Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rejet de la poursuite intentée par James Safechuck contre les sociétés de Michael Jackson

Malheureusement, la poursuite intentée par James Safechuck contre MJJProduction;Inc et MJJVentures;Inc, a été rejetée, les faits présentés dans sa plainte n'étaient pas suffisants pour tenir les sociétés responsables des abus sexuels commis par Michael Jackson. 

Comment appelez-vous un dépôt judiciaire qui tue un procès en tout début de l'affaire ?  Réponse : Un bourbier déroutant ??? Non, la bonne réponse est une demurrer.

Une demurrer conteste le plaidoyer (la plainte du demandeur)  le mot demur signifie «objecter». La demurrer est un moyen légal de rejeter une réclamation sans aborder les allégations factuelles qu'elle contient. Pour contester une poursuite civile, un défendeur soutient essentiellement que même si les allégations sont vraies, il n'y a pas de réclamation légale légitime.

Cette sorte de plaidoyer a été abandonné dans de nombreuses juridictions et la plupart des États américains, bien que certains États comme le Nebraska, la Pennsylvanie et la Californie le conservent ! 

Ce dispositif juridique a été utilisé par le comédien Bill Cosby en réponse à une femme qui le poursuivait pour l'avoir agressée alors qu'elle était enfant il y a 40 ans. L'avocat de Cosby a déposé une demurrer à la poursuite de la femme, affirmant que peu importe si les allégations étaient vraies, il n'y avait pas de réclamation légale légitime. Le procès avait ainsi été annulé. 

Le demurrer de Cosby a affirmé que son accusatrice était en dehors des délais pour intenter une action en justice pour abus sexuels dans l'enfance.

Mais Cosby a été reconnu coupable en avril 2018. «Nous sommes très déçus par ce verdict», a commenté pour sa part Tom Mesereau. La défense comptait notamment sur le témoignage de Marguerite Jackson, qui affirmait que la victime s'était vantée de pouvoir inventer une agression sexuelle lui permettant d'extorquer de l'argent à Bill Cosby.  (Tom Mesereau défend toujours ses clients avec l'argument minable d'extorsion d'argent).  En fait, il s'est avéré que dans le cadre d'un accord amiable, Bill Cosby avait versé 3.38 millions de $ en 2006 à Andréa Constand en échange de son silence. 

Les plaidoiries des parties à un procès décrivent le différend à résoudre. Le demandeur expose les faits qui étayent la demande formulée dans la plainte et le défendeur a alors la possibilité de répondre. 

Sur le plan juridique, la partie opposante a donc affirmé que la plainte ne constituait pas une réclamation juridiquement valable, même si les accusations factuelles contenues dans la plainte sont acceptées comme vraies.

En février 2017, James Safechuck avait déposé une troisième plainte modifiée contre les sociétés de Michael Jackson, pour les causes suivantes : 

  1. Infliction intentionnelle de détresse émotionnelle
  2. Négligence
  3. Négligence dans la supervision
  4. Embauche négligente
  5. Omission par négligence d'avertir ou de former
  6. Manquement à une obligation fiduciaire

Ces causes lient toutes les entreprises de MJ à l'abus sexuel de James, arguant qu'ils ont fait preuve de négligence en l'autorisant et pour ne pas avoir assuré la protection de James, un mineur qui était employé par ces sociétés. 

Cependant, le 20 octobre 2020, le juge a confirmé les objections du domaine Jackson. Il a ensuite brièvement expliqué pourquoi chaque cause d'action avait été rejetée. 

Première cause d'action : infliction intentionnelle de détresse émotionnelle. 

Dans leurs objections, les sociétés ont soutenu que le demandeur n'avait pas fait suffisamment d'allégations pour prouver un comportement extrême et scandaleux de la part des sociétés. 

En réponse, le demandeur a soutenu que les sociétés qui avaient été crées, avaient facilité les abus sexuels d'enfants par Jackson.  Sa troisième plainte amendée contient de nombreuses allégations selon lesquelles les employés ont sciemment et intentionnellement agi en faveur de Jackson (par exemple, lorsque des employés ont réservé des chambres d'hôtels lors de tournées, etc. ) Ces allégations indiquaient que le demandeur tenait les défenseurs responsables en tant qu'auteurs directs des abus sexuels en vertu de l'article 340.1 du Code de procédure civile. Le tribunal a jugé que les entreprises ne pouvaient pas être des auteurs directs parce qu'elle n'avaient pas commis d'abus sexuels, dans ce cas, et que le seul auteur serait Michael Jackson.

Par conséquent, l'objection à la première cause d'action a été retenue sans autorisation de modification de la plainte.

Cause d'action pour négligence 

Le demandeur a allégué les causes d'actions distinctes pour négligence. Il a invoqué les éléments suivants :

  1. L'existence d'une obligation légale de diligence
  2. Le manquement à cette obligation
  3. La cause immédiate entraînant un préjudice

Les défendeurs ont soutenu que le demandeur n'avait pas démontré suffisamment de faits pour alléguer la négligence en soi, en vertu de la Child Abuse and Neflect Reporting Act (CANRA).  Plus précisément, les défendeurs ont soutenu que le demandeur n'avait pas présenté suffisamment de faits pour prouver que quiconque était responsable de la supervision du demandeur. Les défendeurs ont en outre soutenu que la CANRA n'impose pas d'obligation générale de signaler les cas présumés de maltraitance d'enfants et qu'il n'y avait aucune obligation d'aider les enfants dans ce contexte ! 

Dans l'opposition, le demandeur a fait valoir que les défendeurs devaient obligatoirement signaler les abus, parce qu'ils avaient donné du tutorat aux jeunes enfants dans l'industrie du divertissement. Mais James n'a pas pu démontrer que ces dispositions du Code pénal étaient en vigueur ou applicables au moment des faits ou que les défendeurs dirigeaient un centre privé pour les jeunes, un programme de loisirs ou une organisation de jeunesse. Il n'a pas pu démontrer, par exemple que les employés soupçonnaient les abus de Jackson, ou que ces derniers devaient assurer sa sécurité pendant la période pertinente. Par conséquent, l'exigence de déclaration obligatoire ne s'appliquait pas. 

Pour ces raisons, en plus du défaut d'établir une obligation de diligence, l'objection à la cause d'action par négligence ne peut être modifiée. 

Troisième et quatrième causes d'action : supervision / rétention / embauche négligente.

Les éléments d'une cause d'action pour l'embauche, le maintien en poste ou la supervision par négligence sont : 1 - L'employeur a embauché, retenu ou supervisé un employé mineur ; 2 - L'employé était incompétent ou inapte puisque mineur ; 3 - l'employeur avait des raisons de croire qu'il y aurait un risque indu de préjudice lié à l'emploi ; 4 - des dommages sont survenus. 

La Cour a accueilli l'objection parce que le demandeur n'a pas prouvé qu'une personne spécifique de supervision avait été désignée par Michael Jackson. Les défendeurs ont également soutenu que Jackson se surveillait lui-même.  ▼

Le demandeur avait fait valoir que «le statut de Jackson en tant que gestionnaire,  devait ordonner à ses employés l'obligation de retenir, de superviser, d'embaucher et de mettre en garde adéquatement contre les dangers connus qui incluaient également Jackson».

Le demandeur ne prétend pas que tout autre employé de MJJ Production ou de MJJ Ventures devait superviser Jackson. Ici, Jackson était à la fois l'employeur, puisqu'il était le président des deux entités défenderesses, et l'employé.

Par conséquent, l'objection à ces causes d'action est tenue sans autorisation de modification.

Cinquième cause d'action : omission par négligence de former, d'avertir ou d'éduquer.

Les sociétés ont objecté que leurs employés n'avaient pas l'obligation légale de former, d'avertir ou d'éduquer sur les abus sexuels, Ils ont fait valoir que le type de relation spéciale qui donne lieu à l'obligation de mettre en garde n'était réservé qu'aux institutions telles que les écoles, les crèches ou d'autres organisations de jeunesse. 

Les avocats de James ont soutenu que les tribunaux avaient imposé des obligations aux organisations qui acceptent et emploient des mineurs à leur charge. Cependant, le plaignant n'a pas pu citer de faits précis détaillant à quoi ressemblait ce tutorat de 1988 à 1992.  Les sociétés ont également fait valoir qu'elles n'avaient pas été créés pour guider/former des mineurs dans l'industrie du divertissement, mais pour gérer les affaires commerciales de Jackson et que par conséquent cette loi ne s'appliquait pas. 

Pour ces raisons, le demandeur n'a pas démontré suffisamment de faits pour étayer l'obligation des entreprises d'avertir, former ou éduquer. 

L'objection à la cinquième cause d'action a été retenue sans autorisation de modification.

Sixième cause d'action : manquement à l'obligation fiduciaire 

Les sociétés ont fait valoir que le demandeur n'a pas allégué suffisamment de faits pour démontrer que les sociétés et le demandeur avaient une relation fiduciaire et que, en raison de la loi, les employeurs n'ont pas d'obligation fiduciaire vis à vis de leurs employés. [La relation fiduciaire n'a pas besoin d'être d'ordre juridique. La responsabilité peut être de nature morale, sociale, familiale ou personnelle. Si une relation de confiance existe entre les parties, il existe une relation fiduciaire. ▼(Quinn c/Phipps, 113 So.419, 421 (Fla.1927)] 

Paris devant Hôtel de Crillon !

Le demandeur a fait valoir, en partie, qu'une obligation fiduciaire existait entre le demandeur et les défendeurs en raison d'une relation spéciale qui était née entre les parties. Cependant, le demandeur n'a présenté aucun fait selon lequel l'employeur de MJJ Productions ou MJJ Ventures, hormis Jackson, avait une action qui créait une obligation fiduciaire ou, en ce qui concerne les causes d'action négligentes, une relation particulière. 

Par conséquent, l'allégation de James selon laquelle il avait une relation fiduciaire avec les sociétés, soit en raison d'une relation spéciale, soit par in locus parentis (l'employeur agissant en tant que tuteur temporaire pour un enfant, en assumant tout ou partie des responsabilités d'un parent) ne s'applique pas. 

L'objection à la sixième cause d'action n'a pas non plus d'autorisation de modification. 

Lorsque aucune autorisation de modification n'a été incluse, comme pour le cas présent,  le demandeur peut fait appel de l'ordonnance de rejet de l'affaire devant la cour d'appel. la cour examine alors uniquement les allégations formulées dans la plainte pour déterminer si le tribunal de première instance a commis une erreur en décidant qu'il n'y avait pas suffisamment d'informations pour justifier une action contre le défendeur.

Nous faisons appel de cette décision, car nous pensons qu'elle ignore la loi californienne bien établie et créerait un dangereux précédent qui laisserait les enfants sans protection.  L'idée que ces entreprises n'avaient aucune responsabilité de protéger Mr Safechuck - qui était un jeune garçon travaillant pour eux à l'époque - d'un pédophile connu, tente de renverser des décennies de décisions et de statuts relatifs aux abus sexuels sur des enfants.  A déclaré Vince Finaldi, l'avocat de James Safechuck,  dans une déclaration à ► US TODAY.  

Bonne chance à James et ses avocats.

Pour rappel : Le 14 octobre 2019, la Californie a adopté la Child Victims Act pour les survivants d'agression sexuelle pendant l'enfance. Cette loi est entrée en vigueur immédiatement le 1er janvier 2020.  LIRE ICI 

La loi a également révisé la définition de «violence sexuelle pendant l'enfance» en y faisant référence comme «agression sexuelle pendant l'enfance». La nouvelle définition a été élargie pour inclure des crimes tels que l'inceste, la sodomie, et plusieurs autres violations contre des mineurs qui n'étaient pas auparavant reconnues comme des abus sexuels. 

De plus, la loi permet aux survivants de plus de 40 ans de déposer une plainte pour agression sexuelle si une personne ou une entité savait, avait des raisons de savoir ou était autrement mise en demeure que ses employés, représentants, bénévoles ou agents,  avaient commis une faute qui a créé un risque d'agression sexuelle pendant l'enfance. En outre, les individus et les organisations seront responsables en vertu de la loi pour ne pas avoir pris des mesures raisonnables ou mis en oeuvre des garanties pour éviter les actes d'agression sexuelle pendant l'enfance. La loi prévoit également que les survivants peuvent réclamer des dommages supplémentaires à un auteur ou à une organisation qui a couvert l'agression sexuelle d'un mineur. 

Quant au procès intenté par Wade Robson, il aura lieu le 14 Juin 2021.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :