Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DESTINS DE STARS - Michael Jackson derrière le masque.

La célébrité est un ersatz magnifique créé pour le plaisir du public. La star incarne donc un mythe, une image attrayante, mais simplifiée et illusoire. Ne jamais sous-estimer combien la puissance de la célébrité peut déformer toute situation.

Récit de la fouille à nu de MICHAEL JACKSON

Récit de la fouille à nu de MICHAEL JACKSON

Cela a du être le jour le plus extraordinairement humiliant dans la vie de Michael Jackson. Le 20 décembre 1993, une équipe d'enquêteurs est arrivée à son ranch de Neverland. Ils avaient en leur possession un mandat de perquisition leur donnant le droit légal d'examiner visuellement le corps de Jackson, de le photographier, y compris  ses fesses,  son pénis et scrotum.

Quatre mois plus tôt, un garçon de douze ans nommé Jordan Chandler de Santa Monica, en Californie, avait dit à un psychiatre que la pop star l'avait agressé au cours d'une période de plusieurs mois alors que lui et sa famille voyageait avec Jackson et alors qu'ils étaient invités à son ranch de Neverland. Le garçon avait fourni une description détaillée, y compris une image dessinée à la main, de ce qu'il avait prétendu être les organes sexuels de Michael Jackson.

Maintenant, les autorités étaient dans l'allée de Jackson, déterminés à savoir si la représentation de l'enfant était exacte. Serrant un sac plein de matériel, un photographe de la police était parmi l'équipe d'enquête. Sa mission était de faire un dossier photographique détaillé des organes génitaux  du Roi de la Pop.

Comme convenu, l'équipe d'enquête était arrivée à Neverland à 16h45.  Parmi eux, le procureur de district Tom Sneddon de Santa Barbara, le détective de la police Russ Birchim, le photographe du bureau de Santa Barbara le shérif Gary Spiegel, le détective LAPD Frederico Sicard, et le Dr Richard Strick, un dermatologue.

Le groupe avait loué une limousine pour s'assurer que s'ils étaient repérés en train de rouler dans le ranch,  ils ne seraient pas reconnus par les médias, qui étaient en vol stationnaire depuis que Jackson était revenu aux États dix jours plus tôt à bord d'un jet privé. Il était entré dans le pays sous le radar de Billings, Montana, après un soi-disant séjour en désintoxication et après avoir annulé le reste de sa tournée Dangerous dans le monde entier.

Un mot de passe préétabli avait été fourni aux membres de la sécurité qui tenaient les portes avant que l'équipe n'obtienne l'entrée dans la propriété. Une fois à l'intérieur, les fonctionnaires ont été dirigés vers une zone de stationnement adjacent à l'un des principaux bâtiments du domaine, où les avocats de la défense de Jackson, Johnnie Cochran et Howard Weitzman, les attendaient.

Les deux avocats venaient juste d'arriver,  via un hélicoptère de Los Angeles. Comme ils se tenaient sur l'allée en parlant avec les fonctionnaires, trois hélicoptères planaient loin au-dessus d'eux. Selon leurs marques, il était clair qu'ils ne faisaient  par partie des médias.

Après avoir pris le procureur de district à part, Cochran a tranquillement expliqué que son client était «inquiet» et «réticent» à propos de la recherche sur son corps. L'avocat lui a demandé de la patience, puis il a quitté le groupe dans l'allée, et est retourné à l'intérieur du manoir de style Tudor  pour tenter de convaincre Jackson de permettre aux hommes de loi de  mener à bien ce qu'ils étaient venus faire.

Les fonctionnaires avaient finalement si froid en attendant à l'extérieur dans l'air glacial de  décembre qu'ils sont retournés dans  leur voiture pour attendre.

Une heure était passée quand le second avocat de Jackson, Howard Weitzman, enfin frappa à la fenêtre du véhicule pour informer l'équipe d'un délai supplémentaire. L'avocat est apparu impuissant à changer la situation, mais a suggéré que le procureur de district  fixe un délai, pour qu'il puisse prévenir son client.

Tom Sneddon, qui n'était pas connu pour être un homme appréciant  d'attendre, a dit simplement: «Dix minutes».

De toute évidence, Jackson a pris l'heure limite au sérieux parce qu'exactement dix minutes plus tard, son avocat était de retour pour signaler que son client était enfin prêt. L'équipe a été escortée dans un bâtiment de la maison principale pour ce qui semblait être le bureau de sécurité du ranch, où ils ont été présentés aux deux médecins personnels de Jackson - Le Dr David Forecast, un MD de Londres, en Angleterre, et le Dr Arnold Klein , un dermatologue de Beverly Hills qui a souvent été cité comme le médecin qui fournissait à  Michael Jackson  la crème pour le blanchiment de sa peau, qu'il utilisait tous les jours. Klein a également été l'employeur d'une infirmière nommée Debbie Rowe, qui allait plus tard épouser Jackson et donner naissance à deux de ses enfants. Jackson avait insisté pour que les deux médecins soient présents pour l'exécution du mandat de perquisition.

Le chef de la sécurité de Jackson, Bill Bray, et un photographe personnel de Jackson,  nommé Louis Swayne,  étaient également dans le bureau lorsque l'équipe est arrivée.

Après un certain temps, le photographe du shérif et les deux détectives, Birchim et Sicard, ont été conduits à l'étage dans une chambre compacte juste à droite du palier du deuxième étage. Les officiers ont immédiatement remarqué Michael Jackson,  assis sur un petit canapé et vêtu seulement d'un peignoir beige. A ses côtés était installé le Dr Forecast, le médecin traitant qui avait censément réhabilité Jackson à travers son programme de désintoxication à peine quelques semaines avant.

Jackson semblait mal à l'aise quand le groupe est arrivé. Ses proches se sont soudain sentis  encore plus à l'étroit avec les Détectives Birchim et Sicard, les Médecins Strick, Klein, et Forecast, et le photographe de Jackson, Louis Swayne, tous, étaient autour de la pop star.

Pour faciliter l'approche, le détective Birchim tendit sa main pour faire un avant-propos. «Je suis le détective Russ Birchim du bureau du shérif du comté de Santa Barbara. Je me rends compte que cette procédure est désagréable pour vous, et nous vous remercions de votre coopération», a-t-il dit à l'artiste.

Le Détective Sicard  s'est poliment  présenté aussi.

«Merci» répondit Jackson d'une voix douce.

L'ambiance dans la petite salle est restée tendue alors que l'avocat de Jackson,  Howard Weitzman,  acceptait la copie officielle du mandat de Birchim pour la recherche.

«Je voudrais voir l'affidavit du mandat de perquisition aussi», a déclaré Weitzman, se référant à la déclaration de la victime qui accompagne souvent une demande de mandat.

Jusque là, les avocats de Jackson étaient complètement dans le noir quant à savoir ce que Jordan Chandler avait exactement dit aux autorités. Ils ne savaient pas ce que la police recherchait sur le corps de Michael Jackson.

«Je ne le pense pas» lui répondit le Détective Birchim.

Weitzman se mit à rire et dit: «Il n'y a jamais de mal à essayer» Il a ensuite quitté la pièce et fermé la porte derrière lui.

Le photographe de police Gary Spiegel préparait son matériel devant la porte quand soudain il entendit Michael Jackson exploser de rage.....

«Qui es-tu?» cria Jackson, en pointant un doigt sur le Détective Birchim.

Le Détective Birchim du Département du shérif de Barbara  n'a pas répondu, perplexe à la question de Jackson.  deux minutes seulement s'étaient écoulées depuis leur présentation formelle.

«Est-ce qu'il va être ici aussi?»  demanda Jackson en se tournant vers le Dr Forecast, qui était assis à côté de lui sur le canapé.

«Oui», répondit le médecin de Jackson.

«Je n'en veux pas ici. Sortez!» a crié Jackson au Détective Birchim,  l'officier se dirigea vers la porte. «! Sortez je lui ai dit de partir, vous sortez!»

Jackson maintenant très enragé  désigne le Détective Sicard. «Est-ce qu'il va être là aussi? Qui est-il?»

«Je suis l'inspecteur du LAPD Sicard».

«Sortez d'ici. Vous allez sortir d'ici, aussi»  fulminait Jackson. L'étoile avait  du mal à se lever du canapé car le Dr Forecast  le retenait.

Comme la tirade  continuait, Jackson encore plus furieux a giflé son médecin dans une tentative de se libérer.

Notant que le chanteur peu vêtu était à la fois «hystérique» et «complètement incontrôlable»  Birchim est intervenu pour tenter de le calmer. Il a demandé à Jackson si ses avocats lui avaient expliqué la procédure du mandat de perquisition, y compris l'exigence des fonctionnaires chargés de l'application de la loi qui devaient observer le service de souscription. Apparemment inconscient, Jackson a continué à crier et à la lutter contre le Dr Forecast et ils se sont battus.

On ne sait pas pourquoi Jackson essayait si violemment de quitter le canapé, et pendant un moment, Birchim était incertain quant à savoir si son intention était de l'attaquer ou de fuir la salle.

«M. Jackson, je vais demander à vos avocats de parler avec vous pour vous expliquer» a osé Birchim.

«Vous êtes des connards!» a crié Jackson,  le détective sortit dans le couloir afin de consulter Howard Weitzman.

Il fallait dire au procureur des poursuites criminelles que son client était «hors de contrôle». Birchim a expliqué aussi que la police était incapable d'effectuer la demande étant donné l'état actuel et l'hystérie de Jackson  Il a ensuite suivi Weitzman dans la pièce et regarda l'avocat qui  essayait d'aider encore le  Dr Forecast qui avait du mal à calmer Jackson.

«Pouvez-vous aller en bas et demander à Johnnie Cochran de venir dans la salle?» a demandé Birchim à  Weitzman. «Dites-lui que c'est nécessaire immédiatement».

Cochran discutait au rez de chaussée avec le procureur de district. Expliquant que l'avocat était indispensable immédiatement, Birchim a traîné l'avocat dans les escaliers, en courant. Une fois dans la chambre avec Jackson, Cochran a repris la main, en essayant d'apaiser l'étoile pour que  l'examen prenne la bonne voie. Puis Birchim est retourné au rez de chaussée pour parler avec le procureur de district.

Quelques minutes plus tard, Johnnie Cochran  rejoignait les fonctionnaires en bas. Jackson, a-t-il expliqué, refusait que la procédure commence avec les deux agents dans la chambre. Il a demandé au procureur de district s'il était possible que l'examen génital et les photos soient faites sans les détectives présents. Cochran pensait que c'était le seul moyen de réaliser l'examen.

Il a été convenu que les Drs. Strick et Klein, ainsi que les photographes Spiegel et Swayne, entameraient la procédure de leur propre chef. Sneddon a convenu que les deux détectives,   quitteraient la salle.

A 18h 04, selon la déclaration sous serment de Birchim, l'examen a finalement commencé derrière des portes closes,   le reste du groupe a attendu dans le hall. Même le Dr Forecast avait été viré. Mais seulement après quatre minutes, Birchim a signalé qu'il y avait une autre explosion de colère.

  • A environ 18h08 la porte s'ouvrit brusquement, et je vis Jackson dans la porte, il avait du mal à quitter la salle, car le Dr Klein le retenait. Le Dr Klein plaidait pour que Jackson  s'installe et lui disait : «Michael, vous pouvez porter vos shorts». Jackson était aux prises avec Klein à quelques pas de moi et le détective Sicard m'a pointé du doigt et m'a crié : «Je veux que vous fassiez les photos». Le Dr Klein a réussi à faire rentrer Jackson dans la pièce et la porte s'est à nouveau fermée.

Le sergent Gary Spiegel, le photographe du shérif, avait clairement fait savoir à ses supérieurs qu'il demanderait l'aide des deux détectives afin d'exercer ses fonctions photographiques. Dans une déclaration sous serment, il a expliqué plus tard qu'il attendait pour prendre plusieurs clichés en gros plan.

  • En utilisant un équipement close-up, j'avais besoin d'aide pour obtenir une certaine position de la personne et la fixation du flash pour la caméra que je dirigeais, et une autre position de la personne pour la zone à photographier dans ma direction. Ma mission était de prendre des photos du corps entier, puis de nombreuses photographies en gros plan des zones spécifiques.

La mission de Spiegel avait également requis des mains supplémentaires pour tenir son équipement d'éclairage ainsi qu'un dispositif de mesure pour enregistrer la longueur et la largeur de toute décoloration trouvée sur le corps de Jackson. Sans les deux détectives dans la chambre pour l'aider, le travail du photographe était presque impossible. Spiegel a écrit dans une déclaration à la cour:

  • Je suis entré dans la chambre. Dans la salle, j'ai vu M. Jackson assis sur un canapé contre le mur. Je portais avec moi un Canon AE-1 avec une caméra de 35mm et un Vivitar Series 1, l'objectif zoom de 28-90mm était fixé à la caméra et une unité flash Vivitar modèle 283 individuelle avec un cordon de capteur à distance. Je portais avec moi une seconde lentille, qui était une  Vivitar 1, 70-210mm, lentille de zoom, que je comptais utiliser pour la photographie rapprochée.  J'ai pris deux photos de Jackson assis sur le canapé. M. Swayne était à ma droite et quand j'ai commencé à prendre des photos alors qu'il le fallait, le Dr Klein a  déclaré que nous étions intéressés à photographier les parties génitales de Jackson et a demandé à  Jackson de se lever et de retirer le peignoir qu'il portait.

Jackson a protesté, disant des choses comme «Pourquoi  je dois faire ça?»  et «Pourquoi font-ils cela?».

À mon avis, le comportement de Jackson était un mélange d'hostilité et de colère,   suite à la demande du Dr Klein d'enlever son peignoir et d'abaisser le  short gris qu'il portait. Pendant que M. Jackson se conformait à la demande du Dr Klein, M. Klein a déclaré que les autres dans la salle devraient tourner la tête pour ne pas voir les parties génitales de Jackson.

A l'époque, je trouvais cela étrange parce que les seules personnes dans la chambre  étaient,  M. Jackson, les deux médecins, moi, et l'autre photographe. Le Dr Klein a également annoncé, qu'il n'allait pas regarder, parce qu'il  n'avait  jamais vu la zone génitale de M. Jackson et qu'il refusait de le faire à ce moment. Quand M. Jackson a abaissé son short, il a dit ceci : «Je ne sais pas pourquoi ils me font faire cela» ou «Pourquoi vont-ils me le faire?» L'attitude de M. Jackson était, à mon avis, encore hostile et  colérique. La pensée me vint que bien qu'il était un peu coopératif, il pourrait mettre fin brusquement à sa coopération. Je pris plusieurs photos des parties génitales de Jackson de son côté droit en premier puis son côté gauche. L'autre photographe commutait les positions de droite de M. Jackson à son côté gauche alors que je changeais de position.

Pendant que je photographiais le côté gauche de M. Jackson, le Dr Strick a demandé à M. Jackson de lever son pénis. M. Jackson a demandé pourquoi il devait le faire, mais il l'a fait suite à la demande. Lorsque M. Jackson a accédé à la demande du Dr Strick, je remarquai une tache sombre sur le côté inférieur gauche du pénis de M. Jackson.

Il est difficile de savoir si le sergent Spiegel a effectivement eu le temps de prendre une photo de la marque qu'il a vue. Mais les sources des dossiers juridiques, ainsi que les sources de la famille Chandler, mentionnent que la tache sombre sur les parties génitales de Jackson a été trouvée exactement à l'endroit où le jeune Jordan Chandler avait indiqué qu'ils pouvaient trouver une telle marque. Il est important de noter que la tache sombre était visible uniquement lorsque le pénis était levé - comme lors de l'excitation sexuelle. Le récit de Spiegel a continué :

M. Jackson  a alors commencé à se déplacer rapidement dans ma direction. Je ne savais pas s'il venait vers moi ou s'il se dirigeait vers la porte, qui était juste derrière moi, mais quand il s'est approché de moi, je fis un pas sur le côté.  Et en poursuivant son chemin il s'est dirigé vers la porte. Il est passé devant moi en direction de la porte fermée, avec le Dr Klein juste derrière lui. Quand il est arrivé à la porte, qui n'était pas fermée à clé, il  a crié à quelqu'un de l'autre côté de la porte qu'il voulait «des photos d'eux aussi».  Je ne sais pas qui il pointait du doigt, mais il semblait évident pour moi que ce devait être les Détectives Birchim et Sicard.

Sur l'insistance du Dr Klein M. Jackson est revenu à la position qu'il avait sur le canapé, avant d'aller à la porte. Comme il l'avait fait pour d'autres, il m'a pointé du doigt et m'a dit qu'il voulait des photos de moi aussi.

M. Jackson a finalement dit au Dr Klein qu'il ne voulait pas continuer à être photographié, mais ... à la demande du Dr Klein M. Jackson nous a tourné le dos,  pour que nous puissions voir et photographier la région de ses fesses. A mon avis, l'attitude de M. Jackson avait changée,  d'hostilité et de colère elle était passée à la rage. Le Dr Klein a demandé à M. Jackson de retirer sa chemise pour nous montrer  sa poitrine. Puis sa zone arrière, et ses jambes. Au cours de la session et après ou pendant toutes les deux photographies,  M. Jackson et le Dr Klein se regardaient pour demander, «Est-ce que vous en avez assez fait?» «N'en avez vous pas assez?» «Combien vous en faut-il de plus?» et d'autres déclarations et questions de cette nature.

À un moment donné M. Jackson m'a abjuré directement: «Qui êtes-vous?» J'ai ignoré la question et continué de le photographier. M. Jackson a alors questionné  le Dr Klein, «Qui est-il?»  et soit le Dr Klein ou le Dr Strick lui répondaient que j'étais juste un photographe qui faisait son travail.   J'avais  l'impression que si M. Jackson avait su que j'étais un agent  de  loi,  la session aurait pris fin.

J'ai essayé d'être aussi discret que je le pouvais pour prendre les photos que le Dr Klein avaient enjointes à M. Jackson, afin qu'il se déplace d'une position à l'autre. Je savais qu'elles ne seraient pas exactement les photos que j'aurais prises si j'avais eu un sujet complètement coopératif, mais  mon intention était de prendre ce qu'il me permettait de prendre alors que je tenais à quelque chose de différent. Le Dr Klein, à mon avis, voulait accélérer cette session avec Mr Jackson. Après avoir exposé vingt-trois images du film, le Dr. Klein m'a demandé d'une voix forte si c'était assez ! Cela m'a été demandé de telle manière, que c'était plus une demande qu'une question.  J'ai répondu au  Dr Klein que je n'étais pas encore satisfait et que je voulais en parler aux avocats avant de poursuivre.

Le sergent Spiegel a quitté la salle pour conférer avec le procureur de district, qui à son tour a essayé de négocier à nouveau avec l'avocat de Jackson, Howard Weitzman,  «plus de temps pour prendre des photos». Mais il était déjà trop tard. À l'insu de Spiegel et Sneddon, Jackson était déjà parti par une autre porte. C'est le détective Birchim,   fumant une cigarette à l'extérieur, qui a soudainement repéré l'étoile sur l'escalier du deuxième étage.

Birchim a rappelé dans sa déclaration:

Il était entièrement habillé, y compris son chapeau noir et sa chemise rouge. Jackson est sorti par l'escalier, a tourné à droite,  est passé sous une porte  donnant à l'extérieur et menant à une grande aire de stationnement au rez-de-chaussée.

J'ai contacté M. Cochran pour l'informer que son client venait de quitter le bâtiment. Cochran a rejoint M. Jackson dans la zone de stationnement et a mis ses mains sur les épaules de Jackson. Quelques secondes plus tard Jackson est réapparu,  et avec beaucoup d'enthousiasme il a claqué la porte menant à la zone de stationnement. À environ 19h 00 heures nous avons quitté Neverland Ranch et sommes retournés à Santa Barbara.

Récit de la fouille à nu de MICHAEL JACKSON

Les photos auraient pu être utilisées en justice au procès de 2005.  Mais la défense a fait valoir avec succès,  que dans la législation Californienne, il était  interdit par les deux parties d'apporter «des preuves à sensation lors d'un procès»,  de sorte qu'elles n'ont pas été autorisées.

Bien sûr, les photos et la description correspondent -  Si cela n'avait pas été le cas, Tom Sneddon ne les aurait pas présentées comme preuve.

Après le procès, les avocats de Jackson ont tenté d'obtenir les  photos, mais cela leur a été  refusé.

Seule un poignée de personnes ont vu la description donnée par Jordie Chandler, et ces personnes n'en ont jamais parlé. La description et les photos sont toujours enfermées dans un coffre-fort, quelque part, et seront peut-être utilisées un jour.

La chose la plus drôle est que la source de la théorie de circoncision de Jackson, a été tirée du livre de Victor Gutierrez.    Ironiquement,  les fans citent parfois Victor Gutierrez et Ray Chandler, afin de prouver certaines choses impossibles, pour  ensuite  les accuser  d'être de grands  menteurs. Cependant,  nous connaissons le contexte de la déclaration de Sneddon, les déclarations précises de la description de Jordie Chandler ainsi que quelques précisions sur les photos de Jackson. En fait l'explication la plus simple est que Jackson était celui qui mentait.

Vous pouvez également lire ce que le jury n'a pas vu ou entendu dans le procès de 2005  ici

Ainsi que l'analyse des interviews de Michael Jackson ici

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Clara

Derrière le masque de MICHAEL JACKSON et le culte de ses fans.
Voir le profil de Clara sur le portail Overblog

Commenter cet article