Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un succès foudroyant avec un seul tube !

Ces chansons ne sonnaient pas comme les autres, elles avaient un temps d'avance. On ne peut pas dire qu'elles n'ont pas pris quelques rides, mais elles permettent à certains artistes d'encaisser plusieurs millions et de pouvoir vivre confortablement de leur unique succès.  

Born to be Alive...Vous vous souvenez ? Evidemment ! Le Français,  Patrick Hernandez,  a envahi le dancefloor en 1979,   sur une musique entêtante et un refrain insensé qui se traduit :  «né pour être vivant»!

Le personnage de Patrick Hernandez est un mélange de dandy et de lords, le nez en l'air et toujours armé d'une canne. Un look improbable pour cette époque et une musique en décalage avec le style du chanteur qui chante en anglais avec un nom espagnol.  Mais cette image lui colle à la peau, et cette fameuse canne qu'il a essayé de faire disparaître dans les années 1980 est revenue dans les années 1990. 

Une soirée sans Born To Be Aline, c'est comme une eau pétillante sans bulles. Cette chanson  déclenche en vous une irrésistible envie de danser, comme si la musique s'emparait de votre corps. Tout le monde est conquis et en redemande !  Et c'est devenu un tube planétaire. Mieux : un standard, la référence d'une décennie ! 

La chanson obtient cinquante-six disques d'or, de platine et diamant dans 25 pays, le titre écoulé à plus de trente-cinq millions d'exemplaires est toujours le plus diffusé dans les boites de nuit, de Tokyo à Los Angles, en passant par Paris et Oslo. 

Représentant parfait de la tendance One-hit-wonder (artistes qui n'ont fait qu'un tube) plus de 40 ans après la sortie du single,  Hernandez continue d'en vivre et il se fait de sacrées cannes en or : Selon le journal le Figaro, il gagnerait  aujourd'hui encore,  entre 800 et 1500 euros....PAR JOUR  avec ce seul tube ! Oui, Oui ! Auteur-compositeur et interprète de ce titre incontournable des soirées dansantes, Patrick touche l'intégralité des droits.  Ce non-carriériste à tendance hédoniste, qui s'avoue volontiers «fainéant congénital», profite en douceur de ce que Born To be Alive n'ait jamais été oublié.  Amateur fou des Beatles, Hernandez considérait le terme disco comme un gros mot, a-t-il avoué à Gala - Mais bon, en essayant il est devenu Born to be Rich ! Rentier à vie avec une seule chanson, il savoure son itinéraire d'un enfant du rock égaré dans le disco. De temps à autre, il ressort sa panoplie en hommage à un temps que les moins de 30 ans n'ont pas pu connaître.  

Mais évidemment des one-hit-wonders, il y en a beaucoup d'autres. Et cette liste n'est pas exhaustive. 

Vous connaissez forcément le tube indé rock "There She Goes", composée par le musicien Lee Anthony  Mavers du groupe anglais The La's, et classé 45eme chanson la plus culte du répertoire indépendant par le prestigieux magazine NME. Sortie en 1988, cette chanson aérienne et romantique a été utilisée comme bande originale de nombreux films ou séries, permettant à Lee Mavers d'empocher au fil des années plusieurs millions d'euros. 

  • Don't Worry, Be Happy (ne t'inquiète pas, sois heureux) est la chanson la plus connue de Bobby McFerrin.  ▼

Elle a atteint la première place du Billboard Hot 100, position conservée pendant deux semaines durant le mois de septembre 1988. Elle a reçu le Grammy Award de la chanson de l'année.  Cette chanson pleine d'optimiste à la mélodie irrésistible a  été reprise par de nombreux artistes.  Elle a été utilisée dans le film Cocktail (1988) avec Tom Cruise comme barman, ou encore dans le film Jarhead : La fin de l'innocence (2005) de Sam Mendes, avec Jake Gyllenhall dans le rôle principal. «Don't Worry, Be Happy» reste l'unique chanson qui a marqué la carrière de Bobby McFerrin, et il lui doit sans doute une grande partie de sa fortune qui atteindrait les 33 millions de dollars. 

  • Sinéad O'Connor, chanteuse et compositrice Irlandaise, remporte un vif succès avec Nothing Compares 2U, une chanson composée par Prince.  Ce single devient n°1 dans plusieurs pays. En Irlande il atteint la première place en juillet 1990  et y reste onze semaines. Il connaît un succès semblable au Royaume-Uni, en France et en Allemagne. Ce tube fait d'elle une star planétaire. 

Mais sa carrière est parsemées de prises de positions qui vont régulièrement l'éloigner de la scène. En 1992, la chanteuse devenue star internationale, met sa carrière en danger lorsqu'elle déchire en direct la photo du pape Jean-Paul II lors de l'émission Saturday Night Show. Elle souhaitait alors alerter l'opinion sur les traitement infligés aux enfants dans certaines institutions religieuses Irlandaises. Pendant plusieurs mois, elle s'éclipse pour lutter contre la dépression et fuir les médias.  En 1999, la chanteuse, qui poursuit sa quête spirituelle, est ordonnée prêtre par un congrégation dissidente de l'Église catholique sous le nom de Mère Bernadette Marie O'Connor. Elle opère un retour aux sources et sort un album de musique celtique en 2002. En 2005, elle enregistre en Jamaïque un disque de reggae. En 2006, elle publie un album emprunt de mysticisme avec Théology. Après cinq ans d'absence, Sined O'Connor revient avec un nouvel opus baptisé «How About I Be Me», puis enchaîne en 2014 avec la sortie de «I'M not bossy, I'm the boss». Mais en 2015, rattrapée par ses démons, elle lutte à nouveau contre la dépression. Le 29 novembre 2015, elle fait une tentative de suicide ! En 2017, Sined change son nom pour Magda Davitt. Lors de sa conversion à l'islam en 2018, elle le change en Shuhada Sadaqat. Elle continue d'enregistrer et de jouer sous son nom de naissance. Sans succès. 

Lou Bega

Il y a maintenant 21 ans que Lou Bega faisait danser Monica, Erica, Rita et le reste de la France avec son titre phare Mambo n°5.. L'air d'origine nous vient de Perez Prado qui l'a mis sur les ondes en 1949. L'artiste allemand d'origine italo-ougandaise , de son vrai nom David Lubega, y rajoute des rythmes de dance music et des paroles. 

Avouez que vous entendez encore la voix de Lou Bega en lisant ces lignes ! Presque du jour au lendemain, sa chanson passait sur les ondes des radios du monde entier. Elle s'est rapidement imposée en tête des charts dans de nombreux pays européens, et même aux États-Unis, ou Lou Bega s'est retrouvé nommé aux prestigieux Grammy Awards. En France, la chanson est restée numéro 1 durant vingt semaines et a remporté le prix de chanson internationale de l'année 2000 aux NRJ Music Awards.  Avec plus de 12 millions d'albums vendus  Lou Bega est un millionnaire, qui touche chaque jour des royalties pour ce tube qu'il n'a jamais égalé. A défaut d'avoir rencontré autant de succès avec d'autres chansons, la star allemande, a longtemps continué à se produire sur scène avec son tube. La dernière actualité de Lou Bega date de 2013, avec un album de reprises de chansons 80's. Mais si Mambo n°5 a rencontré un joli succès, les  chansons suivantes n'ont pas eu cette chance. 

Souvenez-vous de Vanessa Carlton, chanteuse pop et rock américaine, auteur compositeur et pianiste, qui  a connu un énorme succès international en 2002 grâce à «A Thoussand Miles»  ;  ces notes de piano l'ont propulsée au sommet des charts dans le monde entier. En effet la chanson se classe dans les 10 tops mondiaux, atteint la place de N°1 en Australie et numéro 5 dans les classements américains et français. Elle stratifie sa jeune interprète de seulement 22 ans, qui obtient également, grâce à ce premier single, trois nominations aux Grammy Awards 2003.  Une réussite qui contraste avec celle, plus relative, d'«Harmonium», son deuxième album sorti en 2004,  vendu à  seulement 150 000 exemplaires. En 2005 et 2006, Carlton poursuit néanmoins les tournées, mais traverse une période de doute....Elle se sépare d'A&M Records, son grand label l'a laisse partir parce qu'ils ne pouvaient plus gagner assez d'argent avec elle. Elle était à l'avant-garde d'un nouveau mini-mouvement dans la musique pop - des artistes qui enfin écrivaient leurs propres chansons et savaient jouer des instruments, ce qui était un changement rafraîchissant après l'ère des boys band et des chanteuses blondes trop sexualisées.  Mais, si Carlton a vitement réussi, il semblerait qu'elle ait disparu tout aussi rapidement...Loin des majors de ses débuts, Vanessa Carlton s'autoproduit et continue les tournées partout dans le monde, mais ses autres chansons n'ont jamais eu le pouvoir d'accrocher le public comme son plus grand - et unique - Hit. Sa chanson, «A Thoussand Miles»,  a été utilisée pour la pub Spécial K de Kelloggs courant 2011-2012 et dans le film Isn't it Romantic.  En 2019, elle est choisie pour interpréter le personnage de la chanteuse et pianiste Carole King  dans la comédie musicale Beautiful  à Broadway qui retrace la vie et la carrière de cette dernière.

Bien qu'elle ait sorti quatre albums, Jennifer Paige (Américaine), n'a fait qu'un gros tube : «Cruch» .. ♪♫ It's just a little crush/ Not Like I faint every time we touch ♫♪ chante-t-elle sur sa balançoire en 1998. Numéro 1 au Canada, en Australie ou en Nouvelle-Zélande, etc. Ce titre pop rafraîchissant est resté troisième du Billboard Hot 100 pendant quatre semaine et a aussi séduit la France.  

Née dans une famille de musiciens, Jennifer commence la chanson à l'âge de 5 ans avec son grand-frère Chance. Tous les deux, ils chantent dans les restaurants et cafés de son village. Plus tard, elle décide de se consacrer à des études de danse et de chant. Elle n'a que 17 ans lorsqu'elle déménage à Los Angeles et voyage à travers le pays avec le "Joe's Band". Elle profite de l'organisation des Jeux Olympiques proches de sa ville natale, à Atlanta en 1996, pour faire une apparition remarquée. Ainsi deux ans plus tard, elle sort un album simplement intitulé «Jennifer Paige». Ce premier opus est très bien accueilli par les critiques. Elle rencontre le succès grâce à son titre «Crush», confirmé avec «Sober» et «Always you». Sa réputation lui permet de réaliser un titre de la bande originale du film «Un automne à New-York», nommé «Beautiful». Elle met trois ans pour sortir un nouvel album. Durant cet intermède, elle chante notamment pour le Pape Jean-Paul II au Vatican. Finalement «Positively somewhere» sort en 2001. Le single «Stranted» n'est pas un réel succès. Cinq ans plus tard Jennifer Paige tente de courir après son public en sortant «Best Kept secret», «Wasted», ou encore «Ta voix», chanson qu'elle interprète en duo avec Lââm en 2008, mais rien n'y fait, elle retombe dans un relatif anonymat. 

On termine avec un truc très fantaisiste. Juste pour le fun ! 

Le chanteur le plus burlesque  ou le plus énervant pour certains c'est  Helmut ▼

Ça m'énerve ! Qui, en 2009, n'a pas chanté à tue-tête le tube d'Helmut Fritz ? Jusqu'alors inconnu du grand public, il fait un véritable carton sous les traits d'un dandy allemand un brin énervé. Quatre semaines numéro un du Top 50, un NRJ Music Award de la chanson la plus téléchargée, 4ème du classement Sacem du single qui a rapporté le plus en 2009, le hit d'Helmut Friz est dans tous les écouteurs ! 

Chanté avec un accent teuton bidon façon Karl Lagerfeld, «Ça m'énerve» ne quitte pas le sommet des ventes, situé quelque part entre les parodies de Michaël Youn et les délires de Philippe Katerine. Le tout avec une obsession : «Je parle de choses vécues ou observées. Je suis parisien depuis dix ans et j'en ai ras le bol de la branchitude. Mais il m'a fallu une pirouette pour faire passer le message». Confie-t-il au journal Le Figaro. 

Pour la petite histoire, son grand regret est de ne jamais avoir rencontré Karl Lagerfeld pour le remercier de lui avoir inspiré Helmut Fritz. Il a simplement appris par un de ses proches que cette chanson l'avait beaucoup faire rire.

La biographie d'Helmut Fritz, à la fois fictive et officielle, vaut à elle seule le coup d'oeil. Soi-disant né à Reinbek (Allemagne) de parents propriétaires d'une fabrique de pulls tricotés, il a hérité à la mort de son oncle d'une petite fortune. Helmut Fritz s'installe alors à Paris, mène une vie mondaine avant de s'en lasser. D'où ce «Ça m'énerve», émaillé de noms de marques où il se moque avec délectation des lieux à la mode de la capitale, des serveurs désagréables comme des filles trop apprêtées. 

Helmut Fritz est en fait né à Forbach en Moselle. Son vrai nom ? :  Éric Greff.  «Il se peut que je me lasse un jour du personnage d'Helmut Fritz», avoue-t-il. «Mais j'ai fait de la pop pendant dix ans dans l'indifférence générale alors que là, je rencontre le succès. Pour la suite, on verra !»  

La suite va s'annoncer plus compliquée....Souhaitant quitter son personnage, Eric Greff sort un single sous son vrai nom, puis un double album sous le nom d'Helmut, mais le succès n'est pas au rendez-vous.

Le 10 avril 2020, en pleine épidémie de Covid-19, il revient une nouvelle fois sous le nom complet de Helmut Fritz avec une reprise de son tube intitulé «Ça m'énerve 2020» dans laquelle il adapte les paroles à la situation du confinement.  Le clip fait maison de cette version 2020 écrite en confinement rencontre un fort succès avec plus de 6 millions de  vues sur YouTube !  Éric Helmut Greff Fritz,  est filmé sur son balcon parisien, sur les toits ensoleillés de la capitale et dans les rues désertes.

♪♫ Ils sont tous à la maison. Moi aussi, j'ai l'air d'un con. Ça m'éneeeeerve ♪♫  Le nouveau texte, adapté à cette période difficile, parle des hôpitaux et de la pénurie de masques, ainsi que de choses plus triviales comme les stocks de papier toilette et de pâtes qui s'envolent. ♫♪ Ça m'énerve tous ces gens qui font la queue devant Franprix...Tout ça pour des Panzani...Mais bon...en cinq minutes c'est cuit ! ♫♪, s'amuse Helmut, qui n'a rien perdu de son humour... 

Le chanteur profite de ce come-back et enchaîne avec Particules fines. 

Le confinement a visiblement inspiré Helmut, mais cette fois, c'est au déconfinement qu'il s'attaque ! Il a profité d'un Paris désert pour tourner le clip de Particules Fines. Seul sur l'esplanade du Trocadéro, Fritz commence sa chanson par un petit solo de trompette...Avant d'envoyer ses habituelles paroles sarcastiques. Tout comme dans sa reprise de Ça m'énerve, il dresse un constat assez ironique sur la pandémie. Les pangolins, les touristes chinois dans Paris, les problèmes capillaires des français confinés...Tous les clichés y passent (encore) ! 

♪♫ T'es enfin retourné chez le coiffeur, t'as chialé en revoyant le facteur, t'as même brûlé un cierge devant le Burger King tout en rêvant de foutre le feu à l'usine ...

Particules Fines fait indéniablement moins le buzz ( environ 331 000 vues) que le remix de Ça m'énerve - qui a dépassé les 6 millions de vues).

Dans la vraie vie, Éric Greff est auteur pour d'autres artistes comme Magic Système, Amir, Navii, etc.  Et repère des talents pour les différents labels de Sony France.....

Le sentiment d'avoir crée un produit unique et qui «cartonne» a de quoi vous retourner la tête !  ces artistes nourrissent toujours le doux rêve de remonter la pente et de refaire un tube....Est-ce un rêve chimérique ? 

Comment expliquer qu'une chanson ait plus de succès qu'une autre, qu'un artiste soit plus pérenne qu'un autre ? Nul ne peut savoir ! L'important, c'est de se rappeler que tous ces artistes sont parvenus à marquer l'histoire de la musique à leur façon et que le bonheur que leur succès nous procure, lui, est encore là. Il nous provoque toujours la même réaction : «C'est vrai ! j'avais oublié que ça existait, ça !» Puis on prend un malin plaisir à se déhancher, ou encore, on se remémore des souvenirs à la seule audition de ladite chanson. Ces succès ont le pouvoir de nous faire voyager dans le temps...

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :