Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DESTINS DE STARS - Michael Jackson derrière le masque.

La célébrité est un ersatz magnifique créé pour le plaisir du public. La star incarne donc un mythe, une image attrayante, mais simplifiée et illusoire. Ne jamais sous-estimer combien la puissance de la célébrité peut déformer toute situation.

Les souvenirs de PAUL ANKA avec Michael Jackson.

MICHAEL JACKSON, DAVID GEST, PAUL ANKA

MICHAEL JACKSON, DAVID GEST, PAUL ANKA

Paul Anka a travaillé avec Michael Jackson en 1980, il a coécrit plusieurs chansons avec lui, dont une chanson qui est devenue la première chanson posthume de Jackson,   THIS IS IT.

En 1981 cette chanson s'appelait alors  «I Never Heard».  En 1991, soit 11 ans plus tard, Jackson en autorise l'exploitation par une jeune chanteuse new-yorkaise d'origine sud américaine, nommée Safire.

Avant de mourir, MJ avait retravaillé la chanson, changé son titre et en avait fait la chanson phare de ses concerts londoniens. «This Is It» est d'ailleurs le titre utilisé pour le film consacré aux derniers instants sur scène du Roi de la pop.

Dans son autobiographie Paul Anka explique comment il voyait le côté impitoyable de Jackson.

Tout le monde a un côté sombre, mais il y a des années, personne ne devinait que Jackson pouvait avoir un côté sombre. Cependant, je l'ai compris dès les années 70, mais j'avais décidé d'écrire pour d'autres personnes. J'adore la collaboration et la diversité qu'elle apporte à une chanson.

Quand j'ai rencontré Michael Jackson, je savais qu'il était immensément talentueux, c'était avant Thriller et j'ai voulu collaborer avec lui. Je connaissais la famille Jackson depuis un certain temps. Ils amenaient leurs enfants, quand ils étaient jeunes,  au Caesars pour voir mes spectacles. Ils formaient une famille théâtralement entrainée, cela se voyait. Et je connaissais  les talents de Michael pour l'avoir vu grandir. Et tout le monde savait que son succès allait éclater. Plus tard, j'ai rencontré à nouveau Michael, par l'intermédiaire de David Gest, un véritable fonceur qui a fini par épouser Liza Minelli.

Je me suis assis auprès de Michael Jackson et nous avons parlé de notre collaboration en 1980. Nous avions commencé à travailler ensemble chez moi. C'était un endroit très agréable, Jackson utilisait ma maison d'hôtes, et jouait avec mes filles (5 ans)  dans le jacuzzi. Il avait clairement un vrai penchant pour les enfants : Il était très enfantin, et se mettait à leur propre niveau. Quand Michael et moi avons parlé, il avait cette fascination avec la chirurgie plastique, une obsession majeure, évidemment.

Quoi qu'il en soit, je commence à baragouiner à propos des chansons sur lesquelles nous travaillions, et je suis très impressionné par son processus d'écriture. Il savait ce qu'il devait écrire,  il avait une capacité vocale incroyable, mais il avait aussi une capacité à improviser des chants complexes à partir de quelques notes jouées pour lui sur le piano. Il ne ressemblait pas du tout à un personnage dérangé lorsqu'il travaillait. Il était juste très tenace, très concentré sur ce qu'il devait faire, mais vous pouviez dire aussi qu'il était follement ambitieux et capable de tout ;  Il était impitoyable.

Le concept de l'album, sur lequel je travaillais pour Sony, Walk A Fine Line,  comprenait  des collaborations avec d'autres artistes : Kenny Loggins, Michael McDonald, David Foster, et Chicago, ainsi que deux pistes sur lesquelles je travaillais avec Michael. Mais la chose incroyable est que pendant que je préparais Walk A Fine Line , Michael faisait également des pistes pour son album «Thriller».

Eh bien, Thriller est sorti dans un fracas absolu, et bien sûr je ne pouvais plus obtenir Michael en studio pour finir ce que nous faisions. Mais je pense qu'il avait utilisé toutes les bandes sur lesquelles nous avions travaillé ensemble. C'est alors que j'ai commencé à entrevoir les vraies couleurs de Michael. ça arrive !

J'étais en train de terminer mon album, et comme je ne pouvais plus le joindre au téléphone, il envoya une personne  au studio, et cette dernière s'est emparée des bandes sur lesquelles nous avions travaillé.

Quand j'ai compris cela, je me suis dit, Michael a pris mes bandes ? Putain de merde !!!

Puis Michael a complètement disparu, et seulement après des semaines de menaces, j'ai enfin obtenu le retour de mes bandes. Mais je savais que ce gamin allait vers les ennuis.

C'était juste une chose terrible, comment était-il devenu aussi impitoyable ? Qu'était-il arrivé ? Ce garçon était un enfant quand je l'ai rencontré, qui savait ce qui se passait dans cette famille ?

Quelque temps après l'incident de la bande volée, Michael m'a appelé, il voulait me rencontrer. Je pourrais dire qu'il était troublé et désolé, mais que penser,  et que pouvais-je dire ?

Il fut un grand talent qui a très tôt déraillé dans sa vie. Il n'a jamais vécu dans une situation honnête, et on a vu comment il a fini. Vous pouviez presque sentir cela venir.

Par exemple, entre les Jacksons et les Osmonds, il y avait toujours une certaine rivalité en dépit du fait qu'ils étaient deux groupes familiaux soi-disant en concurrence les uns avec les autres mais d'une manière amicale. cependant, Michael pouvait être cinglant envers les Osmonds. Il pensait qu'ils étaient un groupe Kitsch en comparaison avec les Jackson's Five. Pendant que nous travaillions ensemble, il appelait les Osmond pour parler avec eux, et dès qu'il avait raccroché, il les critiquait.

PAUL ANKA

PAUL ANKA

Hôtel Mirage à Las Vegas

Hôtel Mirage à Las Vegas

.....Quelques chapitre plus loin Paul Anka raconte une histoire troublante et sordide qui a eu lieu  fin  2003.

Michael Jackson était à Las Vegas, et se trouvait dans une villa de l'hôtel Mirage juste à côté de nous. J'ai vu sa parade avec des enfants qui allaient et venaient dans l'hôtel c'était effrayant. C'était à la fin du séjour,  le personnel de l'hôtel a essayé de le faire partir, et ils ont juré de ne jamais le laisser revenir.

Steve Wynn et Michael avaient été très copain-copain. Steve avait même appelé l'une de ses suites «La suite Michael Jackson », mais il ne savait pas alors ce qui allait se produire. Et quand j'ai fait irruption, Michael était confortablement installé dans la villa à côté de la mienne. Les femmes de chambre et autres membres du personnel de l'hôtel venaient me dire :

«Nous ne pouvons même pas aller dans cette villa pour le service de chambre, nous devons rester dehors»

Au même moment des dizaines de policiers fouillaient Neverland, et Michael était parti à des centaines de miles de là, à Las Vegas, il était terré dans une villa de luxe de l'Hôtel Mirage - le même hôtel où lui et Jordie Chandler avaient vu l'Exorciste et partagé un lit en 1993.

Jackson est resté à Las Vegas, pendant des semaines, pour une nouvelle vidéo qui devait accompagner sa nouvelle version de Number One. Mais Jackson était occupé et le travail n'a jamais été terminé.

Il s'était plongé dans un huis-clos pendant de longues semaines avec un groupe de jeunes garçons. Toutes les femmes de chambre et les majordomes avaient été chassés. Jackson ne voulait pas du service d'entretien ménager ; lorsque la nourriture ou la boisson étaient livrées  dans sa  villa, l'ordre permanent envers le maître d'hôtel était d'apporter un chariot, de frapper, et de repartir. Cela a duré près de trois semaines.

Les garçons, dont beaucoup parlaient allemand, ont été repérés en dehors de la chambre de Jackson, dans le passage isolé qui mène aux villas de l'hôtel. Ils fumaient des cigarettes et criaient dans des téléphones cellulaires, et généralement troublaient la paix du somptueux hôtel Mirage, crée pour ses clients les plus riches. Ce groupe de garçons qui tournait se faisait quotidiennement remarquer. Mais Jackson lui-même ne se montrait pas. Lorsque des passants ont fini par le repérer à travers la porte ouverte de sa villa, ils ont dit qu'il semblait «défoncé», et qu'il portait une longue robe, violette, type dashiki. La direction de l'hôtel Mirage était de plus en plus inquiète et se demandait  ce qu'il fallait faire en raison du nombre croissant de plaintes d'autres occupants influents des autres villas.

Un résident a signalé à la sécurité que des garçons, apparemment très jeunes  se promenaient  dans les allées, et avaient rejoint la villa de Jackson. Cette source confidentielle m'a dit : «c'étaient comme si ces garçons venaient là pour la nourriture»

Après avoir appris que Neverland avait fait l'objet d'une enquête criminelle, Jackson a  rapidement quitté l'Hôtel Mirage. Bien que je ne sache pas où il était exactement allé, je sais qu'il était resté dans la région de Las Vegas.

Quand les femmes de chambre ont enfin été autorisées à entrer dans la villa de Jackson, elles ont découvert une scène de dévastation.

Des plateaux de nourriture avec des restes en décomposition, n'avaient pas été enlevés au cours des semaines. Il y avait des tas de mégots de cigarettes reposant sur des assiettes ou dans des verres,   les canapés et les chaises coûteuses avaient été brûlés, comme si quelqu'un avait délibérément écrasé ses cigarettes dessus. Des bouteilles d'alcool vides ou brisées étaient éparpillées. En fin de compte, il y avait environ  pour 30 000 $ de dommages dans la villa.

Par voie de retour, Michael Jackson a dit qu'il n'était plus le bienvenu en tant qu'invité au Mirage.

LES BACCHANALES DE POUSSIN  (Jackson disait aimer  Poussin )

LES BACCHANALES DE POUSSIN (Jackson disait aimer Poussin )

Désolée d'enfoncer le clou, mais Les pédophiles prédateurs, libres comme ils le sont de toute considération de conscience ou d'empathie, sont prêts à condescendre à n'importe quelle méthode pour satisfaire leurs « besoins » déviants.

La débauche et la pédophilie vont ensemble, et elles donnent à plus d'un l'occasion de se faire plaisir honteusement au détriment des nombreuses victimes et, parmi elles, de très jeunes,  inconscients du danger auxquels ils s'exposent imprudemment.

Les enfants téléphonaient à leurs parents certainement pour leur dire que tout allait bien......

Pendant ce temps là, «Imaginons la scène» Le Roi de la Pop, «défoncé», «dans sa robe violette», et se disant  : «Je crois que cela fait partie de la volonté de Dieu».  Vive  les  Bacchanales.  “ouh !”, “hun hun”, “yiiiihiiii !”, “hyeaaaaah !” .....

Il a tenté de défendre son amour pour les enfants comme un moyen innocent de compenser sa propre enfance inexistante. Mais son frère Jermaine a déclaré à CNN «Nous avons eu une incroyable, et merveilleuse enfance». Mais quels que soient les faits de la propre éducation de MJ, ils ne sont pas pertinents pour ce qu'il faisait.

Les paroles et les actes de Jackson  étaient en parfaite opposition. C'était du subjectif à l'état pur. Il n'était qu'un illusionniste qui savait faire son autopromotion. Dans une ironie inimaginable il clamait « Si vous voulez vraiment me connaître, j’ai écrit une chanson. C’est la plus honnête que j’ai jamais écrite. Elle s’appelle Childhood » :

Avez-vous vu mon enfance ?
Je recherche le monde d'où je viens
Parce que j'ai cherché partout
Au plus profond de mon coeur

Personne ne me comprend
Ils voient ça comme des excentricités étranges
Parce que je continue à blaguer
Comme un enfant, mais pardonnez moi

Les gens disent que je ne suis pas net
Parce j'aime les choses simples
C'était mon destin de compenser
L'enfance que je n'ai jamais connue

Avez-vous vu mon enfance ?
Je recherche cette merveille dans ma jeunesse
Comme les pirates et les rêves d'aventures
De conquête et de rois pour le trône


Le Roi de la Pop... n'était vraiment qu'un triste Sire ! une dérive mégalomaniaque, un tourbillon de fric et de stupre poisseux. Pathétique .... comme cet univers bidon et destructeur qu'est le show business qui - pourtant - continue de fasciner le public  assoiffé de rêves, de mythes de légendes......

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Clara

Derrière le masque de MICHAEL JACKSON et le culte de ses fans.
Voir le profil de Clara sur le portail Overblog

Commenter cet article

Claire 30/11/2016 18:20

"qui savait ce qui se passait dans cette famille ? " la question qu'on retrouve dans les récits de beaucoup de personnes à propos de MJ.

Jemaine J “My brother doesn’t always learn the valuable lessons life teaches. He is stubborn, hard-headed and, at times, harsh. He is cold, calculating and devious. The blood
of his father runs freely through him. We were all afraid that the blood of Joseph Jackson would eventually contaminate all of us"

Je pense que ce qu'il a vécu et subi depuis très jeune ont fait de lui quelqu'un qui n'avait plus aucune considération pour autrui. Il roulait pour lui et lui seul... peu importe les conséquences.

Clara 01/12/2016 12:57

Tes commentaires m'apprennent toujours quelque chose, merci Claire, je ne savais pas que Jermaine avait dit cela. Lisa Marie Presley avait prononcé approximativement les mêmes mots dans ses interviews , elle considérait MJ calculateur, manipulateur, et froid.
Je crois que tout enfant dans le monde entier peut dire, à l'âge adulte, que ses parents l’ont mis en souffrance du fait de lui avoir mis des baffes sans discernement, des coups de pied humiliants, d’avoir vu en lui un surdoué ou au contraire un idiot, de l’avoir poussé à faire médecine alors qu’il aurait préféré étudier la musique, de l’avoir privé de caresses ou de lui en avoir trop donné, de l’avoir fait nabot ou aveugle, de l’avoir intoxiqué avec la fumée de cigarette ou de l’avoir placé dans une école inadéquate, de l'avoir forcé à devenir ce qu'il ne voulait pas etc..
Si lors d’un « procès » privé, le parent reconnaît ses erreurs, cela doit suffire à constituer réparation et ces fautes reconnues seront pour toujours considérées comme n’étant pas à reproduire. Joe Jackson avait reconnu sa violence et MJ savait bien qu'il ne fallait pas reproduire ce que son père avait fait subir à tous ses enfants. Qu'il en soit resté choqué, je veux bien l'admettre, et qu'il ait détesté son père je trouve cela normal aussi...Mais reproduire en toute connaissance de cause en se faisant passer pour un saint aux yeux du monde entier ...C'est affreux ! Il me fait penser à Gandhi, qui s’étiquetait non-violent (sur le plan physique on peut lui concéder cela) s’acharnait à adopter des attitudes "violentes" et "choquantes" pour ceux qui, avant lui, trouvaient que le cours des choses était acceptable.
Et pendant qu’il passait aux yeux du monde pour un parangon de pacifisme et d’ouverture, il avait, en son foyer, un comportement très dur. Il est même allé jusqu’à renier un de ses fils au motif qu’il avait soutenu un autre fils précédemment renié. Pour rester sur son cas, je signale que s’il a pu tirer profit de son abstinence sexuelle en consacrant toute sa sainte énergie à une politique "altruiste", il n’a versé dans l’abstinence qu’à la suite d’un conflit d’ordre privé (Son père "à qui il devait tout" étant mort alors que Gandhi forniquait sans mesure).
MJ était hyper ambitieux, tous les moyens lui étaient bons pour réussir, et quand il est devenu une méga-star le monde dans lequel il vivait était devenu irréel, plus personne n'osait lui dire non, alors rien ne l'arrêtait. Cette inflation narcissique l'a poussé à la démesure et à la transgression des limites. Ce sentiment de toute-puissance est un état de surestimation de soi, du désir et de la pensée, qui suppose en contrepartie une défaite croissante du principe de réalité. MJ s'est imaginé qu'il pouvait réaliser tous ses rêves et court-circuiter le réel afin de retrouver enfin, sous d'autres formes, l'éden si douloureusement perdu. (son enfance) Nous ne pouvons pas comparer la vie de Jackson avec celle du commun des mortels, il était une star planétaire, et le monde du show-business est un monde à part. Que souvent nous ne comprenons pas. Je rejoint donc l'avis de ceux qui pensent que la célébrité de Jackson l'a détruit. Pour comprendre Il faut lire « Hollywood Babylone» Dans lequel Kenneth Anger, réalisateur controversé du cinéma avant-gardiste américain, brosse un portrait corrosif du Hollywood inconnu du grand public. Quand les stars blasées du luxe, ne savent plus quoi s'offrir, elles ouvrent les portes des addictions. Héroïne, cocaïne, alcool, sexe à gogo remplacent un temps l'ivresse des studios et la satisfaction de se retrouver en haut de l'affiche. Frappé d'interdit lors de sa parution à la fin des années 1950, « Hollywood Babylone », l'unique livre de Kenneth Anger, a longtemps circulé sous le manteau. Les éditions Tristram publient en France la première version intégrale de cet ouvrage considéré aujourd'hui comme un livre-culte, un objet littéraire à scandale qui dévoile les caprices, les déviances, les perversions et les névroses de ces icônes du cinéma qui nous ont fait rêver en noir et blanc et en technicolor.