Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voltaire, le symbole de la liberté de penser.

Voltaire, le symbole de la liberté de penser.

Voltaire, a connu une vie mouvementée, marquée par son engagement au service de la liberté. Après les attentats de 2015, son Traité sur la Tolérance s'est éclairé d'un jour nouveau et ne s'est jamais aussi bien vendu. 

La production littéraire de Voltaire est immense. Elle englobe le théâtre, l'histoire, la philosophie, la poésie, les textes polémiques publiés à propos de tout et à jet continu, les contes, et une prodigieuse correspondance. De son vivant ses oeuvres complètes comptent déjà 40 volumes (édition de Genève de 1775). Après sa mort, l'édition de Kehl (1873-1790) de Beaumarchais incluant la correspondance comprend 70 volumes. L'édition en cours de publication à Oxford en comptera près de 200. 

Avec son «Traité sur la Tolérance» publié en 1763, Voltaire, comme d'autres grands écrivains, a mis sa plume au service de l'indignation. Au fil des années, on a oublié le contexte de ce traité, mais il n'en demeure pas moins comme le symbole de la liberté de penser et une dénonciation du fanatisme.

250 ans après sa première publication, ce petit texte écrit par Voltaire, écrivain et philosophe des Lumières, a figuré parmi les meilleures ventes du réseau de librairies française Gilbert Joseph, de la FNAC et d'Amazone en 2015.  Les ventes de ce livre qui traite des dangers du fanatisme religieux ont explosé quelques semaines seulement après les attaques extrémistes à Paris. 

Si vous voulez qu'on tolère ici votre doctrine, commencez par n'être ni intolérants ni intolérables.
(Voltaire, Traité sur la Tolérance, 1763.)

François-Marie Arouet, dit Voltaire, est né le 21 novembre 1694 à Paris, ville où il est mort le 30 mai 1778, à 83 ans. Il a marqué le XVIIIe siècle et occupe un place particulière dans la mémoire collective française et internationale. On ne compte plus les ouvrages et les biographies qui lui sont consacrées. 

Tout au long de sa vie, Voltaire fréquente les Grands et courtise les monarques, sans dissimuler son dédain pour le peuple, mais il est aussi en butte aux interventions du pouvoir, qui l'embastille et le contraint à l'exil en Angleterre ou à l'écart de Paris. Voltaire aime le confort, les plaisirs de la table et de la conversation qu'il considère, avec le théâtre, comme l'une des formes les plus abouties de la vie en société. Soucieux de son aisance matérielle, qui garantit sa liberté et son indépendance, il acquiert une fortune considérable dans des opérations spéculatives qui préfigurent les grandes spéculations boursières sous Louis XVI et dans la vente de ses ouvrages, ce qui lui permet de s'installer en 1759 au château de Ferney et d'y vivre sur un grand pied, tenant table et porte ouvertes. Il y passera ses vingt années les plus fécondes

Ferney-Voltaire est une commune française située dans le département de l'Ain, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La ville est située en France, à la frontière de la Suisse à seulement 4 km de Genève, et jouit d'une certaine autonomie qui le préserve des tracasseries de Versailles.  Mais Voltaire ne se contente pas de construire le château, il entreprend de créer à Ferney la ville idéale. Investissant ses capitaux, il aménage la seigneurie (drainage de la plaine, création de puits, construction de maisons...)  et favorise l'artisanat d'art comme l'horlogerie et la soierie, si bien que le modeste hameau de 150  âmes en compte plus de 1 200 à la mort de Voltaire.  Généreux, d'humeur gaie, il est néanmoins chicanier et parfois féroce et mesquin avec ses adversaires comme Jean-Jacques Rousseau et Crébillon. 

Classé monument historique, le château de Voltaire a bénéficié d'une restauration complète de 2015 à juin 2018, date à laquelle il a été ouvert au public. ▼

Voltaire, le symbole de la liberté de penser.
Voltaire, le symbole de la liberté de penser.
Voltaire, le symbole de la liberté de penser.
Voltaire, le symbole de la liberté de penser.
Voltaire, le symbole de la liberté de penser.
Voltaire, le symbole de la liberté de penser.
Voltaire, le symbole de la liberté de penser.
Voltaire, le symbole de la liberté de penser.
Voltaire, le symbole de la liberté de penser.
Voltaire, le symbole de la liberté de penser.
Voltaire, le symbole de la liberté de penser.

Le pèlerinage à Ferney fait partie en 1770 - 1775, du périple de formation de l'élite européenne éclairée. Considéré par la Révolution française - avec Jean-Jacques Rousseau, son frère ennemi - comme un précurseur, il entre au Panthéon en 1791, le deuxième après Mirabeau. A cette même période, sur l'initiative du marquis de Villette qui l'hébergeait, le «quai des Théatins» où l'écrivain habitait à Paris au moment de sa mort sera baptisé «quai Voltaire». Célébré par la IIIème République, dès 1870, à Paris, un boulevard et une place porte son nom. 

Place Voltaire à Paris.

Voltaire à nourri, au XIXe siècle, les passions antagonistes des adversaires et des défenseurs de la laïcité de l'État et de l'école publique, et, au-delà, de l'esprit des lumières. il demeure une référence universelle et l'ancêtre des intellectuels engagés, l'un de ceux qui ont contribué à édifier le monde moderne. Admiré ou exécré, Voltaire l'insoumis ne laisse personne indifférent, et sa gloire demeure à la mesure des passions qu'elle éveille et des haines qu'elle nourrit. Sa longue carrière a été un incessant combat et nous sommes les héritiers de certaines de ses victoires. 

Voltaire devient célèbre à 24 ans grâce au succès de sa tragédie d’OEdipe (1718).  A sa première sortie de la prison de la Bastille, conscient d'avoir jusque-là gaspillé son temps et son talent, il veut donner un nouveau cours à sa vie, et devenir célèbre dans les genres les plus nobles de la littérature de son époque : la tragédie et la poésie épique. Pour rompre avec son passé, et notamment avec sa famille, afin d'effacer un patronyme aux consonances vulgaires et équivoques, ils se crée un nom euphonique : Voltaire.

Le public qui voit en lui un nouveau Racine, aime ses vers en forme de maximes et ses allusions impertinentes au roi défunt et à la religion. Ses talents de poète mondain triomphent dans les salons et les châteaux. Il devient l'intime des Villars, qui le reçoivent dans leur château de Vaux, et l'amant de Madame de Bernières, épouse du président du parlement de Rouen. Après l'échec d'une deuxième tragédie, il connaît un nouveau succès en 1723 avec La Henriade, poème épique de 4 300 alexandrins se référant aux modèles classiques. 

Le Traité sur le Tolérance est écrit par Voltaire et publié en 1763 suite à l'affaire Calas. Le philosophe lutte pour l'indulgence, la tolérance universelle, la fin des massacres et des exécutions injustes. Ce message se compose de nombreux chapitres qui ont pour but d'éclairer le lecteur sur les situations d'injustices.

Ce texte vise la réhabilitation de Jean Calas, protestant faussement accusé et exécuté pour avoir assassiné son fils afin d'éviter que ce dernier ne se convertisse au catholicisme. Dans ce traité, Voltaire invite à la tolérance entre les religions et prend pour cible le fanatisme religieux (plus particulièrement celui des jésuites chez lesquels il a fait de brillantes études étant jeune homme) et présente un réquisitoire comme les superstitions accolées aux religions.  Après un premier chapitre à stigmatiser le fanatisme religieux des juges de Toulouse qui ont condamné à mort le protestant Jean Calas, Voltaire entreprend de montrer les avantages humains de la tolérance. Empruntant ses exemples à l'histoire, il entend prouver que l'intolérance n'est ni de droit divin ni de droit naturel, mais trouve sa source dans le fanatisme, lui-même engendré par la superstition, qui «est à la religion ce que l'astrologie est à l'astronomie : la fille très folle d'une mère très sage». Exposés historiques dialogues fictifs, témoignages, fausse lettre à un père jésuite, Voltaire multiplie les approches dans cette attaque virulente de sa principale ennemie. 

Pour Voltaire, la philosophie en chassant les démons de l'obscurantisme et du fanatisme offre aux hommes un moyen de rechercher ensemble le bien commun. Facteur de paix sociale, de respect et d'amour réciproques, la tolérance est une des exigences suprêmes de la civilisation et de la société. 

Avec «Le Traité sur la Tolérance», Voltaire réhabilite la mémoire de Calas, mais surtout il ouvre la voie à l'affirmation de la liberté religieuse telle que nous la concevons aujourd'hui. 

C'est un chef d'oeuvre littéraire inestimable qui a fait écrire à Diderot, non sans ironie : 

«Quand il y aurait un Christ, je vous assure que Voltaire serait sauvé». 

C'est la période des dernières années de Voltaire que l'auteur Ian Davidson met en lumière dans son livre consacré au philosophe des Lumières. 

Lorsque Voltaire, brouillé avec Frédéric II, quitte précipitamment la cour de Prusse en 1755, il est interdit de séjour à Paris. Lui, le dramaturge favori de la Comédie-Française, l'historien du roi, doit se réfugier près de Genève, en terre calviniste. C'est là, à soixante ans, alors qu'il pourrait se retirer et jouir paisiblement de sa gloire, qu'il va entamer, avec une fougue et une passion d'adolescent, une carrière nouvelle de combats contre le fanatisme et l'intolérance. Par une étrange ironie de l'histoire, c'est dans les 25 dernières années de sa vie que Voltaire va construire et parfaire l'image que la postérité retiendra de lui : celle d'un intellectuel avant la lettre, engagé dans les luttes et les controverses les plus vives du siècle finissant, et non celle du grand poète et dramaturge classique français qu'il croyait déjà être. 

Ses combats contre toute restriction de la liberté individuelle lui confèrent une immense popularité. Lorsqu'il revient à Paris en 1778, le peuple de la capitale lui réserve un accueil chaleureux et le porte en triomphe pour aller assister à la sixième représentation de sa dernière pièce «Irène». En avril de cette même année, il devient franc-maçon.

Voltaire meurt le 30 mai 1778 à Paris. Le curé de saint Sulpice refusant de l'inhumer, il est enterré à l'abbaye de Scellières. Ses cendres furent transférées au Panthéon le 11 juillet 1791, après une grande cérémonie sans la participation du clergé. 

Voltaire au Panthéon

Les oeuvres de Voltaire dénoncent la guerre, l'intolérance religieuse, l'injustice politique et sociale qui régnaient au XVIIIe siècle. On sent y souffler le vent annonciateur de la Révolution française de 1789. Que l'on apprécie ou pas ce philosophe des Lumières, force est de constater que ses écrits restent aux XXIe siècle d'une étonnante modernité. Le Traité sur la Tolérance est toujours d'actualité aujourd'hui, se plaçant au sommet des ventes des librairies un peu partout dans le monde. 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :