Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La condamnation de R.Kelly a boosté ses revenus ! Les ventes streaming de Michael Jackson n'ont pas souffert.

Michael Jackson / R.Kelly  - L'infamie est bonne pour les affaires.

Michael Jackson / R.Kelly - L'infamie est bonne pour les affaires.

Bien que R.Kelly risque une longue peine de prison après avoir été reconnu coupable de racket fédéral, d'abus sexuels et de trafic le mois dernier, et que deux anciens associés de Kelly aient plaidé coupable dans des tentatives visant à faire taire les accusatrices de Kelly,  ses ventes de musique et ses streams ont grimpé en flèche depuis le verdict du procès. 

Les ventes d'albums du chanteur de 54 ans ont augmenté de 517% dans la semaine qui a suivi sa condamnation le 27 septembre, selon Rolling Stone. Ses flux audio et vidéo à la demande ont augmenté respectivement de 23 % par rapport aux sept jours précédent le jugement. 

Ce n'est pas seulement le verdict qui semble avoir donné un coup de fouet à sa carrière. Il y a deux ans, lorsque la chaîne Lifetime a diffusé «Surviving R.Kelly», présentant des allégations de plusieurs femmes sur la façon dont il avait toiletté, violé des filles mineurs et dirigé une secte sexuelle, sa musique a plus que doublé. La gravité des accusations contre Kelly, est si horrible que l'idée de s'éloigner de sa musique sous une forme ou une autre est pourtant loin d'être farfelue. 

Les artistes profitant de l'infamie n'ont rien de nouveau.

Les ventes streaming de Michael Jackson n'ont pas souffert après la diffusion par HBO de «Leaving Neverland», bien que le documentaire ait entraîné une réaction importante contre Jackson. En effet les personnalités ayant déclaré que Michael Jackson était un pédocriminel sont les suivantes : 

  • Oprah Winfrey - Ellen Degeneres - Rupert Everett - Jarvis Cocker - Daniel Radciliffe - James Cordon - Gene Simmons - Kat Williams - Robin Williams - Joan Rivers - Cher - Jimmy Kimmel - Diane Diamond - Peter King - Ricky Gervais - Russell Brand - Ultimate Warrior - Frankie Boyle - Rosie O'Donnell - Nancy Grace - Gloria Allred - Lisa Bloom - Family Guy - Howard Stern  - Chris Evans ( UK Radio DJ) - Jamie Foxx - Patsie Kensit - Bob Geldof - Chris Rock - Sheryl Crown - Mayte Garcia - Lil Wayne - Richard Marx - Quincy Jones - Mick Hucknall (Simply Red) -  Charlamagne Tha God - Barbara Walters - Michael Che from SNL - Samantha Mumba - Jack Black - Jonathan Ross - Graham Norton - Rabbi Shmuley - Carl E Douglas - Rose McGawan - Uri Geller - Diane Sawyer - Bill O'Reilly - 50 Cent - Drew Barrymore - Lionel Ritchie - George Lopez - Sam Smith - Gayle King - Timberland - Deepak Chopra - Jason Pffeifer - Jake Tapper - Matt Fiddes  - Michael Mclntryre - Rebel Wilson - Sharon Osborne - Matt Lucas - Chelsea Handler - Roseanne Barr - David Spade - Kathy Griffin - Jay Leno - Elton John - Jane Fonda - Ricky Martin - Joseph Fiennes - La Reid - Kurt Loder - Alec Baldwin - John Legend - Nikki Sixx - Mötley Crüe - Sia - Eminem - Anne McElvoy - 

► En début d'année, après qu'une vidéo du musicien country Morgan Wallace proférant des insultes raciales ait fait le tour des réseaux sociaux, ses flux ont bondi de 1.220 %. 

► À peu près à la même époque, les streams de Marilyn Manson ont augmenté à la suite d'allégations d'abus sexuels. Accusée de viol, de toilettage et autres actes de violence sexuelle discordants par plusieurs femmes, sa musique est diffusée sur des services de musique sans aucun problème. 

► Chris Brown, qui a plaidé coupable d'agression criminelle contre sa petite amie de l'époque, Rihanna, en 2009, a été accusé de viol et de violence par d'autres femmes au cours des années qui ont suivi. Il continue de figurer sur des morceaux avec des légendes de la musique comme Drake et de créer des singles largement diffusés par des géants du steaming.  Certaines maisons de disques diffusent joyeusement sa musique.

► XXXTentacion, qui a été tué en 2018, avait été accusé et avait admis avoir étranglé sa petite amie enceinte l'année précédente.  Sa musique extrêmement populaire continue d'être diffusée à ce jour. Elle génère des millions de redevances pour sa succession. 

► En 2015, 6ix9ine a plaidé coupable d'utilisation d'un enfant dans un spectacle sexuel, il a été inculpé et reconnu coupable d'autres crimes, dont le racket et sa responsabilité dans une fusillade. Ses chansons et ses longs métrages sur les morceaux de Nicki Minai continuent d'attirer des millions de streams. 

► Un autre artiste, Ryan Adams, a été abandonné par ses maisons de disques et a du mal à sortir de la nouvelle musique depuis que plusieurs femmes l'ont accusé de violence psychologique en 2019. Pourtant, la musique existante d'Adams et la musique de son propre label indépendant PAX AM, reste facilement disponible sur les plateformes de steaming. 

► Avant presque tous ces artistes, Don McLean, qui chantait «American Pie» en 1971, a été accusé d'abus émotionnels intenses par sa femme l'année dernière et sa fille cette année. D'une époque similaire à McLean, Phil Spector a produit de nombreux albums et disques pour plusieurs artistes dont les Beatles avant d'être reconnu coupable du meurtre d'une femme en 2003. 

Qu'est-il arrivé à l'art des accusés avant ? 

Pour avoir un aperçu de la façon dont les streamers et les marques de musique pourraient réagir à la condamnation de R.Kelly, ainsi que d'autres artistes accusés d'inconduite, il existe de nombreux exemples passés à revoir, dont beaucoup impliquant R.Kelly lui-même. Sa musique n'a été diffusée nulle part pour ceux qui la recherchent activement pour leur consommation personnelle. Mais il existe une différence importante entre les plateformes de streaming permettant aux utilisateurs d'écouter sa musique en privé et la promotion active de cette musique sur les stations de radio, par les DJ, dans les épisodes télévisés et les films, ou sur les listes de lecture officielles organisées par Spotify

Le New York Times a rapporté qu'au cours des dernières années :  «la musique de Kelly a été pratiquement effacée des radios ainsi que d'autres placements commerciaux comme ses concerts de grande envergure et ses contrats d'enregistrement qui appartiennent au passé». Pourtant, The Times a constaté que la musique de Kelly reste un élément incontournable des vidéos et du contenu social parmi les influenceurs sur des plateformes comme Tik Tok, et se classant parmi les 500 meilleurs artistes musicaux par Chartmetric. Malgré la campagne sociale #MuteRKelly largement partagée, la musique de Kelly a toujours eu environ 780 millions de flux audio aux États-Unis depuis la diffusion de «Surviving R.Kelly» sur Lifetime en 2019, et il continue d'attirer 5.2 millions d'auditeurs mensuels sur Spotify, a rapporté The Times. 

Spotify a spécialement abordé les allégations d'inconduite contre Kelly auparavant, bien que sa réponse ait laissé beaucoup de gens confus. En 2018, Spotify a annoncé qu'il prendrait des mesures contre le catalogue de musique populaire du chanteur et a mis en place une politique maladroite d'interdiction de playlist, qui devait supprimer la musique contenant des «discours de haine» et la musique d'artistes qui, comme R.Kelly, avaient eu un «comportement haineux». Cependant, certains ont considéré que la politique de Spotify était boiteuse, car la musique de Kelly continuait à être diffusée sur la plate-forme. D'autres ont exprimé leur confusion quant à l'incohérence de l'interdiction, notant que de nombreux artistes accusés de «conduite haineuse» - que la plate-forme avait définie de manière nébuleuse - n'étaient pas soumis à la politique d'interdiction des playlists. En particulier, les critiques ont nommé XXXTentacion, qui a ensuite été ajouté à la liste d'interdiction de playlist de Spotify, mais de nombreux autres artistes accusés, dont Michael Jackson, restent. 

La politique d'interdiction des listes de lecture a également été critiquée par ceux qui ont souligné que R.Kelly et d'autres artistes n'avaient été accusés que d'inconduite sexuelle et n'avaient pas été reconnus coupables - COMME SI TOUS LES AGRESSEURS SEXUELS ÉTAIENT SIGNALÉS AUX FORCES DE L'ORDRE ET CONDAMNÉS - Dans l'ensemble, ces myriades de critiques sur les tentatives de Spotify de rendre des comptes aux agresseurs et aux agresseurs présumés ont suffit a faire reculer la plateforme - sans renverser sa politique, mais sans vraiment la rendre publique. 

Il convient également de noter que ce ne sont pas seulement les plateformes de streaming qui sont affectées par les révélations sur les artistes abusifs. 

Après la sortie de «Leaving Neverland», plusieurs marques, stations de radio mondiales, émissions de télévision comme «Les Simpsons», et même des pays comme Bruxelles ont pris des mesures pour boycotter l'héritage de Jackson. Beaucoup ont annulé les célébrations prévues du chanteur pour marquer le 10e anniversaire de sa mort. Aucun hommage chez Sony, sa maison de disques pourtant prompte, comme ses consœurs, à rééditer et commémorer les disques des défunts. Louis Vuitton a retiré les produits inspirés de Jackson prévus pour ses collections 2019, et la gymnaste Katelyn Ohashi a retiré sa danse sur la musique de Jackson aux championnats PAC-12 2019. Même son légendaire producteur Quincy Jones, a retiré le nom Jackson des affiches de sa tournée. Des stations de radio ont annoncé qu'elles ne diffuseraient plus les chansons de MJ, d'anciens fans ont supprimé les enregistrements de Jackson sur leurs téléphones portables et jeté ses CD et selon certaines informations, beaucoup de personnes sont allées jusqu'à quitter des cafés qui diffusaient sa musique. La France ne l'a pas totalement boycotté, mais beaucoup font toujours profil bas. À l'échelle mondiale, certaines stations de radio au Canada, en Australie, en Irlande et aux Pays-Bas ont annoncé qu'elles n'allaient plus du tout diffuser les chansons de Michael Jackson. La BBC a été obligée de clarifier sa position publiquement en précisant qu'elle n'interdisait pas les artistes, après qu'il a été rapporté qu'elle avait discrètement écarté les chansons de Jackson de ses playlists. A présent, le documentaire à venir «Sonic Fantasy» a supprimé toute référence à Michael Jackson et Thriller de son site Web promotionnel, et a même effacé le détail graphique du disque vinyle. 

Souvent, les réponses et les mesures prises autour des artistes accusés d'abus sont largement incohérentes.

Des documentaires comme «Surviving R.Kelly» et «Leaving Neverland» ont rendu impossible le silence sur les histoires et les allégations contre R.Kelly et Jackson. Mais en revanche, peu d'artistes de renom ou de mouvements militants ont pris position publiquement contre Chris Brown pour les accusations portées contre lui, ou Tory Lanez, pour avoir prétendument tiré sur Megan. 6ix9ine n'a pas encore fait l'objet d'un documentaire révélateur. 

De nombreuses marques et streamers doivent aussi prendre en compte ce qui peut leur faire perdre le plus d'argent : faire de la dé-plateforme ou promouvoir une personne accusée d'abus, ou bouleverser la base de fans vengeurs de ces artistes. Et au niveau individuel, de nombreux consommateurs peuvent se sentir en conflit de la même manière, certains étant consternés par les comportements d'artistes comme Kelly ou Jackson, tout en profitant en privé de leur musique.  

L'éternel débat : artiste contre art 

Le débat sur ce qu'il faut faire avec l'art créé par des artistes accusés d'abus est semi-récurrent depuis 2017, lorsque des dizaines de titans de l'industrie du divertissement ont été publiquement accusés d'inconduite sexuelle. 

Contrairement à certains arguments, les entreprises privées allant des plateformes de média sociaux aux distributeurs de musique sont tout à fait dans leurs droits légaux de supprimer ou du moins de ne pas publier le contenu qui est en conflit avec leurs valeurs, si leurs valeurs incluent, disons, l'opposition à la violence sexuelle. Mais à part les considérations juridiques, la question philosophique de savoir si les artistes, qui sont de vrais êtres humains et en tant que tels font souvent des choses réelles et horribles, peuvent être séparés de leur art. 

Pour certaines personnes ayant le privilège de ne pas avoir subi de harcèlement ou d'abus sexuels, ou n'ayant aucune connaissance sur l'étendue des dégâts psychiques dont souffrent les victimes,  il peut-être plus facile de consommer du contenu créé par un agresseur sans se sentir coupable ou dévalorisé par celui-ci.  Mais il y aura toujours des consommateurs qui ne peuvent pas faire cela et qui doivent aussi être respectés. Les voix et les demandes de nombreux survivants et défenseurs, pour que les marques et les entreprises trouvent des moyens significatifs de prendre position contre la violence sexuelle et les agresseurs, méritent d'être entendues. 

Cela dit, la dé-plateforme n'est pas toujours simple à l'ère d'internet. Comme le souligne Jem Aswad du site Variety, même si Spotify supprimait la musique de R.Kelly et Jackson, ou si un service de streaming de films supprimait d'une manière ou d'une autre tout le travail produit par Harvey Weinstein, leur travail continuerait d'être téléchargé et distribué sur d'autres parties d'internet, et ne disparaîtrait pas. Et franchement, aucun de ces hommes n'a produit son œuvre seul, donc leurs collaborateurs deviendraient des dommages collatéraux si de telles oeuvres étaient supprimées. 

R.Kelly et Jackson ne sont pas les premiers artistes à être accusés d'abus ou de comportements horribles, laissant les entreprises et les marques avec de sérieuses décisions à prendre. La condamnation de Kelly n'est pas le premier cas qui les oblige à envisager de faire une déclaration ou une politique publique concernant l'art créé par les agresseurs sexuels. 

Mais la condamnation de R.Kelly injecte certainement de la crédibilité et une validation juridique dans les demandes des survivants appelant à ce que lui et d'autres agresseurs non condamnés soient réformés, ou ne soient plus promus publiquement. La façon dont les marques réagissent à l'issue de l'affaire Kelly pourrait influencer la façon dont elles gèrent l'art des artistes abusifs à l'avenir - mais en fin de compte, la façon dont le public reçoit et expérimente l'art des agresseurs variera toujours d'une personne à l'autre. Les fans inconscients de la gravité et de la véracité des accusations portées contre leurs idoles continueront d'écouter leur musique sans ressentir aucune réaction épidermique.  

Devant des obscénités manifestes personne ne devrait rester de marbre. 

Que l'on tergiverse pour légitimer ce droit d'écouter sa star en jouant sur la corde raide par des pirouettes du style : «On n'est pas sûrs», «Il n'a jamais été condamné», «La victime aurait retiré sa plainte», «Les victimes ont menti»,  «Il a beaucoup donné à des oeuvres caritatives», «ses accusateurs en veulent à son argent» etc. est absolument irrecevable. Que cette immunité soit globalement alimentée par un certain public, qui s'autorise l'écoute de Kelly, Jackson ou autre en se persuadant que les faits qui lui sont reprochés sont soit spéculatifs, soit «pas si grave» alors même qu'ils sont accusés de violences physiques, psychologiques et d'abus sur autrui, dont des enfants, c'est d'autant plus grave et important que l'auditeur a la choix de ne pas rester impassible.  Assumer et se foutre royalement de tout ce qu'il a pu faire tant qu'il fait de la bonne musique, c'est faire des violences, et négliger l'intégrité mentale des victimes. 

Si l'on décide de se foutre royalement des crimes commis au point d'aider financièrement l'artiste, ou sa succession, il faut l'assumer, ne pas se cacher derrière un déni ou une mauvaise foi habituelle. Il faut arrêter, une bonne fois pour toutes, de fermer les yeux face aux horreurs d'un individu dès lors que c'est un artiste génial, et les ouvrir quand il s'agit d'un créateur quelconque ou une personne lambda.  Il ne s'agit pas de remettre en cause le talent d'un artiste, mais de briser l'étanchéité qu'il procure face à la condamnation morale, et cela s'adresse exclusivement aux aficionados, aux fanatiques, à ceux qui estiment avoir en face d'eux un génie artistique, à qui l'on pardonne tout de par son statut. Seriez-vous prêts à donner de l'argent à un criminel, présumé ou avéré ? En mains propres ? Le fait qu'il s'agisse d'un artiste doit-il changer la donne ?  

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :