Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DESTINS DE STARS : Michael Jackson derrière le masque - Célébrités - Lieux célèbres - Personnages historiques. Actualité.

Il faut attendre 1564 pour que le début de l'année soit fixé au 1er janvier.

L'année n'a pas toujours commencé le 1er janvier. En 46 avant J.C.; Jules César décide de refondre le calendrier Romain. Jusqu'alors, l'année commence en mars, mois de la reprise des activités agricoles et guerrières. Il instaure un nouveau calendrier dit «julien», réglé selon le cours du soleil, comptant douze mois et commençant en janvier ; un calendrier qui ressemble beaucoup au nôtre : 

Sous la République Romaine, aux calendes (premier jour du mois) de janvier, les Romains échangent des présents appelés étrennes. Un usage hérité, selon la légende, du règne du roi sabin Tatius, à l'époque de la fondation de Rome. Celui-ci avait l'habitude de recevoir en offrande de la verveine venant du bois sacré de Strenna, la déesse de la santé, d'où le nom d'«étrennes» venu jusqu'à nous.

Afin de placer le début de l'année sous un bon augure, des cadeaux sont échangés dans toutes les classes de la société romaine.  Les amis s'offrent des figues, des dattes et du miel, en se souhaitant une année douce et agréable.

Si au fil du temps, les présents prennent de la valeur (monnaie d'or et d'argent ou meubles précieux), les Romains les plus modestes se contentent de petits cadeaux proches de nos porte-feuilles et agendas. 

 

Janus

Cette tradition s'institutionnalise et devient une fête solennelle dédiée à Janus, divinité aux deux visages, qui donne son nom au mois de Janvier.

La conquête progressive du calendrier par l'Église va bouleverser la tradition romaine. Dès le concile d'Auxerre en 577, les autorités ecclésiastiques condamnent la pratique des étrennes, jugée diabolique. 

Le début de l'année coïncide, à présent, avec l'événement du calendrier chrétien, considéré comme le plus important par le roi. Si à l'époque des Mérovingiens, l'année commence généralement le 1er mars, Charlemagne privilégie Noël. Sous son règne, le 25 décembre marque le début du nouvel an. Quant aux Capétiens, ils optent pour Pâques, dont la date varie d'une année sur l'autre. Il faut attendre le règne de Charles IX pour que la nouvelle année commence le 1er Janvier.

En 1564, un édit l'institue officiellement, mais il ne sera appliqué que trois ans plus tard. 

Par-delà la variation de dates fixant le Nouvel an, la coutume des étrennes et des voeux échangés de vive voix subsiste pendant plusieurs siècles. L'usage est même respecté à la cour de France, comme le confirme la correspondance de la princesse Palatine, sous le règne de Louis XIV. 

Dans un souci de rompre avec le temps religieux, les Révolutionnaires vont choisir l'équinoxe d'automne, en septembre, pour marquer le début de l'année.

Au milieu du XIXe siècle, en Grande Bretagne, une nouvelle habitude s'instaure, celle d'envoyer ses voeux sur une carte : 

L'invention du premier timbre-poste et du procédé de lithographie va permettre l'essor de ce nouveau rituel qui se répand dans toute l’Europe.

Un autre l'accompagne, voué également à un grand avenir. 

L'imprimeur François-Charles Oberthur donne, en 1810, à l'Almanach des postes sa forme moderne. Les facteurs seront autorisés à les offrir à leurs clients en 1849. Baptisé successivement Almanach des PTT en 1945, puis Almanach du facteur en 1989, il a évolué au fil des ans tout en restant le même. 

Aujourd'hui encore, ceux qui n'ont pas leur almanach n'hésitent pas à le réclamer de vive voix. «Les derniers jours de décembre, vous verriez le nombre de foyers qui nous appellent parce que leur facteur n'est pas passé chez eux», confie Christophe Rault, patron d'Oberthur. Implanté à Cesson-Sévigné (Ille-et-Vilaine), il reste leader sur ce marché, occupé aussi par trois autres éditeurs.

Les photographies d'animaux et de paysages ont remplacé les dessins à partir de 1945. Si les almanachs n'ont plus le lustre de jadis, leur évolution à travers le temps permet une étude sociologique intéressante (que vous pouvez lire ICI) , car ils renvoient tous aux goûts d'une société et donc à l'histoire. 

Saint-Sylvestre était pape de 314 à 355. Il est surtout connu pour son combat contre la doctrine d'Arius de Constantinople qui niait la nature divine de Jésus.

En réalité, ce Saint a peu à voir avec la fête du Nouvel an, mis à part son nom. Certains historiens avancent que ce Saint fut choisi uniquement pour son nom qui évoque la forêt. La nature est en effet très importante dans les symboliques et traditions héritées de l'antiquité. Saint-Sylvestre 1er reste connu pour ses constructions de grandes basiliques romaines. 

Quoi qu'il en soit, la fête du nouvel an elle-même trouve son origine à Rome. La nuit précédent le 1er janvier, les romains faisaient un grand repas qui leur permettaient d'attendre l'arrivée de la nouvelle année. Selon la tradition plus le nombre de plats servis au cours de ce repas était grand, plus l'année serait prospère et abondante.

Par tradition également,  le réveillon de la Saint-Sylvestre est un réveillon bruyant, marqué par un décompte des dernières minutes de l'année, le son des cloches ou un feu d'artifice.  On retrouve en fait cette pratique dans le Nouvel An Chinois, ce qui montre les origines très anciennes et communes à presque toutes les cultures de fêter la fin d'un cycle et d'accueillir le nouveau.

Du fait des fuseaux horaires, tous les pays n'entrent pas en même temps dans le Nouvel An, et ne fêtent donc pas ensemble les 12 coups de minuit de la Saint-Sylvestre. Auckland en Nouvelle-Zélande est la première grande ville du monde à entrer dans le Nouvel An, et les derniers sont les habitants des îles de la Ligne et des îles Tonga qui ont 14 à 13 heures de décalage avec le premier fuseau horaire.

Noël en Famille, la Saint-Sylvestre avec les amis, tout le monde connaît la formule ! 

En piste donc, pour la soirée festive qui laissera d'immortels souvenirs, dans les têtes ou...dans les foies ! Chacun voulant célébrer à sa façon les 365 jours à venir et ce cher Sylvestre, sans conteste le plus en forme de tous les saints du paradis.  Bref, nous clôturons chaque année par un bouquet final afin d'oublier pour une nuit, au moins, toutes les mauvaises nouvelles distillées jour après jour.

À minuit pile, chacun se ruera sur sa chacune, ou, pour les petits malins qui savent profiter de l'occasion, sur celle du voisin. Et, coupe de champagne à la main, ce sont les bises et les voeux. On se promet encore plus de monts et de merveilles pour l'année à venir. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :