Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

R.Kelly enfin reconnu coupable !

R.Kelly enfin reconnu coupable ! R.Kelly enfin reconnu coupable !

Pour R.Kelly, le «génie» de l'artiste permet de tout justifier, de tout pardonner. «Regarde tout ce que nous donnons au monde», aimait dire R.Kelly à une de ses victimes qui témoignait, le jeudi 26 août, lors du procès à New York du chanteur américain de 54 ans, jugé pour extorsion, exploitation sexuelle de mineures, enlèvement, corruption et travail forcé, sur une période allant de 1994 à 2018. 

R.Kelly a choisi de ne pas témoigner pendant le procès.

Ce n'est pas un génie. C'est un criminel. C'est un prédateur, a affirmé la procureure adjointe Nadia Shihata aux jurés.

Sur un ton parfois moqueur,  la défense a au contraire dépeint les victimes, dont certaines mineures au moment des faits, comme des groupies avides d'argent. «Le sexe pervers, ce n'est pas un crime» a avancé son avocat, «assurant que R.Kelly traitait ces femmes comme des reines». Il est allé jusqu'à comparer le chanteur à Martin Luther King, disant que R.Kelly n'avait cherché qu'à «protester contre l'injustice», comme l'emblématique leader des droits civiques.

La condamnation de R.Kelly pour les neuf chefs d'accusation retenus contre lui a constitué un moment important dans le mouvement #MeToo pour les femmes noires et pour l'industrie de la musique, inaugurant dans un sens que, enfin, justice avait été rendue.

Mais le verdict a également suscité une question évidente : 

Les femmes ont déclaré que les abus du chanteur avaient commencé dès le début des années 1990 - pourquoi a-t-il fallu trois décennies pour que R Kelly ait une sanction pénale ? 

Voici quelques réponses possibles : 

L'artiste avait un vaste réseau de facilitateurs autour de lui, ont déclaré les procureurs fédéraux, de ses plus proches confidents et employés à de nombreux membres de l'industrie de la musique qui étaient au courant de son comportement mais ne sont pas intervenus. 

Le gouvernement a attiré l'attention sur ce qui a été décrit comme «l'usine de colonisation» qui a gardé ses accusateurs silencieux, offrant des preuves de paiement de R.Kelly aux femmes qui ont porté des accusations en échange de leur silence. ( Au fil des ans, Kelly a payé des dizaines de millions de dollars pour régler des dizaines de poursuites intentées par des femmes qui l'accusaient de les avoir maltraitées) Et quand cela ne suffisait pas, R.Kelly «a utilisé ses hommes de main pour proférer des menaces et se venger», faisant chanter les femmes avec des photos d'elles-mêmes nues ou des informations embarrassantes, à déclaré une procureure, Élizabeth Geddes, lors des plaidoiries finales.

Les procureurs fédéraux ont également accusé le chanteur d'avoir payé des témoins pour qu'ils ne coopèrent pas avec les autorités dans la période précédant son procès et son acquittement en 2008. Ils ont déclaré que le chanteur avait fait savoir à certains témoins qu'ils pourraient être «soumis à des dommages physiques» s'ils continuaient. 

Certains facteurs culturels ont peut-être également aidé R.Kelly à éviter les conséquences de son comportement. 

Les experts juridiques et les personnes qui étudient les abus sexuels ont également suggéré que la race de la plupart des accusateurs de R.Kelly a probablement joué un rôle. Les experts disent que les femmes noires ont historiquement été beaucoup plus susceptibles que les femmes blanches de voir leurs accusations d'inconduite sexuelle ignorées. «Notre réalité est que notre société ne considère tout simplement par les femmes et les filles noires comme crédibles», a déclaré Kenyette Barnes, co-fondatrice de la campagne #MuteRKelly. «Nous supposons que les filles noires de 15 ans ont la capacité cognitive de manipuler un homme adulte».

Et certaines superstars ont admis que la race des accusateurs avait façonné leurs perception dans le cas de R.Kelly. «Je n'ai pas apprécié les histoires des accusateurs parce qu'il s'agissait de femmes noires», a déclaré Chance The Rapper, originaire de la ville natale du chanteur, Chicago, lors de la série documentaire «Surviving R.Kelly».

Certains des partisans indéfectibles de R.Kelly continuent de croire qu'il est victime d'un complot raciste plus vaste visant à empêcher les hommes noirs de réussir à prospérer, et cette opinion était une fois de plus répandue dans les communautés noires avant son procès, notent les experts.

Comme l'a déclaré une ancienne critique de télévision au New-York Times, Aisha Harris, deux pierres de touche culturelles - «Chappelle's Show et The Boondocks» - ont également contribué à façonner la perception des accusations contre R.Kelly par l'humour, gardant le public amusé au lieu de troublé.

Le climat culturel a également radicalement changé depuis que les allégations contre Kelly ont commencé à faire surface. Après que le chanteur ait plaidé non coupable des accusations qui ont conduit à son procès en 2008, il s'est produit aux côtés d'enfants dans une église de Chicago le même jour. Il a été embrassé par la congrégation.

Les églises de Chicago, les stations de radio et même le système judiciaire ont «hésité à se retourner contre R.Kelly». DeRogatis un journaliste qui enquêtait sur le comportement de Kelly a été vilipendé et menacé par les partisans de Kelly, certains ont même tiré dans une fenêtre de sa maison. 

Deux hommes ont pris la parole pour témoigner des abus qu'ils avaient subits lors de leur passage dans l'entourage du chanteur. Un homme, témoignant sous le pseudonyme de Louis, a déclaré avoir rencontré Kelly pour la première fois en 2006, alors qu'il avait 17 ans et travaillait de nuit dans un McDonald's de Chicago. Il a déclaré au tribunal que Kelly lui avait glissé son numéro de téléphone et l'avait invité chez lui, disant qu'il pouvait se produire dans son studio d'enregistrement. Kelly lui a demandé à un moment donné ce qu'il était «prêt à faire pour la musique». Lors d'une de ces occasions, la star a demandé à Louis «s'il avait déjà eu des fantasmes impliquant des hommes», puis aurait «rampé sur ses genoux et aurait commencé à lui faire du sexe oral» alors qu'il était mineur. Par la suite Kelly lui a dit «Cela doit rester entre toi et moi» ajoutant, «nous sommes de la même famille maintenant, nous sommes frères».

R.Kelly profitait aussi de ses concerts pour faire parvenir des petits mots à ses futures victimes, leur promettant notamment un coup de pouce dans leur carrière, avant de les faire entrer dans son système d'endoctrinement, dans lequel il maintenait les femmes à force de chantage et de mesures coercitives.

Après qu'un jury de New York ait condamné R.Kelly des neufs chefs d'accusations retenus contre lui, les procureurs fédéraux ont envoyé un message simple aux personnes qui ont témoigné contre lui : Merci.

Le verdict de culpabilité marque à jamais R.Kelly comme un prédateur qui a utilisé sa renommée et sa fortune pour s'en prendre au jeunes, aux vulnérables et aux sans voix pour sa propre satisfaction, a déclaré à la foule Jacquelyn M.Kasulis, l'avocate américaine par intérim de Brooklyn, aux journalistes et spectateurs devant le palais de justice fédéral. Elle a ajouté : «Nous espérons que le verdict d'aujourd'hui apportera un certain réconfort et une guérison à ses victimes».

Les premières accusations contre Kelly remontent au début des années 1990, mais il a échappé aux poursuites pénales pendant des années, alors que même d'autres femmes s'étaient manifestées, et il a été acquitté en 2008 après qu'une sextape qui le représentait avec une fille de 15 ans ait été révélée.

Mme Kasulis a déclaré que la condamnation de Kelly avait délivré un message puissant à la fois à l'artiste et à d'autres hommes influents : «Peu importe le temps que cela prendra, le bras long de la loi vous rattrapera».

Abordant ce qu'il a appelé un «règne de terreur de plusieurs décennies» infligé par Kelly, Peter Fitzhugh, un agent spécial en charge de Homeland Security Investigations, a déclaré que le chanteur «a commis une erreur critique». «Il a sous-estimé la résilience et le courage des victimes qui ont refusé d'être réduites au silence». Il a ajouté qu'il espérait que les femmes et les hommes qui ont témoigné contre le chanteur puissent maintenant entamer un «processus de guérison» et restaurer les aspects de leur vie que R.Kelly avait détruits.

Kim Foxx, la principale procureure de Chicago qui a annoncé des accusations de crime sexuel contre lui en 2019, dit qu'elle pense que la condamnation de R.Kelly est monumentale pour le mouvement #MeToo et envoie un message important sur les histoires qui comptent. «J'espère qu'à travers ce procès et le bilan qu'il a fallu pour en arriver là, nous reconnaissons que le mouvement n'est pas à son maximum si tout le monde n'a pas un accès égal à la justice».  

Une grande partie des preuves utilisées par les procureurs pour condamner R.Kelly provenaient du chanteur lui-même. Il a collecté de manière obsessionnelle des messages et des lettres écrites par les femmes avec lesquelles il a interagi - certaines d'entre elles étant mineures - selon Ryan Chabot, l'enquêteur fédéral principal dans l'affaire. Il a déclaré avoir passé au crible les preuves récupérées lors de plusieurs perquisitions dans l'appartement et l'entrepôt du chanteur à Chicago.

Kelly avait conservé dans un coffre fort verrouillé,  certaines des preuves dans des dossiers FedEx, avec des étiquettes comme «Odl Messages» et d'autres éléments - comme une lettre manuscrite de sept pages recto-verso d'une femme qui a témoigné pendant trois jours au début du procès. Appelant Mr Kelly un «grand homme», la femme écrit : «A l'âge de 17 ans, je n'ai jamais eu de relations sexuelles avec Robert Kelly». Deux ans plus tard, lorsque la femme qui avait écrit la lettre a témoigné sous un pseudonyme, elle a déclaré qu'elle avait eu des relations sexuelles forcées et enregistrées avec le chanteur à partir de l'âge de 17 ans. Il m'a souvent frappée, a-t-elle dit, et l'a forcée à se faire avorter. 

Les lettres que les procureurs ont présentées au procès provenaient de la collection personnelle de Kelly dans ce qui semblait être une tentative de construire sa défense sur plusieurs  années, avant même que l'acte d'accusation à Brooklyn ne soit descellé. Ces lettres étaient toutes été signés par des accusateurs qui étaient en première ligne de l'affaire contre le chanteur.

Ces accusateurs disent maintenant qu'il les a forcés à écrire les lettres, y compris un homme qui a témoigné que le chanteur lui avait dit «mot pour mot»  ce qu'il devait écrire.

Le matériel, connu sous le nom de «garantie», rend difficile l'évasion des victimes, a déclaré Dawn M.Hughes, une psychologue clinicienne et médico-légale qui a fourni un témoignage d'expert à l'accusation. La création de garanties maintient les adolescents «captifs», a-t-elle déclaré, et créé une dynamique de pouvoir qu'elle compare à «aspirer lentement l'oxygène d'une pièce et une fois que vous vous en rendez compte, vous ne pouvez plus vous en sortir».

Peu de temps après qu'un jury ait reconnu R.Kelly coupable d'un stratagème de plusieurs décennies visant à recruter des femmes et des adolescentes pour des activités sexuelles, Gloria Allred, une avocate des droits des femmes qui représentait plusieurs des accusatrices du chanteur, s'est tenue devant le palais de justice fédéral de Brooklyn et a déclaré «Justice a été rendue», en ajoutant que «de tous les prédateurs que j'ai poursuivis, R.Kelly est le pire, il a utilisé sa célébrité pour manipuler et agresser sexuellement des filles mineures, et il utilisait un réseau de facilitateurs qui l'aidaient à construire et maintenir ce monde de tourments et d'abus. Le chanteur a également sciemment propagé l'herpès à ses victimes, que cela soit un message pour les autres célébrités qui utilisent également leur renommée pour s'en prendre à leurs fans». «Le problème n'est pas de savoir si la loi vous rattrapera, la seule question est de savoir quand.»

R.Kelly enfin reconnu coupable !

À l'extérieur du palais de justice fédéral de Brooklyn, un petit groupe de partisans de R.Kelly a accueilli le verdict de culpabilité avec indignation, citant des allégations non prouvées d'une poursuite partiale.

«Nous n'abandonnons pas», a crié une femme dans un mégaphone, alors que les avocats de Kelly quittaient le palais de justice. «Libérez Robert Sylvestre Kelly». «C'est un pays raciste» a déclaré un autre. Alors que des dizaines d'accusations contre R.Kelly se sont répandues dans le public ces dernières années, la réputation du chanteur s'est détériorée. Mais un groupe de partisans inébranlables maintient qu'il est innocent, certains ont assisté chaque jour à son procès. Le groupe avait fait quelques oeuvres d'art à la craie,  ils avaient écrit les mots «Free R.Kelly» sur un trottoir à proximité. D'autres ont fait la queue pour être parmi les premiers à entrer dans le bâtiment lors de son ouverture. Pendant les pauses, le groupe fervent diffusait souvent la musique du chanteur sur un haut-parleur dans un parc en face du palais de justice. Et à la fin de chaque journée, beaucoup ont applaudi et serré la main des avocats de la défense de R.Kelly, tout en se moquant des procureurs fédéraux alors qu'ils quittaient le bâtiment. Une grande partie de la base de fans actuelle de Kelly vit dans et autour de Chicago, sa ville natale, où il était autrefois considéré comme un champion, quelqu'un qui avait surmonté la pauvreté en luttant. Plusieurs des partisans qui ont assisté au procès de New York avaient pris l'avion de l'Illinois pour suivre l'affaire. Une poignée de partisans réclamaient chaque jour des sièges au fond de la salle d'audience où le public et les journalistes pouvaient regarder les débats via une vidéo en circuit fermé. Ils ont souvent réagi à haute voix contre les témoins du gouvernement et aux contre-arguments des avocats de la défense de R.Kelly. Parfois, cela leur a posé des problèmes. Un procureur a déclaré qu'il y avait eu des «réactions audibles et négatives aux témoignages» et que le père d'un accusateur avait été agressé verbalement, la juge Ann M.Donnely, qui a présidé le procès, a averti les visiteurs qu'ils allaient perdre l'accès au palais de justice, s'ils ne se comportaient pas correctement.

Le documentaire «Surviving R.Kelly» a été essentiel pour faire prendre conscience des accusations portées contre le chanteur. Après le verdict, Dream Hampton, la productrice exécutive de la production, a déclaré sur Twitter qu'elle était «reconnaissante envers les survivants. Ceux qui avaient parlé et même ceux qui n'avaient rien dit».  

Source : New York Times 

Je rappelle mon article du 10 février 2019 : Cliquez 👉 Les documentaires sur Michael Jackson et R.Kelly montrent à quel point il peut être difficile de reconnaître et d'arrêter les abus sexuels. 

Comme c'est très souvent le cas dans la procédure pénale aux États-Unis, la condamnation à une peine de prison sera rendue bien plus tard, en l'occurrence le 4 mai 2022 pour R.Kelly, déjà en détention provisoire. Il risque la prison à vie. R.Kelly a perpétré ses crimes en toute impunité, profitant de sa notoriété et a toujours nié les faits.

Le verdict de ce procès ne sera pas l'ultime épisode de cette saga judiciaire : R.Kelly a aussi été inculpé de nombreux abus sexuels à Chicago et au niveau fédéral dans les États de l'Illinois et du Minnesota.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :