon l'acte d'accusation. Certaines des victimes d'abus étaient mêmes sans abri. «Il s'est attaqué à des filles qu'il pensait que personne n'écouteraient et il avait raison, a déclaré Courtney Wild, qui affirmait au Miami Herald en 2018 avoir été agressée par Epstein à tout juste 14 ans»

Malheureusement, les récits brossent un tableau familier sur toutes les façons dont un puissant agresseur tire parti d'une personne vulnérable. «Grooming» est un mot utilisé pour désigner une variété de comportements que les agresseurs utilisent pour tromper et inciter quelqu'un à leur faire confiance - explique Kristen Houser, MPA, du National Sexual Violence Resource Center et de la Pennsylvania Caolition Against Rape -  Cela peut inclure diverses tactiques qui brouillent les frontières de ce qui constitue une relation appropriée adulte-enfant, notamment accorder une attention particulière à un enfant, lui offrir des cadeaux, répondre à un besoin d'écoute. 

Fondamentalement, le toilettage, gagne la confiance afin que vous ne puissiez commencer à confondre quelqu'un et qu'il lui soit de plus en plus difficile de sortir de la relation, de quitter la situation ou d'obtenir de l'aide, explique Houser

Bien que le toilettage puisse avoir lieu dans n'importe quelle situation de maltraitance, dans les cas d'abus sexuels,   les enfants sont extrêmement impressionnables et ne sont pas des «êtres sexuels». Une fois que l'agresseur a gagné la confiance d'un enfant avec ses stratégies, il prendra des mesures pour intensifier et sexualiser la relation en introduisant des actes sexuels. 

Les agresseurs manipulent aussi psychologiquement les personnes de sorte qu'elles semblent être responsables des besoins matériels et affectifs d'une personne, afin de les maintenir dans la relation. Ils peuvent choisir quelqu'un, lui donner le sentiment d'être spécial, ou leur dire qu'il «ne ressemble à quiconque» explique Houser. Cette dynamique a été soulevée d'innombrables fois dans divers cas de violences sexuelles d'enfants, tels que Michael Jackson, R.Kelly,  Larry Nassar,  Jerry  Sandusky,  etc...

Un grand nombre des victimes de l'acte d'accusation ont entre 20 et 30 ans et parlent de la façon dont ces expériences présumées les ont façonnées. «Vous ne pouvez jamais arrêter vos pensées», a déclaré Jena-Lisa Jones, qui affirme qu'Epstein l'avait agressée à l'âge de 14 ans. «Un mot peu déclencher quelque chose. Pour moi, il s'agit du mot «pur». Parce qu'il m'a appelée «pure» dans cette pièce et puis je me souviens de ce qu'il m'a fait à cet endroit. 

Les abus sexuels sur enfants ont des effets à long terme, notamment des problèmes de confiance dans les relations. 

Selon Houser, il existe souvent une tendance au silence, à une honte et à un blâme intériorisés à la suite d'abus sexuels sur enfants. Certaines personnes peuvent mettre des années à développer un point de vue adulte sur ce qui leur est arrivé et à réaliser que ce n'était pas de leur faute. «C'est une étape très difficile à franchir, de confier entièrement la responsabilité de la maltraitance à la seule personne responsable :  cet adulte qui manipule les émotions, l'environnement, les autres et la sécurité», dit-elle. 

Mme Houser affirme également  que lorsqu'un cas de ce genre retient l'attention du public, il peut être difficile pour les survivants de se sentir crus ou compris. Pour réduire la stigmatisation, la honte et les souffrances à long terme, il est essentiel de disposer d'un système de soutien, de quelqu'un qui les croit, qui montre qu'il se soucie d'eux, qui est digne de confiance de manière cohérente. Après tout, les survivants ne veulent pas de l'attention, ils veulent simplement qu'on les croie.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :